10513–10528 di 65579 risultati

SAS 042 – Le disparu de Singapour

D’une seule main, Ah You retourna Malko. Son couteau parcourut son corps en une arabesque gracieuse, découpant tout ce qu’il avait sur lui, juqu’au slip. La lame glacée frôla son bas-ventre. Ah You dit d’une voix enjouée : “Bientôt, vous allez parler.”

SAS 031 – L’ange de Montevidéo

Comme Flor ne bronchait pas, Malko se pencha pour la saisir par le bras et la faire lever.- Ne me touchez pas, dit-elle. Ou vous mourrez.Elle fit glisser la serviette posée près d’elle, découvrant une boîte métallique de la taille d’un gros livre. Il y avait un bouton sur la face supérieure, où se posa le doigt de Flor.- Ceci est une bombe, annonça-t-elle d’une voix calme. Il y a 350 billes d’acier dans cette boite. Noyées dans de la cheddite. Si j’appuie sur ce bouton, je déclenche l’allumeur.

SAS 027 – Safari à la Paz

Malko était étroitement ligoté sur le lit à l’aide de sangles de toile et d’une sorte de camisole de force. Un appareil étrange était posé sur son visage; une espèce de cagoule de cuir souple, tenue par des lacets, couvrait son nez et sa bouche. Des trous minuscules permettaient à l’air de passer.Il respira profondément. Le picotement glacial et âcre de la cocaïne pénétra ses narines. On était en train de le droguer à mort. De le tuer scientifiquement.— Avez-vous lu les derniers SAS

SAS 022 – Les parias de Ceylan

La main droite du moine émergea soudain de la robe safran. Elle tenait un gros pistolet automatique noir. Malko vit distinctement la canon braqué sur son visage, à travers la glace. Il semblait énorme, démesuré. D’un mouvement réflexe, il se rejeta en arrière, mais fut arrêté par la banquette. La sacoche contenant son propre pistolet était par terre. Il n’avait pas le temps de la ramasser. Comme dans un cauchemar, il vit le doigt du moine se crisper sur la détente, et appuyer.

SAS 021 – Le bal de la Comtesse Adler

Alexandra luttait furieusement avec le colonel Okolov. Une traînée de sang balafrait son cou et le haut de sa manche de chemise de nuit. Le Russe la bâillonnait d’une de ses larges mains et brandissait un rasoir ouvert de l’autre. En voyant Malko, d’un coup de reins, Okolov colla Alexandra contre lui et passa un bras autour de sa taille. La main qui tenait le rasoir décrivit un arc de cercle et la lame effilée atterrit sous le menton d’Alexandra. La jeune Autrichienne pousa un cri étranglé et cessa de se débattre. – Ne bouge pas, mon petit, ordonna Okolov à Malko, ou je lui ouvre la gorge jusqu’à la nuque.

SAS 020 – Mission à Saigon

Le petit Vietnamien était tout seul à une table. Malko s’assit face au mur. Les yeux de Chanh clignotaient derrière ses lunettes comme ceux d’une chouette en folie. Il se pencha vers Malko. «Regardez ce type, là-bas, près du poteau.» Malko regarda dans la direction indiquée, un jeune Vietnamien était assis devant un verre de thé froid. De sa place Malko voyait les muscles tendus de ses mâchoires. Chanh le fixait, comme hypnotisé par un serpent. «C’est Xi, souffla Chanh, le chef du Comité d’assassinat de Saigon-Ouest, il est venu vous repérer. Les autres tueurs sont déjà en ville. Dès que tout sera prêt, ils frapperont et vous mourrez. Il n’y a rien à faire. Foutez le camp.»

SAS 019 – Cyclone à l’ONU

«Couvrez-moi.» Chris tira tellement des deux mains que le panneau commença à ressembler à de la dentelle. Malko traversa et grimpa les marches. Le palier du troisième étage était plongé dans l’obscurité. Les cris de femme venaient de la porte du milieu. Malko se jeta dessus et elle vola en éclats. Un jeune Noir se dressa devant lui, automatique au poing. Il tira deux fois. Les balles atteignirent Malko en pleine poitrine. Sous le choc, il recula jusqu’au mur, sonné. Le Noir eut le tort de baisser son arme. Malko tira trois fois coup sur coup. Les balles atteignirent leur but et le Noir tomba en avant.

SAS 018 – Que viva Guevara

L’avenue se terminait en cul-de-sac. La Bentley stoppa devant une grille en fer forgé. Divina embrassa rapidement Malko. “Je t’accompagne jusqu’à la grille”, dit-il. Soudain deux homme surgirent de l’ombre. Braquant sur eux des mitraillettes Thomson, vêtus de costumes croisés et rayés. “Ne bouge pas, gringo”, dit le plus petit qui avait l’air d’un champignon avec son grand feutre noir.

SAS 017 – Amok à Bali

– Tu m’as rendue merveilleusement heureuse, murmura Samantha de sa voix veloutée.
– Toi aussi, dit Malko. Son bras pendait hors du canapé et elle semblait parfaitement détendue. – Tu garderas un bon souvenir, soupira-t-elle. Les yeux gris de Samantha avaient repris toute leur dureté. Malko baissa les siens et vit le Beretta 38 court braqué sur sa poitrine.
– Je vais te tuer, annonça Samantha d’un ton égal.

SAS 016 – Escale a Pago-Pago

Malko s’accroupit et retourna le corps, sachant déjà ce qu’il allait trouver.
– Mon Dieu!
Elle était encore tiède et souple. Une blessure béante ouvrait sa gorge d’une carotide à l’autre. Soudain, le briquet éclaira un petit objet par terre. Dan Lohan étendit la main; le saisit pour le lâcher aussitôt.
– C’est sa langue, murmura-t-il. Ils lui ont coupé la langue.

SAS 015 – La panthere d Hollywood

Malko se trouvait seul dans le noir avec le fauve.
Sun feula: il avait peur. Malko ne le distinguait pas mail sentit qu’il allait bondir. D’une détente désespérée. Il se laissa tomber par terre, sortant son pistolet. Dehors il entendit le rugissement du moteur de la Cadillac. Presque aussitôt, il y eut un choc sourd à l’endroit où se trouvait Malko une seconde plus tôt. Il entendit nettement les griffes s’enfoncer dans le velours du canapé. La tête du Cheetah se trouvait juste au-dessus de lui et il pouvait sentir son souffle chaud. Au jugé, il étendit le bras et le pistolet touchant presque la fourrure.

SAS 014 – Les Pendus de Bagdad

Malko cligna des yeux, ébloui par les rayons du soleil levant, et s’arrêta une fraction de seconde. D’une bourrade, le gardien en kaki, une mitraillette tchécoslovaque accrochée à l’épaule droite, l’envoya rejoindre les autres prisonniers dans les cages de bois: celles-ci ressemblaient aux enclos où l’on enferme le bétail, sur les marchés. Chacune des deux cages contenait une demi-douzaine de condamnés: Elles occupaient le coin nord-ouest de la cour de la prison de Baakouba, à vingt-cinq kilomètres au sud de Bagdad.
Malko regarda la potence et tenta de maîtriser les battements de son cœur. Jamais un assemblage de bois ne lui avait paru aussi horrible.