11745–11760 di 65289 risultati

Eve Dallas 06 Au coeur du crime

Il assassine en citant les Évangiles, dépose des statues de la Vierge au pied de ses victimes et nargue le lieutenant Eve Dallas avec ses énigmes bibliques. Les deux premiers morts sont irlandais. Le trèfle qu’il laisse derrière lui est un symbole irlandais… Pour Eve, ces coïncidences sont plus que troublantes. Elle en est sûre, son mari est au coeur de l’énigme. Connors est irlandais. Il connaît la première victime, il a grandi avec la deuxième. Quant à la troisième, c’était une de ses anciennes maîtresses. Le lien ? L’assassinat d’une jeune fille à Dublin presque quinze ans plus tôt… De quoi Connors est-il coupable ? Qui cherche-t-il à protéger ? Il a beau être son mari, Eve ira jusqu’au bout de l’enquête, même si elle doit l’arrêter. Même si elle doit souffrir…

Eve Dallas 05 Cérémonie du crime

L’adolescente terrorisée tend à Eve Dallas une pierre noire et lisse accrochée à une chaîne en argent. ” Mettez ça, je vous en supplie, elle conjurera le mauvais sort ! ” Quelle mouche a donc piqué le lieutenant Eve Dallas d’accepter ce rendez-vous ? Elle si rationnelle, la voilà plongée dans le monde étrange de l’occulte et du surnaturel. Sortilèges, boules de cristal, médiums et vies antérieures, très peu pour elle ! Le pire, c’est que l’homme de sa vie semble s’y mouvoir avec un naturel déconcertant. Connors et son réalisme… Connors et son légendaire sens des affaires… Non, elle ne rêve pas, il a bien sursauté à la vue d’un chat noir ! Mais bientôt les meurtres rituels se succèdent, plus atroces les uns que les autres, œuvres de forces maléfiques. Et si tout cela était vrai ? Et si c’était elle la cible ?

Les Êtres de feu

Quand des savants atomistes disparaissent de par le monde et que s’ouvrent des puits insondables engloutissant avions, bases militaires et centres atomiques, il y a tout lieu d’être inquiet, d’invoquer une attaque venue de l’espace… Et l’on peut ainsi se tromper lourdement sur l’origine de la terrible menace…

L’étreinte de l’aube

###
Kev Merripen a aimé Winnifred Hathaway dès le jour où la famille de celle-ci l’a tiré des griffes la mort. Il n’était alors qu’un jeune garçon. Aujourd’hui, cet homme séduisant, aux origines mystérieuses, craint que les ombres de son passé ne détruisent la lumineuse Winnifred. Aussi refuse-t-il de céder à la tentation et laisse-t-il partir l’élue de son coeur. Pourtant, si la longue absence de Winnifred n’a pas émoussé son amour pour elle, le temps a rendu Kev plus dur et plus froid. D’autant qu’il sait que, pour la conquérir, il lui faudra affronter le dangereux secret qui scelle son destin. Traduite dans le monde entier, elle est l’un des plus grands auteurs de romance historique. L’étreinte de l’aube est le second volet de sa nouvelle saga Les Hathaway.

Être sans destin

De son arrestation, à Budapest, à la libération du camp, un adolescent a vécu le cauchemar d’un temps arrêté et répétitif, victime tant de l’horreur concentrationnaire que de l’instinct de survie qui lui fit composer avec l’inacceptable. Parole inaudible avant que ce livre ne la vienne proférer dans toute sa force et ne pose la question de savoir ce qu’il advient, quand l’homme est privé de tout destin, de son humanité.

Imre Kertész ne veut ni témoigner ni “penser” son expérience mais recréer le monde des camps, au fil d’une impitoyable reconstitution immédiate dont la fiction pouvait seule supporter le poids de douleur. Cette œuvre dont l’élaboration a requis un inimaginable travail de distanciation et de mémoire dérangera tout autant ceux qui refusent encore de voir en face le fonctionnement du totalitarisme que ceux qui entretiennent le mythe d’un univers concentrationnaire manichéen.

Imre Kertész est né en 1929 dans une famille juive de Budapest. Il est déporté à Auschwitz en 1944 et libéré du camp de Buchenwald en 1945. Depuis 1953, il se consacre à l’écriture et à la traduction. Écrivain de l’ombre pendant plus de quarante ans, Imre Kertész a reçu le prix Nobel de littérature en 2002. Son œuvre est publiée en France par Actes Sud. 

Les Étrangers

A Laguna Beach, Dom Corvaisis, auteur au succès naissant, se met brusquement à souffrir de somnambulisme. A Boston, Ginger Weiss, trente ans, est sujette à des crises de panique incontrôlée. Ernie Block, qui tient le Tranquility Motel, est soudain terrifié par le noir. A Chicago, Brendan Cronin, jeune prêtre, perd brusquement la foi et sombre dans le désespoir. A Las Vegas, Marcie, petite fille de sept ans, se coupe brutalement du monde extérieur et se met à dessiner des lunes rouges de façon compulsive. A Reno, Zebadiah Lomack, joueur professionnel, est obsédé par la lune et finit par se tirer une balle dans la tête…
Quoi de commun entre toutes ces personnes, mis à part les troubles qui les rongent ? A priori rien. Et pourtant… tous rêvent de la lune, d’une lune qui les oppresse. Tous ont passé le week-end du 6 juillet deux ans plus tôt dans le motel des Block… Chacun va essayer de savoir ce qui lui arrive. Puis tous se retrouvent au Tranquility Motel. Ils comprennent qu’ils ont subi un lavage de cerveau destiné à leur faire oublier le souvenir d’un événement qu’ils n’auraient pas dû voir…

Etrangère

Lirelle aurait pu rester «simplette» toute sa vie et continuer à garder ses chèvres, tout en ne comprenant rien au monde qui l’entoure. Mais un soir de printemps, elle va vivre le phénomène le plus exceptionnel de sa morne vie : Mèn-Gi, un haut mage venu d’un autre univers, va l’entraîner bien malgré lui dans son voyage «spatemporel» de retour, faisant d’elle une «perturbation».
En se décorporalisant avec le Mèn, Lirelle va absorber ses nombreux pouvoirs et bénéficier de sa grande expérience dans de nombreux domaines et entre autres, dans le maniement du sabre. Mais, ce qui sera sans doute pour elle le plus bouleversant, c’est que, pour la première fois de sa vie, sa conscience neuve va s’ouvrir sur un monde qui lui est complètement inconnu.
Toutefois, la découverte de ses nouvelles capacités va devoir se faire rapidement, car le monde sur lequel Lirelle s’éveille est loin d’être aussi paisible que celui qu’elle vient de quitter…

L’étrange secret de Marie Cloarec

Lorsque Maître Lefort, notaire à Quimper, lui demande de rédiger son histoire, Gwenn Rosmadec n’imagine pas un seul instant qu’il va mettre le doigt sur un passé douloureux, au point que certaines personnes mal intentionnées n’hésiteront pas à le faire disparaître pour l’empêcher de découvrir le secret de Marie Cloarec.
Mais Gwenn n’est pas homme à se laisser faire. Déterminé à comprendre, de Bretagne jusqu’en Asie en passant par la Suisse, il ira chercher la vérité, aussi surprenante soit-elle, et saura, avec l’aide de sa charmante et téméraire épouse, Soazic, déterrer tous les secrets du passé.

Premier roman de la série Enquêtes en Bretagne, L’étrange secret de Marie Cloarec nous permet de faire connaissance avec Gwenn et Soazic Rosmadec, sympathiques enquêteurs bretons, qui ne sont jamais plus heureux que quand ils traquent les criminels.

(source: Bol.com)

L’Étrange Destin de Katherine Carr

Il y a sept ans, le corps de Teddy, le jeune fils de l’écrivain voyageur George Gates, a été repêché dans la rivière. On n’a jamais retrouvé le meurtrier. Depuis, Gates rédige des portraits de personnalités locales pour le journal de la petite ville de Winthrop où il s’est retiré. Et passe ses soirées au bar O’Shea’s, accablé par le souvenir de cette journée terrible où il n’est pas allé chercher Teddy à l’arrêt du bus… Lorsqu’un flic à la retraite, jadis spécialisé dans les personnes disparues, lui parle de Katherine Carr, poétesse vue pour la dernière fois vingt ans plus tôt, près d’une grotte au bord de la rivière, il sort de sa torpeur. Katherine Carr s’est volatilisée, laissant un texte – fiction, expérience vécue? – qui va amener Gates à reconsidérer le drame de son fils et ses propres interrogations. Récit dans le récit où le surnaturel fait une incursion troublante, roman atmosphérique aux résonnances gothiques: L’Etrange destin de Katherine Carr donne des frissons dans le dos. Né en 1947 en Alabama, Thomas H. Cook vit au cap Cod et à New-York. Il a été professeur d’histoire et secrétaire de rédaction au magazine Atlanta. Avant de commencer son premier roman policier, il n’en avait pas lu un seul. Depuis, il en a écrit vingt-six. Un Edgar Award a récompensé Au Lieu-Dit Noir-Etang…, publié au Seuil. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Philippe Loubat-Delranc

Des étoiles à l’Infini

Après son premier roman “choc”, Blanche Monah nous livre un deuxième opus tout en contraste.
Rachel est une élève brillante, avec des rêves plein la tête. Son ambition dans la vie : conquérir les étoiles. Et elle est bien décidée à tout mettre en œuvre pour y parvenir, à travailler un jour dans l’aérospatial.
Dans ce but, elle intègre une classe prépa dans une Université toulousaine, prépa spécialisée pour les étudiants se destinant aux grandes écoles de l’Aerospace Valley. Au programme : du travail, du travail, et encore du travail.
Cela ne la dérange pas. Toute sa vie est consacrée à la réalisation de son rêve ; pas de sortie, pas de distraction, pas de garçon. Elle ne vit et ne respire que pour l’Espace.
Jusqu’à sa rencontre avec son nouveau tuteur, à l’Université. Il est beau, tatoué, piercé, et son allure de bad boy la fait totalement craquer. Mais pour Chris, Rachel n’est qu’une gentille gamine.
Sauf que l’amitié peut se transformer en amour.
Il n’y a pas qu’en fusée qu’on peut visiter les étoiles.
Une romance sur un premier amour doux, tendre et passionné.

L’étoile des elfes

Les Patryns allaient gagner la guerre. Les Sartans n’avaient plus qu’une carte jouer. Ils n’hésitèrent pas. L’ancien monde se dissocia en quatre univers élémentaux et les Patryns se retrouvèrent isolés dans le Vortex.
Ils mirent trois mille ans à en sortir et à atteindre les Portes de la Mort. Mais dans quel univers s’étaient réfugiés les Sartans ? Le Royaume du Feu, un univers jungle où les elfes et les hommes vivent dans les arbres ? Le seigneur du labyrinthe a choisi Haplo pour les retrouver. 
La guerre ne fait que commencer…

L’étoile de Babylone

A fast-moving tale of intrigue and romance from the author of The Blessing Stone One stormy night archaeologist Candice Armstrong is summoned to the bedside of her old professor, John Masters, who is ill and is asking for her. The dying man begs her, incoherently, to go to his house, mentioning the Star of Babylon and a mysterious key. She is accompanied there by Glen Masters, the professor’s estranged son, who is desperate to find out who would want to harm his father. Meanwhile, Philo Thibodeau, maverick member of an ultra-secret sect known as the Alexandrians, has become obsessed with collecting rare religious writings for his own nefarious purposes, in order to hasten the coming of God and the Luminance’, a sacred light that has inspired members of the sect through the ages. Candice and Glen who is also an Alexandrian, through his mother, Lenore must race against time to reach the Star of Babylon before Philo does.

L’étoile aux cent planètes

Tapi à l’intérieur de son vaisseau qu’il contrôle par la simple puissance de sa pensée, il sent une intense jubilation l’envahir. Aujourd’hui Brade et Baker ont perdu la partie : surgissant du subespace, leur Maraudeur, et les cinq autres navires de guerre qui l’escortent s’apprêtent à se jeter dans la gueule du loup. Pris en tenaille sous le double feu de la flotte des Fédérés et celle de la farce de frappe qu’Il va lâcher sur eux, ces Terriens insolents seront enfin, réduits au silence. Plus rien alors ne pourra se dresser sur « sa » route dans la conquête de la Galaxie.
     Trente secondes plus tard secoué par un gros rire qui résonne dans tout son vaisseau octogonal, « il » lance, l’offensive. Au même instant, un rugissement retentit dans le poste de pilotage du Maraudeur : Des Octogones ! Galaxie noire ! Nous sommes tombés dons un piège ! Le combat cette fois, semblait perdu d’avance…

L’éthique du journalisme

Les journalistes sont périodiquement mis en cause. Leur implication dans l’évolution politique et économique, leur rôle dans les « affaires », leur déstabilisation due à la multiplication des moyens de communication sont devenus des thèmes d’actualité, voire des « marronniers ». Le journalisme suscite d’autant plus d’interrogations que la profession n’est presque pas réglementée. Un cadre existe pourtant, des principes ont cours, un droit de l’information se construit même peu à peu. Au-delà, il est possible de reconnaître une fonction précise au journaliste dans la cité : la clarifier revient à mettre au jour les principes d’une éthique de l’information.