11505–11520 di 65579 risultati

Les Lames du Cardinal

Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.
Surgis de la nuit des temps, ils sont décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humain et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire dans les plus grandes cours royales d’Europe.
Pour déjouer leurs complots, Richelieu dispose d’une compagnie d’aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d’élégance et d’astuce. Des hommes et une femme aux talents exceptionnels, prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal !

Lame Du Mal

Pas plus que sa jeune assistante, l’inspecteur-profileur Brolin ne pense que les serial killers reviennent d’outre-tombe. Fût-il le monstrueux bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper avec précision. Mais le bourreau est mort et le carnage se poursuit, identique: un même rituel horrible. Le nouveau tueur agit-il seul ou fait-il partie d’une secte ? Pure sauvagerie ou magie noire ? Brolin a peur. Cette affaire dépasse tout ce qu’on lui a enseigné. S’immerger complètement dans la psychologie d’un monstre, le comprendre afin de le cerner et de prévoir ses crimes, devenir un monstre soi-même, tels sont les moindres risques de son métier. On dit au FBI qu’il s’en faudrait d’un rien pour qu’un bon profileur aille rejoindre la galerie de ses pires clients. Peut-on impunément prêter son âme au mal ? [Source 4e de couv.]

Lame de fond

Publié en France : 09/06/1999
Deux jeunes garçons, Danny et Paul Spender s’amusent sur les falaises à côté de chez eux surplombant la Baie de Chapman, dans la campagne anglaise. A l’aide de jumelles, ils découvrent le corps d’une femme nue sur la plage en contrebas à laquelle n’ont accès que les bateaux. Ils l’observent avec la concupiscence de leur âge, jusqu’à ce que l’immobilité de la femme les inquiète. Quand ils comprennent qu’elle est morte, c’est la panique. Ils sont alors rattrapés par Steven Harding, un jeune acteur en visite dans la région qui aussitôt appelle la police. Maggie Jenner, personnage local, en ballade à cheval accompagnée de son chien passe par-là. Quand l’agent Nick Ingram arrive sur les lieux, il remonte le cadavre d’une jolie blonde inconnue puis il se met à interroger les quatre personnes présentes. Très vite, les déclarations de l’artiste le rendent suspicieux. Pendant ce temps, depuis son bateau, une jeune Française est très intriguée par toute cette scène qu’elle filme dans son intégralité. Nick Ingram aura bien besoin de renforts pour démêler cette terrible histoire. Cett intrigue, diaboliquement agencée par Minette Walters, tiendra le lecteur haletant jusqu’à la dernière page…

Lame Damnée

* Venise est à son apogée.

Le duc Marco est aux commandes… en théorie, car il est niais et son oncle et sa tante gouvernent à sa place. Ils règnent sur les mers, dictent les lois et semblent tout-puissants. Même s’ils craignent des assassins meilleurs que les leurs…

Une nuit, tout bascule. La cousine du duc, qui devait être mariée de force, est enlevée par des pirates mamelouks. La guerre est inévitable.

Au même moment, Atilo, l’assassin en chef de Marco, tranche la gorge de sa dernière victime. Il s’apprête à rebrousser chemin, mais aperçoit un garçon penché sur le mourant, en train de boire à sa plaie. Il est beau comme un ange, d’une maigreur terrifiante, et la vitesse à laquelle il esquive un poignard et escalade un mur stupéfie Atilo.

Le maître assassin sait qu’il doit à tout prix trouver le garçon. Non pour le tuer, mais pour en faire son apprenti…

(source: Bol.com)

Lame bannie

Venise grouille de complots : les deux régents se haïssent, et les empereurs d’Allemagne et de Byzance espèrent en profiter pour s’emparer de la ville. Tous intriguent autour de Dame Giuletta : à 16 ans, à la fois vierge, mère et veuve, elle est la clé de quiconque voudrait réclamer le trône. Sir Tycho, ancien esclave, guerrier et monstre contre-nature, l’aime en secret. Il fera tout pour la défendre, contre elle-même, et contre sa propre famille. Parviendra-t-il à gagner son amour sans détruire Venise ?

‘ Aiguisé comme une dague, sombre et éblouissant comme une mascarade, le Venise de Grimwood est saisissant. ‘ Mike Carey

(source: Bol.com)

Laitier de nuit

Avez-vous déjà entendu parler de ‘l’antifrousse’? Ce breuvage made in Ukraine qui permet de vaincre sa timidité, de triompher de ses ennemis, de surmonter toutes les épreuves. Un remède pour lequel on tuerait père et mère, n’est-ce pas? Mais là, c’est son inventeur, un estimable pharmacien de Kiev, qui est assassiné. Ensuite? Ensuite tout se complique. Dans cette fable échevelée, les chats ressuscitent, un somnambule se fait suivre la nuit, un député ambitieux exige un lait très spécial, une organisation secrète manipule les braves gens… Trafics et tentatives de corruption s’enchaînent aussi vite que les énigmes (et les rasades de gnôle à l’ortie!) pour tisser peu à peu la trame, non seulement d’un roman savoureux, mais d’un pays tout entier.
(source: Bol.com)

Laisse parler les morts

‘ Si vous lisez cette lettre, c’est que je suis mort. ‘

Incapable de détourner les yeux de la feuille qu’elle tient entre ses mains tremblantes, le docteur Samantha Owens peine à respirer. Ainsi, le dénommé Timothy Savage avait tout prévu : son meurtre imminent, une liste de suspects, et même de l’argent pour l’inciter elle, la médecin légiste, à résoudre le mystère de sa mort. Pourquoi ce parfait inconnu a-t-il fait appel à ses services ? D’après l’avocat qui s’occupe du testament de Savage, la mort de celui-ci a été classée comme un suicide, car il était considéré comme fou. Mais pourquoi aucune autopsie n’a-t-elle été réalisée ? Et que signifient ces étranges tatouages, qui recouvrent le corps du défunt ? Même si cette enquête menace de bouleverser le fragile équilibre de sa vie, Samantha le sait : elle ne peut prendre le risque de laisser un crime impuni. Et, lorsque l’avocat est retrouvé assassiné, elle le comprend aussitôt : elle pourrait bien être la prochaine sur la liste…

A propos de l’auteur :

Diplômée de l’université de George Washington, Andrea Ellison a fait partie de l’équipe des conseillers de la Maison-Blanche avant de poursuivre sa carrière dans le privé puis de se lancer dans l’écriture en s’installant à Nashville. Passionnée par la médecine légale et les enquêtes policières, elle a collaboré avec la police et le FBI pour rédiger son premier roman. Depuis sa série centrée sur le lieutenant Taylor Jackson, elle s’impose comme une spécialiste du thriller d’enquête noir.

(source: Bol.com)

Laetitia ou la fin des hommes

Dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011, Laëtitia Perrais a été enlevée à 50 mètres de chez elle, avant d’être poignardée et étranglée. Il a fallu des semaines pour retrouver son corps. Elle avait 18 ans. Ce fait divers s’est transformé en affaire d’Etat : Nicolas Sarkozy, alors président de la République, a reproché aux juges de ne pas avoir assuré le suivi du “présumé coupable”, précipitant 8 000 magistrats dans la rue, en février 2011. Mais Laëtitia Perrais n’est pas un fait divers. Comment peut-on réduire la vie de quelqu’un à sa mort, au crime qui l’a emporté ? Pendant deux ans, Ivan Jablonka a rencontré les proches de la jeune fille, sa soeur jumelle, ses parents, ses amis, les responsables des services sociaux, ainsi que l’ensemble des acteurs de l’enquête, gendarmes, juges d’instruction, procureurs, avocats et journalistes, avant d’assister au procès du meurtrier, en octobre 2015. De cette manière, Ivan Jablonka a pu reconstituer l’histoire de Laëtitia. Il a étudié le fait divers comme un objet d’histoire, et la vie de Laëtitia comme un fait social. Car, dès sa plus jeune enfance, Laëtitia a été maltraitée, accoutumée à vivre dans la peur, et ce parcours de violences éclaire à la fois sa fin tragique et notre société tout entière : un monde où les femmes se font harceler, frapper, violer, tuer. Ivan Jablonka poursuit son projet d’exploration des frontières entre littérature, histoire et sciences sociales. Ce livre est une expérience d’écriture autant qu’une enquête, destinée à rendre à Laëtitia sa singularité et sa dignité.
**

Lady Harriet

One night’s disguise could lead to a lifetime of passion…
**A Mischievous Charade…**
Harriet, Duchess of Berrow, is tired of her title and the responsibilities that come along with it. Enough with proper tea parties and elegant balls; what Harriet really wants is to attend an outrageous soiree where she can unleash her wildest whims and desires. But to attend such an event—especially if the event in question is Lord Justinian Strange’s rollicking fete, filled with noble rogues and rotters, risqué ladies and illicit lovers—would be certain scandal. That’s why she must disguise herself . . .
Looking forward to a night of uninhibited pleasure, Lord Strange is shocked to discover that beneath the clothes of a no-good rake is the most beautiful woman in the room. Why is a woman like her risking her reputation at his notorious affair? And can he possibly entice her to stay . . . forever?

Lacrimae

Début du XIVe siècle dans un comté de France.
Héluise, travestie en médecin itinérant, court le pays sous le nom de Druon de Brévaux, taraudée par le doute et la peur. Pour quelle raison l’illustre savant Jehan Fauvel, son père, a-t-il été torturé par l’Inquisition ? Que savait-il des pouvoirs de la pierre rouge qui a fait couler tant de sang et que cherchent à posséder le Vatican et le roi de France ? Comment Igraine, mage inquiétante, a-t-elle appris son existence ? Druon doit élucider une autre énigme sanglante.
A Thiron, où s’élève la riche abbaye de la Sainte-Trinité, un mercier a été sauvagement poignardé et un jeune moine découvert mort en forêt. Tous deux la main tranchée. L’arrogant seigneur abbé refuse que la justice séculière enquête ; qui protège-t-il ? Et comment faire cesser les assassinats qui se succèdent ? Pour lever le mystère, Druon ne dispose que d’une seule arme : la science que lui a léguée son père.
Réussira-t-il à résoudre la macabre charade ? Lacrimae est la seconde aventure de Druon de Brévaux, médecin ” expert ” du Moyen Age, pris dans l’étau d’une ténébreuse machination et confronté à de nombreuses énigmes mortelles.

Le Lac

« Le bonheur, pour le jeune Gimpei, c’était de suivre le chemin qui longe la rive, leurs deux silhouettes confondues reflétées dans le lac. Il marchait, regardait l’eau, et songeait que les deux reflets iraient jusqu’au bout du monde, embrassés pour l’éternité. Mais il fut bref, ce bonheur-là. »
Histoire d’une obsession, Le Lac retrace la quête d’une perfection irréalisable, d’une beauté hors de portée. Sans foyer, exclu de toute douceur humaine, seul avec son poids de péchés sur le coeur, Gimpei Momoï ne peut résister à la soif inextinguible qui le pousse, au long des rues, à s’attacher aux pas de belles inconnues, à les admirer de loin tandis qu’elles avancent, magnifiques et inaccessibles – car leur beauté n’est pas de ce monde mais participe d’un rêve. La réalité, symbolisée par ses propres pieds grotesquement difformes, poursuit Gimpei en tous lieux. Et c’est le caractère inconciliable de ces deux univers qui explique la texture déshumanisée, ambiguë, furtive de l’érotisme dont cette oeuvre est empreinte. Ce roman ne s’inscrit dans aucune forme traditionnelle. C’est une sorte de « happening », et en tout cas l’un des livres les plus modernes de conception et d’allure du grand Kawabata. De même que l’intérêt du héros peut, à tout moment, être éveillé par une inconnue croisée dans la rue, de même ici le passé surgit brutalement dans le présent, ou bien l’hallucination pulvérise le souvenir, ou encore la réalité crue jaillit lorsque le voile du songe et des fantasmes se déchire. Ceux qui, à la lecture de ses ouvrages précédents, imaginaient que tout n’était que délicatesse et demi-teintes chez l’auteur de Pays de neige et de La Danseuse d’Izu, seront sans doute surpris par la sensualité aiguë de certaines scènes et parle ton cruel du livre. Le Lac apparaît comme si singulier, si inhabituel, qu’il illumine d’un jour tout à fait nouveau l’ensemble de l’oeuvre de Yasunari Kawabata.

Le Lac Ontario

Ce texte fait partie du «Roman de Bas de Cuir», vaste épopée en cinq volumes qui nous narre la conquête de l’Ouest, les guerres entre les indiens et la blancs, les pionniers, pendant la seconde moitié du 18e siècle.

Le labyrinthe du Pharaon

Anathotep, pharaon hérétique, n’entend pas laisser la mort le déposséder de sa puissance ; c’est pourquoi il prépare ses funérailles comme on organise une expédition militaire et transforme son tombeau en forteresse capable de résister aux violeurs de sépulture. Mais d’étranges complots se préparent dans le monde des morts. Les pillards se pressent au seuil du labyrinthe défensif, tandis que Anouna, jeune embaumeuse de troisième classe, découvre qu’elle détient le moyen d’accéder au trésor funéraire de Pharaon, et que ce pouvoir, bien encombrant, va désormais placer sa vie sous le signe du danger.
Cependant, à trop vouloir forcer les portes du royaume d’en bas, ne risque-t-on pas d’en rester prisonnier… à jamais ?

Le Labyrinthe des esprits

“Cette nuit j’ai rêvé que je retournais au Cimetière des Livres Oubliés. J’avais de nouveau dix ans et je me réveillais dans mon ancienne chambre pour sentir que le souvenir du visage de ma mère m’avait abandonné. Et je savais, comme on sait les choses dans les rêves, que c’était ma faute, seulement la mienne, parce que je ne méritais pas de m’en souvenir et je n’avais pas été capable de la venger”. Le dernier volume tant attendu de la saga aux 50 millions de lecteurs, commencée avec *L’Ombre du vent*. Magistral final du Cimetière des livres oubliés

Labyrinthe de la nuit

Déporté sur Mars, Dan Tiger est condamné à travailler dans les mines à perpertuité. Aucun moyen de s’évader… par la voie normale. Or les sous-sols et les tempêtes de Mars recèlent bien des mystères…