10305–10320 di 63547 risultati

Cuisine sanglante

“D’où provenait la fascination qu’exerçait Olive Martin ? Du spectacle grotesque de son mètre cinquante-cinq pour quelque cent vingt kilos ? De la répulsion qu’elle inspirait ? Elle avait débité sa mère et sa soeur en morceaux qu’elle avait rassemblés sur le sol de la cuisine en une composition abstraite sanguinolente. Le crime mis à part, ce qui rendait son cas exceptionnel, c’était quelle avait plaidé coupable et même refusé de répondre. Dès sa première rencontre avec Olive Martin, Rosalind Leigh, qui a accepté d’écrire un livre sur elle, a le sentiment que la meurtrière obèse n’est pas coupable. Mais alors pourquoi ces aveux ?”. (Source : 4° de couverture)

Croquis

En revenant d’une foire de district, Marsine s’arrêta pour passer la
nuit chez son ami. Le lendemain matin, il fut de la partie. En voyant à
l’oeuvre la belle chasseresse, il sentit revenir plus ardent que jamais le
désir de se l’approprier.
— Vends-moi ta bête, Serge, je t’en supplie, dit-il à Manourof.
— Je t’ai déjà dit que non, répondit celui-ci avec quelque sécheresse.
Je ne comprends pas comment tu ne comprends pas que cela m’ennuie de
te refuser quelque chose, ajouta-t-il en riant, afin de pallier la dureté de
sa réponse.
— Je te la volerai, alors, dit brutalement Marsine.
— Essaie ! répondit Serge, croyant à une plaisanterie. Tu ne l’auras pas
depuis deux heures, qu’elle aura déjà repris le chemin de chez nous.
À l’heure du déjeuner, les deux amis se dirigèrent vers la maison. Désireux
de ne pas témoigner d’humeur à son voisin, Serge déploya plus de
cordialité que jamais.
La pluie s’étant mise à tomber, la promenade n’était plus possible :
Marsine proposa une partie de piquet ; on apporta des cartes.
Manourof n’était pas très habile au jeu. Comme tous ceux que cela ennuie,
il était distrait, et sa distraction finit par lui coûter cher. Il avait perdu
une assez grosse somme lorsqu’il devint nerveux, sa mauvaise chance
l’agaçait, – non pour l’argent perdu, mais à cause d’un vieux levain de
superstition qui naît avec le Russe, et que la vie de campagne ne contribue
pas peu à développer.
— C’est un mauvais jour ! dit-il avec dépit en se voyant ba?u pour la
cinquième fois.
— Pas pour moi, fit observer Marsine en mêlant les cartes avec un
sourire machiavélique. Ne jouons plus d’argent, veux-tu ?
— ?oi, alors ?
— Jouons des chevaux.
— C’est une idée ! s’écria Serge. Voyons si la chance est meilleure avec
les chevaux qu’avec les roubles.

La Croix de Saint-George

Février 1813: Sir Richard Bolitho regagne Halifax, en Nouvelle-Ecosse, afin de continuer une guerre dont il doute sérieusement de l’issue, mais que ni le Royaume-Uni ni les Etats-Unis ne peuvent se permettre de perdre. Après trente années de conflit, la France comme 1’Angleterre sont fatiguées. Et l’amiral Bolitho aspire seulement à la paix. Mais celle-ci n’a pas cours sur les eaux glacées du Canada : les ressortissants de cette jeune nation en colère défendent leur identité en affrontant leurs frère, d’hier, venus en nombre d’Angleterre. La paix ne règne pas davantage au sein des équipages qui battent pavillon britannique : Adam, amer, pleure son bateau et son amour perdus : le contre-amiral Valentine Keen. quant à lui, peine à assumer ses responsabilités. Enfin, la paix n’est pas le but ultime de ceux, nombreux, qui voient avant tout dans cette guerre le moyen d’assouvir une vengeance personnelle…

La Croix de perdition

La Croix de perdition by Andrea H. Japp
22 juillet 1209, sac de Béziers. Pour lutter contre l’hérésie cathare, les croisés, avec à leur tête Arnaud Amalric, légat du pape, prennent la ville et massacrent vingt mille habitants.
Hiver 1308. Dans l’abbaye des Clairets coupée du monde extérieur par une terrible tempête de neige, les meurtres de moniales se succèdent, tous commis selon une mise en scène macabre… La sorcellerie ou quelque chose d’encore plus ténébreux et surtout de plus précieux ? Que vient faire Arnoldus de Villanova, médecin et espion du pape Clément V, en l’abbaye, au prétexte de cueillir des simples en plein hiver ? Qui est au juste cette nouvelle apothicaire, Mary de Baskerville, qui semble prendre ces meurtres avec une certaine désinvolture ? Qui est donc cette jeune Claire qui ne supporte pas la lumière du jour, et que protègent quatre « monstres » de foire, maltraités et bienveillants ? Quel lien entre ces personnages et les assassinats cruels des religieuses ?
En suivant les combats de la jeune mère abbesse Plaisance de Champlois pour faire triompher les forces du bien, le lecteur est emporté dans un thriller médiéval haletant, tissé avec son habituelle virtuosité par Andrea H. Japp.

La croix d’ossements

Marsilia, la Reine des vampires de la région, a appris que Mercy l’avait trompée en tuant l’un des membres de son clan… et elle n’acceptera que le prix du sang pour payer cette trahison. La jeune coyote-garou vient de tomber sur un os, car la sentence qui pèse sur elle en fait la cible de toutes les créatures à la botte des vampires. Heureusement que Mercy peut compter sur Stefan et sur l’Alpha si sexy qui a juré de la protéger. Mais s’ils étaient menacés par sa simple présence ? Et si, pour les épargner, Mercy n’avait plus qu’un seul choix : partir ?

Croisière fatale

A bord de l’Oregon, un navire de guerre recelant les gadgets les plus sophistiques, les membres de la Corporation, emmenes par Juan Cabrillo, protegent au peril de leur vie les interets occidentaux.
Alors que Cabrillo vient de terminer une mission a haut risque dans une base militaire iranienne, il decouvre en pleine mer un navire de croisiere, jonche de centaines de corps sans vie. L’equipe de l’Oregon s’est a peine echappee avec la seule survivante, que deja le bateau coule, et en-gloutit avec lui toute trace du forfait.
Des Philippines aux eaux de la Mediterranee et aux fjords de Norvege, Juan et ses hommes vont tout faire pour decouvrir le sombre complot qui se cache derriere ce meurtre de masse et mettre un terme aux desseins mortels de ses commanditaires…

La Croisière du Snark

Réédition de l’odyssée de Jack qui parcourt le Pacifique sur un navire construit il y a tout juste cent ans et qu’il apprendra à gouverner « sur le tas », en cours de route, après la désertion du capitaine. Ce voyage ne fut pas seulement pour lui l’occasion d’envoyer les articles qui constituent ce livre et dans lesquels il décrit avec l’humour et la ferveur qu’on lui connaît un monde dont la beauté sauvage semble être un hymne à sa liberté chérie – hymne d’autant plus déchirant qu’il commence à être assourdi par cette drôle d’invention qu’est le progrès. Il fut aussi l’occasion pour lui d’écrire parmi ses plus grands livres – dont Martin Eden –, de se découvrir un don pour le surf – son texte en lance la mode aux Etats-Unis – et de voir, mélancolique, son corps épuisé poser des limites à sa nietzschéenne volonté.le public Celui de Jack London, celui de Melville, celui de Stevenson, celui des très grands en somme.
**
### Présentation de l’éditeur
Réédition de l’odyssée de Jack qui parcourt le Pacifique sur un navire construit il y a tout juste cent ans et qu’il apprendra à gouverner « sur le tas », en cours de route, après la désertion du capitaine. Ce voyage ne fut pas seulement pour lui l’occasion d’envoyer les articles qui constituent ce livre et dans lesquels il décrit avec l’humour et la ferveur qu’on lui connaît un monde dont la beauté sauvage semble être un hymne à sa liberté chérie – hymne d’autant plus déchirant qu’il commence à être assourdi par cette drôle d’invention qu’est le progrès. Il fut aussi l’occasion pour lui d’écrire parmi ses plus grands livres – dont Martin Eden –, de se découvrir un don pour le surf – son texte en lance la mode aux Etats-Unis – et de voir, mélancolique, son corps épuisé poser des limites à sa nietzschéenne volonté.le public Celui de Jack London, celui de Melville, celui de Stevenson, celui des très grands en somme.

Croisade stellaire

Après avoir conquis un immense Empire terrestre, Guillaume de Beaujeu, Grand maître des Templiers, apprend que les Baphomets ont décidé d’asservir les Humains. Grâce au mire Djaffar et au docteur Joubert, il arme une flotte d’astronefs et se lance à l’assaut du domaine stellaire de ses immondes ennemis.

Son émissaire secret Marco Polo lui amène de précieux renseignements et, grâce à la force psychique des Thibétains, il libère plusieurs peuples asservis par les Baphomets.

Reste Baphom, la planète-citadelle où se sont retranchés les tyrans.

Alors Guillaume voit sa chance l’abandonner. Trahi par ses alliés Hospitaliers, délaissé par les Thibétains, parviendra-t-il à mener à bonne fin sa croisade stellaire ?

La croisade des enfants

Schwob donna au Journal, de février à avril 1895, l’ensemble des récits constituant son livre, édité au Mercure de France, en 1896, à 500 exemplaires. Cette croisade serait issue d’une curieuse narration, de quelques phrases latines d’une chronique du temps de Saint Louis racontant de façon sibylline le passage de pèlerins ignorants, armés de leur seule naïveté. Ils voulurent gagner Jérusalem et disparurent mystérieusement dans une tempête. Mais le fait historique de cette désastreuse entreprise s’est révélé authentique. Vers 1212, des milliers d’enfants partirent pour la Terre sainte et furent pour la plupart massacrés avant même de pouvoir embarquer. Cela se passait peu avant l’appel, par le pape Innocent III, de la cinquième croisade. Extrait : Ce sont des enfants sauvages et ignorants. Ils errent vers je ne sais quoi. Ils ont foi en Jérusalem. Je pense que Jérusalem est loin, et Notre-Seigneur doit être plus près de nous. Ils n’arriveront pas à Jérusalem. Mais Jérusalem arrivera à eux. Comme à moi. La fin de toutes choses saintes est dans la joie. Notre-Seigneur est ici, sur cette épine rougie, et sur ma bouche, et dans ma pauvre parole. Car je pense à lui et son Sépulcre est dans ma pensée. Amen. Je me coucherai ici au soleil. C’est un endroit saint. Les pieds de Notre-Seigneur ont sanctifié tous les endroits. Je dormirai. Jésus fasse dormir le soir tous ces petits enfants blancs qui portent la croix. En vérité, je le lui dis. J’ai grand sommeil. Je le lui dis, en vérité, car peut-être qu’il ne les a point vus, et il doit veiller sur les petits enfants.

Crois en Moi

Crois en moi by Elodie Solare
Comment retrouver quelqu’un dont on ne sait rien… ou presque ?
Romane, reporter de guerre à la chevelure flamboyante, voit sa vie bouleversée le jour où elle perd son meilleur ami et cameraman, Max, alors qu’elle fait un reportage pendant un cessez-le-feu à Raqqa, en Syrie.
Coincée pendant plusieurs heures sous les décombres, elle va connaître l’expérience la plus forte de sa vie. Quand le calvaire prend fin, c’en est un autre qui commence : qui est cet inconnu qui l’a sauvée ? Comment cela a pu être si intense entre eux alors qu’elle n’a même pas vu son visage ?
De retour à Paris, Romane se rend rapidement compte que les clefs de l’énigme syrienne lui échappent, et que les mensonges de certains l’empêchent de découvrir la vérité.

Les cristaux de Capella

Les membres de la seconde expédition sur Capella IV se réveillent un matin avec de mystérieux cristaux luminescents fixés a un centimètre de leur front. Ils partent explorer l’étrange planète pour tenter de trouver une explication. Peu à peu ils sont isolés dans les villes moites, dévorées par la jungle. Et ils découvrent sur le sol, les traces fraîches de pieds gigantesques et griffus, semblables à ceux d’une espèce de monstres terrifiants, dont la présence diffuse commence peu à peu à se faire sentir…

La Crise Du Monde Moderne

”Un des caractères particuliers du monde moderne, c’est la scission qu’on y remarque entre l’Orient et l’Occident. Il peut y avoir une sorte d’équivalence entre des civilisations de formes très différentes, dès lors qu’elles reposent toutes sur les mêmes principes fondamentaux, dont elles représentent seulement des applications conditionnées par des circonstances variées. Tel est le cas de toutes les civilisations que nous pouvons appeler normales, ou encore traditionnelles ; il n’y a entre elles aucune opposition essentielle, et les divergences, s’il en existe, ne sont qu’extérieures et superficielles. Par contre, une civilisation qui ne reconnaît aucun principe supérieur, qui n’est même fondée en réalité que sur une négation des principes, est par là même dépourvue de tout moyen d’entente avec les autres, car cette entente, pour être vraiment profonde et efficace, ne peut s’établir que par en haut, c’est-à-dire précisément par ce qui manque à cette civilisation anormale et déviée. Dans l’état présent du monde, nous avons donc, d’un côté, toutes les civilisations qui sont demeurées fidèles à l’esprit traditionnel, et qui sont les civilisations orientales, et, de l’autre, une civilisation proprement antitraditionnelle, qui est la civilisation occidentale moderne.” René Guénon.

(source: Bol.com)

Crise D’Otages

L’Amérique est en deuil. L’ex-première dame des Etats-Unis vient d’être victime d’un accident mortel. Mais les apparences sont trompeuses et la police de New York apprend bientôt que son assassinat a été fomenté par un certain Mr Clean. Tous les puissants de la politique, des médias, du sport et du show-biz, qui lui rendent un dernier hommage à la cathédrale St Patrick, sont pris en otages.

Crimes en cascade

SUMMARY:
Morts suspectes et violentes ! Difficile pour le lieutenant Eve Dallas de faire un autre constat. En l’espace de quelques jours, un informaticien se pend, un avocat s’ouvre les veines, et une jolie femme se jette du haut d’un immeuble. Tous trois étaient riches, célèbres, enviés… Pourquoi se sont-ils donné la mort ? A priori, il n’y a aucun lien entre ces suicides, mais Eve est convaincue qu’il s’agit bien de meurtres, de l’œuvre obscure d’un esprit dévoyé et machiavélique. N’a-t-on pas trouvé une minuscule brûlure parfaitement identique sur chaque cadavre ? Etrange… D’autant plus étrange que l’enquête mène inexorablement vers Connors, l’énigmatique milliardaire au passé si trouble. L’homme qui a su conquérir son cœur. Son époux ! Eve est atterrée…

Crimes de New York à Dallas

Branle-bas de combat à la Criminelle de New York. Isaac McQueen, dit le Collectionneur, un prédateur pédophile à l’intelligence redoutable, vient de s’évader de prison. Dans la foulée, il a fait sa vingt-septième victime, à qui il a laissé la vie sauve uniquement pour qu’elle délivre un message au lieutenant Dallas. Il y a douze ans, Eve a mis ce détraqué sanguinaire derrière les barreaux. Aujourd’hui, déterminé à se venger, McQueen la défie dans un jeu de piste macabre qui la conduira à Dallas. Là où Eve a longtemps vécu. Là où dorment les plus noirs démons de son enfance…