14225–14240 di 68366 risultati

La Légion du tonnerre

‘ Une série excitante et bourrée d’action. ‘ – David Gemmell

Mon nom est Stryke. Longtemps, il fut synonyme de mort et de désolation. Fier d’être né orc, insensible à ceux qui me traitaient de boucher, j’ai mené mes guerriers à la victoire, portant haut la bannière de Jennesta lors des guerres qui déchirèrent Maras-Dentia. Et j’ai tué trop d’humains pour me souvenir de tous ! Aujourd’hui, je sais qu’il y a une autre voie. Un lieu où les orcs, les elfes, les nains et même les humains peuvent vivre en paix. En rêve, j’ai vu un monde harmonieux où tous nos enfants grandiront en sécurité. Ce songe doit devenir réalité ! Poursuivi par les sbires de Jennesta, traqué par des chasseurs de primes, maudit par toutes les races, je vaincrai quand même. Sinon, la guerre qui éclatera nous balayera tous ! Écoutez-moi ! Dans la tourmente à venir, il faudra être avec moi ou contre moi. Et que mes adversaires tremblent, car la pitié est un luxe que je ne pourrai plus me permettre !

‘ Le rythme est mené tambour battant et vous entrainera avec toute la troupe pour une folle chevauchée ! ‘ – Lotus Noir
‘ Des personnages toujours aussi emblématiques, une histoire qui gagne en épaisseur, autant d’éléments qui font perdurer cette série et attendre au lecteur la conclusion du troisième tome avec une impatience non feinte. ‘ – Mythologica

(source: Bol.com)

Les Légendes De L’ombre

A trio of spellbinding love stories includes Tanith Lee’s Shadow Kissing, in which Artist Vivien Gray and her enigmatic lover, who is cloaked in darkness, unleash an unimaginable evil with their fiery passion, as well as works by Susan Krinard and Evelyn Vaughn. Original.

Légendes

Les fictions qui nous accompagnent, qui nous aident à grandir et nous ouvrent sur le monde, ne sont pas seulement les livres que nous avons lus, les films que nous avons vus, ou, plus généralement, les histoires qui nous ont été racontées. Pour ne pas se dissoudre dans l’écoulement du temps, chaque homme, chaque femme, élabore également ses fictions personnelles – mensonges, fantasmes, faux-semblants, espoirs insensés, conquêtes irrésistibles, vengeances et crimes parfaits. Mais la mémoire est un monde sous-marin : aussi vivant que le corail, l’imaginaire y recouvre lentement l’épave de chaque événement, réel ou rêvé, vécu ou inventé ; peu à peu, le souvenir des fictions se mêle indissolublement à la fiction des souvenirs.

La Légende du Tonnerre

###
48e année de l’Ordre Win.

Les vampires extraterrestres et leurs avatars, les Faucheurs, imposent leur loi sanglante sur la majeure partie .de la Terre, devenue leur nouveau terrain de chasse. Mais la résistance s’est organisée et tente de renverser le Nouvel Ordre Mondial. David Valentine, membre de la caste des Félins – les espions d’élite -, a revêtu l’uniforme ennemi pour embarquer à bord du Tonnerre, une vieille canonnière. Sa mission: s’approprier une arme qui aurait été découverte dans les Caraïbes. Une arme capable de terrasser les Faucheurs ! Si Valentine parvient au bout de ce périlleux voyage, cette 48e année de domination courrait bien être la dernière…

(source: Bol.com)

La légende de Marche-Mort

Le vieux guerrier se nomme Druss, mais on l’appelle Légende. Sa vie est un combat sans fin : deux bras maniant la hache au nom de l’honneur et de la justice. Pour l’ennemi nadir, il est Marche-Mort, un surnom sombre et maléfique, synonyme de destruction. A la veille de son dernier combat, le vieux guerrier raconte à une jeune recrue comment il a obtenu ce titre. Comment des années auparavant, il s’est embarqué aux côtés de l’énigmatique Talisman, un jeune guerrier nadir, dans la plus incroyable des aventures, en quête des joyaux d’Alchazzar, et comment cette épopée l’a conduit jusqu’au plus profond du royaume des morts. Lorsque Légende se lève et marche, il ne fait pas bon se dresser sur sa route…

Légende

Son nom est Druss. Bûcheron hargneux le jour, époux tendre le soir, il mène une existence paisible au milieu des bois. Mais un jour une troupe de mercenaires envahit son village pour tuer les hommes et capturer les femmes. Druss arrive trop tard sur les lieux du massacre. Son père gît dans une mare de sang et Rowena, sa femme, a disparu… S’armant de Snaga, une hache ayant appartenu à son grand-père, il se lance à la poursuite des ravisseurs. La route sera longue pour ce jeune homme inexpérimenté et sa quête le mènera jusqu’au bout du monde. Il deviendra lutteur et mercenaire, il fera tomber des royaumes, il en élèvera d’autres, il combattra bêtes, hommes et démons. Car son nom est Druss, et voici sa légende…

La Lectrice

Hardie et aventureuse, une jeune femme passe une petite annonce pour offrir ses services de lectrice à domicile. Ses auditeurs se prennent très vite au jeu de sa voix charmante, elle leur lit des œuvres de Maupassant, de Duras ou encore de Sade. A chaque client, un auteur différent ; telle est la règle qui lui permettra de donner vie aux fantasmes d’un adolescent, d’une générale ou bien encore d’un P-DG. Empreint d’un soupçon d’érotisme, ce célèbre roman de Raymond Jean fut adapté au cinéma en 1988 par Michel Deville, avec Miou-Miou dans le rôle titre.

Le Lecteur de cadavres

Inspiré d’un personnage réel, Le lecteur de cadavres nous plonge dans la Chine Impériale du XIIIe siècle et nous relate l’extraordinaire histoire de Ci Song, un jeune garçon d’origine modeste sur lequel le destin semble s’acharner. Après la mort de ses parents, l’incendie de sa maison et l’arrestation de son frère, il est contraint de fuir son village avec sa petite sœur malade.

Ci se retrouve dans les quartiers populaires de Lin’an, la capitale de l’Empire. où la vie ne vaut pas grand-chose. Il devient un des meilleurs fossoyeurs des ‘ champs de la mort ‘, puis, grâce à son formidable talent pour expliquer les causes d’un décès, il est accepté à la prestigieuse Académie Ming.

L’écho de ses exploits parvient aux oreilles de l’Empereur. Celui-ci le convoque pour enquêter sur une série d’assassinats qui menacent la paix impériale. S’il réussit, il entrera au sein du Conseil du Châtiment, s’il échoue : c’est la mort.

C’est ainsi que Ci Song, le lecteur de cadavres, devint le premier médecin légiste de tous les temps.

Un best-seller captivant et richement documenté où, dans la Chine opulente et exotique de l’époque médiévale, la haine et l’ambition se côtoient, comme l’amour et la mort.

(source: Bol.com)

Les leçons du Mal

A la fin de ses études universitaires, Jack Branch revient enseigner dans la petite ville du Mississipi où il a grandi, dans l’école où son propre père enseignait. Dans son cours, qui a pour thème le Mal et ses représentations à travers l’art et l’histoire, un élève semble isolé, un peu étrange. Il s’appelle Eddie Miller, et son père est mort après avoir été condamné pour le meurtre d’une étudiante. Peu à peu, Jack se prend d’affection pour le gamin, à qui il suggère d’écrire son devoir de fin de trimestre sur son père, afin de se libérer du poids du passé. Alors que le jeune Eddie enquête pour sa dissertation, le passé de Jack lui-même refait surface – empêtré dans son désir de sauver Eddie, inquiet au sujet de son père, impuissant face à ses propres illusions, Jack se retrouve insidieusement happé dans une tragédie digne de ses propres cours sur le Mal.

Lecon De Musique

Pourquoi les femmes ont-elles si peu composé de musique ? Les femmes naissent et meurent dans un soprano qui paraît indestructible. Les hommes perdent leur voix d’enfant. À treize ans, ils s’enrouent, chevrotent, bêlent. Les hommes sont ces êtres dont la voix casse – des espèces de chants à deux voix. On peut les définir, à partir de la puberté : humains qu’une voix a quittés comme une mue. En eux l’enfance, le non-langage, le chant des émotions premières, c’est la robe d’un serpent. Alors ou bien les hommes, comme ils tranchent les bourses testiculaires, tranchent la mue. C’est la voix à jamais infantile. Ce sont les castrats. Ou bien les hommes composent avec la voix perdue. On les appelle les compositeurs. Ils recomposent autant qu’ils le peuvent un territoire sonore qui ne mue pas, immuable. Ou encore ils suppléent à l’aide d’instruments les défaillances et l’abandon où l’aggravement de leur voix les a plongés. Ils regagnent de la sorte les registres aigus, à la fois puérils et maternels, de l’émotion naissante, de la patrie sonore. Ils s’en font virtuoses.

Léa, La Petite Princesse Terrienne

En 390 av. J.-C., Léa, une petite fille terrienne, est emmenée sur Loumina, une planète où elle sera traitée en princesse et fille adoptive de la reine Ananda. Elle aidera à la création d’un vaccin qui sauvera des millions de Louminiens d’un virus mortel.
À sa majorité et avec l’aide de son robot, une entité spécialement créée pour la protéger, elle retournera sur Terre où son père l’attend depuis plus de deux millénaires.
Mais comme « un plan de bataille parfait n’existe pas, » (citation de Bernard Werber), son retour sera truffé d’obstacles.
Une aventure émouvante pour une petite princesse terrienne au destin extraordinaire qui touchera les cœurs les plus sensibles.
Un roman violent, cruel et barbare, une histoire d’amour riche en émotions !
Comme le dit si bien Bernard Pivot : « Un bon livre est un livre qui fait oublier au lecteur qu’il est en train de lire. » J’espère que ce livre vous plongera dans un doux rêve et vous sortira, l’espace d’un moment, d’un train-train quotidien.
“Un roman écrit et imaginé comme un film, un roman qui parle de relativité, de voyage interstellaire, de survie, de technologie, d’extraterrestre et qui nous conte le périple d’un père qui cherchera sa fille durant des siècles… par amour.”
“Un space opera incroyablement efficace.”

< Comment vas-tu procéder Sen ? >
< J’ai un plan Atom, j’ai un plan… Et tu vas m’aider. >
< Avec plaisir. >
< Tiens-toi prêt, ça va faire mal. >
< Je sais, et je suis prêt. >
Sen sortit de sa veille.

Le Zoo ensorcelé

Peggy Sue se prépare à passer d’agréables vacances au lac d’Aquila. Hélas ! Une horrible surprise l’attend à son arrivée : les animaux chargés d’amuser les touristes se sont changés en monstres ! Depuis, ils harcèlent la ville, transformant la plage et le parc de loisirs en piège infernal. Peggy Sue va devoir affronter les pensionnaires déchaînés de ce zoo en folie. Des bêtes bizarroïdes venues d’une lointaine galaxie pour un complot des plus effarant. Il y a ces serpents contorsionnistes dont le venin est explosif, ces téléphones portables vivants qui chuchotent de curieux secrets à l’oreille de leurs propriétaires, ce dragon qui tousse au point d’avoir la gorge en feu et… d’incendier toute la ville. Heureusement Peggy Sue et le chien bleu n’ont pas l’habitude de s’effrayer pour si peu !

Le Voleur de Corps

Vampire impie, ne croyant ni en Dieu, ni au diable, ivre d’amour et de sensualité, Lestat a été pendant des siècles un prince courtisé dans le monde ténébreux et flamboyant des morts vivants. Mais aujourd’hui, à l’aube d’un nouveau millénaire, au cœur des jungles de néons de l’Amérique contemporaine ou dans l’immensité désolée du désert de Gobi, le doute le ronge, une obsession le tenaille : redevenir mortel. Regarder le soleil en face. Regarder la mort en face. Impossible? Peut-être pas… C’est du moins ce que prétend le mystérieux inconnu qui se livre avec lui à un diabolique jeu de cache-cache, Miami à Amsterdam, de la Nouvelle-Orléans aux caraïbes.

Le Visiteur Sans Visage

Peggy a-t-elle bien fait en acceptant de devenir la baby-sitter de Nuts, le fils du célèbre auteur de thrillers Tanner Holt ? C’est que le petit garçon est bien remuant, un peu ” difficile “, et un brin pervers. N’a-t-il pas déjà conduit plusieurs nurses au bord de la dépression nerveuse ? Et Puis, d’où lui vient cette fichue manie de raconter partout qu’on va l’assassiner ? En Angleterre, ce sont des choses qui ne se font pas ! Peggy ne sait plus qui elle doit croire : l’enfant qui se prétend en danger, ou les parents qui accusent leur fils de mythomanie chronique ? Pour couronner le tout, il y a ce compagnon imaginaire inventé par Nuts, ce capitaine Müller qui lui ordonne de faire des choses terribles : tuer son petit frère, par exemple ! Peggy commence à se poser des questions. Et si le gosse ne mentait pas ? Si le capitaine Müller existait bel et bien ? 

Le triomphe de la passion

Quel mystère plane autour du nouveau voisin de Cybil Campbell ? Bien décidée à percer les secrets du séduisant inconnu qu’elle ne fait qu’entrevoir, elle décide de frapper à sa porte.Mais à peine a-t-elle croisé son regard sombre que l’homme lui claque la porte au nez.Cybil – qui invente chaque jour des scénarios de bandes dessinées – imagine alors pour son voisin un destin romanesque : c’est un artiste maudit, pauvre, solitaire et malheureux. Et elle doit voler à son secours…Dans la retraite tranquille de son nouvel appartement, le célèbre écrivain Preston McQuinn met la touche finale à sa dernière œuvre.Sans se douter que, de l’autre côté du palier, sa jeune et charmante voisine est en train d’échafauder un plan d’action d’une redoutable efficacité pour l’obliger à sortir de sa tanière…