14001–14016 di 75864 risultati

Le Chasseur d’hommes

Las de son métier de chasseur d’hommes, LEE KERSHAW rachète au shérif la vieille estancia familiale. En retard dans ses paiements il se voit contraint par le shérif, qui le menace de saisie, à se lancer à la pour-suite d’un assassin : CHAD MERCER, autrefois son meilleur ami… et son meilleur élève ! Périlleuse mission, car il devra affronter un désert torride infesté d’Apaches et Maquis, les revolucionarios de Lopez qui lui reprochent d’avoir trahi leur cause, et les Réguliers de l’armée mexicaine, qui eux, n’ont pas oublié son passé de mercenaire. Sans parler de LEILA, qui ne voit que par le meurtrier – et qui n’est autre que la propre fille du shérif !

Le Chaperon Rouge

Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée.
Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri. Et la peur rôde… A la mort de sa soeur, Valérie est inconsolable. Henry, le séduisant fils du forgeron, tente de gagner ses faveurs, mais le coeur indompté de la belle bat pour un autre garçon : Peter, le bûcheron exclu du groupe, qui lui offre des escapades palpitantes en dehors du cocon familial.
Un beau jour, un chasseur de loups de passage dans la région fait une terrible révélation qui provoque la stupeur des villageois : la Bête qui les terrorise vit parmi eux. Chacun devient suspect. Bientôt, on comprend que seule Valérie peut entendre la voix du Loup. Et celui-ci exige qu’elle le rejoigne avant que le sang ne coule…

Ceux Qui Tombent

#### **« Tout ce qui fait la force de Connelly est ici à l’oeuvre : l’oeil qui sait voir le détail, l’art de l’intrigue et, plus important encore, la présence émouvante d’Harry Bosch. » Publisher’s Weekly**
Bosch vient de décrocher un sursis de trois ans avant d’être mis à la retraite d’office lorsqu’il se voit confier un cold case datant de 1989. Viol suivi de meurtre, ADN, antécédents judiciaires et profil psychologique, tout incrimine un certain Clayton Pell. Un suspect… qui n’aurait eu que huit ans au moment des faits. Erreur du labo ou faute impardonnable de deux inspecteurs ? Les conséquences de ce cafouillage s’annonçant monumentales, Bosch se met immédiatement au travail lorsqu’il est appelé sur une scène de crime. Un homme se serait jeté du septième étage du célèbre hôtel de Los Angeles, le Chateau Marmont. La victime, George Irving, est le fils d’un conseiller municipal très influent à L.A., un homme qui n’a jamais porté Bosch dans son coeur. Pourquoi exige-t-il que ce soit lui qui mène l’enquête ?
Deux intrigues menées en parallèle, l’une révélant la corruption de politiciens obnubilés par leurs profits, l’autre la monstruosité de prédateurs sexuels, et une description de Los Angeles qui fait froid dans le dos.
[Ecoutez un extrait de *Ceux qui tombent*, offert par Audiolib](https://soundcloud.com/audiolib/extrai-du-livre-audio-ceux-qui-tombent-de-michael-connelly-lu-par-jacques-chaussepied)

Ceux qui ont disparu

Un matin, le cadavre d’une femme est découvert dans une église. Plus tard, c’est son collègue de travail qui est retrouvé pendu à un arbre. L’affaire semble entendue : l’assassin s’est suicidé. Mais l’enquêtrice Lottie Parker ne croit pas à cette conclusion trop facile. Les deux cadavres portent le même tatouage distinctif sur la cuisse et l’homme n’a vraiment pas le profil d’un meurtrier. Peu à peu, les indices mènent Lottie jusqu’aux portes de l’ancien orphelinat de Saint-Angela. Dans ce lieu de sinistre mémoire, des années plus tôt, des enfants sont morts de maltraitance. Au fur et à mesure de ses investigations, Parker se sent épiée, surveillée. Et, une nuit, un homme l’attaque en murmurant ces mots, terrifiants : « Pensez à vos propres enfants ». Désormais, ce n’est plus seulement une enquête, mais une question de survie…
**Le thriller choc aux 500 000 lecteurs.**

L’auteur :
Patricia Gibney est l’auteur de quatre thrillers et se consacre désormais à temps plein à l’écriture. Ses romans, salués par la critique, ont été en tête des meilleures ventes aux États-Unis, Canada, Angleterre, Australie et Italie.

Celle qui ne pleurait jamais

Séverin semble bien avoir raté sa vie : un divorce, une fille qui se passerait volontiers de son père, un boulot de flic sans intérêt et des troubles de la personnalité qui ont achevé de faire le vide autour de lui. Lorsqu’il se rend sur la première scène de crime de sa carrière, son seul désir est de se débarrasser de l’affaire au plus vite. Mais il va très vite comprendre que ce meurtre le concerne bien plus qu’il ne s’y attendait. Une trace génétique est trouvée sur les lieux du crime et l’assassin est tout désigné. Mais pour Séverin, il est hors de question d’accepter l’évidence. Déterminé à retrouver le véritable tueur, il décide de suivre son propre instinct. Jusqu’à la plus effrayante des vérités.

Le cas Fitzgerald

Des malfaiteurs dévalisent la bibliothèque de l’Université de Princeton. Leur butin est déclaré d’une valeur inestimable, mais Princeton l’a assuré pour vingt-cinq millions de dollars.
Bruce Cable possède une célèbre librairie à Santa-Rosa, une bourgade tranquille sur l’île Camino, en Floride. Bien que son affaire soit prospère, l’argent provient surtout du commerce de livres de collection. Peu de gens, toutefois, savent que Cable a souvent recours au marché parallèle et que passent entre ses mains manuscrits et ouvrages volés.
Mercer Mann est une jeune romancière. Elle souffre d’une angoisse aiguë de la page blanche et vient de perdre son poste d’enseignante. Elle est contactée par une femme mystérieuse travaillant pour une société tout aussi mystérieuse. On lui offre une coquette somme pour infiltrer Bruce Cable et son cercle d’amis de la littérature. Sa mission est de se rapprocher suffisamment de lui et de découvrir ses secrets.
Mais Mercer va trop en apprendre, et les ennuis vont commencer. Le paradis va devenir enfer, une métamorphose implacable comme seul John Grisham sait en conter. *Traduit de l’anglais par Dominique Defert*

Carpe Diem

Cassandra vit les jours comme ils viennent, bien enfermée dans sa routine de lycéenne. Sa seule distraction est son amie Nora, avec qui elle passe le plus clair de son temps.
Enzo est du genre téméraire, son besoin d’adrénaline le pousse à faire des courses de rue. C’est également un moyen de se faire de l’argent facile. C’est deux-là n’auraient jamais dû se rencontrer. Et pourtant… **
### Sinossi
Cassandra vit les jours comme ils viennent, bien enfermée dans sa routine de lycéenne. Sa seule distraction est son amie Nora, avec qui elle passe le plus clair de son temps.
Enzo est du genre téméraire, son besoin d’adrénaline le pousse à faire des courses de rue. C’est également un moyen de se faire de l’argent facile. C’est deux-là n’auraient jamais dû se rencontrer. Et pourtant…

Ça raconte Sarah

Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre, ça raconte le moment précis où l’allumette craque, le moment précis où le bout de bois devient feu, où l’étincelle illumine la nuit, où du néant jaillit la brûlure. Ce moment précis et minuscule, un basculement d’une seconde à peine. Ça raconte Sarah, de symbole : S.

La brèche

La nuit n’en finit pas de tomber sur Moscou. La ville, que désertent peu à peu ses habitants, est encore hantée par des foules sporadiques et inquiétantes. Plus rien ne fonctionne : téléphoner, prendre l’autobus se procurer des produits de première nécessité relève de l’exploit. Les intellectuels, eux, vivent dans un monde souterrain auquel on accède par un boyau très étroit débouchant directement dans un restaurant. Attablés là, ils échangent de brillantes et profondes pensées. Mais l’oxygène y est rare et l’éclairage artificiel blesse les yeux. Klioutcharev, l’un des rares intellectuels demeurés à la surface subsiste tant bien que mal avec sa femme et son fils, arriéré mental grâce à des descentes régulières dans ce monde souterrain. Mais la brèche, inexorablement, se rétrécit… Parabole sur l’impasse de la société soviétique, La brèche a également une résonance plus universelle. Le héros de Makanine rampant comme un ver dans son étroit tunnel et retrouvant en lui une sorte d’animalité archaïque, n’est pas sans évoquer Kafka. C’est aussi l’image de l’homme aujourd’hui, en suspens entre divers périls, et cheminant, douloureusement, vers quelque improbable renaissance. **

Le Brasier

Quand le général Lavallée engage Noah Wallace pour retrouver les assassins de sa fille Sophie, le profileur refuse de croire à sa mort. Persuadé que la jeune journaliste est en danger, mais toujours vivante, il accepte la mission et entraîne Clémence Leduc, sa troublante partenaire, pour mener l’enquête. Mais tous deux vont très vite se rendre compte que cette affaire est plus vaste qu’il n’y paraît et pourrait être liée à la récente vague de meurtres et de suicides inexpliqués qui frappent l’ensemble du territoire américain. Hanté par les visions d’un petit garçon sans visage et d’un brasier d’où s’échappent des cris d’effroi, Noah va se retrouver au coeur d’une investigation qui le mènera aux portes de la folie. Après Le Tricycle rouge, l’enquêteur Noah Wallace et sa coéquipière Clémence Leduc sont de retour dans un thriller brûlant. Une intrigue parfaitement maîtrisée. **

Brasier noir

Dans cette trilogie événement, Penn Cage revient dans un thriller mêlant crimes, mensonges et secrets. L’ancien procureur, aujourd’hui maire de Natchez, a appris tout ce qu’il sait de l’honneur et du devoir de son père, le Dr Tom Cage. Mais aujourd’hui, le médecin de famille respecté de tous et pilier de sa communauté est accusé du meurtre de Viola Turner, l’infirmière afro-américaine avec laquelle il travaillait dans les années 1960. Penn est déterminé à sauver son père, mais Tom, invoquant obstinément le secret professionnel, refuse de se défendre. Penn va devoir se plonger dans le passé de son père. Comprenant que son père a eu affaire à une organisation proche du KKK, contrôlée par quelques uns des hommes les plus riches et les plus puissants de l’état, Penn est confronté au plus grand dilemme sa vie : choisir entre son père et la vérité. Imprégné de l’atmosphère poisseuse du sud, *Brasier noir* marque le brillant retour d’un maître américain du suspense. Tendu, inquiétant et rempli de rebondissements électrisants, ce roman ouvre la saga la plus ambitieuse de l’auteur.

Le Bouddha Bigouden

Tout commence un soir d’automne, lorsque Lenaïg de Kerdonkuff, fille du vicomte Goulven, franchit le seuil du penty de Gwenn Rosmadec et lui demande d’écrire les mémoires de son père à l’époque où celui-ci gérait d’une main de fer le palais d’un maharadjah en Inde. Évidemment, Gwenn s’empresse d’accepter le travail ! Mais la demande de Lenaïg n’est pas sans arrière-pensées. . . il semble y avoir beaucoup d’argent en jeu derrière ce simulacre d’album-souvenir, et Gwenn ne sera pas longtemps dupe. Au coeur de l’énigme, trône en effet une statuette en jade d’une valeur inestimable. . . Quel mystère cache donc cette statuette de Bouddha qui met le pays bigouden sens dessus dessous ? Qui est ce bandit, ce malfaisant dacoït indien qui utilise les moyens les plus perfides pour se l’approprier ? Une fois n’est pas coutume, Gwenn et sa jolie Soazic vont en voir de toutes les couleurs !
**

Ballade pour Leroy

La première chose que voit Leroy lorsqu’il sort du coma, c’est la photo d’une pin-up en bikini aux couleurs du drapeau américain. Une vision aussi nette que les sept années qui séparent son départ pour l’Irak de cet instant précis où il se réveille dans un établissement spécialisé. Lui qui avait oublié jusqu’à son nom pourra-t-il redevenir un jour celui qu’il a été ? Alors qu’il prend une terrible décision, son destin va bouleverser la vie de ceux qui gravitent autour de lui : Freddie, un gardien de nuit, Pauline, une infirmière, sa petite amie Jeanette et sa mère Darla, qui continue à lui lire à haute voix des romans de science-fiction. Pendant que Leroy lutte dans un inquiétant monde parallèle pour sauver sa peau… Après *Motel Life* et *Plein nord* , Willy Vlautin signe un roman très fort sur les oubliés du rêve américain. Un livre magnifique sur ceux qui s’accrochent à la vie envers et contre tout, où courage et bienveillance font contrepoids à la noirceur du quotidien. *« Profondément émouvant, le roman de Willy Vlautin touche en plein coeur et rappelle le meilleur de Steinbeck. »* Library Journal

Avec toutes mes sympathies

Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de
se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
« Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »
O. L.

Avec Intention De Nuire

###
Nous sommes tous à la merci d’une erreur médicale, et il ne manque pas de faits divers retentissants pour nous le rappeler… Mais dans le cas de Patty Owen, morte en mettant au monde son premier enfant, y a-t-il vraiment eu négligence du médecin anesthésiste, Jeffrey Rhodes ? L’enquête conclut par l’affirmative. Lui seul se croit, se tait innocent. Condamné pour meurtre, libéré sous caution, sa vie et sa carrière brisées, il va devoir mener un combat désespéré avant de découvrir, derrière les circonstances qui ont entraîné le drame, d’effrayantes intentions de nuire… C’est en professionnel -il a été chirurgien – que l’auteur de Virus et de Sphinx nous entraîne dans les terrifiants arcanes du monde hospitalier.

Autisme : J’accuse !

Hugo Horiot est devenu, en quelques années, le porteparole de ses pairs autistes. La rage au cœur, il l’affirme : non, les personnes autistes ne sont pas déficientes. Elles ne doivent plus être exclues par une société normative qui se refuse à les entendre. Sait-on que, dans la Silicon Valley, les start-up comptent nombre d’ingénieurs autistes ? Que des entreprises comme Microsoft recherchent leurs compétences hors normes ? Que l’armée israélienne soumet à leur puissance de décryptage des photos aériennes ? Qu’en Suède, leur scolarisation est un droit civique ? Qu’avec leur atypisme, les personnes autistes sauront manier, mieux que quiconque, l’intelligence artificielle ? Ce vibrant manifeste, traversé d’un vent d’orage, nous dévoile une autre intelligence, méconnue, un autre langage. Il bouleverse notre regard et nous convainc qu’un autre monde est possible.