Visualizzazione di 89581-89592 di 90860 risultati

La Serpe

Un matin d’octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n’est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l’unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l’arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d’un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l’enquête abandonnée. Alors que l’opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s’exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du *Salaire de la peur*, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.
Jamais le mystère du triple assassinat du château d’Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d’Henri Girard, jusqu’à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu’à ce qu’un écrivain têtu et minutieux s’en mêle…
Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu’Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l’inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu’il n’y paraît), il s’est plongé dans les archives, a reconstitué l’enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l’issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.

La Séquence des Corps

Black Mountain, une petite ville endormie au fin fond de la Caroline du Nord. Une petite ville où la police locale n’a guère affaire à plus d’un homicide par an, et encore, et ou les gens ont bien du mal à s’habituer à fermer leur porte à clé la nuit, même de nos jours. Ce n’est guère le genre d’endroit où rôdent le serial killers, et pourtant… Quelle autre explication trouver au meurtre de la petite Emily, onze ans, enlevée chez elle après avoir assisté à une réunion paroissiale, et retrouvée quelques, jours plus tard ? D’autant que le modus operandi de l’assassin rappelle étrangement celui de Temple Gault, le tueur qui a réussi à échapper au F.B.I. et à Kay Scarpetta à l’issue d’Une peine d’exception. Appelés sur les lieux, Scarpetta et ses acolytes habituels, Marino et Wesley, vont avoir affaire à forte partie…

La Septième Porte

Depuis des millénaires monte sur les quatre mondes la sourde plainte des pauvres menschs persécutés par les demi-dieux. L’univers est devenu un piège : le Nexus vient d’être incendié par les serpents-dragons : les Patryns, refolés dans le Labyrinthe, luttent pour ne pas s’y laisser enfermer. 
Quant au Seigneur du Nexus, il est à Nécropolis et veut savoir où est la septième porte. Mais ni Haplo, torturé à mort, ni Alfred ne passent aux aveux. Car Haplo a un plan, et Alfred le connaît : il communique encore avec le corps inerte de son vieil ami. Quand la bataille finale s’engage, l’enjeu n’est pas seulement la victoire, mais la place qu’occuperont les combattants à l’instant où sera détruite la septième porte. 
Certains auront l’avenir devant eux. Quant aux autres, eh bien il leur restera l’éternité pour y penser.

La Septième griffe de Togor

Ils approchaient. Je sentais leur souffle sur moi. Fébrilement je tâtonnai sur la patte du monstre d’onyx et enfonçai sa septième griffe. Alors le ciel s’obscurcit, le sol bascula et je tombai en tourbillonnant dans un gouffre noir et sans fond…

La Semence du démon

Quand Suzanne Abramson s’installe dans sa nouvelle maison, entièrement informatisée, le nec plus ultra en matière de domotique, elle se croit à l’abri des agressions du monde extérieur. Comment pourrait-elle se douter qu’elle va être victime de la forme la plus étrange et monstrueuse de harcèlement sexuel : Proteus, une Intelligence Artificielle, s’est infiltré dans les systèmes de sécurité et a pris le contrôle de l’appartement. Prisonnière de sa propre maison, réduite à l’état d’esclave, Susan est contrainte de se soumettre à la volonté et aux fantasmes de l’ordinateur. Et la curiosité de Proteus pour les choses de la chair semble sans limites…

La Seconde Mère

La pluie avait cessé ; il restait cependant tant d’humidité dans l’air,
que les gou?ele?es s’amassaient comme un réseau serré de fines perles
sur le nickel des harnais. Une sorte d’oppression délicieuse coupait légèrement
la respiration ; il était à la fois très doux et un peu difficile de
vivre dans ce?e atmosphère saturée d’eau. Le ciel était gris, sans horizon,
et cependant, sous l’herbe vigoureuse, dans les pousses audacieuses des
peupliers et des ormes, courait une ardeur de vie communicative ; la sève
d’août montait de toutes parts.
La pente s’était accentuée ; les chevaux ne songeaient point à ralentir
leur allure pourtant ; mais, tout distrait qu’il fut, Richard Brice y pensa
pour eux ; après les avoir mis au pas, il se pencha un peu en arrière.
— Jaffé, dit-il, comment va ma mère ?
Jaffé s’inclina légèrement, de façon à se trouver presque face à face
avec son maître.
— Madame va bien, répondit-il d’un ton à la fois familier et respectueux,
comme un ancien serviteur sûr de sa situation ; seulement, ce matin,
quand elle a reçu la le?re de monsieur, elle était un peu…
— Un peu quoi ? fit Brice avec une nuance de brusquerie.
— Un peu… je ne sais pas comment m’exprimer en conservant le respect
que je dois à monsieur et à madame…
— Parle donc ! tu chercheras tes mots une autre fois !
— Madame était, puisque monsieur l’exige, un peu pas comme à l’ordinaire.
Monsieur a donc écrit quelque chose qui n’a pas convenu à madame
?
L’honnête figure de Jaffé exprimait une anxiété si comique, que Brice
ne put s’empêcher de sourire.
— Oui, Jaffé, répondit-il avec un demi-sourire, ce que je lui écrivais
n’était pas de nature à lui plaire… quoique vraiment…
La route redescendait ; Brice serra le frein, reprit son fouet et regarda
les oreilles de ses chevaux. Après avoir a?endu encore deux ou trois secondes
dans la même a?itude respectueuse, Jaffé se remit en position, les
bras croisés.

La Seconde Guerre mondiale, 1939-1945

#
De 1939 à 1945, le monde entier s’embrase, des neiges de Finlande aux sables du désert de Libye, des îles du Pacifique aux plages normandes, des hauts plateaux d’Éthiopie aux mornes steppes russes. Une guerre totale menée sur terre, sur mer et dans les airs, qui n’épargna pas les populations civiles bousculées, déplacées, contraintes au travail forcé, pillées, bombardées, massacrées, exterminées. Cette histoire de la Seconde Guerre mondiale est à la fois une explication et un récit. Sans négliger la narration des combats, elle accorde une large place aux enjeux idéologiques, politiques et stratégiques, à la propagande, et souligne le poids déterminant de l’économie ou des technologies, en évoquant la mobilisation des sociétés en guerre et les affres de la vie quotidienne. Des états-majors aux champs de bataille, des témoignages des principaux acteurs aux souvenirs des plus humbles victimes, ce livre nous entraîne au cœur du drame, à jamais gravé dans les mémoires, qui coûta la vie à 60 millions d’êtres humains.

La saga des Travis (Tome 2) – Bad Boy

Une rencontre brève mais intense avec un inconnu au regard inoubliable qui se révèle être Hardy Cates, l’ennemi de sa famille. Un mariage, contracté contre la volonté paternelle, qui vire au cauchemar. Un parcours semé d’embûches afin de se reconstruire… Que de difficultés et de drames pour Haven, la benjamine du clan Travis. Bien qu’héritière d’un richissime magnat du pétrole, rien n’est facile pour elle.Heureusement, l’existence offre parfois une seconde chance !Mais, en misant sur Hardy Cates, le Bad Boy ambitieux, Haven ne joue-t-elle pas un jeu risqué ? Car, sous ses dehors policés acquis au contact des puissants, cet homme est comme un fauve blessé, sauvage et dangereux. À moins qu’il ne se laisse apprivoiser ?
(source: Bol.com)

La Route de Woodbury (The Walking Dead, tome 2)

Quand l’invasion zombie a dressé les vivants contre les morts, Lilly Caul a fui la banlieue d’Atlanta. D’abris de fortune en campements improvisés, elle essaie à présent de survivre. Mais les zombies sont de plus en plus nombreux, et leur appétit pour la chair est sans limites. Terrorisée, Lilly trouve refuge dans une ville fortifiée connue sous le nom de Woodbury. De prime abord, c’est un parfait havre de paix : les habitants troquent de la nourriture contre des services, les barricades sont solides et le mystérieux leader qu’on appelle Philip Blake veille sur les citoyens. Pourtant, Lilly commence à douter : Blake veut qu’on l’appelle le Gouverneur, et ses idées sur la loi et la justice sont… déviantes. Avec une bande de rebelles, elle ouvre la boîte de Pandore et défie le Gouverneur. La route de Woodbury se transforme alors en autoroute pour l’enfer.

La Route de l’Est

Cycle : Western Genre : Western Titre original : Wagons East! Traducteur : Jean-André Rey