15249–15264 di 68366 risultati

La Clé de Braha

Que se passe-t-il chez les dieux? Seraient-ils tentés de se servir d’Amos Daragon pour accomplir leurs funestes desseins? Au lendemain d’une épopée qui lui permis de ramener la paix dans le royaume, maintenant gouverné par son ami Junos, Amos Daragon se voit investi d’une autre mission, pour le moins obscure. La visite inattendue d’une énigmatique jeune fille bouleversera ainsi le cours du destin du jeune porteur de masques et de ses compagnons. Cette nouvelle aventure le mènera jusqu’a Braha, la cité des morts. C’est au prix de sa vie qu’Amos Daragon pourra parvenir à ce lieu étrange, inaccessible aux vivants. Commence alors une longue et difficile quête de la mystérieuse clé de Braha, au cours de laquelle l’intelligence et la ruse seront les seules armes de notre héros. Amos Daragon regagnera-t-il jamais le monde des vivants? Si oui, parviendra-t-il à en établir l’équilibre?

Claudine S’en Va

Il est parti ! Il est parti ! Je le répète, je l’écris, pour savoir que cela est vrai, pour savoir si cela me fera mal. Tant qu’il était là, je ne sentais pas qu’il partirait. Il s’agitait avec précision. Il donnait des ordres nets, il me disait : « Annie, vous n’oublierez pas… » Puis, s’interrompant : « Mon Dieu, quelle pauvre figure vous me faites. J’ai plus de chagrin de votre chagrin que de mon départ. » Est-ce que je lui faisais une si pauvre figure ? Je n’avais pas de peine, puisqu’il était encore là.
À l’entendre me plaindre ainsi je frissonnais, repliée et craintive, je me demandais : « Est-ce que vraiment je vais avoir autant de chagrin qu’il le dit ? C’est terrible. »
À présent, c’est la vérité : il est parti. Je crains de bouger, de respirer, de vivre. Un mari ne devrait pas quitter sa femme, quand c’est ce mari-là, et cette femme-là.

Claudine À Paris

Aujourd’hui, je recommence à tenir mon journal forcément interrompu pendant ma maladie, ma grosse maladie – car je crois vraiment que j’ai été très malade !

Je ne me sens pas encore trop solide à présent, mais la période de fièvre et de grand désespoir m’a l’air passée. Bien sûr, je ne conçois pas que des gens vivent à Paris pour leur plaisir, sans qu’on les y force, non, mais je commence à comprendre qu’on puisse s’intéresser à ce qui se passe dans ces grandes boîtes à six étages.

Il va falloir, pour l’honneur de mes cahiers, que je raconte pourquoi je me trouve à Paris, pourquoi j’ai quitté Montigny, l’École si chère et si fantaisiste où mademoiselle Sergent, insoucieuse des qu’en-dira-t-on, continue à chérir sa petite Aimée pendant que les élèves font les quatre cents coups, pourquoi papa a quitté ses limaces, tout ça, tout ça !… Je serai bien fatiguée quand j’aurai fini ! Parce que, vous savez, je suis plus maigre que l’année dernière et un peu plus longue ; malgré mes dix-sept ans échus depuis avant-hier, c’est tout juste si j’en parais seize. Voyons que je me regarde dans la glace. Oh ! oui.
(source: Bol.com)

Claudine À L’école

« Ces quatre-là et moi, nous formons cette année la pléiade enviée, désormais au-dessus des grandes, qui aspirons au brevet élémentaire. » Avec Claudine, quinze ans, intelligente, séduisante, très avertie, ses camarades, la flamboyante directrice de l’école et sa jolie adjointe, les deux instituteurs des garçons et quelques autres, nous allons vivre une année scolaire peu banale… Rempli de vie et de sensualité, Claudine à l’école, premier roman de Colette, réunit déjà toutes les qualités qui assureront limmense succès du grand écrivain.

Le Clandestin

Lobbyiste sans foi ni loi, Joël Backman a été condamné à vingt ans de prison pour avoir vendu à une puissance étrangère un logiciel capable de contrôler un ensemble de satellites espions.
Six ans plus tard, à sa grande surprise, il est gracié par le président des États-Unis sortant et exfiltré dans une jolie ville d’Italie. Sous une nouvelle identité, le Clandestin découvre l’art subtil d’être heureux.
Il est libre, certes, mais transformé en appât. Car, si la CIA a obtenu sa grâce, ce n’est pas pour l’épargner. La question n’est plus de savoir s’il va être tué, mais qui va le tuer. La chasse à l’homme a commencé…

La clairière du Lion

*This is an alternate cover edition for [B007BF7JTC](https://www.goodreads.com/book/show/19292368-la-clairi-re-du-lion) *
1452-1999-2008
Rien n’avait préparé l’agent d’Europol Richard Pleasance à une si brutale descente aux enfers…
La Porte au Lion, tombeau d’un prince roumain vient d’être profanée, alors que le lieu est réputé scellé pour l’éternité.
Qu’ont en commun Brasov modeste village roumain fin 1999,un alchimiste maudit du XVème siècle et une sanguine cambrioleuse dans un Pékin festif début 2008 ?
Un gouffre d’éternité sépare tous ces éléments.
Et pourtant, une clef les unit. Une macabre vérité.
LA SUPPORTEREZ-VOUS ?
Au travers de trois histoires parallèles que le lecteur devra lire dans une construction romanesque inédite, la saga” La porte” offre à la réunion de ses trois récits une effroyable vérité.
Indéchiffrable si elle n’est pas lue page après page la saga LA PORTE a ses trois premiers volumes (Tome 2 : Blanche Tepes et Tome 3: Metamorphosis) désormais disponible en leur version KIndle.
La saga LA PORTE comptera au total 7 tomes.
OSEZ L’OUVRIR…

Clairefontaine

C’était un moulin, en effet, vieux et délabré, ou plutôt la ruine d’un
moulin ; le chemin, rétréci, tournait autour de la vieille bâtisse et devenait
à peine praticable ; l’eau tombait là de vingt pieds de haut au fond du
ravin, en une cascade rejaillissante, dont Bon-Louis voyait reluire l’écume
argentée. Il se pencha un peu pour humer la fraîcheur bien connue, puis
continua de descendre, a?iré vers ce « plus loin » qu’on cherche toujours
à connaître.
C’était un brave petit garçon accoutumé à marcher seul de nuit et à
ne rien craindre de ce qui peut se rencontrer au dehors… Tout à coup, il
tressaillit violemment, comme s’il avait reçu un coup en pleine poitrine,
et resta rivé sur place.
— ?’est-ce que c’est que cela ! dit-il tout haut, dans son étonnement
mêlé d’un peu d’épouvante.
Il était entre deux hautes roches, qui, à ce?e heure, dans ce?e ombre,
lui paraissaient noires et gigantesques ; en face de lui, sous ses pieds,
s’étendait à perte de vue, sous le ciel presque clair, où une fine bande
jaune pâle marquait l’horizon, quelque chose d’immense, de presque lumineux
comme un miroir de métal à peine terni, et qui semblait se dresser
vers les astres…
C’était la mer.
Bon-Louis n’osait avancer. Une sorte de terreur auguste le clouait à
l’endroit où la formidable apparition venait de le surprendre. Si proche,
si calme, si effrayante dans son immensité, elle le réduisait à néant, et le
courageux garçon ressentait pour la première fois ce?e frayeur de l’infini
que le ciel, avec son azur et ses étoiles, avait été impuissant à lui donner ;
car, faute de point de comparaison, le ciel n’est profond que pour ceux
qui le savent sans bornes, tandis que l’Océan nous écrase par sa seule
présence.

Cité Noé N°2

A deux siècles de là, la race humaine avait péri à la suite d’un cataclysme atomique. Neuf mille survivants reclus dans la cité Noé N°2, en plein coeur du désert Australien, découvrent un procédé d’immunisation. Quelques-uns parmi eux peuvent alors traverser les cités en ruines et tenter de construire un nouvel abri, plus vaste. Mais, dans l’obscurité de cette nuit atomique, une faune terrifiante guette : des mutants, des êtres hideux, rongés par la maladie, se nourrissant de sang humain…

Cité Ménard

Avec les **Editions MARQUES**, venez découvrir ou redécouvrir les grands classiques optimisés pour vos liseuses et applications électroniques. Une publication de qualité par des professionnels de l’édition.
Les éditions MARQUES présentent **”Cité Ménard”**, d’Henry Gréville édité en **texte intégral**.
*Présentation de l’éditeur*
Henry Gréville, pseudonyme de Alice Marie Céleste Durand née Fleury (1842-1902), a publié de nombreux romans, des nouvelles, des pièces, de la poésie ; elle a été à son époque un écrivain à succès.
*Extrait :*
* Elle est morte ? C’est celui-là qui aurait dû mourir avec elle, et pas le mien ! Personne n’avait besoin de celui-là, qui n’était pas né, et moi j’avais besoin du mien. Ôtez-le bien vite, Cécile, emportez-le, je n’en veux pas. Ah ! oui, les mères devraient mourir avec leurs petits ; ce serait plus juste ! — Ce n’est pas sa faute, madame Gardin, ce n’est la faute de personne ! Regardez-le, comme il a bonne envie de vivre.– Je n’en veux pas ! fit délibérément la mère en se levant et en refermant sa robe. Mais la douleur que lui causait la montée du lait, appelé par les lèvres de l’enfant, devint si intolérable qu’elle se laissa retomber sur sa chaise.- Ah ! que je souffre ! dit-elle d’une voix éteinte.

La citadelle de l’Autarque

Severian the Torturer continues his epic journey across the lands of Urth, a journey as fraught with peril as it is with wonder. Exiled from his guild he is an outcast, but his travels are woven with strange portents. The Claw of the Conciliator, relic of a prophet and promise of a new age, flames to life in his hands. He carries the great sword Terminus Est, the Line of Division. The dwellers in the deep waters offer him a kingdom under the seas. And he is hunted and driven by terrors from beyond Urth.
Now all his travels move him inexorably toward a grander fate, a destiny that he dare not refuse. For a devouring blackness gnaws at the heart of the Old Sun, and the fate of Urth rests in the return of the Conciliator, the New Sun long foretold.

La citacion

La citación (The Summons) by John Grisham
**«El mejor escritor de *thrillers* vivo.»**
Ken Follett
El señor Atlee, un hombre mayor y muy enfermo, vive solo en la casa familiar de Clanton, Mississippi. Había sido un juez temido y apreciado que había estado por encima de la ley y la política local durante cuarenta años. Ahora casi se ha vuelto un recluso. Al ver de cerca su fin, el juez Atlee manda llamar a su hijo Ray, un profesor de Derecho en la Universidad de Virginia, para acordar los detalles de la herencia. Su hijo se encamina, reticente, hacia el sur, pero el encuentro familiar no tiene lugar. El juez muere demasiado pronto. Y con ello, deja tras de sí un secreto sorprendente que solo llega a conocer Ray. Y quizá alguien más.
**Reseñas:**
«Leerla es un placer… Una buenísima historia.»
*The Washington Post*

Cirque à Piccadilly

Les choses auraient été trop simples si Neal avait pu rester à New York avec Diane et passer son examen sur Tobias Smollett. Mais la sonnerie du téléphone laissait présager une mauvaise nouvelle. Cette fois, P’pa l’envoie courir la campagne anglaise aux trousses de la fille d’un sénateur qui s’est fait la belle. D’après la photo, la fugueuse vaut bien le détour mais on n’a quand même pas idée de faire avaler des scones à la crème à un enfant de Broadway.

La Cinquième Tête De Cerbère

La Cinquième tête de Cerbère by Gene WOLFE
Bien loin de la Terre, deux planètes soeurs, Sainte-Anne et Sainte-Croix, ont été colonisées par des Français qui ont détruit la population indigène de la seconde. Bien des décennies plus tard – après que les colons français ont été eux-mêmes vaincus et dispersés -, un ethnologue, le Dr Marsh, consacre sa vie à retrouver des traces de cette culture effacée, oubliée, passée au rang des mythes et qu’une culpabilité ancienne tend à refouler dans l’imaginaire.
En trois contes d’une écriture chaque fois renouvelée, Gene Wolfe retrace les aspects contradictoires mais complémentaires de cette quête de l’identité d’un peuple, d’une pureté originelle dont un génocide a voilé jusqu’au souvenir.
Voici un livre étrange, subtil et attachant, sans pareil dans le domaine de la science-fiction et qui imprègne longtemps le souvenir du lecteur comme d’un parfum, comme d’une vibration, comme du souvenir d’un songe.

Cinquième chronique du règne de Nicolas Ier

Cinquième chronique du règne de Nicolas Ier by Patrick Rambaud
L’année qui court du merveilleux texte de Grenoble jusqu’à la chute fracassante de l’Archiduc de Washington marque-t-elle un règne nouveau ?
La précédente chronique nous laissait sur le feu d’artifice de l’affaire Woerth-Bettencourt. Que de passions ! Que d’influence ! Mais l’ancien perce sous le nouveau, et les mallettes de billets circulent toujours, sans étouffer la crise économique.
Face aux menaces, le Prince de l’Elysée est serein. Il fait la leçon au marquis de Matignon, un cours de macro-économie à la pauvre Angela, et emprunte quelques drônes à son ami Obama. Moraliste ici, conseiller occulte là, taiseux et sincère, le Monarque nouveau genre décide même de libérer la Libye. Bref, préparer l’avenir partout sauf ici, car le chômage guette, et les juges travaillent : l’enfant de 2012 fera-t-il oublier les jacqueries ?
Les années passent, Patrick Rambaud reste, ainsi que son monarque préféré. La légende officielle, les tableaux dorés, les communications princières ne sont pas pour lui. Il poursuit sa cruelle et désopilante chronique, dressant ainsi le véritable tableau du règne… Et de sa fin.