14849–14864 di 68366 risultati

Et ne jamais la laisser partir

En juin 1996, à Wilmington (Delaware), une jeune femme disparaît inexplicablement. Proche collaboratrice du gouverneur de l’État, fiancée à un homme qui l’aimait, très entourée par sa famille et ses amis, Anne-Marie n’avait apparemment aucune raison de fuir. Enquêteurs et hommes de loi vont fouiller sa vie en tous sens avant d’établir les raisons et les circonstances de sa mort.
Comme elle l’a déjà fait dans *Si tu m’aimais vraiment*, Ann Rule a rencontré l’un après l’autre les proches d’Anne-Marie Fahey, les témoins de l’affaire, les policiers, les avocats, les juges. Elle reconstitue minutieusement cette histoire vécue, au fil d’un récit oppressant, aussi captivant que le meilleur des thrillers psychologiques.

Et l’aube vint après la nuit

A dix-sept ans, Samantha a pris une décision irrévocable : elle sera médecin. Mais, dans les années 1880, le domaine médical est la chasse gardée des hommes. Insultes, calomnies, chausse-trapes de toutes sortes seront le lot quotidien de la jeune étudiante. Sous quels prétextes, en vertu de quelles lois autoriserait-on une femme à apprendre l’anatomie masculine, à disséquer un cadavre ? Et quand bien même Samantha obtiendrait son diplôme, en serait-elle plus avancée ? Quel hôpital l’accueillerait comme interne, quelle clinique accepterait de lui ouvrir ses portes, quels malades la laisseraient les ausculter, et a fortiori les opérer? Dans ce monde hostile, impitoyable, un homme, Mark Rawlins, tendra la main à Samantha. Désormais, ils seront deux à affronter les ténèbres de l’obscurantisme. Et l’aube viendra après la nuit. Assistante de chirurgie, Barbara Wood se consacra à plein temps à l’écriture après le succès de ce roman, qui la fit connaître dans le monde entier. Il fut suivi de nombreux autres, dont African Lady, Australian Lady, La Prophétesse et, tout dernièrement, Les Fleurs de l’Orient.

Et il ne restera que poussière

En deux ans, quatre couples ont disparu dans la région de Williamsburg. On a retrouvé leurs voitures, et, plusieurs semaines après, leurs restes…
Trop peu de choses en vérité pour que Mme le médecin légiste, Kay Scarpetta – déjà bien connue des nombreux lecteurs de Mémoires mortes – puisse déterminer les causes du décès.
Mais cette fois-ci tout va changer : l’étudiante qui circulait avec son petit ami à bord d’une Jeep Cherokee est la fille d’une des femmes les plus puissantes des Etats-Unis, numéro un de la lutte antidrogue, qui est bien décidée à remuer ciel et terre pour élucider cette disparition, entraînant Kay Scarpetta dans son sillage.

Et Dieu donnera la victoire

”Aujourd’hui comme hier, pour tous, de l’extrême Occident à l’Extrême-Orient, Jeanne est la plus fascinante en même temps que la plus pure de toutes les figures de libération.” Régine Pernoud.

Jeanne est née en 1412, elle n’a donc que dix-sept ans lorsque, ayant persuadé le seigneur de Vaucouleurs de sa ”mission”, elle part pour Chinon en février 1429. Son enfance et son adolescence, elle les a passées à Domrémy, dans le Barrois, territoire relevant de la couronne de France bien que situé dans le domaine anglais. C’est là qu’elle entend les ”voix” de ses ”frères du Paradis”… Puis c’est la rencontre avec le dauphin Charles qu’elle conquiert malgré le scepticisme des conseillers, mais soutenue en secret par la reine Yolande d’Aragon, belle-mère du dauphin. Le 8 mai 1429, elle délivre Orléans. Opérations en Val de Loire, en Beauce et en Champagne, jusqu’au sacre à Reims, le 17 juillet 1429… Orléans, Reims : elle a réalisé en quatre mois, les deux premiers points de sa ”mission”.Ne fut-elle que l’instrument d’une politique ? Dans son roman, Peyramaure met en avant le personnage de Yolande d’Aragon, comtesse d’Anjou et reine de Sicile. Forte tête politique qui avait marié sa fille Marie au dauphin Charles (futur Charles VII). Ce serait elle qui aurait agi secrètement pour faire venir Jeanne à Chinon et aurait organisé les rencontres utiles. Dans ses propres intérêts… Pour les historiens, ce n’est qu’une hypothèse : aucun document ne l’assure. De toute façon, le mystère demeure : pourquoi avoir jeté son dévolu sur cette gamine de Domrémy ?

(source: Bol.com)

L’Esprit du Chaos

Pour tirer Alexandre des griffes du Dieu Noir, Parménion a traversé les dimensions, combattu Gorgone et ses vores ailés, chevauché les centaures et défait un Empire. Il a défié l’Esprit du Chaos, cette entité immortelle qui se repaît de sang et de souffrance. Car Parménion, la Mort des Nations, s’est juré de protéger le jeune prince de Macédoine des périls qui le guettent. Il a voué son existence à l’accomplissement du destin grandiose d’Alexandre. Peut-être devra-t-il le payer de sa vie… Avec Le Lion de Macédoine, David Gemmell nous livre son œuvre la plus aboutie, un voyage épique dans la Grèce antique, la fournaise de ses batailles, ses créatures fabuleuses et sa magie. 

Esprit d’hiver

Fantôme, folie, fantasme sont présents. La clé finale est saisissante. Le roman peut ainsi se lire à différents niveaux. Une réflexion sur le poids du passé, un suspense impeccable et implacable, un jeu cruel de temporalité, une méditation sur l’écriture. La romancière semble nous dire que c’est toujours avec des bouts de soi camouflés que l’on écrit sur la vie des autres. […] Esprit d’hiver se termine sur une porte refermée en silence faisant écho à une autre porte refermée dans le silence. On n’a rien vu, on n’a rien entendu. Le poison de l’oubli commence son uvre destructrice. –Marie-Laure Delorme, Le journal du dimanche
L’auteur des Revenants a tiré un roman de guerre familiale, aussi violent lorsqu’elle explore les zones interdites de l’orphelinat n°2,où des bandes d’enfants sauvages guettent l’arrivée des familles américaines pour les détrousser, que lorsqu’elle décrit les accès de colère de Tatiana, l’adolescente révoltée à la peau bleue et aux eux immenses. […] Ca catche dans le nouveau roman maniaco-dépressif de Laura Kasischke, une sonate d’hiver bergmanienne pour violoncelle et âmes blessées –Didier Jacob, Le Nouvel Observateur
Une mère et sa fille adolescente coincées chez elles le jour de Noël. Une trame minimaliste, presque douce, point de départ d’un thriller mental asphyxiant, peut-être le roman le plus inquiétant écrit ces dernières années. […] Le halo de mystère dans lequel la romancière sculpte cet aveuglement relève du pur génie littéraire : trame amarrée à l’inconscient, peuplée de mythes déchus et de spectres enfantins, qui a le chic pour transformer en cauchemar le décor du quotidien. Kasischke cultive depuis toujours les forces les plus obscures de la fiction. […] Elle en fait le socle d’une uvres envoûtante, aux mille sortilèges, baignée d’inquiétante étrangeté, qui ne cesse, de livre en livre, de se renouveler. –Emily Barnett, Les Inrockuptibles —

L’espionne

L’ Espionne by Paulo Coelho
Arrivée à Paris sans un sou en poche, Mata Hari s’impose rapidement comme une danseuse vedette du début du xxe siècle. Insaisissable et indépendante, elle séduit le public, ensorcelle les hommes les plus riches et les plus puissants de l’époque. Mais son mode de vie flamboyant fait scandale et attire bientôt les soupçons tandis que la paranoïa s’empare du pays en guerre. Arrêtée en 1917 dans sa chambre d’hôtel sur les Champs-Elysées, elle est accusée d’espionnage. En faisant entendre la voix de Mata Hari, Paulo Coelho nous conte l’histoire inoubliable d’une femme qui paya de sa vie son goût pour la liberté.

Un espion à la chancellerie

###
“Du rififi en Albion ! Les aventures du clerc de justice Hugh Corbett se déroulent dans l’Angleterre de la fin du XIIIe siècle, sous le règne du roi Edouard Ier. Le décor est planté pour découvrir l’une des séries historico-policières les plus ébouriffantes de la littérature. Détective émérite, Hugh se voit confier les missions les plus délicates. Moitié James Bond, moitié commissaire Maigret, Corbett et son fidèle second Ranulf affrontent aussi bien les rues sordides et humides de Londres que la traîtrise des cours royales d’Europe. On se régale.” Le Temps retrouvé.

L’Espion – Un Episode De La Guerre D’Independance

Ce livre est parfaitement adapté et mis en page, pour une lecture agréable sur une liseuse numérique, une tablette, ou un smartphone.

Vie d’Harvey Birch, espion de George Washington, lors de la guerre de 1776, en Amérique opposant la domination anglaise aux Américains désireux d’obtenir leur indépendance. Après une vie pleine de péripéties, nous retrouvons notre héros trente trois ans plus tard, lors d’une autre guerre entre anglais et américains, où il trouvera la mort.

(source: Bol.com)

Escapade

44 ap. BY
Christie Golden est l’une des nouvelles auteurs de Star Wars de ses dernières années, qui a fait ses grands débuts en écrivant trois des neufs romans de la série *Fate of the Jedi*  : *Omen, Allies* et *Ascension.*
*Escapade* est parue dans le 134 ème numéro du magazine Star Wars Insider en Mai 2012. Elle se déroule après les événements de *Fate of the Jedi,* soit en 44 après la Bataille de Yavin. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir lu la série pour comprendre cette nouvelle, et lire celle-ci n’empêchera pas d’apprécier la série.
Fraîchement mariés, Jaina Solo et Jag Fel partent en lune de miel sur la planète Sakuub, désireux de faire la célèbre randonnée vers le Temple Céleste de Karsol et de passer du bon temps. Mais à leur arrivée sur la planète, certains éléments suspects vont rendre cette lune de miel pas si tranquille…
Titre original *Getaway*

Eric

Faust, vous connaissez ?… Mais voici Eric, quatorze ans, le plus jeune démonologue du Disque-monde. Hélas, aucun démon – ni succube, hum… – ne répond à son invocation. Dans le cercle magique apparaissent Rincevent et le Bagage – respectivement le mage le plus incompétent et l’accessoire de voyage le plus redoutable de l’univers. Et que veut Eric ? Oh, rien de bien original : l’immortalité, la domination du monde et la plus belle femme de tous les temps. Ce qui entraîne la fine équipe dans un périple étourdissant, de l’empire tézuma des adorateurs de Quetzduffelcoatl, le Boa de plumes, aux rivages de Tsort où les Ephébiens guerroient pour sauver la belle Elénor… Jusqu’à l’aube des temps et la création du monde… Et jusqu’aux enfers, où règne Astfgl, le roi-pédégé de tous les diables. Y a-t-il d’autres romans pour vous en offrir tant ? 

L’ère des Biocybs

La « lèpre cotonneuse », ce terrible virus qui décimait l’humanité, ne laissait aucun répit aux savants.

     La police, quant à elle, se perdait en hypothèses sur les raisons qui poussaient de mystérieux individus à prélever le cerveau des accidentés de la route…
     De son côté, le biologiste Serge Mareuil s’interrogeait sur l’étrange incombustibilité tissulaire de sa laborantine, qui elle-même traîtreusement, cherchait à l’attirer dans un piège terrifiant…
     L’Ere des Biocybs avait commencé !

L’ère des Biocybs

La « lèpre cotonneuse », ce terrible virus qui décimait l’humanité, ne laissait aucun répit aux savants.

     La police, quant à elle, se perdait en hypothèses sur les raisons qui poussaient de mystérieux individus à prélever le cerveau des accidentés de la route…
     De son côté, le biologiste Serge Mareuil s’interrogeait sur l’étrange incombustibilité tissulaire de sa laborantine, qui elle-même traîtreusement, cherchait à l’attirer dans un piège terrifiant…
     L’Ere des Biocybs avait commencé !

Érasme

###
Texte intégral révisé suivi d’une biographie de Stefan Zweig. “*Érasme, Grandeur et décadence d’une idée*” est d’abord une biographie historique du plus célèbre des humanistes de la République des Lettres, que Stefan Zweig suit depuis sa jeunesse jusqu’à sa mort. Mais plus que le récit linéaire d’une vie, ce qui l’intéresse, c’est de mettre en lumière les idées, la mission d’Érasme, ce qu’il appelle son “legs spirituel”: un idéal de tolérance qui s’oppose au fanatisme sous toutes ses formes, religieux, national ou philosophique. A travers Érasme, c’est la Renaissance qu’il évoque, et aussi la Réforme, formidables bouleversements dans l’histoire des idées. Mais surtout, en 1935, quand ce livre sort en français, Stefan Zweig vit en exil à Londres, et il voit se profiler sur son pays, l’Autriche, puis sur toute l’Europe, la menace du cataclysme qui, déclenché par Hitler, ne va pas tarder à s’abattre. Sa méditation sur l’humanisme d’Érasme vaincu par le fanatisme de Luther prend alors toute sa force et sa dimension tragique. Achevant son livre, l’écrivain, voulant une dernière fois croire en la raison et en la justice, écrivait: “Ils seront toujours nécessaires ceux qui indiquent aux peuples ce qui les rapproche par-delà ce qui les divise et qui renouvellent dans le cœur des hommes la croyance en une plus haute humanité.”

L’équipage

L’ombre d’un avion sur le sol vint détourner le cours de sa rêverie. Virense rentrait avec Michel. La douceur de l’atterrissage montra la science du pilote. Jean se dirigea vers l’appareil pour interroger les camarades. Mais aucun d’eux ne sortait des carlingues. Herbillon appela sans obtenir de réponse. Sourdement inquiet, il se hissa sur le marchepied du pilote et poussa un cri. Le gouvernail, les parois, le coussin de cuir étaient couverts de sang et Virense affaissé sur le siège avait les yeux clos.