12113–12128 di 65579 risultati

Les Enfants Du Joyau

It was beginning to look as if no one could prevent the destruction of the Universe. For a strange intelligence was directing the destruction of all civilization from the icy depths of space.
Kim Kinnison of the Patrol was one of the few men who knew how near the end was. And in the last desperate plan to save all life, he knew he had to use his children as bait for the evil powers of the planet Ploor.

Les enfants du Cap

Il y a un monde entre le township d Ocean View et la plage de Noordhoek, écrin de beauté préservée dans la banlieue du Cap, sur laquelle le cadavre d un homme est retrouvé un matin. De la même façon, tout sépare Marge Labuschagne, l ancienne psychologue criminelle qui a découvert le corps, de l inspectrice farouchement indépendante Persy Jonas : couleur de la peau, âge, milieu social.
Et pourtant leurs destins sont liés. Comme celui de Persy et du dangereux caïd d Ocean View, même s ils ont pris des chemins différents.
Peu à peu, alors que les deux femmes sont contraintes de collaborer, les pièces du puzzle s assemblent, mêlant combines immobilières, corruption policière et crimes violents. Et révélant toutes les vérités restées jusqu ici enfouies…
**

Les enfants de Hurin

Des milliers d’années avant *Le Seigneur des Anneaux*, la Terre du Milieu est en proie aux luttes entre Morgoth, le premier Seigneur Ténébreux, et les Elfes, alliés aux Hommes. C’est contre Túrin et Niënor, les enfants de Húrin, que Morgoth va lancer une terrible malédiction, les contraignant à une vie malheureuse et errante, pour se venger du héros qui a osé le défier.
Les Enfants de Húrin, oeuvre entreprise par Tolkien au cours de la Première Guerre mondiale, s’adresse aux lecteurs du Seigneur des Anneaux, qui retrouveront le souffle de ce roman dans l’histoire de Túrin, héros humain qui cherche sa place parmi les Elfes et les Hommes dans un monde en guerre ; trompé par le destin, il lutte de manière spectaculaire et tragique contre Morgoth, nous faisant découvrir un passé méconnu de la Terre du Milieu.

Les enfants de Dune

Dune : entièrement désertique, elle est la seule planète de l’univers à produire l’épice. Une étrange substance dont on ne peut reproduire les effets et qui est l’unique moyen de voyager à travers l’immensité sidérale. C’est la plus grande richesse de l’univers.
Jusqu’alors sous le contrôle de la maison Harkonnen, des êtres violents et pervers, cette planète va être donnée en concession à leurs ennemis héréditaires de la maison Atréide. Paul, digne héritier de cette noble maison et soutenu par les autochtones appelés Fremen, va s’élever contre la tyrannie en place. Il marquera le départ d’une nouvelle lignée de héros cosmiques aux pouvoirs quasi divins.
Ce cycle gigantesque qui s’apparente dans les deux premiers tomes à un *space opéra*, se transforme en une romance planétaire où l’aventure cède le pas à l’analyse politique, sociale, religieuse et même scientifique de Dune. Attention au changement qui pourrait dérouter certains lecteurs. À rapprocher de la trilogie Helliconia d’Aldiss (*Le Printemps d’Helliconia*). *–Laurent Schneitter*

L’enfant perdue

À la fin de Celle qui fuit et celle qui reste, Lila montait son entreprise d’informatique avec Enzo, et Elena réalisait enfin son rêve : aimer Nino et être aimée de lui, quitte à abandonner son mari et à mettre en danger sa carrière d’écrivain. Car elle s’affirme comme une auteure importante et l’écriture l’occupe de plus en plus, au détriment de l’éducation de ses deux filles, Dede et Elsa.
L’histoire d’Elena et de Nino est passionnelle, et bientôt Elena vit au gré de ses escapades pour retrouver son amant. Lors d’une visite à Naples, elle apprend que Lila cherche à la voir à tout prix.
Après avoir embrassé soixante ans d’histoire des deux femmes, de Naples et de toute l’Italie, la saga se conclut en apothéose. Plus que jamais, dans L’enfant perdue, Elena Ferrante nous livre un monde complet, riche et bouillonnant, à la façon des grands romanciers du XIXe siècle, un monde qu’on n’oublie pas.

L’Enfant Maudit

Il s’appelle Parménion, moitié spartiate, moitié macédonien et, dans le tissu de tous les avenirs possibles, la vieille Tamis a pressenti le rôle qu’il doit jouer contre l’Esprit du Chaos et l’avènement du Dieu Noir. Il sera le Lion de Macédoine et la Mort des Nations. Avant de devenir un strategos d’exception, il lui faudra cependant s’extraire de la haine et de l’humiliation que les jeunes Spartiates lui imposent, car il est un sang-mêlé. Mais quand Sparte et ses lois odieuses précipitent dans la mort Dérae, la seule femme qu’il ait jamais aimée, pour Parménion ne reste qu’un horizon celui de la vengeance… Sparte doit tomber ! Avec Le Lion de Macédoine, David Gemmell nous livre son œuvre la plus aboutie, un voyage épique dans la Grèce antique, la fournaise de ses batailles, ses créatures fabuleuses et sa magie.

L’enfant du temps

**They stole a boy from the past—**
To the astounded world of contemporary Earth, he is a beast, a Neanderthal ape-boy torn from the primordial past. But to his nurse and protector, he is something much more than a time-travel experiment. Edith Fellowes took the job with Stasis Technologies with the understanding that the nursing job would *definitely* be temporary…but all that changed upon meeting “Timmie,” the lonely boy whose every friend and relative—even his whole race—was 40,000 years dead.
**—and consigned him to the future**
Then Edith discovers the scientists’ true intentions, and she forms a bizarre and daring plan. At stake is Timmie’s very existence…and her own.

Un enfant du pays

Right from the start, Bigger Thomas had been headed for jail. It could have been for assault or petty larceny; by chance, it was for murder and rape. *Native Son* tells the story of this young black man caught in a downward spiral after he kills a young white woman in a brief moment of panic.
Set in Chicago in the 1930s, Wright’s powerful novel is an unsparing reflection on the poverty and feelings of hopelessness experienced by people in inner cities across the country and of what it means to be black in America.

Enez Bel : Le réveil de Gradlon

Réunis pour un colloque à Daoulas, les Chevaliers de Lumière vont à nouveau plonger au coeur de la légende bretonne, entraînés cette fois dans les soubressauts d’une guerre fraticide que se livrent les descendants de la communauté d’Ys depuis le cataclysme qui, vers l’an 450 de notre ère, a englouti la ville et ses trésors, quelque part au large de la baie de Douarnerez. Autour du roi Gradlon, garant des principes d’harmonie et d’équité qui prévalaient du temps de sa splendeur, les uns veulent restaurer la cité dans sa majestueuse beauté, tandis que leurs opposants, partisans d’un dieu violent, pétri de haine et vindicatif, leur mènent une chasse sans pitié, avec pour seul objectif : détruire la ville et tout ce quelle représente. Or, lorsque Gilles Novak et ses compagnons se lancent dans la bataille, une mystérieuse croix de cornaline a disparu, une pierre dont dépend sans doute l’avenir de la cité…

L’encyclopédie du savoir relatif et absolu

Le Livre que vous tenez entre vos mains est une expérience. Il contient des informations que vous ne trouverez pas ailleurs. Des informations dans des domaines aussi étranges ou complémentaires que : les grandes énigmes du passé, les casse-tête mathématiques, les recettes de cuisine étranges, les paradoxes de la physique quantique, des anecdotes inconnues de l’histoire de l’humanité, ou des blagues philosophiques. Ici l’hypnose, l’alchimie, le shamanisme ou la kabbale côtoient la sociologie, la biologie ou l’archéologie. Ici on découvre comment rêvent les dauphins et comment est né l’Univers. Comment les Chinois ont rencontré les Occidentaux et comment se prépare l’hydromel, boisson des fourmis et des dieux. Le seul point commun de tous ces petits textes est de faire ” pétiller l’esprit ” et d’éveiller la curiosité sur des territoires inconnus. Poursuivant la tradition des grands encyclopédistes du passé, Bernard Werber (romancier et journaliste scientifique) nous livre ici un cocktail détonnant où chaque information est étonnante mais vraie, où chaque ligne est source de méditation et d’humour.

Encres de Chine

Une ex-garde rouge devenue dissidente est retrouvée assassinée. Une enquête délicate à mener pour l”inspecteur Chen et son adjoint Yu… Le gouvernement souhaite en effet étouffer l”affaire et fait pression sur la police pour qu”un coupable soit rapidement arrêté. Chercheraient-ils à faire croire que l”affaire n”a rien de politique, en dépit du lourd passé de la victime? Après Mort d”une héroïne rouge et Visa pour Shanghai, voici de nouveau nos deux enquêteurs plongés dans les secrets de la Chine rouge.«Pour le pays, les atrocités commises étaient une sorte de cadavre dans le placard. En connaître l”existence était une chose, mais le tirer du placard en était une autre. »

Encore

« Les clandestins montaient dans la caisse du camion et, après un voyage de deux cents kilomètres, ils montaient à bord des bateaux et se perdaient dans la nuit… »
Gazâ vit sur les bords de la mer Egée. Il a 9 ans quand, à peine sorti de l’école, il devient passeur de clandestins. Il travaille avec son père Ahad, ainsi que les frères Harmin et Dordor, commandants des bateaux qui emmènent les migrants en Grèce. Pendant des années, Gazâ et Ahad entreposent dans un dépôt cette marchandise humaine, ces individus qui viennent de parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Jusqu’au jour où Gazâ cause la mort d’un jeune Afghan du nom de Cuma, le seul être humain qui ait fait preuve d’un peu d’humanité envers lui. Dès lors, dans ce monde violent et désabusé, Gâza ne cesse de penser à Cuma et conserve précieusement la grenouille en papier qu’il lui avait donnée – ce qui n’empêche pas Gazâ de transformer le dépôt en terrain d’observation des dynamiques de domination et de devenir le tortionnaire des clandestins qui ont le malheur de tomber entre ses mains. Cependant, un soir, tout bascule et c’est désormais à lui de trouver comment survivre…

En vaillant équipage

Le livre Mars 1777. Le jeune lieutenant Bolitho s’embarque à bord du Trojan à destination de New York pour contrer les corsaires soutenant l’insurrection des colons d’Amérique. L’ambiance est morose à bord et la mutinerie n’est pas loin. L’Amirauté, craignant de possibles rébellions, invite les commandants d’unités à redoubler de férocité envers les hommes. Est-ce le bon choix quand on sait que ce sont souvent les équipages qui gagnent les batailles ?… L’auteur Alexander Kent, de son vrai nom Douglas Reeman, est né à Thames-Ditton en Angleterre, en 1924. Engagé à l’âge de 16 ans dans la Royal Navy, il débute sa carrière maritime comme aspirant de marine lors de la Seconde Guerre mondiale dans les campagnes de l’Atlantique et de la Méditerranée. À la fin de la guerre, il exerce des métiers aussi différents que loueur de bateaux ou policier, puis retourne dans l’armée active pour la Guerre de Corée, avant d’être versé dans la réserve. En 1968, dix ans après avoir publié ses premiers romans, il retourne à son sujet de prédilection : les romans maritimes de l’époque napoléonienne et commence, avec Cap sur la gloire une longue et passionnante série, dans laquelle il met en scène les personnages d’Adam et Richard Bolitho. Qualifié par le New York Times de « maître incontesté du roman d’aventures maritimes » et unanimement reconnu comme l’héritier de Forester, Alexandre Kent doit son succès à sa parfaite connaissance de la vie à bord.

En un monde parfait

Jiselle, trentenaire et toujours célibataire, croit vivre un véritable conte de fées lorsque Mark Dorn, un superbe pilote veuf et père de trois enfants, la demande en mariage. Sa proposition paraît tellement idyllique qu’elle accepte aussitôt, quittant les tracasseries de sa vie d’hôtesse de l’air pour celle, a priori plus apaisante, de femme au foyer. C’est compter sans les absences répétées de Mark, les perpétuelles récriminations des enfants et la mystérieuse épidémie qui frappe les États-Unis, lui donnant des allures de pays en état de guerre. Tandis que les événements s’accélèrent autour d’elle, l’existence de Jiselle prend un tour dramatique, l’obligeant à puiser dans ses ressources pour affronter cette situation inédite… ‘ Ce qui est rare chez Laura Kasischke, c’est ce curieux mélange de maîtrise et d’émotion, d’étrangeté et de simplicité, d’atrocité et de poésie. ‘ (Olivia de Lamberterie, Elle)
(source: Bol.com)

En Syrie

La Syrie ? Que savons-nous d’ elle? Avouons-le sans faux orgueil : quelques reminiscences historiques sur les croisades, quelques pages célèbres, les beaux noms de Damas, de Palmyre, de l’Euphrate, voilà tout notre bagage pour une grande et féconde contrée placée sous mandat français. Mais qui discerne l’ importance de ce Mandat? Qui-à part de très rares spécialistes – pourrait tracer la physionomie politique de ce pays? Qui expliquerait pourquoi l’ on s’ y bat et qui s’ y bat? Ce berceau des civilisations, ce lieu de passage prédestiné, dont la richesse et la beauté on retenu, sans les mêler, tant de peuple, cette terre où poussent avec une force ardente les croyances et les hérésies, dérouteet confond.
Le premier reportage de Joseph Kessel , publié en 1926.
Des pages d’ une surprenante actualité.

En souvenir d’André

‘Ça se déroulait toujours de la même manière. Une voix appelait sur mon cellulaire, tard le soir ou tôt le matin. Elle demandait à me rencontrer en tête-à-tête. Et donnait la phrase rituelle : En souvenir d’André. Je me rendais à l’adresse indiquée et là, je rencontrais un homme, parfois seul, parfois avec une autre personne, de son âge ou plus jeune. On ne faisait pas de présentations. Ils connaissaient mon nom, ils m’avaient donné leur prénom. Lorsque le malade souffrait trop, l’autre personne était là pour m’expliquer. Je l’arrêtais très vite. Je vais d’abord m’occuper de la douleur.’
(source: Bol.com)