Visualizzazione di 88297-88308 di 90860 risultati

SAS 043 – Compte à rebours en Rhodésie

Daphné Price fixait Malko, appuyée à une commode de bois noir, moulée dans une somptueuse chemise de nuit crème, rehaussée de dentelle, à peu près décente jsuqu’au ventre, s’ouvrant ensuite sur les bas argentés. Elle avait conservé ses escarpins. Cette vision de rêve comportait un détail insolite : Daphné Price serrait dans son poing droit un automatique Walter P .38.

SAS 042 – Le disparu de Singapour

D’une seule main, Ah You retourna Malko. Son couteau parcourut son corps en une arabesque gracieuse, découpant tout ce qu’il avait sur lui, juqu’au slip. La lame glacée frôla son bas-ventre. Ah You dit d’une voix enjouée : “Bientôt, vous allez parler.”

SAS 031 – L’ange de Montevidéo

Comme Flor ne bronchait pas, Malko se pencha pour la saisir par le bras et la faire lever.- Ne me touchez pas, dit-elle. Ou vous mourrez.Elle fit glisser la serviette posée près d’elle, découvrant une boîte métallique de la taille d’un gros livre. Il y avait un bouton sur la face supérieure, où se posa le doigt de Flor.- Ceci est une bombe, annonça-t-elle d’une voix calme. Il y a 350 billes d’acier dans cette boite. Noyées dans de la cheddite. Si j’appuie sur ce bouton, je déclenche l’allumeur.

SAS 027 – Safari à la Paz

Malko était étroitement ligoté sur le lit à l’aide de sangles de toile et d’une sorte de camisole de force. Un appareil étrange était posé sur son visage; une espèce de cagoule de cuir souple, tenue par des lacets, couvrait son nez et sa bouche. Des trous minuscules permettaient à l’air de passer.Il respira profondément. Le picotement glacial et âcre de la cocaïne pénétra ses narines. On était en train de le droguer à mort. De le tuer scientifiquement.— Avez-vous lu les derniers SAS

SAS 022 – Les parias de Ceylan

La main droite du moine émergea soudain de la robe safran. Elle tenait un gros pistolet automatique noir. Malko vit distinctement la canon braqué sur son visage, à travers la glace. Il semblait énorme, démesuré. D’un mouvement réflexe, il se rejeta en arrière, mais fut arrêté par la banquette. La sacoche contenant son propre pistolet était par terre. Il n’avait pas le temps de la ramasser. Comme dans un cauchemar, il vit le doigt du moine se crisper sur la détente, et appuyer.

SAS 021 – Le bal de la Comtesse Adler

Alexandra luttait furieusement avec le colonel Okolov. Une traînée de sang balafrait son cou et le haut de sa manche de chemise de nuit. Le Russe la bâillonnait d’une de ses larges mains et brandissait un rasoir ouvert de l’autre. En voyant Malko, d’un coup de reins, Okolov colla Alexandra contre lui et passa un bras autour de sa taille. La main qui tenait le rasoir décrivit un arc de cercle et la lame effilée atterrit sous le menton d’Alexandra. La jeune Autrichienne pousa un cri étranglé et cessa de se débattre. – Ne bouge pas, mon petit, ordonna Okolov à Malko, ou je lui ouvre la gorge jusqu’à la nuque.

SAS 020 – Mission à Saigon

Le petit Vietnamien était tout seul à une table. Malko s’assit face au mur. Les yeux de Chanh clignotaient derrière ses lunettes comme ceux d’une chouette en folie. Il se pencha vers Malko. «Regardez ce type, là-bas, près du poteau.» Malko regarda dans la direction indiquée, un jeune Vietnamien était assis devant un verre de thé froid. De sa place Malko voyait les muscles tendus de ses mâchoires. Chanh le fixait, comme hypnotisé par un serpent. «C’est Xi, souffla Chanh, le chef du Comité d’assassinat de Saigon-Ouest, il est venu vous repérer. Les autres tueurs sont déjà en ville. Dès que tout sera prêt, ils frapperont et vous mourrez. Il n’y a rien à faire. Foutez le camp.»

SAS 019 – Cyclone à l’ONU

«Couvrez-moi.» Chris tira tellement des deux mains que le panneau commença à ressembler à de la dentelle. Malko traversa et grimpa les marches. Le palier du troisième étage était plongé dans l’obscurité. Les cris de femme venaient de la porte du milieu. Malko se jeta dessus et elle vola en éclats. Un jeune Noir se dressa devant lui, automatique au poing. Il tira deux fois. Les balles atteignirent Malko en pleine poitrine. Sous le choc, il recula jusqu’au mur, sonné. Le Noir eut le tort de baisser son arme. Malko tira trois fois coup sur coup. Les balles atteignirent leur but et le Noir tomba en avant.