Visualizzazione di 90385-90396 di 90860 risultati

Enquête sur un génocide

Malko jeta un coup d’œil derrière lui : deux hommes étaient sortis de la Cherokee, des Uzis à la main, et avançaient vers lui. Il sauta à terre juste au moment où la mitrailleuse du “pick-up” pivotait dans sa direction. Il était pris entre deux feux. Ses yeux tombèrent sur un panneau gisant sur le sol, annonçant “Avenue des palmiers”. Il allait mourir tout près du but. La culasse de la mitrailleuse claqua et il sortit son browning en un geste futile de défense. Pour, au moins, mourir les armes à la main.

Enquete Sur Des Extraterrestres Qui Sont Deja Parmi Nous

** *Le Mystère des Ummites* **
Les “envahisseurs” sont déjà parmi nous! Sur ce thème, écrivains de science-fiction et auteurs de séries télévisées brodent depuis des décennies. Or voici qu’un éminent scientifique se penche sur cette hypothèse moins invraisemblable qu’il n’y paraît.
Jean-Pierre Petit, directeur de recherche au CNRS, a méthodiquement étudié documents et témoignages disponibles comme il l’avait déjà fait pour son Enquête sur les OVNI. Sans parti pris, il a remonté la piste des Ummites, mystérieux extra-terrestres dont les premières manifestations ont filtré dans la presse espagnole au cours des années 50.
A sa profonde surprise, les textes ésotériques des Ummites révèlent, lorsqu’ils sont bien décodés, des informations scientifiques d’une telle précision et d’une telle nouveauté que l’idée même d’un canular ne tient pas.
Au fil d’un récit digne d’une enquête policière se pose une question capitale: et si vraiment, soucieux de ne pas perturber nos structures terriennes, des êtres dotés d’une intelligence comparable à la nôtre nous observaient, nous étudiaient, cherchaient même à nous communiquer leur savoir ?

Ennemies

Minuit ! Est-ce une heure pour un rendez-vous ? En poussant la porte du studio de la CBS, Deanna, la diva de la télévision, se dit qu’une fois de plus sa concurrente a le sens du spectacle. Mais, lorsqu’elle découvre Angela maculée de sang, défigurée sous les projecteurs, elle est prise de panique. Qui a tué sa rivale, qui l’a attirée dans ce traquenard ? L’obsédé, le maniaque qui la poursuit de ses lettres anonymes ? Heureusement qu’elle peut trouver du réconfort dans les bras de Finn, son amant ! Lui qu’on surnomme le Prince charmant du désert depuis ses reportages durant la guerre du Golfe, l’homme qu’elle a ravi à Angela et que la jeune femme aimait à la folie. Lors de ce funeste rendez-vous, Angela devait lui révéler un secret concernant Finn. Est-ce la fin d’une belle histoire d’amour ?

Ennemi en vue

Aboard the Hyperion, Richard Bolitho sets sail with an untrained crew for blockade duty off France. Unfortunately, his superior, Commodore Mathias Pelham-Martin, is an incompetent egotist whose petty hostilities jeopardize the operation of an entire fleet.

Enjeu Cosmique

Générateur de refroidissement des fluides, le Flash Cooling n’était pas un prototype secret. Or, l’un d’eux venait d’être volé à son inventeur, ami de Gilles Novak. Un vol banal entouré cependant d’événements “bizarres” : cambriolage nocturne d’une librairie par des silhouettes floues dérobant… un guide touristique ; une fourgonnette volée roulant sans conducteur ; blocage d’une autoroute par d’innombrables véhicules aux accumulateurs subitement… vidés ! Après ces “broutilles”, des choses plus sérieuses, comme ce mystérieux vaisseau spatial abattu et l’enlèvement de Régine Véran. Le côté burlesque du début de cette aventure va dès lors tourner à la tragédie la plus inquiétante.

Enez Bel : Le réveil de Gradlon

Réunis pour un colloque à Daoulas, les Chevaliers de Lumière vont à nouveau plonger au coeur de la légende bretonne, entraînés cette fois dans les soubressauts d’une guerre fraticide que se livrent les descendants de la communauté d’Ys depuis le cataclysme qui, vers l’an 450 de notre ère, a englouti la ville et ses trésors, quelque part au large de la baie de Douarnerez. Autour du roi Gradlon, garant des principes d’harmonie et d’équité qui prévalaient du temps de sa splendeur, les uns veulent restaurer la cité dans sa majestueuse beauté, tandis que leurs opposants, partisans d’un dieu violent, pétri de haine et vindicatif, leur mènent une chasse sans pitié, avec pour seul objectif : détruire la ville et tout ce quelle représente. Or, lorsque Gilles Novak et ses compagnons se lancent dans la bataille, une mystérieuse croix de cornaline a disparu, une pierre dont dépend sans doute l’avenir de la cité…

Encres de Chine

Une ex-garde rouge devenue dissidente est retrouvée assassinée. Une enquête délicate à mener pour l”inspecteur Chen et son adjoint Yu… Le gouvernement souhaite en effet étouffer l”affaire et fait pression sur la police pour qu”un coupable soit rapidement arrêté. Chercheraient-ils à faire croire que l”affaire n”a rien de politique, en dépit du lourd passé de la victime? Après Mort d”une héroïne rouge et Visa pour Shanghai, voici de nouveau nos deux enquêteurs plongés dans les secrets de la Chine rouge.«Pour le pays, les atrocités commises étaient une sorte de cadavre dans le placard. En connaître l”existence était une chose, mais le tirer du placard en était une autre. »

Encore

« Les clandestins montaient dans la caisse du camion et, après un voyage de deux cents kilomètres, ils montaient à bord des bateaux et se perdaient dans la nuit… »
Gazâ vit sur les bords de la mer Egée. Il a 9 ans quand, à peine sorti de l’école, il devient passeur de clandestins. Il travaille avec son père Ahad, ainsi que les frères Harmin et Dordor, commandants des bateaux qui emmènent les migrants en Grèce. Pendant des années, Gazâ et Ahad entreposent dans un dépôt cette marchandise humaine, ces individus qui viennent de parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Jusqu’au jour où Gazâ cause la mort d’un jeune Afghan du nom de Cuma, le seul être humain qui ait fait preuve d’un peu d’humanité envers lui. Dès lors, dans ce monde violent et désabusé, Gâza ne cesse de penser à Cuma et conserve précieusement la grenouille en papier qu’il lui avait donnée – ce qui n’empêche pas Gazâ de transformer le dépôt en terrain d’observation des dynamiques de domination et de devenir le tortionnaire des clandestins qui ont le malheur de tomber entre ses mains. Cependant, un soir, tout bascule et c’est désormais à lui de trouver comment survivre…

En vaillant équipage

Le livre Mars 1777. Le jeune lieutenant Bolitho s’embarque à bord du Trojan à destination de New York pour contrer les corsaires soutenant l’insurrection des colons d’Amérique. L’ambiance est morose à bord et la mutinerie n’est pas loin. L’Amirauté, craignant de possibles rébellions, invite les commandants d’unités à redoubler de férocité envers les hommes. Est-ce le bon choix quand on sait que ce sont souvent les équipages qui gagnent les batailles ?… L’auteur Alexander Kent, de son vrai nom Douglas Reeman, est né à Thames-Ditton en Angleterre, en 1924. Engagé à l’âge de 16 ans dans la Royal Navy, il débute sa carrière maritime comme aspirant de marine lors de la Seconde Guerre mondiale dans les campagnes de l’Atlantique et de la Méditerranée. À la fin de la guerre, il exerce des métiers aussi différents que loueur de bateaux ou policier, puis retourne dans l’armée active pour la Guerre de Corée, avant d’être versé dans la réserve. En 1968, dix ans après avoir publié ses premiers romans, il retourne à son sujet de prédilection : les romans maritimes de l’époque napoléonienne et commence, avec Cap sur la gloire une longue et passionnante série, dans laquelle il met en scène les personnages d’Adam et Richard Bolitho. Qualifié par le New York Times de « maître incontesté du roman d’aventures maritimes » et unanimement reconnu comme l’héritier de Forester, Alexandre Kent doit son succès à sa parfaite connaissance de la vie à bord.

En un monde parfait

Jiselle, trentenaire et toujours célibataire, croit vivre un véritable conte de fées lorsque Mark Dorn, un superbe pilote veuf et père de trois enfants, la demande en mariage. Sa proposition paraît tellement idyllique qu’elle accepte aussitôt, quittant les tracasseries de sa vie d’hôtesse de l’air pour celle, a priori plus apaisante, de femme au foyer. C’est compter sans les absences répétées de Mark, les perpétuelles récriminations des enfants et la mystérieuse épidémie qui frappe les États-Unis, lui donnant des allures de pays en état de guerre. Tandis que les événements s’accélèrent autour d’elle, l’existence de Jiselle prend un tour dramatique, l’obligeant à puiser dans ses ressources pour affronter cette situation inédite… ‘ Ce qui est rare chez Laura Kasischke, c’est ce curieux mélange de maîtrise et d’émotion, d’étrangeté et de simplicité, d’atrocité et de poésie. ‘ (Olivia de Lamberterie, Elle)
(source: Bol.com)

En Syrie

La Syrie ? Que savons-nous d’ elle? Avouons-le sans faux orgueil : quelques reminiscences historiques sur les croisades, quelques pages célèbres, les beaux noms de Damas, de Palmyre, de l’Euphrate, voilà tout notre bagage pour une grande et féconde contrée placée sous mandat français. Mais qui discerne l’ importance de ce Mandat? Qui-à part de très rares spécialistes – pourrait tracer la physionomie politique de ce pays? Qui expliquerait pourquoi l’ on s’ y bat et qui s’ y bat? Ce berceau des civilisations, ce lieu de passage prédestiné, dont la richesse et la beauté on retenu, sans les mêler, tant de peuple, cette terre où poussent avec une force ardente les croyances et les hérésies, dérouteet confond.
Le premier reportage de Joseph Kessel , publié en 1926.
Des pages d’ une surprenante actualité.

En souvenir d’André

‘Ça se déroulait toujours de la même manière. Une voix appelait sur mon cellulaire, tard le soir ou tôt le matin. Elle demandait à me rencontrer en tête-à-tête. Et donnait la phrase rituelle : En souvenir d’André. Je me rendais à l’adresse indiquée et là, je rencontrais un homme, parfois seul, parfois avec une autre personne, de son âge ou plus jeune. On ne faisait pas de présentations. Ils connaissaient mon nom, ils m’avaient donné leur prénom. Lorsque le malade souffrait trop, l’autre personne était là pour m’expliquer. Je l’arrêtais très vite. Je vais d’abord m’occuper de la douleur.’
(source: Bol.com)