13681–13696 di 68366 risultati

Le Peuple Des Rennes

SUMMARY:
La tâche qu’elle avait entreprise lui pesait : vivre seule avec Kerleu dans une contrée inconnue et déserte. Et, d’une manière ou d’une autre, le faire changer. Aider ce fils à devenir un être moins étrange, moins difficile à comprendre. Lui sortir de la tête les drôles d’idées du chaman et les remplacer par les talents dont il aurait besoin. Le laver de la magie que Carp commençait à cultiver en lui, comme elle aurait nettoyé une plaie pour bannir l’infection. Toute à sa détermination, elle serra les dents. Elle réussirait. Et jusqu’à ce moment-là, elle vivrait seule, à l’écart des hommes. Plus de mal fait à Kerleu. Plus de mal fait à personne. ” Dans un univers désolé où le froid et la nuit règnent en maîtres, le combat d’une femme hors du commun pour protéger son fils, l’inquiétant Kerleu. Une éblouissante saga préhistorique jusqu’ici inédite en France, publiée en 1988 sous son nom véritable avant le phénoménal succès de l’Assassin royal écrit sous le pseudonyme de Robin Hobb.

Un peu plus loin sur la droite

Ex-flic, Louis Kehlweiler découvre par hasard un petit os humain dans un excrément de chien. Il note les habitudes de chaque promeneur de chien du secteur tandis que Vandoosler, son jeune archiviste, épluche les journaux pour déceler la moindre mort suspecte. Leurs recoupements finissent par les conduire à Port-Nicolas, village perdu de la côte du Finistère, où la vieille Marie a chuté d’une falaise deux semaines auparavant. La gendarmerie avait conclu à l’accident mais Kehlweiler refuse de lâcher le morceau. Pour imposer son point de vue, il doit se confronter aux élus et aux notables, ainsi qu’aux rumeurs et aux rancoeurs de la bourgade. Un défi comme aime les relever Kehlweiler, cet esprit indépendant qui n’a pas peur de plonger les deux mains dans la boue.
En plus d’une enquête superbement bâtie, l’histoire est soutenue par une écriture brillante et concise, parfois en forme de confession voilée, agrémentée de dialogues truculents et de personnages délicieux et savants. Un grand plaisir. *–Nicolas Mesplède*

Pétronille

« Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »

Les petits secrets d’emma

Ce n’est pas qu’Emma soit menteuse, non, c’est plutôt qu’elle a ses petits secrets. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Elle déteste sa cousine Kerry. Et avec Connor, son petit ami, au lit ce n’est pas franchement l’extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l’avouer. Mourir ? Justement… Lors d’un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit sa dernière heure arrivée. Prise de panique, elle déballe tout à son séduisant voisin. Tout et plus encore. Sans imaginer que l’inconnu en question est l’un de ses proches. Très proche même…
**

Petits et grands mensonges de l’Histoire de France

Non, Charlemagne n’a pas eu l’idée (folle) d’inventer l’école. Henri III n’était pas homosexuel. Le vase de Soissons n’a pas été brisé et il provenait de… Reims. Vatel n’a jamais inventé le crème Chantilly, pas plus que Parmentier n’a importé la pomme de terre. Molière n’est pas mort sur scène. Napoléon n’est pas mort d’un cancer. Quel mot Cambronne a-t-il réellement prononcé à Waterloo ? Et au fait, Charles de Gaulle n’était pas vraiment général ! Autant de mensonges – petits ou grands ! – qui jalonnent l’Histoire de France. Bien des épisodes ont été enjolivés, mis en scène ou transformés pour servir de symboles ou fédérer le peuple autour de l’idée commune de nation. Parfois, avant d’être une science, l’Histoire devient un instrument entre les mains des hommes. C’est ce que montre ce livre en revenant sur des épisodes semblant gravés dans le marbre et qui, en réalité, sont des falsifications communément acceptées… Petits et grands mensonges de l’Histoire de France.

(source: Bol.com)

Petites douceurs

Le chemin qui mène au cœur d’un homme passe par les cupcakes.

Riley Brown s’est établie sur l’île paisible de Sugarberry, dans le sud des États-Unis, après des années de vie citadine à Chicago. Une nouvelle carrière, des amis fantastiques… elle a tout ce qui lui faut, ou presque.

Mais alors qu’elle redécore une maison, elle tombe littéralement nez à nez avec Quinn Brannigan, son auteur préféré. Le bel écrivain ne tarde pas à succomber au charme de cette gaffeuse en série et de ses adorables fossettes.

‘ Délicieusement sexy ! ‘ Carly Phillips

(source: Bol.com)

La Petite Hongroise Au Manteau Vert

J’étais anxieuse à l’idée de cette croisière sur le Danube, destinée à remonter le cours du fleuve jusqu’à Budapest. Vingt ans que j’avais fui ma patrie, réfugiée en Serbie depuis 1990.
Durant ce périple, une journaliste hongroise s’est introduite dans mes souvenirs, nos discussions sont devenues plus intimes au fil des jours. Viki aurait pu être ma petite-fille, alors je lui ai confessé l’enfer de ma jeunesse, un récit dramatique au cœur de l’action.
À l’aube du dernier matin, libérée de mon fardeau, j’ai affronté le regard de cette jeune femme, contrainte de m’avouer la raison de sa présence à bord…
Revivez l’incroyable destin d’Anna Borczy, militante activiste lors de l’insurrection hongroise de 1956…
Éditeur : Collection Lordkarsen – 356 pages – BNF dépôt légal 2019 – ISBN 979-10-94383-32-2

La Petite fille qui aimait Tom Gordon (Litterature)

« Le monde a des dents, et quand l’envie le prend de mordre, il ne s’en prive pas. Trisha McFarland avait neuf ans lorsqu’elle s’en aperçut. Ce fut un matin, au début du mois de juin. A dix heures, elle était assise à l’arrière de la Dodge Caravan de sa mère, vêtue de son maillot d’entraînement bleu roi de l’équipe des Red Sox (avec 36 GORDON inscrit dans le dos), et jouait avec Mona, sa poupée. A dix heures trente, elle était perdue dans la forêt. A onze heures, elle s’efforçait de ne pas céder à la panique, de ne pas se dire *Je suis en danger,* de chasser de sa tête l’idée que les gens qui se perdent dans la forêt s’en tirent quelquefois avec de graves blessures, que quelquefois même ils en meurent. »
**
### Sinossi
« Le monde a des dents, et quand l’envie le prend de mordre, il ne s’en prive pas. Trisha McFarland avait neuf ans lorsqu’elle s’en aperçut. Ce fut un matin, au début du mois de juin. A dix heures, elle était assise à l’arrière de la Dodge Caravan de sa mère, vêtue de son maillot d’entraînement bleu roi de l’équipe des Red Sox (avec 36 GORDON inscrit dans le dos), et jouait avec Mona, sa poupée. A dix heures trente, elle était perdue dans la forêt. A onze heures, elle s’efforçait de ne pas céder à la panique, de ne pas se dire *Je suis en danger,* de chasser de sa tête l’idée que les gens qui se perdent dans la forêt s’en tirent quelquefois avec de graves blessures, que quelquefois même ils en meurent. »

Petite fête et gros tracas

La vie de Mia est décidément très compliquée. Le comité des délégués de classe, dont elle est la présidente, n’a plus un centime pour la cérémonie de remise des diplômes de fin d’année, Michael l’invite à une fête alors qu’elle est tout sauf fêtarde… enfin, pour lui venir en aide et régler ses problèmes financiers, sa grand-mère se met en tête de monter une comédie musicale dans elle lui donne le premier rôle. Mais cela fait beaucoup pour une seule personne, non ?

Petit traité de toutes vérités sur l’existence

” Et cet essentiel torché comme un ” petit traité ” est un petit régal de dérision, de causticité, de drôlerie. Fred Vargas s’en donne à cœur joie pour éclairer cette ” mouise ” qu’elle trouve trop éternelle ! ” Le Canard enchaîné ” […] Et j’aime mieux vous dire tout de suite qu’il s’agit d’un traité définitif. Avant lui des broutilles, des tentatives maladroites, des égarements fâcheux, et c’est la planète tout entière qui continue de vagabonder de paniques en fourvoiements. Or nous sommes tout de même en 2001, et il serait grand temps de faire quelque chose. On n’a que trop tardé. Que depuis trente mille ans on recule pour mieux sauter, soit, je veux bien l’admettre. Mais un jour advient où trop, c’est trop, et où il est impérieux de saisir le taureau par les cornes. Par cette métaphore j’ai nommé la Vie, et ses mystères. Ses lots de questions insolubles et notre démarche chancelante faite de millions de bourdes inlassablement répétées. Alors qu’il est si simple, avec un petit traité tout bonnement efficace, de diriger valeureusement nos pas. Alors qu’il est si facile, en quelque cent feuillets, d’apporter un soulagement à nos errances. ”

Petit traité d’histoire des religions

Petit traité d’histoire des religions by Frédéric LENOIR
**En explorant l’histoire de toutes les religions, Frédéric Lenoir explique comment l’homme a un jour eu besoin de Dieu et l’a fait à son image. **
Quelle est la toute première religion de l’humanité ? Comment sont apparues les notions de dieu, de sacrifice, de salut, de délivrance, de prière, de clergé ? Pourquoi est-on passé du culte de divinités féminines à celui de divinités masculines ? De la croyance en plusieurs dieux à la foi en un Dieu unique ? Pourquoi la violence est-elle souvent liée au sacré ? Pourquoi y a-t-il plusieurs religions ? Qui sont les fondateurs des grandes traditions et quel est leur message ? Quelles sont les ressemblances et les différences fondamentales entre les religions ?
Des premiers rituels funéraires des hommes préhistoriques aux grandes religieuses actuelles, Frédéric Lenoir explore de manière limpide l’univers foisonnant du sacré. Une question parcourt ce livre : à quoi servent les religions et pourquoi accompagnent-elles l’aventure humaine depuis l’aube des temps ?

Le petit sauvage

Un jour, Alexandre Eiffel s’aperçoit avec effroi qu’il est devenu une grande personne, un empaillé de trente-huit ans. Esclave de son agenda, il ne copule plus guère et se prélasse sans honte dans la peau d’un mari domestiqué, indigne du petit garçon rebelle et vivant qu’il fut, celui à qui son papa disait : – Le Petit Sauvage, tu es un fou ! Alexandre décide de réveiller l’enfant en lui. Il quitte l’épouse qui lui servait de bouillotte, rachète la maison où vécut le Petit Sauvage, part retrouver la Société Secrète des Crusoé et surtout Fanny, son bateau bleu et ses lèvres inoubliables. Mais les ans ont passé et le retour aux amours enfantines ne pourra se faire que grâce à Manon, la contrôleuse des volcans, qui fit si bien l’amour dans les branches des arbres. Adulte qui joue à l’enfant, enfant qui joue à l’adulte, Alexandre est la création la plus originale de l’auteur du Zèbre.

Le petit âne blanc

La 4ème de couv. indique : “Sur la place de Marché, au pied des remparts du Vieux Tanger, se rassemble une foule grouillante de charmeurs de serpents, d’écrivains publics, de vendeurs d’épices et de paysans venus des douars lointains. Parmi les guenilles au cents couleurs et la rumeur aux milles cris, apparaît Bachir, le petit bossu. L’enfant pauvre à la voix d’or vient chanter, puis raconter les histoires étonnantes qu’il a vécues

Perle de lune

Avril 1965. Soldat américain en permission à Hong Kong, Garret Whitaker oublie les horreurs du Vietnam dans les bras de Juliana, une petite couturière chinoise. Au bout d’une semaine d’amour fou, ils se quittent. Pour toujours, exige Julianna, qui ne veut pas provoquer le destin en demandant davantage. C’est par téléphone que Garret apprendra que de leur bonheur est née une fille, Maylène. De son coté, il a épousé une Américaine qui meurt en donnant le jour à une petite fille, Allison. Vingt-huit ans plus tard, le promoteur James Drake va, sans le savoir, réunir les deux soeurs : il a choisi Maylène comme architecte de son grand projet, Le Palais de jade, et Allison comme photographe. Maylène connait l’existence d’Allison. Depuis l’âge de treize ans où elle a appris -croit-elle- la vérité sur son père américain, elle mène une existence pleine d’amertume. Il faudra le charme ingénu de sa demi-soeur et surtout l’amour de l’entrepreneur Sam Coulter pour la réconcilier avec elle-même et avec Hong Kong, qu’elle avait fui.
Un roman délicieusement divertissant, qui se déroule dans l’univers aussi exotique que turbulent du Hong Kong moderne. L’histoire exceptionnelle de deux soeurs à la personnalité remarquable, liées par le sang mais séparées par le destin, qui auront à affronter des dangers inattendus… et les défis de l’amour.

Péril

elles étaient savoureuses, les figues viole?es du vieux figuier ! On
les mangeait avec recueillement, en famille ; on n’avait pas plus de respect
pour le pain bénit rapporté de la grand-messe et partagé avec celles qui,
retenues par les travaux domestiques, n’avaient pu aller qu’à la messe
basse du matin. Ces figues, et les promenades du dimanche, sur la jetée
ou bien au pied de la montagne du Roule, étaient restées dans la mémoire
d’Adèle comme les points brillants d’une enfance grise et terne.
La jeunesse était venue sans presque rien changer ; seulement, le soir,
Adèle avait eu parfois l’idée de sortir dans la cour étroite, pour voir s’il
y avait des étoiles au ciel ; elle avait regardé la mer avec plus d’intérêt
passionné, comme si elle en a?endait quelque chose d’inconnu. Les prairies
qui descendent d’Octeville vers Cherbourg lui avaient semblé plus
vertes, un grand genêt dont les fleurs d’or s’éparpillaient en feu d’artifice
au-dessus d’un mur, sur une route, lui avait paru deux fois par an s’illuminer
comme pour une fête à son intention… mais elle s’était accoutumée
à voir les fleurs décroître et se flétrir sur les minces rameaux, les prairies
jaunir à l’ardeur du soleil d’août ; et sa jeunesse s’était passée…
Elle l’avait cru, du moins, et soudain sa vie s’était éclairée d’une lumière
nouvelle. Adèle avait vingt-sept ans, et depuis quelque temps elle
s’était accoutumée à l’idée de devenir vieille fille ; autour d’elle ses « camarades
de communion » s’étaient toutes mariées, plus ou moins tôt, plus
ou moins bien, mais elle n’avait jamais rencontré quelqu’un qui lui fît la
cour.

Le Père De Nos Pères

Le Père de nos pères by Bernard Werber
Après avoir visité les mondes souterrains dans sa trilogie des *Fourmis* et l’au-delà dans les *Thanatonautes*, Bernard Werber se lance sur les traces du fameux chaînon manquant, le « père de nos pères ». Une course poursuite haletante où l’on rencontre : une jeune reporter délurée – ex-cambrioleuse -, un journaliste à la retraite – obèse mais fin limier -, un spécialiste de la préhistoire qui en savait trop, un club de savants passionnés, une charcutière industrielle, une star du X, quelques primates avisés et une dame phacochère qui n’a pas peur des alliances contre nature… Voyage aux sources de l’humanité, enquête aux mille rebondissements, hypothèses scientifiques stupéfiantes sur le mystère de nos origines… Werber se fait une fois encore explorateur des frontières de l’inconnu. Suspense, humour, science, aventure un thriller paléontologique qui pourrait bien changer notre vision du monde.