12161–12176 di 65579 risultati

Effroyables Jardins

” Certains témoins mentionnent qu’aux derniers jours du procès de Maurice Papon, la police a empêché un clown de rentrer dans la salle d’audience. Il semble que ce même jour, il ait attendu la sortie de l’accusé et l’ait simplement considéré à distance sans chercher à lui adresser la parole. L’ancien secrétaire général de la préfecture a peut-être remarqué ce clown mais rien n’est moins sûr. Par la suite l’homme est revenu régulièrement sans son déguisement à la fin des audiences et aux plaidoiries. A chaque fois, il posait sur ses genoux une mallette dont il caressait le cuir tout éraflé. Un huissier se souvient de l’avoir entendu dire après que le verdict fut tombé : – Sans vérité, comment peut-il y avoir de l’espoir ? ” L’auteur dédie ce court texte lumineux, émouvant et métaphorique à la mémoire de son grand-père, ancien combattant à Verdun et de son père, ancien résistant.

Écrit avec le sang de mon cœur (Outlander Split-Volume Edition #8, part 1)

Juin 1778 : l’armée britannique quitte Philadelphie, alors que les troupes de George Washington délaissent Valley Forge pour se lancer à ses trousses. Jamie Fraser, que l’on croyait mort, réapparaît et découvre que son meilleur ami s’est marié avec sa femme, Claire. Il apprend également que son fils illégitime connaît maintenant l’identité de son père. Enfin réunis, Jamie et Claire se réjouissent que Brianna, leur fille, soit en sécurité au XXe siècle… Mais il n’en est rien, puisqu’elle est à la recherche de son fils, qui a été enlevé par un homme déterminé à connaître les secrets de sa famille. Son mari, Roger, s’est aventuré dans le passé pour retrouver le garçon disparu, ignorant que l’objet de sa quête n’a pas quitté le présent. Le ravisseur peut désormais jeter son dévolu sur sa véritable cible : Brianna.

Écoutez nos défaites

Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d’élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d’une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste… Un roman inquiet et mélancolique qui constate l’inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu’on meure pour elles.

Écoute, petit homme !

Texte intégral révisé suivi d’une biographie de Wilhelm Reich. ”*Écoute, petit homme !*” n’est pas un document scientifique mais un document humain. Il a été rédigé en été 1945 pour les archives de l’Orgone Institute et n’était pas destiné à être publié. Il est l’aboutissement de tempêtes et luttes intérieures d’un homme de science et d’un médecin qui a observé pendant des décennies, d’abord en spectateur naïf, puis avec étonnement et enfin avec horreur, ce que l’homme de la rue ”s’inflige à lui-même”, comment il souffre et se révolte, comment il admire ses ennemis et assassine ses amis; comment, au moment même où il accède au pouvoir en assumant la fonction de ”représentant du peuple”, il abuse de sa puissance et la rend pire que celle dont auparavant il avait à souffrir de la part de certains sadiques des classes supérieures. Ces propos adressés au ”petit homme” sont la réplique silencieuse au commérage et à la calomnie. Au moment où cette réplique fut rédigée, personne n’avait l’idée que des autorités gouvernementales qui devaient protéger la santé en collaboration avec les politiciens et les psychanalystes, allaient attaquer la recherche de ”l’orgone” (je dis bien qu’elle a essayé de ”l’étouffer par la calomnie” et non de prouver qu’elle était déraisonnable). Or, c’est de la recherche sur l’orgone que dépendent pour une large part la vie et la santé de l’homme. Voilà qui justifie la publication de ces ”propos”, à titre de document historique. — Wilhelm Reich.
(source: Bol.com)

L’éclat du danger

Lieutenant de police à Washington, Seth Buchanan a la stupeur de voir surgir devant lui, bien vivante, la victime du meurtre sur lequel il enquête : Diana Fontaine, un jeune et célèbre mannequin qu’on pensait morte assassinée dans son appartement. Le meurtrier a-t-il commis une erreur ? Et lorsqu’il s’en rendra compte, ne voudra-t-il pas à tout prix recommencer pour atteindre, cette fois, sa vraie cible ? Déjà désarçonné par la tournure que prend son enquête, Seth doit bientôt se rendre à l’évidence : conformément aux photos qu’on peut voir d’elle dans les magazines, Diana est bien d’une insolente et vibrante beauté. Une beauté qui le chavire et le touche étrangement. Et, avec le pressentiment que cette rencontre a déjà changé sa vie, Seth décide d’employer tout son talent d’enquêteur pour démasquer et faire arrêter celui qui, dans l’ombre, menace Diana…

Eclair de chaleur

Le monde idyllique de Wodehouse ne perdra jamais sa fraîcheur. Il continuera à libérer les générations futures d’un type de captivité qui risque fort d’être encore plus ennuyeux que le nôtre. Il a créé un univers grâce auquel notre existence redevient délicieuse.

Echec aux Végans

Au terme d’un long périple, Teeter Able Back 1, la nouvelle navette spatiale américaine, vient de larguer son dernier satellite, accomplissant ainsi un premier parcours sans faute. Soudain, sous les yeux hébétés des radariste, l’engin change de cap et, après une trajectoire ahurissante, sort du champ détecteur avant de disparaître corps et biens, quelque part au-dessus de la jungle brésilienne. Quarante-huit heures plus tard, dans l’enfer de la forêt amazonienne, allait s’engager une étrange partie de chasse. Mais c’est tout une autre découverte qui attendait l’équipe de scientifiques partie à la recherche de la navette perdue. Une découverte terrifiante pour le monde entier…

Echec au destin

Soudain, alors que le couple approchait de la limite du quartier Rouge, trois hommes armés surgirent de l’ombre. Sans réfléchir, Andy Sherwood repoussa Gloria, la projetant vers l’entrée d’une ruelle où, elle pourrait trouver un abri, il se maudit intérieurement de n’avoir pas emporté ne serait-ce qu’un paralysateur.
A ce moment même, le premier rayon thermique déchira la nuit tiède et le terrassa.
Leur ami disparu, Blade et Baker étaient prêts à tout pour voler sa victoire à la mort !

Échapper

” Vous me demandez ce que Susanne a de plus que vous, je vais vous le dire : Susanne est en paix avec les hommes, elle ne leur veut aucun mal, elle n’ambitionne pas de me posséder et de m’asservir, elle aime au contraire me savoir libre et vivant pour que je continue d’être heureux et de lui faire l’amour. Longtemps, longtemps. Vous comprenez, ou il faut encore que je vous explique ? ”

Un échange équitable

41 ap. BY
Paul S. Kemp est l’un des auteurs les plus récents de l’Univers Étendu. Il a démarré en 2010 avec *Crosscurrent* avant d’enchaîner en 2011 avec sa suite, *Riptide,* ainsi qu’un roman estampillé Old Republic, *Deceived.*
Parue dans le magazine *Star Wars Insider 12* , *Un Échange Équitable* se déroule en l’an 41 après la Bataille de Yavin, entre les romans *Crosscurrent* et *Riptide,* peu après la fin de *L’Héritage de la Force.*
Elle met en scène Khedryn Faal et Marr Idi-Shael, deux personnages récurrents des deux romans précités. Revenant sur les traces d’un vaisseau abandonné, ils vont vite se rendre compte qu’ils ne sont pas les seuls à vouloir se l’accaparer.
Titre original : *A Fair Trade* **

Ecce Homo

  — Jabatom est mort ! Notre Tsidak a été assassiné ! Le pilier de rectitude n’est plus. La plainte gonflait comme un vent sec rasant le sable de l’erg. Elle montait, comme propulsée par les vents ascendants s’engouffrant dans les failles des falaises. Elle se répercutait contre les collines déchiquetées pour repartir raser la plaine desséchée et se perdre au-dessus de l’immense étendue d’eau morte plantée au milieu des montagnes. Lointaine d’abord, comme un appel de l’inconscient, elle grandissait de minutes en minutes, comme un mirage que l’on se refuserait de croire vrai. La terrifiante rumeur enflait proportionnellement à la chute des ombres inquiétantes sur la petite communauté de Dahmas, plantée au sommet de son plateau et surplombant l’immense plaine et son lac éteint se perdant à perte de vue. La confrontation approchait. Il le sentait. La mort de Jabatom apparaissait comme une provocation, comme une déclaration de guerre. Mais les Nasriods n’étaient pas prêts à la guerre. Ils savaient tous.

Ebène

In 1957, Ryszard Kapuscinski arrived in Africa to witness the beginning of the end of colonial rule as the first African correspondent of Poland’s state newspaper. From the early days of independence in Ghana to the ongoing ethnic genocide in Rwanda, Kapuscinski has crisscrossed vast distances pursuing the swift, and often violent, events that followed liberation. Kapuscinski hitchhikes with caravans, wanders the Sahara with nomads, and lives in the poverty-stricken slums of Nigeria. He wrestles a king cobra to the death and suffers through a bout of malaria. What emerges is an extraordinary depiction of Africa–not as a group of nations or geographic locations–but as a vibrant and frequently joyous montage of peoples, cultures, and encounters. Kapuscinski’s trenchant observations, wry analysis and overwhelming humanity paint a remarkable portrait of the continent and its people. His unorthodox approach and profound respect for the people he meets challenge conventional understandings of the modern problems faced by Africa at the dawn of the twenty-first century.

Les eaux troubles du mojito

Elles sont nombreuses, les belles raisons d’habiter sur terre. On les connaît, on sait qu’elles existent. Mais elles n’apparaissent jamais aussi fortes et claires que lorsque Philippe Delerm nous les donne à lire.
Goûter aux plaisirs ambigus du mojito, se faire surprendre par une averse et aimer ça, contempler un enfant qui apprend à lire en bougeant imperceptiblement les lèvres, prolonger un après-midi sur la plage…
« Est-ce qu’on est plus heureux ? Oui, sûrement, peut-être. On a le temps de se poser la question. Sisyphe arrête de rouler sa pierre. Et puis on a le temps de la dissiper, comme ce petit nuage qui cachait le soleil et va finir par s’effacer, on aura encore une belle soirée. »

L’eau dort 2

Réduite à une poignée d’hommes, la Compagnie se terre dans l’ombre… Les survivants du désastre se retrouvent à Taglios et entreprennent de libérer ceux d’entre eux qui sont encore coincés dans la plaine étincelante, maintenus dans un état de stase par Millevoix. Une terrible révélation les attend à leur arrivée : une conflagration magique d’envergure les laisse entrevoir la trame même du monde ainsi qu’une partie de l’histoire de la Compagnie. Les mercenaires ne sont pas au bout de leurs surprises !

L’eau dort 1

Une partie de la Compagnie noire a été plongée dans le sommeil par Volesprit : Toubib, Madame, Murgen, etc. Ceux qui ont réussi à se réveiller, partent à la recherche de leurs compagnons prisonniers d’une forteresse.