10417–10432 di 65579 risultati

Sea, Sex & Sun 3 Romans

Faites le plein de soleil, de sexe et de sensualité avec le meilleur des éditions Addictives, dans ce nouveau coffret de volumes 1 :   ·         Bad Love – Captive, mais insoumise de Nina Marx ·         Fallait pas me chercher de Emma M. Green ·         Bad Games de Juliette Duval   Les histoires contenues dans ce coffret peuvent être lues indépendamment.

Se Libérer Du Connu

Voici le traité de la seule révolution qui vaille : la libération intérieure. L’homme en cage, prisonnier des dogmatismes et des conformismes de pensée, est une ombre illusoire. De l’exigence spirituelle présente de façon plus ou moins confuse dans chaque être humain, jusqu’à cette authentique libération, nous sommes conviés ici à parcourir toutes les étapes : se connaître soi-même, surmonter la peur, découvrir peu à peu le silence et la plénitude. Réalisé à partir des conférences du grand philosophe indien, ce livre constitue une initiation accessible et brève à une philosophie dont la renommée et l’influence, au fil des générations, n’ont fait que grandir.

Se changer, changer le monde

“Ce sont des hommes d’une grande sagesse, réunis pour la première fois : un moine bouddhiste, un psychiatre, un agriculteur philosophe et un professeur de médecine. Face au mal-être contemporain, face à la crise de sens et aux désastres écologiques, ils proposent des remèdes. Après avoir discuté, dialogué, échangé, chacun a écrit un chapitre, fruit de son expérience, donnant au lecteur des pistes pour agir et des conseils pratiques. C’est en se changeant que l’on changera le monde.”–Editeur

Le sceptre et le sort

A la cour de Landover, Questor Thews, le maladroit mage royal, a encore fait des siennes : par la faute d’un sortilège mal maîtrisé, le scribe Abernathy se retrouve projeté sur Terre, aux mains de son pire ennemi, tandis qu’à sa place apparaît une mystérieuse bouteille. les affaires se compliquent lorsque ladite bouteille se révèle être l’antre d’un Darkling, un démon corrupteur capable d’exaucer tous les vœux. Comment résister à la tentation d’un tel pouvoir ? Pauvre Ben Holiday, qui ne sait plus où donner de la tête tant les problèmes s’accumulent qui risquent de mettre le royaume à feu et à sang. Ah, décidément, être roi n’est pas un métier de tout repos !

Scenes de la vie d’un jeune garçon

Depuis la parution, en 1982, d’En attendant les barbares, puis de Michael K, sa vie, son temps, John Michael Coetzee a toujours montré une réticence à sortir de l’ombre. Pour la première fois, avec ce récit, le romancier revisite l’Afrique du Sud d’il y a cinquante ans, à la recherche de la fraîcheur, la spontanéité, mais aussi la fausse naïveté du garçon qu’il a été. L’évocation autobiographique plonge dans les hantises et les secrets d’un enfant – brillant et docile à l’école, despote et irascible à la maison – qui se cherche entre un père qu’il méprise et une mère dont il craint sans cesse de perdre l’amour ; entre deux cultures et deux langues dont les sons rauques et obscurs lui font pressentir un monde troublant. Une errance – dans le temps et dans l’espace -, un voyage initiatique aux multiples résonances.

Scarpetta

Oscar Bane a exigé son admission dans le service psychiatrique de l’hôpital de Bellevue. Il redoute pour sa vie et prétend que ses blessures lui ont été infligées au cours d’un meurtre ; meurtre qu’il nie avoir commis. Il ne se laissera examiner que par Kay Scarpetta, médecin légiste expert, l’unique personne en qui il ait confiance. À la demande du procureur, Jaimie Berger, Kay se rend à New York City et entreprend cette enquête avec son époux Benton et sa nièce, Lucy. Elle n’est sûre que d’une chose : une femme a été torturée et tuée, et d’autres morts violentes sont à craindre. Kay se lance et très vite une vérité s’impose : le tueur anticipe avec précision où se trouve sa proie, ce qu’elle fait, et pire encore, les avancées des enquêteurs. Kay Scarpetta devra faire face à l’incarnation du mal…

Scandale du crime

New York, mars 2060. Certains meurtres attirent plus l’attention que d’autres, surtout quand la victime est un éminent homme d’affaires découvert dans une position scabreuse. Comment s’étonner que la mort scandaleuse de Thomas Anders – à première vue homme intègre et mari fidèle – fasse jaser toute la ville, tandis que la famille, humiliée, garde le silence ? Mais le lieutenant Eve Dallas n’hésite pas à enfoncer les portes les plus closes pour obtenir des réponses a ses questions pour le moins délicates. Qui, de l’épouse, belle bourgeoise dévouée aux bonnes oeuvres, ou du neveu héritier des millions et de l’entreprise, a voulu discréditer ce grand patron jusque dans la mort ?

Scandale au printemps

Des quatre amies qui semblaient vouées à rester vieilles filles, Daisy Bowman est désormais la seule célibataire. Impatient de rentrer en Amérique où ses affaires l’appellent, son père lui lance un ultimatum : soit elle trouve dans l’urgence un riche époux, soit il la mariera à Matthew Swift, son associé. Daisy bondit. Quoi ? épouser ce Bostonien hautain et sans humour ? Plutôt convoler avec le premier venu, ce qu’elle ne se prive pas de dire au principal intéressé. Mais Matthew Swift se révèle infiniment plus troublant que dans son souvenir et Daisy, peu à peu, se laisse prendre au charme. Jusqu’au jour où il lui avoue qu’il ne pourra jamais l’épouser…

Sauver Ispahan

Ispahan, 1721. La capitale de la Perse est au faîte de sa splendeur et de son raffinement, mais de lourdes menaces s’accumulent autour d’elle.
Jean-Baptiste Poncet a trouvé refuge dans cette ville heureuse où il exerce soit métier d’apothicaire, en compagnie de sa femme Alix et de leurs enfants. Vingt ans ont passé depuis les aventures contées dans *L’Abyssin*.
L’arrivée en ville d’un mystérieux inconnu va rompre la vie paisible de Jean-Baptiste et le précipiter, à la recherche d’un ami menacé, dans un périple aventureux vers le Caucase, les steppes de l’Oural, jusqu’aux redoutables khanats de l’Asie centrale.
Pendant ce temps, Ispahan assiégée tente de résister aux coups de ses ennemis afghans.
Tout au long du livre, on retrouve la vivacité, la tendresse et l’humour qui ont fait le succès de *L’Abyssin*.

Sauvegarde: Journal 2001-2003

Après la publication de son remarquable Journal de galère (1961-1991), Sauvegarde couvre les années 2001 à 2003 et revient sur un moment crucial, un des plus grands bouleversements de la vie d’Imre Kertész : sa distinction par le prix Nobel de littérature en 2002. Il y aborde la genèse de son roman Liquidation, le travail littéraire quotidien, l’importance de la musique dans son existence, sa difficulté à concilier vie conjugale et vie d’écrivain, sa maladie de Parkinson, son rapport à la Hongrie nouvelle et à Israël et son départ pour Berlin. Mais avant tout, il ne cesse de se pencher sur ce qui le préoccupe et lui importe le plus : la littérature. Un témoignage d’une sincérité radicale et d’une sombre lumière.

Le satellite des Olympiades

Lorsque, à petites foulées, Zeb-Vhol déboula sur le terrain de skurf, un tonnerre d’applaudissements l’accueillit. Le champion s’immobilisa au milieu du stade, enivré par le sentiment de puissance absolue que lui procurait l’ovation de ces centaines de supporters en délire. Quelque part dans la foule pourtant, trois individus étaient loin de partager l’euphorie générale. Savourant enfin le goût d’une vengeance longtemps remâchée, l’un d’eux connecta son écran tactile, vérifia une dernière fois les différentes zones où avaient été placés les détonateurs, puis, d’un geste rageur, il lance le compte à rebours. Dans moins d’une minute maintenant, les milliards de spectateurs rivés à leur télévisionneur pourraient suivre en direct la série d’explosions qui allaient secouer la cérémonie d’ouverture des premiers Jeux Olympiques du Renouveau. Un échec retentissant pour les sponsors de l’événement, parmi lesquels la Mode & Baker Corporation… Et, derrière cet échec, le spectre d’un krach à l’échelle de toute la Galaxie.

SAS n°30 : Mourir pour Zanzibar

Au maximum de sa vitesse, l’Austin vibrait de toute sa carcasse. La première des deux 404 tenta de se faufiler par le bas-côté. Malko n’eut que le temps de se rabattre. une rafale claqua, passant au-dessus de l’Austin. Les deux Peugeot allaient beaucoup plus vite. Elles allaient immanquablement coincer l’Austin. Malko succomberait sous les mitraillettes et les pankas des lépreux. – On n’arrivera jamais à Dar-es-Salam, dit Jane Logan d’une voix blanche.
**

SAS 73 Le Vol 007 Ne Repond Plus

Malko sentit ses vertebres cervicales craquer sous la pression du Coreen en train de peser sur sa nuque. Il eut beau se raidir, millimetre par millimetre, le tueur accentuait sa pesee, cherchant a lui detacher la tete du corps. Il allait mourir dans ce sous-sol desert et malodorant.

SAS 72 Embuscade À La Khyber Pass

Malko ouvrit la bouche pour dire au chauffeur de se hâter lorsqu’il aperçut le long crochet d’acier brillant serré dans la main droite du portefaix. Il croisa le regard de l’homme et sa gorge se noua. Il se rejeta en arrière juste à temps. Le portefaix venait d’abattre son crochet acéré à l’endroit même où se trouvait la gorge de Malko, une seconde auparavant.

SAS 33 Rendez-Vous À Boris Gleb

L’eau glaciale gicla avec une violence inouïe, giflant le visage de Malko, inondant Mathilda Larsen. La Volvo s’était enfoncée à mi-hauteur dans le port de Bodo. Elle allait couler rapidement. “Accrochez-vous à moi ! cria Malko. Nous allons sortir.” Une énorme masse noire surgit le long de la portière qu’il essayait d’ouvrir. Le Novosibirsk les coinçait contre le quai, condamant toute sortie. Mathilda Larsen hurla de terreur : “Nous allons nous noyer !” Ils étaient pris comme des rats.

SAS 29 Berlin: Check-Point Charlie

Desequilibree, la Pontiac chassa de l’arriere, fauchant au passage un Vopo qui courait vers elle. Dans un affreux bruit de ferraille, la lourde voiture ecrasa sa calandre sur la deuxieme chicane en beton. L’aile avant-gauche se dechiqueta completement, coincant la roue. Malko passa la marche arriere et donna un furieux coup d’accelerateur. La vieille Pontiac trembla mais ne bougea pas. De toutes parts, les Vopos accouraient. Cette fois, ils etaient perdus.