Visualizzazione di 88669-88680 di 90860 risultati

Menace sur les ondes

The hours between dusk and dawn are filled with mystery, danger . . . and romance. Here is a classic tale of passion and peril by the incomparable mistress of romantic suspense.

Memory

Depuis sa cryo-réanimation, Miles Vorkosigan souffre de convulsions. Or, au cours de sa dernière mission, il a eu une crise et a provoqué un grave accident. Il décide de falsifier son rapport et de passer sa responsabilité sous silence. Mais Simon Elyan, le chef de la SécImp, découvre la vérité et, la mort dans l’âme, le renvoie de l’armée. Exit l’amiral Naismith.
Devenu simple civil, Miles sombre dans la dépression. Cependant, quand la biochip mémorielle d’Elyan se détraque et qu’il se met à confondre présent et passé, une seconde chance est offerte à Lord Vorkosigan : une enquête s’impose, et Miles est l’homme de la situation.

Mémoire Truquée

It’s a fear more paralyzing than falling. More terrifying than darkness. More horrifying than anything you can imagine. It’s the one fear you cannot escape, no matter where you run . . . no matter where you hide. It’s the fear of yourself. It’s real. It can happen to you. And facing it can be deadly. “Fear for your mind”.

Memnoch le demon

Vampire impie, ivre d’amour, de sensualité, de métaphysique, Lestat cherche dans les rues enneigées de New York Dora, une jeune prédicatrice aussi belle que charismatique. Fille d’un des gros bonnets de la drogue, elle est peut-être, n’ayons pas peur du mot, une… sainte. Déchiré entre ses appétits vampiriques et sa passion débordante pour la jeune femme, Lestat ne se préoccupe pas autant qu’il le devrait de cette étrange impression d’être observé. Et se trouve bientôt confronté aux adversaires les plus énigmatiques qu’il ait jamais connus.
[http://www.amazon.fr/Chroniques-vampires-5-Memnoch-démon/dp/2265079693](http://www.amazon.fr/Chroniques-vampires-5-Memnoch-d%C3%A9mon/dp/2265079693)

Mèmed Le Mince

«La nuit était très sombre. L’obscurité était épaisse comme un mur. L’odeur des herbes, le parfum tenace des fleurs emplissaient la tente. Le coussin sentait la menthe des montagnes. J’étais depuis deux jours l’hôte de Müslüm Bey. Depuis deux jours, je ne fermais pas l’œil. Je m’imaginais que si je m’endormais, Müslüm Bey me ferait tuer dans mon sommeil. J’étais sans cesse sur le qui-vive. Cela ne m’était jamais arrivé, je n’avais jamais ressenti une telle méfiance. Une pluie douce tombait sur la nuit. Je me suis levé. Je ne m’étais même pas déshabillé. J’ai tout abandonné là-bas, mon fusil, mes cartouches, tout ce que je possédais, mes jumelles, mon fez. Mon cheval était attaché devant la grande tente, lui aussi je l’ai abandonné et je me suis mis en route…»
Bi

Melite

Comédie : Éraste, amoureux de Mélite, la fait connaître à son ami Tircis, et, devenu peu après jaloux de leur hantise, fait rendre des lettres d’amour supposées, de la part de Mélite, à Philandre, accordé de Chloris, soeur de Tircis. Philandre s’étant résolu, par l’artifice et les suasions d’Éraste, de quitter Chloris pour Mélite, montre ces lettres à Tircis. Ce pauvre amant en tombe en désespoir, et se retire chez Lisis, qui vient donner à Mélite de fausses alarmes de sa mort…

Mélancolie française

‘ Si vous n’êtes romain, soyez digne de l’être. ‘

Pendant quinze siècles, ce vers de Corneille a porté l’ambition française : être reconnue comme l’héritière de Rome, de son Etat, de sa langue, de sa manière unique d’assimiler les étrangers – à la fois hautaine et égalitaire – et même de sa façon d’imposer la paix en Europe.

Dans son style à la fois documenté, précis et paradoxal, Eric Zemmour raconte cette obsession autour de laquelle s’est tissé notre roman historique national. Philippe Auguste, Louis XIV, Napoléon, Clemenceau croient toucher au but. Mais à chaque fois un croc-en-jambe les fait chuter, tantôt la puissance anglo-saxonne – notre ‘ Carthage ‘ – ou bien la force allemande – notre meilleure élève. A chaque fois aussi, la France s’invente des raisons d’y croire à nouveau, que celles-ci s’appellent les colonies, De Gaulle ou l’Europe.

Sauf qu’aujourd’hui la mécanique impériale est cassée. Comme si nous vivions déjà à l’heure de la chute de l’Empire, submergés par de nouveaux ‘ barbares ‘…

Eric Zemmour, éditorialiste au Figaro magazine et à RTL, est aussi l’un des chroniqueurs de l’émission ‘ On n’est pas couché ‘ et de l’émission politique ‘ Ca se dispute ‘ sur itélé. Il a notamment publié Petit frère (Paris, Denoël, 2008), Le Premier Sexe (Paris, Denoël, 2006), L’Autre (Paris, Balland/Denoël, 2004).

(source: Bol.com)

Médée

Cette édition classique a été mis en vérsion epub par bibebook.com
Pour chaque titre de gloire du héros Jason, son épouse Médée a commis un crime. Pour lui, elle a trahi son pays, tué son frère et poussé des jeunes filles à assassiner leur père. Le couple vit en exil à Corinthe avec ses deux fils, jusqu’à ce que Jason s’éprenne de la fille du roi. Qu’il l’épouse, et il héritera du trône. Médée, elle, sera bannie du royaume. Mais la femme répudiée est une magicienne, experte en poisons comme en sorcellerie. Meurtrie dans sa fierté autant que dans son amour, Médée va user de tout son art pour frapper dans sa chair l’infidèle Jason.
Objets magiques, rebondissements, effets de scène spectaculaires : pour la première tragédie de sa carrière, Corneille transpose le mythe grec de Médée dans l’esthétique baroque. En insistant sur la puissance et sur l’aura infernale de son héroïne, l’auteur du Cid fait du récit de sa vengeance une forme d’apothéose du mal.

Mécomptes de fées

Une mission de tout repos pour trois sorcières de haut vol (Air Balai) : empêcher les épousailles d’une servante et d’un prince. Pas de quoi impressionner Mémé Ciredutemps, Nounou Ogg et Magrat Goussedail. Oui, mais :
1 — Ca se passe à l’étranger (beurk !), dans la cité lointaine de Genua.
2 — Que faire d’une baguette magique de seconde main qui ne sait que transformer les choses en citrouilles ?
3 — Comment s’opposer au pouvoir irrésistible des contes s’ils sont manipulés par la redoutable « bonne fée » Lilith ? N’est-ce pas le merveilleux destin d’une servante que d’épouser le prince ? Comme celui des mères-grands de se faire dévorer par le loup ?
Tel n’est pourtant pas l’avis de Madame Gogol, la sorcière vaudou des marais de Genua.
« Enco an piti zassiette di gombo, ma chè ? »

Mazarin l’italien

De Jules Mazarin (1602-1661), ses contemporains ont tout dit, sur le ton de l’emphase et de l’admiration aussi bien que sur le mode de la détestation et de la moquerie. Aujourd’hui, les historiens veulent en retenir la figure de l’homme d’Etat, les prouesses du politique, la patience du diplomate, la générosité du mécène et le goût du collectionneur. La réussite de l’homme qui fit venir en France presque toute sa famille, dont ses fameuses nièces, semble ainsi admirable. Pourtant, le personnage déroute dès qu’on le ramène sur les terres italiennes qui l’ont vu naître. Audacieux ou défait dans la négociation, pressé et déraisonnable dans l’action, gauche et passionné dans l’expression, Mazarin, dans ses rapports avec Rome et avec l’Italie, n’est pas toujours celui que l’on attend. Questionner les liens de Mazarin avec l’Italie du Seicento permet de mieux comprendre l’homme : ils nuancent l’action du ministre, ils précisent les espoirs du mécène, ils expliquent la discrétion du chrétien. Son ministériat constitue aussi le chant du cygne, à l’âge moderne, de l’intense dialogue politique et artistique entretenu par la France et les Français avec l’Italie depuis la fin du Moyen Age. Contempler le visage de Mazarin renvoyé par le miroir italien, c’est enfin revisiter les notions d’identité et de patrie dans l’Europe du XVIIe siècle.
**

Maudits sauvages

Arrivé au terme de sa longue traversée du Royaume du Nord, **Bernard Clavel**, la nostalgie au coeur, reprend son chemin, une dernière fois dans ces immensités blanches où hurle un vent à nul autre pareil.
Le « Nordet » souffle sur ses pages qui chantent en forme d’apothéose et de chute, l’esprit des indiens Wabamahigans, leur résistance face aux bâtisseurs de la Baie James et leur lente agonie sur la terre où les avait menés la légendaire Tiska à la poursuite d’un loup blanc. Seule la mort évitera au chef Mestakoshi de voir, de sa tente traditionnelle, son fils et son arrière-petit-fils parmi les Indiens alignés devant le magasin général déchirant à longueur de jour des billets de bingo.
Bernard Clavel nous dévoile l’envers d’une épopée. Avec passion, sans manichéisme. Il nous montre du point de vue de ceux qu’on appelait « les maudits sauvages » un des drames les plus poignants des temps modernes : la disparition d’un monde, d’un peuple sous les coups de boutoir de la civilisation.
Jamais il ne fut plus inspiré, plus attachant, plus fort.