1–16 di 440 risultati

Une poignée de seigle

Pourquoi glisser une poignée de seigle dans la poche d’un homme après l’avoir empoisonné ? Pourquoi accrocher un cintre à vêtements dans le nez d’une jeune fille après l’avoir étranglée ? Que signifient ces indices saugrenus ? Sont-ils la signature du meurtrier ? Dans ce cas, il ne peut s’agir que d’un fou. D’un monstre. 
Un dangereux maniaque se promène en toute liberté à Yewtree Lodge. Un maniaque qui peut frapper de nouveau. Un maniaque que miss Marple est venue démasquer. Car ce qui peut paraître saugrenu à certains prend une signification à ses yeux. Miss Marple est une très vieille dame et elle a vu tant de choses…

Une poignée de seigle

Pourquoi glisser une poignée de seigle dans la poche d’un homme après l’avoir empoisonné ? Pourquoi accrocher un cintre à vêtements dans le nez d’une jeune fille après l’avoir étranglée ? Que signifient ces indices saugrenus ? Sont-ils la signature du meurtrier ? Dans ce cas, il ne peut s’agir que d’un fou. D’un monstre. 
Un dangereux maniaque se promène en toute liberté à Yewtree Lodge. Un maniaque qui peut frapper de nouveau. Un maniaque que miss Marple est venue démasquer. Car ce qui peut paraître saugrenu à certains prend une signification à ses yeux. Miss Marple est une très vieille dame et elle a vu tant de choses…

Une mémoire d’éléphant

Jamais une querelle, pas de liaisons… Les Ravenseroft filaient le parfait amour. Si on ajoute à cela une excellente réputation et une situation financière confortable, on est déduit qu’ils étaient de ceux qui meurent dans leur lit. Et non d’une balle dans la peau. Double suicide, a conclu la police, sans trop y croire. Une fin singulière pour un couple uni et paisible… Mais qu’envisager d’autre ? Un double assassinat ? Un meurtre suivi de suicide ? Guère plus plausible. Alors ? Alors, Hercule Poirot a horreur des histoires inachevées. Et même si le début de celle-ci remonte très loin dans le passé, il en connaîtra le fin mot… comme d’habitude.

Une mémoire d’éléphant

Jamais une querelle, pas de liaisons… Les Ravenseroft filaient le parfait amour. Si on ajoute à cela une excellente réputation et une situation financière confortable, on est déduit qu’ils étaient de ceux qui meurent dans leur lit. Et non d’une balle dans la peau. Double suicide, a conclu la police, sans trop y croire. Une fin singulière pour un couple uni et paisible… Mais qu’envisager d’autre ? Un double assassinat ? Un meurtre suivi de suicide ? Guère plus plausible. Alors ? Alors, Hercule Poirot a horreur des histoires inachevées. Et même si le début de celle-ci remonte très loin dans le passé, il en connaîtra le fin mot… comme d’habitude.

Un, deux, trois…

Pourquoi Mr. Morley, dentiste, 58, Queen Charlotte Street, s’est-il suicidé, aux alentours de midi, en plein travail, avec encore des patients dans sa salle d’attente ? Hercule Poirot qui était des clients du matin a trouvé Mr. Morley très normal. Et Poirot s’y connaît en physionomies. Ainsi, dans le salon du médecin, il a été frappé par l’expression de cet Américain qui avait une tête d’assassin. Il a aussi noté la présence de Mr. Amberiotis – un personnage douteux. Il a même fait attention à Miss Sainsbury Seale qui sortait d’un taxi, devant le 58. Seulement, on retrouvera Mr Amberiotis mort d’une injection trop forte de procaïne et, un mois plus tard, le cadavre de Miss Sainsbury Seale dans une malle.

Un, deux, trois…

Pourquoi Mr. Morley, dentiste, 58, Queen Charlotte Street, s’est-il suicidé, aux alentours de midi, en plein travail, avec encore des patients dans sa salle d’attente ? Hercule Poirot qui était des clients du matin a trouvé Mr. Morley très normal. Et Poirot s’y connaît en physionomies. Ainsi, dans le salon du médecin, il a été frappé par l’expression de cet Américain qui avait une tête d’assassin. Il a aussi noté la présence de Mr. Amberiotis – un personnage douteux. Il a même fait attention à Miss Sainsbury Seale qui sortait d’un taxi, devant le 58. Seulement, on retrouvera Mr Amberiotis mort d’une injection trop forte de procaïne et, un mois plus tard, le cadavre de Miss Sainsbury Seale dans une malle.

Un meurtre sera commis le…

” Un meurtre est annoncé, qui aura lieu le vendredi 29 octobre à six heures trente de l’après-midi à Little Paddocks… ” Au village de Chipping Cleghorn, tout le monde en prenant son breakfast découvre avec stupeur cette petite annonce dans la gazette locale, et les dames de Little Paddocks ne sont pas les moins surprises. Tout le monde pense à une amusante ” murder party ” imaginée par quelques facétieux. Aussi, tout le voisinage, émoustillé, rapplique-t-il à Little Paddocks et l’on attend l’heure fatidique dans la bonne humeur. À six heures trente, la lumière s’éteint, l’assassin paraît, des coups de feu éclatent… Mais c’est l’étranger, entré Dieu sait comment dans la maison, qu’on retrouve, son pistolet à la main, effondré sur le parquet. Mort…

Un meurtre est-il facile ?

Depuis quelque temps, les gens meurent comme des mouches à Wychwood. Heureusement, Miss Pinkerson, vieille personne sympathique, a sa petite idée sur l’origine de ces décès suspects. Elle décide de prendre les choses en main. Par un heureux coup de hasard, dans le train qui l’emporte à Scotland Yard, elle rencontre un jeune homme également sympathique qui a occupé, en Orient, des fonctions dans la police. Et, par chance, ce jeune homme qui jouit de revenus personnels a tout son temps devant lui. Seulement, s’il prête une oreille bienveillante aux bavardages de la vieille dame, Luke Fit-william ne croit pas un mot de ce qu’elle lui raconte. Il la prendra au sérieux quand elle sera écrasée par une voiture avant d’avoir pu faire son petit rapport à Scotland Yard. Le jeune détective fera, bien évidemment, de l’enquête une affaire personnelle.

Un meurtre est-il facile ?

Depuis quelque temps, les gens meurent comme des mouches à Wychwood. Heureusement, Miss Pinkerson, vieille personne sympathique, a sa petite idée sur l’origine de ces décès suspects. Elle décide de prendre les choses en main. Par un heureux coup de hasard, dans le train qui l’emporte à Scotland Yard, elle rencontre un jeune homme également sympathique qui a occupé, en Orient, des fonctions dans la police. Et, par chance, ce jeune homme qui jouit de revenus personnels a tout son temps devant lui. Seulement, s’il prête une oreille bienveillante aux bavardages de la vieille dame, Luke Fit-william ne croit pas un mot de ce qu’elle lui raconte. Il la prendra au sérieux quand elle sera écrasée par une voiture avant d’avoir pu faire son petit rapport à Scotland Yard. Le jeune détective fera, bien évidemment, de l’enquête une affaire personnelle.

Un cadavre dans la bibliotheque

Un cadavre dans la bibliothèque: voilà, de l’aveu même de la romancière, une situation très banale du roman policier. Mais si les propriétaires de la maison ignorent totalement de qui il s’agit ? Si la victime est une jeune femme un tantinet vulgaire, danseuse de son métier – le genre de personne qu’on ne peut en aucun cas rencontrer chez l’honorable colonel Bantry et son épouse ? Alors, c’est une énigme particulièrement coriace, telle que les aime Miss Marple, aussitôt alertée. Et qu’elle résoudra avec sa finesse et sa logique coutumières, au nez et à la barbe des policiers du comté…
      

Un cadavre dans la bibliotheque

Un cadavre dans la bibliothèque: voilà, de l’aveu même de la romancière, une situation très banale du roman policier. Mais si les propriétaires de la maison ignorent totalement de qui il s’agit ? Si la victime est une jeune femme un tantinet vulgaire, danseuse de son métier – le genre de personne qu’on ne peut en aucun cas rencontrer chez l’honorable colonel Bantry et son épouse ? Alors, c’est une énigme particulièrement coriace, telle que les aime Miss Marple, aussitôt alertée. Et qu’elle résoudra avec sa finesse et sa logique coutumières, au nez et à la barbe des policiers du comté…
      

Trois souris

### Dans l’obscurité d’une maison endormie, un cri déchire le silence… Un crime vient d’être commis…
Ainsi se lève le rideau sur l’un des plus grands succès de la scène internationale, « La Souricière », succès qui a tenu l’affiche sans interruption depuis plus de trente ans. Adaptée par Agatha Christie d’une nouvelle écrite en 1949, jouée pour la première fois à Londres en 1952, cette mésaventure de trois petites souris porte la marque de son auteur : humour et suspense sont au rendez-vous.
Et comme tous les grands maîtres du suspense, Agatha Christie préférait que ses spectateurs ignorent la clef de l’énigme avant de pénétrer dans le théâtre… Le secret fut bien gardé, puisque c’est aujourd’hui seulement, pour la première fois, que ce texte « interdit » est enfin publié…

Trois souris

### Dans l’obscurité d’une maison endormie, un cri déchire le silence… Un crime vient d’être commis…
Ainsi se lève le rideau sur l’un des plus grands succès de la scène internationale, « La Souricière », succès qui a tenu l’affiche sans interruption depuis plus de trente ans. Adaptée par Agatha Christie d’une nouvelle écrite en 1949, jouée pour la première fois à Londres en 1952, cette mésaventure de trois petites souris porte la marque de son auteur : humour et suspense sont au rendez-vous.
Et comme tous les grands maîtres du suspense, Agatha Christie préférait que ses spectateurs ignorent la clef de l’énigme avant de pénétrer dans le théâtre… Le secret fut bien gardé, puisque c’est aujourd’hui seulement, pour la première fois, que ce texte « interdit » est enfin publié…

Témoin muet

Charles ? Un mauvais sujet. Thérèse ? Trop maquillée pour être honnête. Bella ? Une idiote ; d’ailleurs elle a épousé un Grec… Impardonnable. Bref, ni le neveu ni les nièces de miss Arundell ne trouvent grâce à ses yeux. Dommage ! Ils auraient tellement besoin de son soutien… financier, s’entend. La vieille demoiselle roule sur l’or. Et elle dépense si peu… C’est bien normal à son âge… Alors puisqu’ils doivent hériter de toute façon, pourquoi ne leur consentirait-elle pas une petite avance ? Son obstination à refuser est ridicule. Dangereuse même. La tentation de l’aider à quitter ce monde pourrait devenir trop forte…

Témoin muet

Charles ? Un mauvais sujet. Thérèse ? Trop maquillée pour être honnête. Bella ? Une idiote ; d’ailleurs elle a épousé un Grec… Impardonnable. Bref, ni le neveu ni les nièces de miss Arundell ne trouvent grâce à ses yeux. Dommage ! Ils auraient tellement besoin de son soutien… financier, s’entend. La vieille demoiselle roule sur l’or. Et elle dépense si peu… C’est bien normal à son âge… Alors puisqu’ils doivent hériter de toute façon, pourquoi ne leur consentirait-elle pas une petite avance ? Son obstination à refuser est ridicule. Dangereuse même. La tentation de l’aider à quitter ce monde pourrait devenir trop forte…

Témoin indésirable

Dans la maison où a été assassinée Mme Argyle, n’étaient présents à l’heure du crime que le mari, la gouvernante, une infirmière et les cinq enfants adoptés par le couple. Déclaré coupable, un des garçons est mort en prison quand, deux ans après le procès, un témoin à décharge se présente pour confirmer son alibi. Cependant, la famille fera grise mine à cet homme scrupuleux  venu réhabiliter le jeune homme. C’est qu’il n’y a pas qu’une vérité : celle que fera éclater le docteur Calgary est bien sombre et, plus cruellement que tout autre, blessera bien du monde.      
[http://www.amazon.fr/T%C3%A9moin-ind%C3%A9sirable-Agatha-Christie/dp/2253054275](http://www.amazon.fr/T%C3%A9moin-ind%C3%A9sirable-Agatha-Christie/dp/2253054275/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1305709796&sr=1-1)