Visualizzazione di 88633-88644 di 90860 risultati

Mör

Le nouveau roman de Johana Gustawsson va vous couper l’appétit ! « Un écrivain audacieux et bourré de talent. » RJ Ellory Après Block 46, le duo d’enquêtrices Emily Roy (profileuse de renom) et Alexis Castells (écrivaine de true crime) revient pour une enquête terrifiante qui explore, cette fois encore, l’histoire et les liens familiaux. On retrouve, en Suède, un cadavre de femme amputé de plusieurs kilos de chair. Au même moment, à Londres, Emily Roy enquête sur une disparition inquiétante : une actrice célèbre a été enlevée, et ses chaussures abandonnées à proximité de son domicile, dans un sac plastique, avec une paire de chaussettes soigneusement pliées dedans. Ces deux crimes portent la signature du serial killer qui a tué l’ancien compagnon d’Alexis Castells au moment de son arrestation : Richard Hemfield. Hemfield est enfermé à vie à l’hôpital psychiatrique de haute sécurité de Broadmoor, pour le meurtre de six femmes, retrouvées, en l’espace de deux ans, assassinées et amputées de leurs seins, de leurs fesses, de leurs cuisses et de leurs hanches… Le problème, c’est que Richard Hemfield est en prison depuis dix ans. Comment expliquer que ses crimes recommencent ? Le nouveau roman de Johana Gustawsson plonge cette fois encore ses racines dans l’histoire : au cœur du Londres du XIXe siècle, dans les ruelles sillonnées par Jack L’Éventreur. Comme chez Camilla Läckberg, à qui on a plusieurs fois comparé Johana Gustawsson, l’évolution personnelle des personnages apporte toute sa profondeur au développement de la série. Mör est un roman d’une grande féminité, qui explore le désir, la fusion, la folie des liens familiaux. Familles dysfonctionnelles, heureuses ou mise en péril par les pulsions et la transmission, violente ou inconsciente, des perversions familiales. Chargés de résoudre de nouveaux crimes atroces, les équipes de recherche suédoise (Bergström, Olofsson, et deux nouveaux personnages féminins, Karla Hansen et Aliénor Lindbergh) et anglaise (Emily Roy, Alexis Castells et Jack Pearce), sentent résonner profondément, dans leur histoire personnelle, les événements auxquels ils sont confrontés. Pour Alexis Castells, Richard Hemfield fait violemment resurgir le passé et la mort de son compagnon : replonger dans les dossiers qui l’obsèdent depuis dix ans est peut-être, cette fois, la seule façon pour elle d’envisager l’avenir. Elle doit combattre ses fantômes et sa peine, achever son deuil, pour revenir à la vie aux côtés de Stellan, rencontré…

Montessori de 6 à 12 ans: Apprends-moi à penser par moi-même

La pédagogie Montessori permet d’accompagner l’enfant dans la construction de sa personnalité en lui proposant un environnement adapté à ses besoins et à ses capacités. De 6 à 12 ans, l’enfant a besoin d’apprendre à penser par lui-même. Bien accompagné pendant cette période, le jeune de 12 ans sait qui il est !
Les auteurs de ce livre, éducateurs Montessori, partagent leur expertise pour vivre Montessori au quotidien et aider votre enfant à être joyeux, confiant, autonome, curieux, créatif et ouvert sur le monde.
Ce livre, richement illustré, présente clairement et simplement l’approche Montessori de 6 à 12 ans :
Les besoins de l’enfant. L’école Montessori en théorie et en pratique. Des conseils pour une approche Montessori à la maison. Des témoignages d’experts, de parents et d’enfants “montessoriens”. Des activités pédagogiques Montessori faciles à mettre en place.
**Charlotte Poussin, Hadrien Roche** et **Nadia Hamidi** sont diplômés de l’Association Montessori Internationale (AMI). Passionnés par cette approche éducative qu’ils expérimentent à l’école et en famille, ils souhaitent la transmettre aux parents et aux professionnels de l’éducation.

Montedidio

Hij is dertien jaar en groeit op in Montedidio, een arme volkswijk in Napels. ‘s Morgens vroeg gaat hij naar de schoenmakerij van meester Errico, bij wie hij in de leer is. Hij gaat niet meer naar school, maar leert elke dag. Van de joodse, gebochelde Don Rafaniello leert hij over de kracht van dromen. Van Maria – die ook dertien jaar is, maar dertien jaar ‘groter’ – leert hij de tederheid en het genot. ‘s Avonds schrijft hij in zijn dagboek over zijn ervaringen.
Montedidio is de universele vertelling van een dertienjarige jongen die de wereld ontdekt: een wereld vol armoede, onrecht, ziekte en dood, maar waar poëzie en emoties nog niet uit verbannen zijn. Met groot inlevingsvermogen en grote tederheid beschrijft Erri De Luca een periode uit het leven van een jongen die zich steeds meer bewust wordt van zijn verlangen om zijn vleugels uit te slaan. Waarheen? Misschien wel naar de hemel hoog boven de daken van Montedidio.
**Recensie(s)**

In dit dagboek kunnen we de ontwikkeling van een dertienjarige jongen in Napels volgen. Als krullenjongen bij een timmerman begint zijn ontplooiing. Geestelijk bieden zijn baas en een gebochelde joodse schoenmaker hem door hun houding en hun verhalen over het leven een ruimere horizon. Lichamelijk ontwikkelt hij zijn spieren op het dakterras door werpoefeningen met een boemerang. Door het buurmeisje Maria begint hij de liefde te ontdekken, maar ook jaloezie en agressiviteit. Het boek is doorspekt met Napolitaanse couleur locale: de haven, vissers, engelen, heiligen, wonderen met bloed etc. De dagelijkse gebeurtenissen en werkzaamheden plaatsen de lezer midden in het verhaal en de directe taal maakt van de lezer een toeschouwer, die alles meebeleeft. Zeer de moeite waard, geschikt voor een ruim publiek. Paperback; ruime bladspiegel.Drs. F. Meeuwesen
(source: Bol.com)

Montecristo

Jonas Brand est reporter vidéo à Zurich. Spécialisé dans les émissions people, il rêve un jour de tourner Montecristo, un long métrage de fiction dont on lui a jusqu’alors refusé le financement. Lorsqu’il découvre qu’il est en possession de deux billets de cent francs suisses porteurs du même numéro de série – ce qui est a priori techniquement impossible –, il décide de mener l’enquête. Sans le savoir, il se trouve mêlé à une affaire dont il ne mesure pas l’ampleur. ‘ Le nouveau roman de Martin Suter nous introduit dans le monde interlope de la haute finance suisse. […] Montecristo n’est pas seulement le tableau profondément pessimiste d’un milieu. Il traite aussi de questions devenues quotidiennes de la vie politico-économique, en Suisse et ailleurs. L’importance vitale des banques pour le système, par exemple, invoquée par les conjurés pour justifier leur campagne de maquillage des comptes. ‘ Sebastian Baltzer, Frankfurter Allgemeine Zeitung ‘ Haletant thriller financier, […] Montecristo marque le grand retour de Martin Suter au roman d’investigation métaphysico-policière. […] La fiction devient entre les mains expertes de Suter une arme de destruction massive. ‘ Olivier Mony
(source: Bol.com)

Monasterium

1288. Al Iskandarïyah, Égypte. Un marchand récupère la lourde besace d’un voyageur agonisant, ignorant qu’il vient de signer son arrêt de mort. Il est égorgé alors qu’il tente de vendre le sac à l’intermédiaire du comte Aimery de Mortagne.
1307, abbaye de femmes des Clairets, France. Une moniale, Angélique, est découverte étranglée. Sans doute parce qu’elle ressemblait beaucoup à l’une de ses sœurs, Marie-Gillette d’Andremont, qui a fui l’Espagne après l’assassinat de son amant. D’autres meurtres surviennent.
Se peut-il que le meurtrier soit le même que celui de l’amant de Marie-Gillette ? Et quel est donc le rôle exact du comte de Mortagne, qui arrive très à propos à l’abbaye ?
Construit comme un huis clos, Monestarium est un thriller historique haletant.

Mon nom est Liberty

La vie lui a pris son père à quatre ans, sa mère à dix-sept, la laissant seule avec une petite soeur de deux ans. Pourtant, Liberty Jones s’accroche à ses rêves. De son village de mobile homes aux quartiers chics de Houston, d’épreuves en victoires, elle trace son chemin et croise celui d’un richissime homme d’affaires, nanti d’un fils aîné aussi glacial que séduisant. Ce dernier lui fera-t-il oublier Hardy Cates, le garçon qui a manqué son coeur d’aloscente au fer rouge?

Mon enfant de Berlin

En septembre 1944, Claire, ambulancière à la Croix-Rouge française, se trouve à Béziers avec sa section, alors que dans quelques mois elle suivra les armées alliées dans un Berlin en ruine. Elle a vingt-sept ans, c’est une très jolie jeune femme avec de grands yeux sombres et de hautes pommettes slaves. Si on lui en fait compliment, elle feint de l’ignorer. Elle souhaite n’exister que par son travail depuis son entrée à la Croix-Rouge, un an et demi auparavant. Son courage moral et physique, son ardeur font l’admiration de ses chefs. Ses compagnes, parfois issues de milieux sociaux différents du sien, ont oublié qu’elle est la fille d’un écrivain célèbre, François Mauriac, et la considèrent comme l’une d’entre elles, rien de plus. Au volant de son ambulance, quand elle transporte des blessés vers des hôpitaux surchargés, elle se sent vivre pour la première fois de sa jeune vie. Mais à travers la guerre, sans même le savoir, c’est l’amour que Claire cherche. Elle va le trouver à Berlin.

(source: Bol.com)

Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans

“Je veux raconter mon histoire, mais ce sera aussi l’histoire des 61 millions d’enfants non scolarisés. Je veux qu’elle participe au mouvement qui donnera à chaque garçon et à chaque fille le droit d’aller à l’école. C’est un droit élémentaire pour eux”. Malala Yousafzai Le 9 octobre 2012, dans le camion qui fait office de bus scolaire, Malala, 15 ans, reçoit d’un Taliban une balle dans la tête. Cette jeune Pakistanaise gêne les extrémistes religieux par son engagement pour l’éducation des filles, commencé alors qu’elle n’avait que onze ans. Par l’intermédiaire d’un blog qu’elle tenait sous pseudonyme, elle racontait le rétablissement de la Charia dans sa région, la fermeture de son école aux filles, sa soif intense de liberté. Elle sort peu à peu de l’anonymat : le New York Times lui consacre un webdocumentaire au moment d’affrontements dans la région entre l’armée pakistanaise et les Talibans. En 2011, Malala reçoit le Children’s Peace Prize de la Fondation des droits de l’Enfant et le Prix national de la paix pakistanais. C’en est trop pour les Talibans, qui tentent de faire taire définitivement cette “pionnière de la défense de la laïcité et des Lumières”. En vain. Après de lourdes opérations, Malala est aujourd’hui saine et sauve et bien décidée à mettre sa notoriété au service d’un combat universel, qu’elle tient à expliquer à travers ce livre et la Fondation qui porte son nom. Le magazine TIME l’a désignée comme l’une des cent personnalités les plus influentes du monde et lui a consacré sa Une. Elle est aujourd’hui la plus jeune personnalité nommée pour le prix Nobel de la Paix.
**

Modèle vivant

C’est l’histoire d’un professeur de dessin qui s’appelle Joann Sfar. La direction des Beaux-Arts le réveille aux aurores afin de régler le problème du harcèlement sexuel à l’école. Rien que ça ?
C’est l’histoire d’une époque qui ne veut plus qu’on la représente. Les modèles se révoltent, vous arrachent les pinceaux des mains et vous disent : je vais le faire moi-même, mon portrait.
Féroce et pertinent : tout l’art de Joann Sfar.
**
### Présentation de l’éditeur
C’est l’histoire d’un professeur de dessin qui s’appelle Joann Sfar. La direction des Beaux-Arts le réveille aux aurores afin de régler le problème du harcèlement sexuel à l’école. Rien que ça ?
C’est l’histoire d’une époque qui ne veut plus qu’on la représente. Les modèles se révoltent, vous arrachent les pinceaux des mains et vous disent : je vais le faire moi-même, mon portrait.
Féroce et pertinent : tout l’art de Joann Sfar.
### Biographie de l’auteur
**Joann Sfar** naît à Nice en 1971. Il est aujourd’hui dessinateur, scénariste de bande dessinée, réalisateur de cinéma et professeur à l’École des Beaux-Arts de Paris. Il s’impose auprès du grand public avec *Le chat du rabbin*. Album dont l’adaptation remporte le césar du meilleur film d’animation, en 2012.
Il a publié chez Albin Michel : *L’Eternel* en 2013, *Le plus grand philosophe de France* en 2014, *Comment tu parles de ton père* en 2016 et *Vous connaissez peut-être* en 2017.

Mission Polaire

Le peuple des fées soupçonne Artemis Fowl d’un trafic d’armes avec leurs ennemis, les gobelins. Holly Short, capitaine des FAR qui le connaît déjà bien, est chargée de le capturer pour un interrogatoire. Mais au même moment Artémis, innocent de ces accusations, se prépare à partir pour la Sibérie afin de sauver son père disparu depuis longtemps et dont il vient de retrouver la trace. Il se rend vite compte que l’aide des fées ne sera pas superflue.
Voilà enfin une négociation à la hauteur de son génie.

Mission Basilic

Rude début de carrière pour le capitaine de frégate Honor Harrington, de la Flotte royale de Manticore. Ayant humilié un haut gradé lors d’un exercice, elle se voit chargée, pour sa première affectation de commandant de bord, d’assurer seule la police du système lointain de Basilic, avec un vaisseau hors d’âge à demi désarmé et un équipage qui la rend responsable de son exil. Or une puissance hostile a des visées sur Basilic, terminus d’un ‘ trou de ver ‘, porte du voyage instantané, et fomente une machination complexe pour s’en emparer…

Marine de l’espace, affrontements dans les étoiles, le cycle d’Honor Harrington adapte la grande tradition du roman d’aventures de mer à la science-fiction. Par la cohérence technologique de son univers et la précision du récit, David Weber y renouvelle le space opera classique avec une rare virtuosité.

(source: Bol.com)

Mission “T”

Daniel Keller, ingénieur-électronicien, travaille à un satellite artificiel. La ravissante Péruvienne, Juana Murcia, très attirée par les savants les plus éminents, vient « l’assister » dans sa tâche. Leur rencontre provoque un chasse-croisé d’événements étranges. Daniel Keller se trouve à Tlahuanaco, dont les ruines cachent un fantastique secret venu des étoiles…