Visualizzazione di 90457-90468 di 90860 risultati

Dortoir interdit

Quand on est embauché par une agence immobilière spécialisée dans la remise en état d’anciennes “scènes de crime”, mieux vaut s’attendre au pire. C’est ainsi que Mickie Katz, jeune décoratrice fraîchement recrutée par la très mystérieuse Agence 13, doit accepter de travailler pour un milliardaire obsédé par la Troisième Guerre mondiale. Afin de mettre sa famille à l’abri du futur holocauste, ce nabab du pétrole vient d’acquérir un bunker creusé dans le désert du Nevada par l’US Air Force au temps de la guerre froide. Le rôle de Mickie est simple: redécorer le labyrinthe de béton pour en faire un paradis cinq étoiles qui rendra la claustration agréable aux survivants du conflit. Mais dès le début des travaux, les événements vont prendre un tour inquiétant dans cette forteresse mystérieusement baptisée depuis 40 ans Dortoir Interdit… Lorsqu’un lieu a été le théâtre d’un crime atroce, il a toujours des choses à dire. Des choses qu’il serait préférable de ne pas entendre. Hélas, les fantômes sont parfois trop bavards…

Dorothée danseuse de corde

Dans quatre familles, la même légende s’est transmise : un formidable héritage doit leur échoir.
Où, quand, comment? une médaille d’or est le talisman nécessaire à sa découverte. Jean d’Argonne la trouve , mais est tué avant d’avoir pu la montrer à ses cousins Chagny. ils savent seulement qu’elle porte la devise : In robore fortuna- la fortune est dans … la fermeté d’âme…. la force…ou le château de Roborey ?
A la recherche de ce trésor fabuleux, qui suscite bien des convoitises et provoque de nombreux drames, Maurice Leblanc, père d’Arsène Lupin, nous entraîne dans de mystérieuses et extraordinaires aventures.

Donneur sain

La grille était lourde et rouillée. Quand je la lâchai, elle alla s’enfoncer si pesamment dans le sol que les caisses en furent ébranlées. Je me raccrochai à la bouche d’aération. L’eau dégoulinait sur mes paupières, mes joues et le long de mon cou. En levant les yeux vers le ciel, je ne distinguais que de la pluie. J’allumai péniblement la torche car mes doigts étaient gelés, et dirigeai le faisceau lumineux vers le fond. Il y avait un essaim. Quand je le découvris, je ne compris pas tout de suite ce que c’était. Parce qu’il était couché sur la surface plane, qu’il avait atteint une taille phénoménale, et que je n’avais jamais eu l’occasion d’en voir de près auparavant. On aurait dit le fruit monstrueux d’une reproduction désordonnée.

Dôme

Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort. A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville…

Dolores Claiborne

A Little Tall, on ne sais toujours pas exactement ce qui s’est passé il y a trente ans, et si l’accident qui, le jour de l’éclipse, a coûté la vie au mari de Dolores Claiborne était vraiment un accident… Aujourd’hui, la vieille dame indigne est à nouveau soupçonnée : la riche et sénile Vera Donovan, dont elle est la gouvernante depuis des décennies, vient d’être découverte morte dans sa demeure.
Seul témoin et seule héritière, Dolores fait figure de coupable idéale. Elle n’a désormais plus le choix : elle doit passer aux aveux. Raconter les étranges phobies qui habitaient sa maîtresse, se souvenir de l’horreur qu’elle a vécut il y a trente ans. Dire toute la vérité : une vérité terrifiante.    
  

Docteur Sleep

Docteur Sleep by Stephen King
**Danny Torrance a grandi. Ses démons aussi…**
La suite tant attendue du cultissime *Shining.*
Stephen King renoue avec l’histoire et le personnage de l’un de ses plus grands succès : *Shining*. Le petit Dany Torrance est désormais adulte. Il a échappé au sort de son père alcoolique et travaille en tant qu’aide-soignant dans un hospice où il utilise ses pouvoirs surnaturels pour apaiser la souffrance des mourants. D’où son surnom : Docteur Sleep. Il rencontre Abra, fillette de 12 ans, pourchassée par un étrange groupe de voyageurs qui traversent les Etats-Unis en se nourrissant de la lumière des enfants télépathes. Commence alors une guerre épique entre le bien et le mal…
King signe un livre magistral, d’une richesse inouïe : à la fois conte fantastique, roman d’aventure, thriller et allégorie de l’Amérique contemporaine – et nous prouve qu’il est bel et bien « The King » !
**Stephen King** a écrit plus de 50 romans, tous best-sellers, et plus de 200 nouvelles. Il est devenu un mythe vivant de la littérature américaine (National Book Foundation Medal en 2003 pour sa contribution aux lettres américaines, Grand Master du Prix Edgar Allan Poe en 2007, etc.).

Divergente 1

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant. Elle est divergente. Ce secret peut la sauver… ou la tuer.
ATTENTION :
Ce produit est livré par le fabricant sous forme d’un assortiment aléatoire de 2 couvertures. Il nous est donc impossible de vous proposer une couverture en particulier. En validant votre commande, vous recevrez donc un exemplaire avec l une des couvertures figurant sur l’image en fonction du stock disponible. Nous vous remercions pour votre compréhension. **

Dissonances

Veronica Engström victime de viol refuse de parler de son agresseur. Pourtant tout désigne John Gideon, accordeur et professeur de piano qui donnait des leçons très particulières à de nombreuses jeunes filles… Une jeune femme nue, traumatisée, mutique est retrouvée sur un palier d’immeuble. Si elle refuse de parler, le voisinage, lui, est plus bavard. Et accuse sans hésitation le propriétaire de l’appartement devant lequel elle se trouvait. Le réparateur de piano John Gideon doit, selon eux, au mieux être un pervers, au pire un pédophile. Comment expliquer sinon les va-et-vient incessants de demoiselles chez lui ? Petra aimerait bien éclaircir ce point. Gideon ne lui paraît pas avoir le profil. Mais, pour l’instant, sa porte reste close et il est introuvable. Alors que la liste des suspects s’allonge, Petra s’efforce de faire parler la victime. À part elle, qui peut y parvenir ? Toutes deux partagent la terrible expérience du viol. Difficile de faire la part des choses et de progresser quand pistes, témoignages et instincts de flics prennent des voies aussi… dissonantes.

Dimanche le rabbin est resté à la maison

” Les romans policiers ont été hantés par des moines assassins, des faux frères, des curés détectives. A ma connaissance, on n’y avait encore soupçonné aucun rabbin. Harry Kemelman répare cet oubli avec élégance dans l’un des meilleurs ouvrages que nous ait donnés la collection ” grands détectives “. Jacques Jaubert le Figaro

Différentes saisons

Printemps : l’histoire d’un prisonnier innocent qui prépare l’évasion la plus extraordinaire depuis celle du comte de Monte-Cristo… Été : un jeune adolescent découvre le passé monstrueux d’un vieillard et joue avec lui une variante terrible du chat et de la souris… Automne : quatre garçons turbulents s’aventurent dans les forêts du Maine, à la découverte de la vie, de la mort et des présages de leur destin… Hiver : dans un club étrange, un médecin raconte l’histoire d’une femme décidée à accoucher quoi qu’il arrive… Ces quatre récits prouvent triomphalement que le grand Stephen King est capable de transcender l’horreur sans abandonner son style singulièrement entraînant, sa façon imagée de rendre le décor et les personnages, et ses intrigues haletantes, suspendues au bord du gouffre. Différentes saisons : quatre joyaux, d’une lecture irrésistible.
**

Dieu sans les hommes

Dans le vide immense et brutal du désert de Mojave, Nicky, une rock star en fuite, cherche sa rémission. Laila, jeune Irakienne réfugiée, joue à la guerre dans une reconstitution orchestrée par les commandos américains. Dawn, elle, désormais seule dans son motel, traîne le souvenir doux-amer de la communauté hippie qui l’a vue grandir…
Dans ce même espace, un enfant disparaît, projetant ses parents dans un enfer de douleur et de culpabilité. Mais le désert est par nature inexplicable et miraculeux, et voici que le destin de Raj et de tous les autres converge vers une zone étrange éloignée de tout, au pied d’une spectaculaire formation rocheuse : les Pinnacles, terrain propice aux plus folles aspirations. Là retentissent comme un écho les histoires de ceux qui avant eux se sont aventurés dans ces paysages puissants, hostiles, imprégnés de mystère.
Ce roman total, aux surprenantes strates narratives, est de ces lectures qui nous habitent et nous changent. Dieu sans les hommes, c’est notre quête du sens de l’existence dans un univers chaotique et aléatoire. Ici, dans le silence et l’absence, comment faire face à l’indicible ?

Traduit de l’anglais par Claude et Jean Demanuelli

(source: Bol.com)

Dieu n’habite pas La Havane

À l’heure où le régime castriste s’essouffle, ” Don Fuego ” chante toujours dans les cabarets de La Havane. Jadis, sa voix magnifique électrisait les foules. Aujourd’hui, les temps ont changé et le roi de la rumba doit céder la place. Livré à lui-même, il rencontre Mayensi, une jeune fille ” rousse et belle comme une flamme ”, dont il tombe éperdument amoureux. Mais le mystère qui entoure cette beauté fascinante menace leur improbable idylle.
Chant dédié aux fabuleuses destinées contrariées par le sort, Dieu n’habite pas La Havane est aussi un voyage au pays de tous les paradoxes et de tous les rêves. Alliant la maîtrise et le souffle d’un Steinbeck contemporain, Yasmina Khadra mène une réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue, sans cesse contrebalancée par la jubilation de chanter, de danser et de croire en des lendemains heureux.

(source: Bol.com)