11457–11472 di 65579 risultati

Le Sommeil du démon

Peggy Sue est de retour, suivie de près par son chien bleu, qui parle, et d’incorrigibles fantômes. Des fantômes toujours invisibles, qui n’ont apparemment pas digéré la défaite que leur a infligée Peggy lors de L’Affaire du soleil bleu. Ça commence par son père, Barney, charpentier, qui a soudain l’impression d’être poussé dans le vide par une force inconnue et décide rapidement de quitter la ville et son travail. Direction : le désert, à Vista Diablo, où il trouve une place de gardien dans un aérodrome désaffecté, au milieu de vieux avions à hélice. Une belle retraite, pense la famille. Pas du tout ! C’est le pays des mirages, où les gens apparaissent et disparaissent sous un soleil brûlant, s’effacent dans le sable, absorbés par un monde féerique, mis en scène par un démon. À chaque cauchemar de ce démon, la guerre fait rage dans cet univers étrange où les enfants deviennent soldats. Certains tentent d’y échapper, d’autres sont encore attirés par la féerie. Il faudra toute l’intelligence et la finesse de Peggy Sue pour se défaire des pièges du démon…

Le signe du chaos

Quand on appartient à l’illustre famille des Princes d’Ambre, tout peut arriver. Par exemple, comme Merle Corey en fait l’expérience à la fin du Sang d’Ambre, se trouver projeté dans l’univers d’Alice au pays des merveilles.
Une situation qui n’est pas forcément désagréable.
Mais quand un monstrueux Jabberwock surgit du décor pour se lancer à vos trousses, qu’il est de surcroît rejoint par un Ange Igné de la dernière férocité, vous êtes en droit d’estimer que le Chaos a de drôles de façons de vous faire signe et qu’il est temps de mettre hors d’état de nuire des ennemis qui ont le pouvoir de vous débusquer jusque dans les rêves d’autrui.
Encore faut-il les démasquer, démêler le vrai du faux, le traître de l’allié, dans un monde de plus en plus semblable à un gigantesque palais des glaces.

L’auteur
Né en 1937, Roger Zelazny est un des grands noms de la science-fiction contemporaine. Le plus gros de son oeuvre repose sur une savante exploitation des mythologies de l’humanité : hindouiste ( *Seigneur de Lumière* ), égyptienne ( *Royaume d’ombre et de lumière* ), indienne ( *L’Oeil de chat* ) et para-celtique (la série des Princes d’Ambre, dont le présent volume constitue le huitième volet).


Le signe de la Licorne

Corwin, le prince d’Ambre destiné au trône, découvre son frère Caine assassiné. Ce sont des créatures d’Ombre qui l’ont tué, mais qui leur a armé la main ? La recherche du meurtrier conduit Corwin à travers bien des embûches, au seuil d’une révélation mille fois plus importante : la véritable nature de l’étrange royaume d’Ambre, de ses mystères et de ses contradictions…
L’imagination flamboyante de Zelazny au service du merveilleux pour ce troisième volume de la série des Princes d’Ambre, dont le second était *Les fusils d’Avalon*.

Le serment

Depuis que trois adolescents ont mêlé leur sang sur l’autel de la Pierre Païenne et fait le serment de rester amis pour la vie, la petite ville de Hawkins Hollow est victime, tous les sept ans, de phénomènes paranormaux dévastateurs. Vingt et un an plus tard, aura lieu l’épreuve de force entre le Mal et les garçons devenus des hommes.

Le secret des McGregor

Peintre réputé, Gennie Grandeau a quitté sa Louisiane natale pour la côte sauvage de la Nouvelle-Angleterre. Fuyant le succès et l’argent facile, elle n’aspire qu’à une chose : peindre en paix. Un soir de tempête, sa voiture tombe en panne à quelques kilomètres de chez elle. Gennie décide alors d’aller demander de l’aide au gardien du phare qui se dresse non loin de là.
A la place du vieux loup de mer qu’elle s’attendait à découvrir, Gennie est stupéfaite de trouver nez à nez avec un homme jeune, séduisant, mais visiblement très contrarié par sa visite. A contrecœur, Grant Campbell, qui a fini par se présenter, accepte de l’héberger. Au matin, Gennie rentre chez elle, mais quelques jours plus tard, incapable de résister à sa curiosité et à son attirance pour son étrange voisin, elle décide d’aller planter son chevalet près du phare.      

Le sang et l’or

De tous les vampires imaginés par Anne Rice, Marius est saris doute le plus ” civilisé “, le plus raffiné. Philosophe et artiste, mentor de Lestat et Armand qui, comparés à lui, font figure d’enfants turbulents, gardien d’Enkil et Akasha, il émane de lui une sorte de sagesse et de sérénité. Peut-être cela s’explique-t-il par le fait qu’il a été un témoin privilégié de la grandeur et de la décadence de l’Empire romain, assisté à l’épanouissement de Constantinople, puis découvert la Renaissance italienne. Mais quelqu’un de cette stature ne peut que se faire des ennemis. Car il y a aussi, parmi les vampires, des barbares, assoiffés de sang, qui commencent à se réclamer de Satan…

Le sang du renard

Par une lugubre nuit d’hiver, Ailsa Jolly-Renard est retrouvée morte de froid, à moitié dévêtue sur la terrasse de son manoir. Assassinat ou accident ? La police conclut à une mort naturelle par hypothermie. Ce n’est pas l’avis de certaines habitantes de Shenstead, petit village du Dorset, persuadées que son mari, le colonel Jolly-Renard l’a assassinée. Calomnié chaque soir au téléphone par des interlocuteurs anonymes, le vieil homme est emporté dans une spirale infernale. Qui alimente ces rumeurs ? Et quel est le terrible secret de famille qui, depuis des années, hante la mémoire du clan Jolly-Renard ?

Le rituel

Pour Fox, Caleb, Gage et tous les habitants de Hawkins Hollow, le chiffre 7 est de sinistre augure – depuis qu’enfants, ils ont libéré un démon en proclamant un pacte de sang sur la Pierre Païenne. A l’époque, leur innocent rituel déclencha sept jours de chaos qui, par la suite, se sont renouvelés tous les sept ans. Aujourd’hui, alors que le mois de juillet tant redouté approche, les trois hommes perçoivent déjà les signes avant-coureurs, harcelés par des visions de mort et de destruction. Fox a le pouvoir dans les esprits, un don de télépathie qu’il partage avec Layla. Il lui faudra gagner la confiance de la jeune femme, pour combattre les ténèbres qui menacent la ville

Le Rire du Lance Flamme

Pyrania, une planète où le feu est si puissant que ni l’eau, ni la neige carbonique n’en peuvent venir à bout Pyrania, un univers de cauchemar peuplé de pompiers inutiles, de ramasseurs d’étincelles et de mutants intoxiqués par la fumée des incendies. Pyrania, un monde où il faut apprendre à survivre sous la caresse des lance-flammes…

Le refuge de l’ange

### Seule rescapée d’un horrible massacre, la jeune Reece pense avoir trouvé paix et sécurité dans un village reculé du Wyoming, où elle tente de vaincre les cauchemars de son passé par de longues randonnées solitaires dans la nature. Un matin, scrutant le paysage avec ses jumelles, elle est le témoin d’un meurtre… Du moins le pense telle. Car sur les lieux du crime, nulle trace du tueur ni de la victime. Devant l’incrédulité de la police locale, Reece n’aura d’autre choix que de traquer elle-même l’assassin : elle devient alors la prochaine cible.

Le Puzzle de Chair

Elsy, habilleuse d’une grande danseuse, voit celle-ci mutilée dans un attentat… Elle est la principale suspecte jusqu’à ce qu’elle se rende chez une amie, grande actrice. En sa présence, la star se fait vitrioler… Alors qu’elle est obligée de se cacher, sa présence au cours des deux aggressions l’accusant ; la population apprend les desseins des “Vandales”, organisation qui a pour but de détruire toute forme d’art. Comment faire pour convaincre tout le monde qu’elle n’a rien à voir avec cette mystérieuse organisation ? Un homme va lui proposer une alternative : si elle l’aide, elle se fera une fortune afin de refaire sa vie. En effet, il a une combine permettant aux stars d’échapper aux mutilations promises par les vandales. Un moyen cauchemardesque…
Pour la première fois apparait CAZHEL qui est dans ce roman encore policier, on retrouvera les “vandales” dans un autre roman ; et quant au “multiplicateur organique” utilisé dans ce roman, c’est un procédé qu’on a déjà vu dans “Les mangeurs de muraille”. Des personnages, créatures, faits, inventions, reviennent dans les romans de science fiction de l’auteur, même ceux parus chez Denoël: les géniaux “Sommeil de sang” et “Le carnaval de fer”, créant un univers uniforme et cohérent, il est génial par exemple de réentendre parler de CAZHEL plus tard dans d’autres romans, comment il va évoluer.
Un bon roman avec des sitautions imprévisibles, du BRUSSOLO quoi, impossible de prévoir ce que réserve la prochaine page de ses romans… 

Le poursuivant d’amour

Contraint d’épouser Mathilde de Montaigny qui l’a sauvé d’une mort ignominieuse à Lyon, le 7 avril 1362, Tristan de Castelreng ne peut oublier la blonde Oriabel dont il était éperdument épris. Il s’évade du château où il était le jouet d’une femme hystérique et revient à Paris. Le maladif dauphin Charles, régent du royaume, le charge d’une mission périlleuse : partir pour l’Angleterre avec quelques guerriers, gagner le manoir de Cobham où résident le prince de Galles et son épouse, la belle Jeanne de Kent, et procéder au rapt du fils d’Edouard III. L’irruption d’une compagnie d’archers venant relever la garde princière compromet la réussite de l’aventure. Une jeune captive, Luciane, sauve le jeune chevalier et son écuyer, Robert Paindorge. Ils la ramènent en France avant de l’accompagner en Normandie dont elle est originaire. En effet, cette jouvencelle est la fille d’un seigneur cotentinais, Ogier d’Argouges, l’ancien champion du roi Philippe VI. Aidé par Thierry, l’oncle de Luciane, Tristan permet à la jeune fille de retrouver son père. Alors qu’une idylle pourrait se nouer, Tristan retourne à Paris en se demandant, une fois de plus, où sont Oriabel et son ami Tiercelet qui devait veiller sur elle. Vivent-ils à Castelreng, ce village de la Langue d’Oc dont le jeune chevalier a souvent la nostalgie ? Les terribles routiers qui écument le royaume les ont-ils capturés puis occis ? Ces malandrins sont partout et, paradoxe de ces temps de sang et de larmes, l’un des plus terribles, Bertrand Guesclin, a gagné la faveur du dauphin de France !

Le Pique-Nique du Crocodile

Pas facile d’enquêter chez des gens superstitieux, persuadés qu’un crocodile fantôme dévore leurs enfants dès que l’un d’eux atteint l’âge de dix ans… Exilée dans les marécages des Everglades, la famille Colby a fini par perdre tout contact avec la réalité. N’est-elle pas convaincue qu’elle est victime de la malédiction d’un sorcier indien ? Délire paranoïaque ou machination diabolique ? 

Le pavillon d’hiver

Désemparée et démunie après l’incendie de sa maison, Jenny Majesky accepte la proposition de sa grand mère : s’installer au pavillon d’hiver de Willow Lake, la propriété familiale où, adolescente, elle passait ses étés. Loin de tout, dans ce décor sauvage empreint de nostalgie, la neige et le silence font resurgir en elle un flot de souvenirs : le premier et l’unique baiser de Rourke, le garçon qu’elle aimait alors, et, plus tard, la douleur muette dans ses yeux quand Joey, son meilleur ami, l’avait demandée en mariage. Elle avait tant espéré, pourtant, que Rourke se déclare ou lui fasse un signe… avant d’épouser Joey. Depuis, les années ont passé. Les non dits et la mort tragique de Joey ont achevé de les séparer ; Rourke multiplie les conquêtes éphémères et, bien que la côtoyant tous les jours dans la petite ville d’Avalon, semble tout faire pour l’éviter. Aussi, quelle n’est pas sa surprise, peu après son installation, de le voir se présenter à la porte du pavillon. Que vient il faire ici ? Serait il encore temps de tout recommencer avec cet homme qu’elle a attendu toute sa vie ?