1–16 di 45 risultati

Le vol du dragon

Tout est calme en tous lieux sur la planète Pern. Les terrifiantes incursions des Fils argentés ont cessé depuis des temps immémoriaux. Les habitants ne savent plus pourquoi ils vivent dans des grottes et versent la dîme aux chevaliers-dragons. On ne croit plus les mythes relatifs à leurs folles chevauchées sur les grands dragons télépathes et à leur lutte d’éclat contre les redoutables Fils, qui anéantissaient toute vie organique. Les dragons deviennent rares dans le ciel de Pern. Mais le chevalier F’lar, maître du dragon Mnementh, se remet à étudier les vieilles légendes. L’Etoile Rouge se rapproche. Bientôt les Fils se remettront à tomber. Sur Pern il faut organiser la défense, et pour commencer rendre à la race des dragons son antique fécondité. Une nouvelle Reine va naître. Il faut une fille énergique pour la chevaucher. Où trouver celle en qui survit le don ancestral ?

Terre de rançon

Technologiquement limitée, mais riche en ressources naturelles, Botany doit trouver sa place dans la nouvelle configuration de l’univers.
Barevi, la planète voisine, n’est guère plus qu’un bazar où tous les marchands se livrent à des malversations, où des bribes de la technologie terrienne, autrefois si puissante, peuvent se troquer contre des céréales et des minerais. Zainal et sa femme Kris vont devoir quitter Botany afin de trouver toute sorte de matériel nécessaire au développement de leur planète et à la remise sur pied de la Terre.
Ils embarquent leur équipe pour un long voyage commercial. Sur Barevi, ils vont devoir s’armer de patience, apprendre les subtilités du négoce et du troc. Pour cela, ils doivent récupérer sur Terre des denrées de valeur qu’ils pourront échanger avec les marchands bareviens. L’une de ces denrées est particulièrement appréciée et recherchée : le café… Sans compter les talents d’Eric, autrefois dentiste sur Terre, qui ne sont pas négligeables qui ne serait prêt à échanger un peu de ferraille contre une belle couronne dentaire ?! Dans ce quatrième volume du Cycle des Hommes libres, les colons sont plus que jamais en quête de liberté et d’indépendance.
Un voyage étonnant, sous le signe des rencontres et de l’humour.

Terre De Liberté

En ce joli matin de printemps, Kristin, en mini-robe, se rendait à l’université de Denver pour suivre ses cours. L’instant d’après, rabattue par des électrofouets, elle montait la rampe de l’astronef des conquérants avec des milliers de prisonniers hagards. Comme les autres, elle se réveilla sur une planète inconnue, attendant d’être vendue comme esclave. Son décolleté profond frisait l’indécence, sa jupe s’arrêtait à mi-cuisses. Les conquérants avaient pris modèle sur ses vêtements pour lui choisir une tunique, heureusement (ou malheureusement) indestructible. Elle avait froid. Elle ne savait pas encore que les conquérants avaient coutume de débarquer les survivants sur une planète de type terrestre encore sauvage, où leur fonction était de tester les chances de survie dans un milieu naturel peu étudié. A Botany, le premier arrivage de colons regroupait des Terriens et d’autres captifs, d’origine extraterrestre. A eux de se débrouiller: on ne leur laissait qu’un couteau, un quart, une couverture et… la liberté.

Terre De Défi

Les colons de la planète Botany n’ont pas oublié leur malédiction originelle : sur ce monde pastoral, ils ont été déportés de force par les Cattenis, conquérants de la Terre et de bien d’autres planètes. Mais les Cattenis sont en réalité les esclaves des Eosis, ces entités insubstantielles (ou “Mentat”) qui, pour se manifester, entrent dans le corps d’un Catteni “élu”, dont la personnalité est absorbée par celle de l’Eosi “récepteur”. Or, Zainal, un Catteni débarqué avec les prisonniers, était un élu des Eosis. Sachant ce qui l’attend chez lui, il refuse d’y retourner. Mais son frère, élu à sa place, en conçoit tant de haine qu’il la transmet au mentat Ix, venu habiter son corps. Et Ix prêche la guerre contre Botany. Les colons ne restent pas inactifs : ils capturent un astronef, ils lancent une capsule d’alarme qui atterrit chez les Fermiers. La bataille s’annonce mémorable. Anne McCaffrey, la grande romancière américaine, sait bien que les Anglais, dans leur premier établissement australien – Botany Bay -, ont commencé par débarquer des bagnards. Beaucoup d’Australiens d’aujourd’hui ont un déporté au moins parmi leurs ancêtres ; des gens qui n’avaient pas choisi leur destin mais qui, après avoir recouvré la liberté, sont restés dans cette terre nouvelle pour y finir leurs jours.

Terre D’élection

Les Eosis, conquérants de la Terre, ont déporté des prisonniers sur une planète inhabitée : Botany. D’abord ramenés à l’âge de pierre, les “débarqués” ont renoncé à la vie communautaire dans des grottes, construisant des demeures individuelles où des couples se constituent, et ou naissent des enfants qui seront la deuxième génération des hommes libres. Mais la furieuse attaque des Eosis les pousse à réaliser la troisième partie de leur plan : l’anéantissement des agresseurs. Au cours de leurs incursions sur la Terre et sur Barevi (planète au pouvoir des Cattenis), Zainal, le seul Catteni de la colonie, a identifié un réseau de résistance parmi ses compatriotes. Il prend contact avec eux.
Les Eosis sont des entités insubstantielles (ou “Mentats”) qui, pour se manifester, entrent dans le corps d’un Catteni “élu”, dont la personnalité est absorbée parcelle de l’Eosi “récepteur”. Zainal n’a pas supporté cette perspective. Pourtant, c’est peut-être là qu’il faut chercher le talon d’Achille des conquérants.

Les tambours de Pern

Une fois de plus, Pern est en danger. L’air est déchiré par les chutes de Fils, et les forts menacés de rébellion. Le Maître Harpiste donne une nouvelle affectation au jeune et rusé Piémur, que sa voix changeante empêche désormais de participer à la chorale de l’Atelier de la Harpe. Envoyé en mission dans le sud, un extraordinaire voyage le mènera jusqu’au mystérieux Continent Méridional où il découvrira le secret des Anciens et aidera Pern à recouvrer son héritage… Ce volume conclut la trilogie rattachée à la célèbre série des Dragons de Pern qui valut à Anne McCaffrey une reconnaissance internationale.

L’œil du dragon

Quand l’Étoile Rouge arrive dans le ciel de Pern, les Fils d’argent pleuvent sur la planète, anéantissant toute vie sur leur passage. Les premiers colons l’ont appris à leurs dépens. Mais, deux cents ans après, il ne reste plus de traces concrètes du fléau, sauf les dragons de Pern, spécialement créés pour exterminer les Fils. Les chevaliers-dragons n’ont pas oublié l’art de les entraîner au combat ; et les Seigneurs Gardiens se tiennent prêts à protéger les gens. Mais les souvenirs s’effacent, les derniers ordinateurs s’éteignent, il faut réinventer le crayon et même l’enseignement oral. Le savoir se rétrécit : on cesse de raconter aux jeunes l’histoire de la Terre, même les Fils semblent bien lointains. Et quand la position de l’Étoile Rouge annonce leur retour, il y a des sceptiques, y compris, malheureusement, un Seigneur Gardien, Chadlkin de Brita, qui refuse de préparer la défense de son Fort. Une imprudence mortelle pour les habitants… à moins que les autres Seigneurs Gardiens ne trouvent une idée. Une idée pour le présent, c’est bien. Une idée pour l’avenir, c’est encore mieux : il ne faut pas qu’une pareille tragédie se reproduise.

La Mémoire du crystal

Killashandra, la chanteuse-crystal, va bientôt fêter ses deux cents ans : les spores lui ont donné la longévité, mais l’heure est proche où ils détruiront sa mémoire. Ces automates sans passé qui lui faisaient horreur, et auxquels elle s’était promis de ne jamais ressembler, elle est bien obligée d’y voir les figures mêmes de son avenir. Et le pire, c’est qu’elle a négligé d’enregistrer ses faits et gestes ; elle n’a pas gardé trace de son patrimoine vital ; elle ne sait plus que Lars est l’homme de sa vie, et ils finissent par vivre pratiquement séparés. Mais sur une planète du secteur de la Balance, au fond des cavernes, on trouve des arches formées d’une substance luisante qui semble pulser. Cette substance, Killashandra l’a vue croître, elle a bien cru se faire engloutir. Elle n’en garde aucun souvenir, mais Lars était là aussi. La relation unique des chanteurs au crystal, il sait qu’elle fonctionne aussi avec cette substance. Et l’autre relation, plus singulière encore, qui unit cet homme et cette femme, elle doit bien rester codée en Killashandra. Tout au fond du cerveau.
Ce troisième et dernier roman du cycle du crystal opère une convergence avec les grandes sagas de Pern et de Pégase : l’héroïne, confrontée aux limites de sa vitalité, a besoin d’un homme d’action pour veiller sur elle, au moins dans les situations extrêmes. Il faut se battre. Et pourtant, McCaffrey n’oublie pas qu’en écoutant une mélodie, on comprend tout ce qui est à comprendre ; et qu’en chantant une chanson, on exprime tout ce qui est à exprimer. Il faut chanter.

Le Maître harpiste de Pern

Anne McCaffrey revient à son cycle le plus célèbre pour nous raconter cette fois-ci la jeunesse de Robinton, le Maître Harpiste de Pern, l’un des personnages les plus attachants et les plus importants de la saga, notamment parce qu’il est le plus haut représentant de l’Atelier des Harpistes qui est le sanctuaire de la culture pernaise, les harpistes faisant office à la fois de troubadours, de professeurs et d’historiens. Fils d’un harpiste et d’une cantatrice de l’atelier, Robinton présente des dons prometteurs qui vont lui permettre de devenir le trés respecté Maître Harpiste de Pern. Mais le respect s’est effacé avec le temps, les fils ne sont pas tombés depuis 400 révolutions, et les harpistes sont traités de manière peu respectueuse désormais. En effet, qui veut entendre des ballades traitant du devoir envers l’unique Weyr encore en activité sur Pern ? Ces chevaliers-dragons inutiles vont-ils rester les parasites des Forts ?

La lignée du dragon

Sur Pern, les hommes vivent auprès des dragons et de leurs cousins, les whers. Ces derniers sont utiles au travail dans les grottes et les mines car ils voient dans le noir. Le jeune Kindan s’apprête à travailler avec son père et Dask, le wher de garde de leur camp, lorsqu’un accident terrible survient à la mine. Kindan, désormais orphelin, est recueilli par le maître-harpiste qui lui confie une grande mission : élever un nouveau wher, Kisk. Peu à peu, Kindan découvre les pouvoirs cachés de cette attachante créature. Son rôle parmi les hommes sera vital et changera à jamais la vie de Kindan et des siens.

Killashandra

La planète Ballybran, hérissée de formidables chaînes de montagne, est le rendez-vous des chanteurs crystal. Ils y cherchent le crystal noir (qui assure une communication instantanée entre les mondes) et n’ont pas d’autre assurance que d’y trouver les spores (qui à terme leur feront perdre la mémoire).
Killashandra Ree croyait qu’elle résoudrait ses problèmes en venant sur Ballybran. Hélas, elle a perdu son filon de crystal noir ; et elle souffre du mal du crystal à en devenir folle.
Alors, elle repart. La planète Ophteria demande du crystal blanc pour réparer un orgue à sensations unique dans tout l’univers ; et justement elle a ce qu’il faut. Mais surtout son départ peut sauver l’homme qu’elle aime… et par la même occasion, pourquoi pas, lui faire rencontrer quelqu’un d’autre. Dans les grands espaces galactiques, les solitaires ont toujours leur chance.

Histoire De Nerilka

L’épidémie ravage la planète Pern. Tous les habitants se mobilisent pour affronter la catastrophe. Seul Tolocamp, Seigneur régnant du Fort de Fort, refuse de porter secours à ses voisins. Nerilka, sa fille, a honte de cette attitude. Un jour elle se décide : elle emballe quelques médicaments et se glisse hors du Fort. Elle n’a plus rien à faire avec sa famille. Elle veut aider son peuple.
Où pourra-t-elle se rendre utile ? Sa quête l’entraîne jusqu’au Fort de Ruatha, Où le Seigneur Alessan prépare à la hâte le précieux sérum qui sauvera les gens. Une femme s’est déjà sacrifiée pour lutter contre le mal. Et maintenant Nerilka est prête.
Il y a longtemps qu’elle a abandonné l’espoir de se marier et de fonder un foyer. Maintenant elle veut trouver le bonheur en se rendant utile. Elle ne sait pas encore que son choix va changer le cours de sa vie

Le dragon blanc

Le jeune Jaxom est Seigneur du Fort de Ruatha, mais le Régent Lytol, son tuteur, tient les rênes du pouvoir d’une main ferme. Et Jaxom rêve surtout de devenir chevalier-dragon. Malheureusement il a conféré l’Empreinte à Ruth, le dragon blanc, deux fois plus petit que ses frères. D’abord, on n’a pas cru que cet animal vivrait. Maintenant, on ne sait pas qu’il est génial. Et tout le monde se moque du pauvre Jaxom.
D’ailleurs la condition des chevaliers-dragons tend à devenir moins prestigieuse. Il y a tant de moyens nouveaux d’exterminer les terribles Fils ! La prochaine frontière, c’est le Continent Méridional. Voilà un endroit où un audacieux peut faire ses preuves ! Les Anciens en exil y ruminent leur vengeance. Les cadets sans terre brûlent de s’y faire une place. Les Archives disent même que les hommes y avaient fondé leurs premiers établissements sur Pern avant d’émigrer vers le Nord. Et le Seigneur du Fort Méridional a une soeur si belle…

*A* *nne McCaffrey fut l’un des premiers auteurs de SF à centrer ses romans sur un personnage féminin.* Le Vol du dragon *(1967) lui a valu le Hugo et le Nebula. Première femme à remporter ces deux prix, elle prononça à cette occasion un mémorable discours sur « l’approche non scientifique de la S.F. » Explorant l’intimité télépathique entre humains et dragons, elle évoque la situation qui s’instaure quand les dragons font l’amour — ce qui chez elle n’exclut pas le goût de la quête héroïque. Un splendide écrivain qui maîtrise dans sa plénitude l’art de faire rêver.*

La Dame Aux Dragons

L’hiver est fini, le printemps est de retour, toute la planète est en liesse au Fort de Ruatha pour célébrer l’intronisation d’Alessan, son jeune seigneur. Moreta, Dame du Weyr de Fort, est de la fête. Elle est sensible aux attentions d’ Alessan. Le passage des Fils doit se terminer dans huit ans. Pour les habitants de Pern, l’obsession du danger se dissipe. On peut faire des projets d’avenir.
Puis, sans avertissement, le malheur frappe : une bête s’abat, l’écume à la gueule, et meurt peu après. C’est la première victime d’une maladie mystérieuse qui, en quelques semaines, va décimer la population. Les chevaliers-dragons agonisent, les Fils continuent à tomber, détruisant toute vie organique.
Moreta se dépense dès lors sans compter. Multipliant les vols dans le temps et l’espace, la Dame aux dragons ira-t-elle jusqu’au bout du sacrifice pour assurer, en fin de compte, la victoire de la vie ?

La chute des fils

Torene sentit son ventre se nouer dans l’attente du combat; comme toujours, l’adrénaline déferla dans ses veines. Puis les ailes, toutes proches, entrèrent en action : la flamme s’épanouit, rouge orangée, et frappa les Fils qui noircirent. Un dragon hurla, et aussitôt Alaranth l’identifia : c’était Siwith, le bleu de P’ter. Son aile droite avait été déchiquetée. Incapable de voler, il avait amorcé une spirale descendante : il ne pouvait mieux faire. Torene se colla au cou de sa reine et Alaranth glissa jusqu’au bleu en détresse, adoptant la même vitesse de chute, puis plongeant sous son corps plus petit et le saisissant par l’épine dorsale. Torene sentit dans son dos le souffle chaud et acre de Siwith , elle espéra que la brûlure n’allait pas lui abîmer encore un costume de combat.