Visualizzazione di 90721-90732 di 90860 risultati

Bilbo le Hobbit

On a beau avoir dans sa lignée quelques ancêtres aventuriers, quand on est hobbit, on préfère rester dans son trou ! Et Bilbo Baggins entend bien y passer des jours tranquilles. C’est sans compter avec ce vieillard à la barbe blanche et au chapeau bleu qu’il croise un matin. Son nom ? Gandalf (là, ça doit vous rappeler quelque chose). Sa proposition ? Partir à l’aventure, récupérer un trésor volé à treize nains par le dragon Smaug. Et en avant pour un long périple à travers les Terres du Milieu, où ils croiseront la route, entre autres, d’un certain Gollum « aussi ténébreux que les ténèbres » et d’un anneau magique qui n’a pas fini de faire parler de lui. Antérieur au Seigneur des anneaux d’une vingtaine d’années, Bilbo le Hobbit pose la première pierre de l’œuvre incontournable de J.R.R. Tolkien. Initialement écrit pour les enfants, il constitue une entrée dans l’univers de l’auteur plus accessible pour les très jeunes lecteurs.

Bilan de faillite

Un dépôt de bilan peut se consigner dans la bonne humeur, avec clins d’œil et sourires. C’est cette variante teintée d’humour, rarement pratiquée au tribunal de commerce, qu’a choisie Régis Debray, dans cette lettre d’un père à son fils bachelier, en quête de conseils sur la filière à suivre. Littérature, sociologie, politique, sciences dures ? En empruntant le langage entrepreneurial, celui de notre temps, l’auteur lui expose les bénéfices qu’un jeune homme peut dorénavant attendre de ces divers investissements. En lui recommandant instamment d’éviter la politique. Bien au-delà de simples conseils d’orientation professionnelle, ce livre-testament voudrait faire le point sur le métier de vivre dans le monde d’aujourd’hui, sans rien sacrifier aux convenances. Beaucoup d’adultes et quelques délurés sans âge particulier pourront sans doute y trouver leur compte.

(source: Bol.com)

Béru et ces dames

A l’enterrement de mon onc’ Prosper, à Saint-Locdu, mon village natable, yavait Sana. Pas très corrèque, y m’refile, au moment des gondoléances, un œuf frais dans la pogne. Bon, passons !
Y avait aussi ma cousine Laurentine, la plus foutue garce du canton. Voilà-t-il pas qu c’te vilaine haridelle glisse et tombe dans la fosse, surl’cercueil à m’n’onc ! Et quand Collignier, l’notaire — un sacré biberonneur, soit dit en passant — nous annonce que l’héritage de Tontonva reviendre à son animal de compagnie et qu’nous deux, la Laurentine et moi, on s’ra que les jus-de-fruitiers, alors là, la cousine, è s’dresse comme un fantôme sur une lande écossaise…
Mais c’est pas l’tout : l’animal dont auquel il est question, c’est pas un chien, ni même un gros matou. C’est un coq, Mongénéral qu’y s’suce nomme…
Sacré Tonton ! Dommage qu’y soye canné. Parce que, s’il avait su tout ce qui s’en aye suivi, y serait resté baba…Comme moi…

Belle de mort

Belle de Mort, la puissante dague sombre de Cellendhyll, se repaît du sang de ses victimes et renforce chaque jour un peu plus le lien avec son possesseur. Alors que la guerre entre les Puissances semble sur le point d’éclater, la dague confie une mystérieuse mission à Cellendhyll : retrouver le tombeau d’Arasùl, un seigneur ténébreux disparu depuis des décennies. De son côté, Estrée, la fille du Chaos, continue à mener double jeu, déchirée entre ses allégeances troubles et l’amour passionné qu’elle éprouve pour l’homme aux cheveux d’argent. Mais le terrible secret qu’elle dissimule sera bientôt révélé… ” Amateurs de romans d’action aux personnnages charismatiques, ce cycle est fait pour vous ! ” elbakin.net

Belle de jour

Ce que j’ai tenté avec Belle de Jour, c’est de montrer le divorce terrible entre le cœur et la chair, entre un vrai, immense et tendre amour amour et l’exigence implacable des sens. Ce conflit, à quelques rares exceptions près, chaque homme, chaque femme qui aime longtemps, le porte en soi. Il est perçu ou non, il déchire ou il sommeille, mais il existe.
Joseph Kessel.

Belgarath 2, les années d’espoir

L'aventure est finie, mais tous, Garion, Durnik et surtout les femmes de la tribu, veulent en savoir davantage. Belgarath, le vieux conteur, ne peut plus se dérober, il doit écrire l'histoire du monde qu'il est le seul à connaître. Nul n'est mieux placé que lui, en effet, pour lever un coin du voile sur les débuts dans la vie du principal personnage de la Belgariade : le Vieux Loup. le Vénérable Ancien – Belgarath le Sorcier lui-même.

C'est son récit qui nous est ici offert: un récit émaillé de notations personnelles, comiques, qui nous fait remonter sept mille ans en arrière, jusqu'au matin du monde. Et nous découvrons la jeunesse des Dieux, l'enfance du petit Garath, sa rencontre avec Aldur dont il devient l'élève et l'arrivée des autres disciples.

Cette immense cosmogonie, où les hommes sont des pions déplacés sur un échiquier par deux Nécessités adverses, emportés dans le tourbillon de la magie et des Evénements, culmine avec le vol de l'Orbe d'Aldur par Torak, le Dieu pervers, assoiffé de pouvoir.

Son geste désespéré provoquera la Guerre des lieux, qui s'achèvera par la Blessure du Monde…

Beau parleur

‘ Une menace latente à chaque page, comme dans les meilleurs Hitchcock… un thriller habile et sinueux qui vous prend par surprise comme une lame jaillie dans l’obscurité. ‘

The Daily Mail

Tout va mal dans la vie de Joseph Geist. Il est fauché, sa thèse de philosophie patine depuis des lustres et sa petite amie vient de le mettre à la porte. Alors qu’il frôle le désespoir, une annonce dans un journal retient son attention : ‘ Cherche quelqu’un pour heures de conversation ‘. Un boulot de rêve pour Joseph ! Parler, c’est ce qu’il fait le mieux et Alma Spielmann s’avère l’employeuse idéale : vieille dame raffinée, érudite et généreuse qui l’invite même à loger dans sa somptueuse demeure. Seule ombre au tableau, Eric, son neveu bien aimé, un jeune homme paumé, énigmatique et manipulateur que Joseph prend en grippe instantanément. Pourtant, il est loin de se douter des conséquences néfastes que les manigances d’Eric auront sur le restant de ses jours.

*Traduit de l’anglais (États-Unis) par Julie Sibony *

(source: Bol.com)

Bazaar

King ou l’art d’enraciner dans les petits faits les plus insignifiants de la vie quotidienne le suspense et l’épouvante. Bazaar est au coeur de Castle Rock, cette petite ville américaine où l’auteur a situé nombre de ses thrillers tels Cujo, La Part des ténèbres ou Les Tommyknockers… Une poudrière où s’accumulent et se déchaînent toute la violence et la démence que recèle l’âme de chacun. Jusqu’à l’implosion. King ou l’art de rayer une ville de la carte par la seule force de la haine. De ces haines qui vous font mourir ou tuer.

Baton Rouge

Baton rouge, Louisiane, 230 000 habitants, ancien comptoir français sur le Mississippi… Plaque tournante de tous les trafics, c’est la ville des Etats-Unis qui compte le plus grand nombre de crimes par habitant. C’est aussi là que Kay Scarpetta a rendez-vous avec son destin, car les frères Chandonne ne l’ont pas oubliée.
La mort est tapie au fin fond du bayou et frappe en série.
Les amis de Scarpetta arriveront-ils à temps pour déjouer le piège ? 

Bataille pour un ranch

Le Texas, avec ses ranchs et ses immenses prairies que se disputent âprement des propriétaires sans scrupules. Nulle loi, nul respect de la personne humaine. Rien que la force qui prime le droit. Dès son arrivée, Bill Consadine tue un homme d’un coup de révolver et en assomme un autre a coups de crosse. Minnie Brown, une ravissante petite institutrice venue de l’Est et qui veut essayer de faire entendre la voix de la raison à ces hommes rudes et primitifs, se prend à détester le jeune homme. Harvey Tate, à qui elle semble s’intéresser, sera-t-il plus digne de son amour ? La lutte est ouverte : une lutte à mort entre les deux hommes.