12785–12800 di 65579 risultati

Les Assassins de Gor

Titre original : Assassin of Gor, 1969 Science Fiction – Cycle : Gor vol. 5 Traduction de Daniel LEMOINE Illustration de Claude FRITSCH OPTA, coll. Aventures fantastiques n° 21, 2ème trimestre 1981 522 pages, catégorie / prix : nd, ISBN : 2-7201-0133-8 Autres éditions J’AI LU, 1993, 1996, 2006 OPTA, 1984 Au cœur de la Cité-Etat d’Ar la glorieuse, la Maison de l’esclavagiste Cernus prospère si vite et si bien qu’elle a fini par attirer l’attention des prêtres-rois de Gor. Ces entités divines qui président à la destinée de la planète suspectent qu’un ennemi autrement plus dangereux se cache derrière les agissements de Cernus. A peine revenu de son long voyage dans les terres du Sud, Tart le Guerrier est renvoyé vers Ar. Grimé, vêtu de la tenue noire de la caste des Assassins, il retrouve la cité dont il a volé la Pierre de Foyer, bien des années plus tôt. Ce n’est que lorsqu’il se retrouve dans la gueule du loup qu’il apprend qu’à Ko-ro-ba, sa ville d’adoption, un homme qui lui ressemblait trait pour trait a été abattu…

L’assassin qui rêvait d’une place au paradis

**L’Évangile selon Dédé**
Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s’associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d’un homme de main ? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin…
**Après son vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, son analphabète qui savait compter, c’est à un malfrat repenti que Jonas Jonasson donne une seconde chance. Déjanté !**
**
### Sinossi
**L’Évangile selon Dédé**
Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s’associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d’un homme de main ? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin…
**Après son vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, son analphabète qui savait compter, c’est à un malfrat repenti que Jonas Jonasson donne une seconde chance. Déjanté !**
### L’autore
Né en Suède en 1961, Jonas Jonasson, ancien journaliste et consultant pour les médias, est l’auteur du *Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire*, son premier roman, qui a connu un immense succès dans la trentaine de pays où il a été publié. Après *L’Analphabète qui savait compter*, *L’assassin qui rêvait d’une place au paradis* est son troisième livre.

Un assassin au Touquet

« Vous êtes, paraît-il, le champion de Scotland Yard. Vous ne croyez certainement pas à un crime parfait. Je vais le commettre. Dans trois semaines, au Touquet, en France, on retrouvera une jeune femme morte… Je démontrerai au monde entier que vous êtes un incapable et que votre réputation est surfaite. » Apollon.
Contrairement à ce que supposait Higgins, destinataire de cette lettre, Apollon tiendra parole. Directement mis en cause, l’ex-inspecteur-chef est contraint d’intervenir sur le territoire français. Et malgré le charme du merveilleux Touquet, le crime annoncé ne sera que le premier…

L’ascension d’un prince marchand

Roo Avery est de retour. Revenant de la guerre contre les armées de la reine Emeraude, il est à présent libre de choisir son destin. Son ambition suprême est de devenir le plus riche et le plus puissant marchand de Midkemia. Mais rien ne l’avait préparé aux dangers de la nouvelle vie qu’il s’est choisie, quand une dette impayée peut être aussi mortelle qu’un poignard dans l’obscurité. Même ses amis les plus proches sont suspects et, tandis que Roo se bat pour bâtir son empire financier, la trahison est toujours prête à frapper. Son instinct légendaire le sert bien, mais il va bientôt réaliser que la route vers le succès est semée d’embûches. En effet, alors que Roo travaille d’arrache-pied pour atteindre son but, le souvenir des forces des ténèbres qu’il a déjà affrontées se rapproche. Car la guerre contre la reine Emeraude est loin d’être terminée et l’inévitable confrontation fait peser la plus grande menace sur sa richesse et son pouvoir.
**

Artemis Fowl, Tome 3 : Code éternité

Message urgent de : Artemis Fowl. Destinataire : Peuple des fées. Je pense que je n’ai pas à me présenter, ma réputation n’est plus à faire. Je suis un jeune génie du crime, j’ai monté les mauvais coups les plus audacieux. Mais pour la première fois de ma vie, je me retrouve dans une situation désespérée. Je vous lance un appel au secours et, si vous n’y répondez pas, je suis perdu. Et vous aussi, Peuple des fées… La troisième aventure d’Artemis Fowl, ou comment notre jeune bandit millionnaire va découvrir qu’il est bien utile d’avoir des amis aux pouvoirs magiques…
**

Artemis Fowl (Tome 4) – Opération Opale

Message à l’attention de : Artemis Fowl ‘ Nous sommes le Peuple des fées. Vous ne vous souvenez plus de nous car nous avons effacé votre mémoire. Mais aujourd’hui, nous devons vous informer que nous sommes tous en danger de mort. Opale Koboï, la fée lutine que vous nous avez autrefois aidés à combattre, est de retour, déterminée à se venger. Pour la vaincre, vous avez besoin de nous. Et nous avons besoin de vous… ‘
(source: Bol.com)

Artemis Fowl

Twelve-year-old Artemis Fowl is a millionaire, a genius—and, above all, a criminal mastermind. But even Artemis doesn’t know what he’s taken on when he kidnaps a fairy, Captain Holly Short of the LEPrecon Unit. These aren’t the fairies of bedtime stories—they’re dangerous! Full of unexpected twists and turns, *Artemis Fowl* is a riveting, magical adventure.

Artana ! Artana !

Erik Ketezer est vétérinaire en Normandie, mais il a passé sa jeunesse à Courvilliers, un ancien fief communiste de la périphérie parisienne. De retour dans sa cité natale pour enquêter sur le décès du frère d’une de ses amies, il découvre l’état de déliquescence de la ville. L’économie est dominée par le trafic de drogue, qui s’organise au sein même de l’équipe municipale : on a découvert des centaines de kilos de cannabis dans le centre technique de la mairie, dirigé par un délinquant notoire. Une impunité inexplicable règne, couvrant les actes de népotisme, les faux emplois, les pots-de-vin, les abus de biens sociaux en tout genre. Pendant ce temps, la ville part à vau-l’eau, les équipements municipaux sont détériorés, les ascenseurs ne fonctionnent pas plus que le ramassage des poubelles, les rats pullulent, le maire a été élu grâce au travail efficace des dealers et des islamistes qui ont labouré le terrain en distribuant menaces et récompenses… Ce nouveau roman de Didier Daeninckx est mené tambour battant. Son écriture efficace, directe, est mise au service d’un tableau accablant des territoires oubliés de la République.

L’art-thérapie

L’art-thérapie et la médiation artistique consistent en un accompagnement de personnes en difficulté (psychologique, physique, sociale, existentielle) mises en position de création artistique aboutissant à des œuvres plastiques, sonores, théâtrales, corporelles et dansées. Ce travail subtil, qui prend les vulnérabilités comme matériau, cherche moins à dévoiler les significations inconscientes des productions qu’à permettre au sujet de se recréer lui-même, de se créer à nouveau dans un parcours symbolique de création en création. Les interventions d’artistes, de médiateurs artistiques et d’art-thérapeutes s’étendent désormais au champ social et permettent notamment de traiter le problème de la violence contemporaine.

(source: Bol.com)

L’Art du roman

«Dois-je souligner que je n’ai pas la moindre ambition théorique et que ce livre n’est que la confession d’un praticien ? L’ouvre de chaque romancier contient une vision implicite de l’histoire du roman, une idée de ce qu’est le roman ; c’est cette idée du roman, inhérente à mes romans, que j’ai essayé de faire parler.»Dans sept textes relativement indépendants mais liés en un seul essai, Kundera expose sa conception personnelle du roman européen («art né du rire de Dieu»). L’histoire de celui-ci est-elle en train de s’achever ? Toujours est-il qu’aujourd’hui, à l’époque des «paradoxes terminaux», le roman «ne peut plus vivre en paix avec l’esprit de notre temps : s’il veut encore «progresser» en tant que roman, il ne peut le faire que contre le progrès du monde».Un des textes est consacré à Broch, un autre à Kafka, et de la première à la dernière ligne la réflexion de Kundera est une constante référence aux auteurs qui sont les piliers de son «histoire personnelle du roman» : Rabelais, Cervantes, Sterne, Diderot, Flaubert, Tolstoï, Musil, Gombrowicz… Dans deux dialogues, l’auteur parle de son propre art (art dans le sens presque artisanal du mot) : des façons de créer un «ego expérimental» (personnage), de la polyphonie, de la composition…
**

L’art du crime

Un sérial-killer sévit à New York, un maniaque pour qui le meurtre est un art, requérant talent, cruauté et imagination. Le lieutenant Eve Dallas connaît ce mode opératoire. Dix ans plus tôt, en février 2051, un assassin surnommé ” l’Homme à l’anneau d’argent avait torturé et tué quatre femmes de manière similaire. Aujourd’hui, il est de retour. Pourquoi ? Le meurtrier a déjà choisi sa prochaine victime, mais ce qu’Eve ignore, c’est que son futur chef-d’oeuvre, c’est elle…

L’art du crime

Un sérial-killer sévit à New York, un maniaque pour qui le meurtre est un art, requérant talent, cruauté et imagination. Le lieutenant Eve Dallas connaît ce mode opératoire. Dix ans plus tôt, en février 2051, un assassin surnommé ” l’Homme à l’anneau d’argent avait torturé et tué quatre femmes de manière similaire. Aujourd’hui, il est de retour. Pourquoi ? Le meurtrier a déjà choisi sa prochaine victime, mais ce qu’Eve ignore, c’est que son futur chef-d’oeuvre, c’est elle…

L’art de négocier avec la méthode Harvard

Obtenez ce que vous voulez vraiment !
La négociation est une rencontre, un échange qui mérite mieux qu’une improvisation. Elle nécessite donc une véritable préparation, l’enjeu étant souvent de taille.
Cet ouvrage, basé sur les techniques enseignées à Harvard et parcouru d’exemples pratiques tirés de la vie quotidienne et professionnelle, vous aidera à vous poser les bonnes questions avant et pendant une négociation :
* Comment identifier les besoins de la partie adverse et anticiper ses attentes ? Sur quels points est-elle susceptible de faire des concessions ?
* Quels sont vos objectifs les plus importants ? Avez-vous des alternatives ou un ”plan B” ?
* Comment interpréter les non-dits et les réactions de son interlocuteur ?
* Votre offre est-elle suffisamment crédible pour ne pas être rejetée ?

(source: Bol.com)

L’art de la fessée

“La fessée est un art”, nul de saurait contredire Donatien Casanova, auquel ses ancêtres confèrent autorité en la matière. Cet album, simplement illustré par Manara (avec toujours le même raffinement dans le dessin des courbes féminines) débute par une rencontre : celle d’une célèbre animatrice de télévision, dans le Paris-Venise, avec un homme, Donatien Casanova somnolent, un carnet vert ouvert dans la main… La tentation est trop forte, Eva découvre d’abord des croquis, et sa curiosité est rapidement avivée. Et lorsque son compagnon de voyage lui propose de se lancer dans la lecture de cet ouvrage, elle ne sera pas longue à convaincre. Ce petit carnet est une révélation, l’histoire de sa vie sexuelle à partir du jour où il découvre la fessée ! Au rythme du voyage, Eva entre en même temps dans la lecture et dans le plaisir. Libre au lecteur de la suivre…
Le petit carnet vert est lu par une femme, Eva Lindt, alias Jean-Pierre Enard, le véritable auteur. Un conseil : faites de même, lisez-le à haute voix pour un homme ou une femme, l’initiation à la fessée est commune, comme sa consommation. Tout le plaisir réside dans le trouble de l’autre… Mais attention, la fessée ne doit jamais faire mal, c’est toute la base de cet art ! *–Nadia Krovnikoff*

L’art de la fellation / L’art du cunnilingus

Lorsque le Dr Gérard Leleu parle de fellation et de cunnilingus, ne vous attendez surtout pas à une quelconque trivialité qui friserait la pornographie. Bien au contraire. Il révèle, dans ce livre, la beauté, l’amour et le sens de ces caresses exquises qu’on apprend à partager avec l’être que l’on aime le plus au monde. Avec respect et poésie, il propose aux hommes et aux femmes de perfectionner leur art érotique pour le plus grand bonheur de chacun.

Dans ce manuel bi-face, pour deux fois plus de plaisir au féminin comme au masculin, voici ce qu’il écrit et assume, s’appuyant sur une très belle citation de Paul Géraldy extraite de Toi et Moi : “Il n’y a pas de péché, il n’y a que des fautes de goûts.”

Et lui de surenchérir : “Je rêve de noces entre le sexe et la beauté, d’épousailles entre la sexualité et le divin.”

Au recto donc, l’art de la fellation, à destination des femmes (ou des hommes) qui veulent donner un plaisir sans partage à leur partenaire.

– Tout ce qu’il faut savoir sur le pénis, tant sur un plan physiologique que “psychologique.”
– Pourquoi les hommes considèrent-ils la fellation comme la “reine des caresses” ?
– Les bonnes positions pour la fellation et les conseils avant de passer à l’acte.
– Les préliminaires et les délicieux accompagnements.
– Les petits détails qui font la différence.
– Les peurs physiques et psychiques de l’homme et de la femme.

Au verso, l’art du cunnilingus, à destination des hommes (ou des femmes) qui veulent maîtriser la “caresse préférée des femmes.”

– Tout ce qu’il faut savoir sur l’anatomie et la physiologie féminine.
– Les positions pour le cunnilingus et les indispensables préliminaires.
– Les caresses des mains, puis des doigts et de la langue.
– Tout sur ces délices de la chair qui peuvent aller jusqu’à l’ivresse psychique.
– Et les sex-toys dans tout ça ?
– Les réticences des femmes et des hommes et comment y remédier.

Fellation et cunnilingus s’avèrent être des caresses qui conduisent à un optimum de volupté pour l’homme comme pour la femme. Mais ils obéissent à la loi générale de l’érotisme. Faire entrer dans la fête d’autres territoires permet d’étendre à tout le corps un plaisir qui pourrait être trop ponctuel.

Des préliminaires à la jouissance, ce guide présente l’art du baiser pénien et clitoridien sous toutes ses coutures. De quoi vous faire atteindre des intensités tempétueuses et devenir virtuose en la matière !

(source: Bol.com)