Visualizzazione di 88765-88776 di 90860 risultati

Les yeux du dragon

L’ombre de Flagg plane depuis quatre siècles sur le royaume de Delain… Le jour où la silhouette du sinistre magicien se glisse derrière le trône du roi Roland, c’est en vue d’accomplir son noir dessein : assurer le triomphe du mal. La machination se met en marche, vénéneuse comme le poison. Mais c’est compter sans une antique maison de poupée, quelques milliers de serviettes de table, les yeux d’un vieux dragon empaillé et, bien sûr, le courage de ceux qui refusent la tyrannie. On sait que les contes de fées sont les premiers récits de terreur. En écrire un à l’intention de sa fille Naomi était donc pour Stephen King une sorte de retour aux sources.

Les yeux de l’Epouvante

Pourquoi Jacques de Belisle, invitait-il Gilles Novak à le rejoindre au Malmont, colline du Var où d’étranges phénomènes se produisaient ? A quelle créature appartenaient ces yeux rouges, fréquemment observés dans les ténèbres ? Qui avait pu “téléguider” vers ces lieux René Voarino, président du CEOF et Raymond Audemard, ufologue attaché à l’IMSA ? Et la voiturette d’Audemard qui soudain s’était mise à planer, à voltiger ? Les fantastiques événements auxquels Gilles et son équipe allaient être mêlés dépassaient, et de fort loin, tout ce qu’ils auraient pu imaginer…

Les yeux dans les arbres

Nathan Price, pasteur baptiste américain au fanatisme redoutable, part en mission au Congo belge en 1959 avec sa femme et ses quatre filles. Ils arrivent de Géorgie dans un pays qui rêve d’autonomie et de libertés. Tour à tour, la mère et les quatre filles racontent la ruine tragique de leur famille qui, même avec sa bonne volonté et ses croyances de fer, ne résiste à rien, ni à la détresse, ni aux fourmis, ni aux orages…ni aux Saintes Ecritures. Après L’Arbre aux haricots et Les Cochons au paradis, Barbara Kingsolver a écrit son roman le plus ambitieux, un roman qui prend place dans la littérature postcoloniale.

Les yeux d’émeraude

Althalus, voleur expert et sans scrupule, accepte une curieuse mission que lui propose un homme en manteau noir : s’introduire dans la Maison au Bout du Monde pour récupérer le mythique grimoire de Deiwos. Après avoir subtilisé le manteau de son commanditaire – on ne se refait pas ! -, Althalus découvre bien vite l’étrange demeure. Selon Emeraude, une chatte qui parle, pas question qu’il ressorte avant d’avoir lu le grimoire, compris ses enseignements et imaginé un plan pour empêcher Daeva, le frère maléfique de Deiwos, de défaire le monde ! N’ayant jamais appris à lire, le pauvre garçon n’est pas sorti de l’auberge… Premier volet d’un roman en deux parties qui met en scène un sympathique voleur devenu apprenti mage malgré lui. Aventures, magie et humour sont au rendez-vous ! 

Les Yeux d’Emeraude

Althalus, voleur expert et sans scrupule, accepte une curieuse mission que lui propose un homme en manteau noir : s’introduire dans la Maison au Bout du Monde pour récupérer le mythique grimoire de Deiwos. Après avoir subtilisé le manteau de son commanditaire – on ne se refait pas ! -, Althalus découvre bien vite l’étrange demeure. Selon Emeraude, une chatte qui parle, pas question qu’il ressorte avant d’avoir lu le grimoire, compris ses enseignements et imaginé un plan pour empêcher Daeva, le frère maléfique de Deiwos, de défaire le monde ! N’ayant jamais appris à lire, le pauvre garçon n’est pas sorti de l’auberge… Premier volet d’un roman en deux parties qui met en scène un sympathique voleur devenu apprenti mage malgré lui. Aventures, magie et humour sont au rendez-vous ! 

Les voleurs de Dieux

Jaïlana se mordit les lèvres. Les occupants de la capsule spatiale n’avaient plus le moindre contrôle sur le troisième étage. Or, tant que celui-ci n’aurait pas été largué, il était impossible de se servir des fusées d’appoint, dont la mise à feu ne pourrait se solder que par l’explosion de l’astronef tout entier.
     — Trajectoire hyperbolique, souffla Zual. Vitesse de libération atteinte.
     Cette annonce fit naître des larmes d’impuissance dans les yeux violets de Jaïlana. La capsule s’éloignant inéluctablement de la planète, seul un miracle pouvait sauver ses occupants.
     Un miracle accompli par le dieu vivant Gridban… ou par Blade et Baker

Les Voiliers du soleil

Sur Mars, le rêve des forêts s’est enfin réalisé : Archim Noroit a doté la planète d’une atmosphère. Mais les années ont passé, et sa fille, Ina d’Argyre, a elle aussi un rêve : retrouver le fameux Jor Arlan, et obtenir qu’il l’aide à poursuivre la chirurgie planétaire de son père en créant une nouvelle planète. Or, cet homme de génie, personne ne l’a jamais vu et certains prétendent même qu’il vient d’ailleurs. C’est un voilier du soleil qui emmènera Ina vers Uraniborg et Ganymède, où elle découvrira la véritable identité de Jor Arlan et, en même temps, le plus formidable secret de l’histoire de l’humanité…

(source: Bol.com)

Les Voiles d’illusion

Parcourant le fleuve d’Autremonde, traqué par la Confrérie du Graal, l’énigmatique Paul Jonas part en quête de la femme ailée qui le hante.
Ayant pour mission de le rejoindre, Renie et ses compagnons errent au cœur de mondes extravagants. Tandis que le mystère d’Autremonde s’épaissit, de graves problèmes surgissent au sein même du réseau. Qui pourra rester maître de cet univers mutant alors que quelque chose d’incontrôlé y rôde, une force néfaste à peine imaginable ?

Les visiteurs du suaire

— Mes frères, ce que j’ai à vous dire est d’une extrême gravité : tout me porte à croire que le Pacte de Kennlor est réactivé…
Un cataclysme nucléaire survenant à cet instant précis dans l’immense salle de conférence, où s’étaient entassés plus de deux cents dignitaires de l’Ordre cosmique des Chevaliers de Lumière, n’eût pas suscité plus vive réaction d’effroi. Chacun savait que cette alliance des plus noires forces extraterrestres n’avait d’autres ambitions que d’asservire la Terre en s’appuyant sur ses pires organisations narco-terroristes et mafieuses.
— Cette fois, si nous échouons à leur barrer la route,
c’est toute la planète qui tombera dans leur filet car, d’après les informateurs, l’envahisseur aurait déjà largement infiltré la hiérarchie de l’un de ses plus puissants réseaux…
Il se tut quelques secondes avant d’ajouter :
— L’Eglise catholique !

Les visages de l’humanité

Partout sur la planète, des cadavres sont retrouvés dans des body bags. Entre leurs mains, un sachet de thé. Les Tea-Baggies… Ce qui frappe le plus ceux qui les voient, c’est la disparition de leur visage ! Un groupe antimusulman en réclame la paternité : les Tea-Baggers…
À Montréal, un militant de Gaz de Shit est brutalement assassiné. Contre toute attente, les soupçons se portent sur Victor Prose, un écrivain qui collabore avec l’organisation écologiste. Son ami, l’ex-inspecteur Gonzague Théberge, peut difficilement lui venir en aide : maintenant retraité, il est lui-même en butte à l’hostilité du nouveau directeur du SPVM.
Mais un malheur n’arrive jamais seul. La femme de Théberge est victime d’un attentat terroriste ! Les Tea-Baggies se multiplient. Tout comme les manifestations de Neutralize Wall Street et d’autres groupes d’Indignés extrêmes. Un autre membre de Gaz de Shit est assassiné. Théberge est à son tour soupçonné de meurtre.
Prose et Théberge, aidés de quelques amis, tentent de trouver ce qui relie tous ces attentats, de découvrir à qui ils profitent. Dans leur quête, ils seront aidés par la mystérieuse Natalya, la nouvelle amie de Prose. Sauf que celle-ci, à l’insu de tous, est une tueuse professionnelle.
Quelle est sa vraie mission ? Pour quelle raison a-t-elle approché Prose ? Pourra-t-elle l’aider à démêler cet écheveau de complots avant que l’étau ait fini de se resserrer sur lui et sur Théberge ? Le désire-t-elle seulement ?

Les visages

###
Lorsque Ethan Muller, propriétaire d’une galerie, met la main sur une série de dessins d’une qualité exceptionnelle, il sait qu’il va enfin pouvoir se faire un nom dans l’univers impitoyable des marchands d’art. Leur mystérieux auteur, Victor Crack, a disparu corps et âme, après avoir vécu reclus près de quarante ans à New York dans un appartement miteux. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime : c’est le travail d’un génie. La mécanique se dérègle le jour où un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d’enfants victimes, des années plus tôt, d’un mystérieux tueur en série. Ethan se lance alors dans une enquête qui va bien vite virer à l’obsession. C’est le début d’une spirale infernale à l’intensité dramatique et au coup de théâtre final dignes des plus grands thrillers. Bien loin des polars calibrés habituels, Jesse Kellerman, styliste hors pair, nous offre ici un roman d’une indéniable qualité littéraire qui, doublée d’une intrigue machiavélique, place d’emblée le livre au niveau des plus grandes réussites du genre, tels Mystic River, de Dennis Lehane, ou L’Analyste, de John Katzenbach.

Les vieux ne pleurent jamais

Judith et Janet ont 70 ans, elles vivent à New York depuis de nombreuses années. Seules aujourd’hui, sans mari, ces femmes ne sont pas dévastées, elles poursuivent leur chemin tant il est vrai qu’un être demeure le même d’un bout à l’autre de son existence. Un roman d’une grande acuité sur le vieillissement, d’une surprenante empathie pour le troisième âge de la femme, sur la gravité du temps qui passe mais aussi et surtout sur l’incroyable énergie de la plupart d’entre elles face à l’étrange phénomène qui change nos corps mais pas nos âmes. Nos têtes dirait-on, dans lesquelles s’agite tout ce que nous sommes, inchangé, depuis l’enfance.