10097–10112 di 72034 risultati

Histoires de mondes étranges

*Les mondes étranges* abondent dans l’univers de l’imaginaire. Planètes à conquérir, peuples à découvrir, énigmes à résoudre, autant de portes ouvertes sur l’aventure, l’étrange, l’inconnu. Avec la science-fiction, le temps du monde infini commence…

Histoires de médecins

*Les médecins* sont les ennemis mortels de la maladie. Et quelquefois ceux des malades. Ils ont déjà pouvoir de vie et de mort et l’auront bien plus encore dans l’avenir. Où finit la magie et où commence la science ?
*La Grande Anthologie de la Science-Fiction* , établie par les meilleurs spécialistes du genre, réunit :
— Un choix raisonné des nouvelles les plus remarquables,
— Une véritable *Encyclopédie thématique* qui explore toutes les facettes de cette littérature,
— Un éventail complet des auteurs et des styles, des années 30 à nos jours.
Dans chaque volume :
— Une préface sur l’histoire, les aspects et la signification du thème,
— Une présentation de chacun des textes,
— Un dictionnaire des auteurs
font de cette *Anthologie* un instrument de découverte et de référence indispensable.

Histoires de la 4ème Dimension

*La quatrième dimension* est un tiroir commode d’où faire surgir les possibles les plus extraordinaires et même les impossibles encombrants.
Attendez-vous à être pris et surpris, mais ne tombez pas dans les pièges que vous tendent ses explorateurs.

Histoire de deux enfants d’ouvriers

Tandis que le fer et le feu y remplissent tout de leur vie et de leur voix,
l’homme erre comme un muet fantôme parmi les gigantesques machines
que son génie a créées. Il y a là des hommes, des femmes, des enfants en
masse ; ils surveillent la marche des rouages, ils ra?achent les fils rompus,
ils placent du coton sur les bobines et fournissent sans cesse des aliments
au monstre à cent bras qui semble dévorer la matière avec une avidité
insatiable.
Voyez comme tous, hommes et femmes, vont et viennent entre les
rouages presque sans précaution ! comme les enfants passent en rampant
sous les moulins à filer ! Et cependant qu’une courroie, une dent, une de
toutes ces choses qui pivotent touche leur blouse… et le fer impitoyable
arrachera leurs membres ou broiera leur corps, et ne le lâchera que pour
le rejeter plus loin comme une masse informe. Ah ! combien d’imprudents
ouvriers ont été dévorés par ce?e force brutale et aveugle, qui ne fait pas
de différence entre le coton et la chair humaine !
Mais un coup de cloche a retenti ! Le chauffeur arrête la machine, il
ôte aux mécaniques la respiration et la vie… et au bruit formidable, au
grondement assourdissant, succède le silence de la solitude et du repos…
C’était par une soirée de l’été de 1832 ; les ouvriers de la fabrique de
M. Raemdonck, avertis par le son de la cloche, cessèrent leur travail et
se réunirent dans une cour intérieure, pour y a?endre, devant le guichet
pratiqué dans l’une des fenêtres du bureau, le paiement des salaires de la
semaine qui venait de finir.
Bien qu’entremêlés, ils formaient toutefois quelques groupes. On pouvait
voir que les femmes, les enfants et les hommes étaient portés à former
des groupes séparés ; même les tisserands et les fileurs se trouvaient à des
côtés différents de la cour.

L’héritier des abîmes

Liliana Caine, spécialiste des biographies de psychopathes est engagée par un éditeur new-yorkais pour rédiger les mémoires de Morton Savannah, un auteur populaire dont les romans d’aventure ? ayant pour cadre l’Atlantide ? sont considérés par ses fans, comme prophétiques. Au fil des années, Savannah est devenu pour ses lecteurs un second Nostradamus et se trouve auréolé d’un prestige qui fait de lui le chef spirituel d’une religion occulte dont les ramifications ne cessent de s’étendre et comptent désormais des personnalités du monde politique. Pour rédiger le livre souhaité, Liliana va devoir vivre cloîtrée dans la propriété de l’auteur pour une durée indéterminée, sans aucun contact avec l’extérieur et sous la surveillance de fanatiques prêts à tout pour défendre leur idole. C’est l’occasion pour elle de découvrir une communauté vivant en marge des lois, selon des préceptes barbares, et pour laquelle les clefs du futur se cachent entre les lignes de romans censés délivrer des messages cryptés rédigés par le dernier survivant de l’Atlantide ! Que cache cette mascarade ? Peut-être des secrets angoissants dont la révélation pourrait déclencher des troubles à l’échelle mondiale.

Henriette

Quand le curé eut donné l’absoute et quand les amis et connaissances du défunt, sortis les premiers de l’église après avoir jeté l’eau bénite, se furent formés en petits groupes sur la place Saint-Thomas d’Aquin, des conversations s’engagèrent entre ces hommes du monde, heureux de respirer l’air vif, au clair soleil de mars, après l’ennui d’une messe interminable, dans l’atmosphère suffocante de l’encens et du calorifère.
—Ce pauvre Bernard… C’est dur, tout de même… Boucler sa malle à quarante-deux ans!
—Sans doute. Mais il ne s’est pas assez ménagé, convenez-en. En voilà un qui aura fait la fête, hein!…
—Et dit souvent: «J’en donne», à l’écarté.
—Et usé le tapis de l’escalier de Bignon.
—Il y a eu de l’albuminerie dans son affaire, n’est-ce pas?
—Une vie brûlée, quoi!… Le jeu, les femmes, la bonne chère… L’équipage du diable… Est-ce qu’il n’était pas un peu ruiné?
—Pas du tout. Il venait encore de réaliser une vieille tante de cinq à six cent mille francs. Il doit, au contraire, laisser à sa veuve et à son fils une très jolie fortune.
—Alors, la belle madame Bernard se remariera.
—Qui sait? Peut-être pas, à cause du petit. Il paraît qu’elle adore son fils.
En somme, on regrettait peu ce mort de première classe, porté en terre avec tout le luxe dont sont capables les Pompes funèbres: messe chantée, fleurs de Nice, torchères à flamme verte autour du catafalque. Et le plus beau maître des cérémonies! Oh! un gaillard superbe, avec l’air de morgue et les favoris blancs d’un vieux pair d’Angleterre, un homme précieux que l’administration ne sortait que dans les grands jours et qui avait joué autrefois les pères-nobles en province, s’il vous plaît! Mais, malgré tout cet apparat, le défunt, M. Bernard des Vignes, député et membre du conseil général de la Mayenne, ancien officier de cavalerie, chevalier de la Légion d’honneur, etc., était traité selon ses mérites dans les entretiens échangés à voix basse, derrière les mains gantées de noir.
Et, de fait, il n’avait été qu’un viveur vulgaire, sans grâce, sans élégance, resté provincial malgré ses quinze ans de Paris. Rien de plus banal que son histoire. Riche, il épousait à vingt-huit ans la fille d’un sénateur corse, ami personnel de Napoléon III, l’admirable Mlle Antonini, dont la beauté de transtévérine faisait alors sensation aux Tuileries et à Compiègne. Pendant quelque temps, il l’aimait, à sa manière. Puis, tout à coup, sottement et injustement jaloux de sa femme, il démissionnait de son grade de lieutenant aux dragons de l’Impératrice, s’enfouissait dans ses terres, y prenait de lourdes habitudes, ne quittait plus ses bottes de chasse et fumait sa pipe à table, après le café, en sirotant des petits verres. Un fils lui naissait, seule consolation de Mme Bernard, bientôt négligée par l’ancien libertin de garnison, qui, après deux ans de ménage, allait souvent à Paris tirer une bordée de matelot, et qui, dans ses sorties de chasse, tout en déjeunant d’une rustique omelette sur un coin de table, prenait la taille des filles de ferme.

Harcèlement

Pourquoi Meredith Johnson s’est-elle juré d’avoir la peau de Tom Sanders dès que celui-ci est entré dans la société d’informatique où elle occupe un poste important ? Son cynisme, sa férocité professionnelle, sa secrète nymphomanie et même ses tractations avec un groupe concurrent n’expliquent pas tout. Dans un passé récent, Tom a été son amant : elle ne le lui pardonne pas. De plus, il est intelligent et droit : une menace pour ses ambitions personnelles. Elle doit donc le détruire. Dans la guerre ouverte des sexes et la jungle des relations sociales américaines d’aujourd’hui, le harcèlement sexuel est devenu l’arme fatale. Meredith prépare une machination érotique d’une audace et d’une impudeur absolue dont l’homme sera la victime.

Le Guetteur

Mais qui guette qui ? Lorsque le narrateur découvre dans l’appartement de sa mère le manuscrit d’un polar qu’elle avait entamé, « Le Guetteur », il est intrigué. Des recensements de cigarettes fumées, les pneus des voitures voisines crevés – comment vivait cette femme fantasque et insaisissable ? Elle qui aimait le frisson, pourquoi s’est-elle coupée du monde ?
Elle a vécu à Paris avec pour seul compagnon son chien Chips. Maintenant qu’elle est morte, le mystère autour d’elle s’épaissit. Alors il décide de la prendre en filature. Et de remonter le temps. Est-ce dans ses années d’études à la Sorbonne, en pleine guerre d’Algérie, où l’on tracte et l’on se planque, que la jeune femme militante bascule ?
Le Guetteur est le roman bouleversant d’une femme qui s’est perdue. La quête d’un fils qui cherche à retrouver sa mère. La confirmation d’un grand écrivain. **
### Présentation de l’éditeur
Mais qui guette qui ? Lorsque le narrateur découvre dans l’appartement de sa mère le manuscrit d’un polar qu’elle avait entamé, « Le Guetteur », il est intrigué. Des recensements de cigarettes fumées, les pneus des voitures voisines crevés – comment vivait cette femme fantasque et insaisissable ? Elle qui aimait le frisson, pourquoi s’est-elle coupée du monde ?
Elle a vécu à Paris avec pour seul compagnon son chien Chips. Maintenant qu’elle est morte, le mystère autour d’elle s’épaissit. Alors il décide de la prendre en filature. Et de remonter le temps. Est-ce dans ses années d’études à la Sorbonne, en pleine guerre d’Algérie, où l’on tracte et l’on se planque, que la jeune femme militante bascule ?
Le Guetteur est le roman bouleversant d’une femme qui s’est perdue. La quête d’un fils qui cherche à retrouver sa mère. La confirmation d’un grand écrivain.
### Quatrième de couverture
Mais qui guette qui ? Lorsque le narrateur découvre dans l’appartement de sa mère le manuscrit d’un polar qu’elle avait entamé, « Le Guetteur », il est intrigué. Des recensements de cigarettes fumées, les pneus des voitures voisines crevés – comment vivait cette femme fantasque et insaisissable ? Elle qui aimait le frisson, pourquoi s’est-elle coupée du monde ?
Elle a vécu à Paris avec pour seul compagnon son chien Chips. Maintenant qu’elle est morte, le mystère autour d’elle s’épaissit. Alors il décide de la prendre en filature. Et de remonter le temps. Est-ce dans ses années d’études à la Sorbonne, en pleine guerre d’Algérie, où l’on tracte et l’on se planque, que la jeune femme militante bascule ?
Le Guetteur est le roman bouleversant d’une femme qui s’est perdue. La quête d’un fils qui cherche à retrouver sa mère. La confirmation d’un grand écrivain.

Gregor, Tome 4 : La prophétie des secrets

Enfin les vacances d’été ! Gregor n’a qu’un projet : retourner au Royaume de Souterre. Il y retrouve sa mère, qui se remet lentement de sa maladie. C’est également l’occasion pour lui de profiter de tous ses amis ! Mais le repos est de courte durée. Luxa, reine de Regalia, reçoit un inquiétant message : un appel à l’aide. Les souris sont en danger ! Luxa, Gregor et Aurora repartent à l’aventure, car cette nouvelle menace pèse sur le royaume tout entier. Serait-ce encore un complot des rats et de leur meneur, le Fléau ?
**

Gregor 3 – La Prophétie Du Sang

Gregor ne s’est pas encore tout à fait remis de ses dernières aventures en Souterre. Il a retrouvé sa famille et devrait être enfin en sécurité. Pourtant, il est inquiet pour Luxa et Arès, qui sont encore portés disparus. Alors quand Vikus annonce à Gregor que la Prophétie du Sang attend son guerrier, il est prêt. Mais cette fois-ci, sa mère est catégorique : elle ne laissera pas Gregor et Moufle partir sans elle. Malheureusement, dès leur arrivée, la jeune femme est atteinte d’une étrange maladie. La Malédiction des sangs chauds, qui sévit depuis quelque temps en Souterre, a encore frappé. Guidé par la Prophétie, Gregor doit se mettre en quête du remède. C’est leur dernier espoir.

Gregor 2 – La Prophétie Du Fléau

Voilà des mois que Gregor est revenu de la Souterre. Il a bien l’ntention de ne jamais y remettre les pieds ! Mais Gregor est la clef d’une deuxième prophétie, « La Prophétie du Fléau ». Pour attirer chez eux leur sauveur, les Souterriens n’ont qu’une seule solution : enlever Moufle, la petite soeur de Gregor. Pour Moufle, Gregor est prêt à tout : affronter des rats géants, faire confiance à une chauve-souris, découvrir Régalia et les énigmes de ce royaume. C’est le début d’une nouvelle quête…

Gregor 1 – La Prophétie Du Gris

Gregor et sa soeur Moufle sont des enfants américains, métisses, orphelins de père et bloqués à New York… des enfants en somme tout à fait ordinaires. Jusqu’à ce qu’ils passent dans le conduit d’une machine à laver pour atterrir dans le monde de Souterre. Ils y découvrent un monde étrange, peuplé d’humains à la peau translucide, de chauve-souris domestiquées, de cafards qui parlent et de rats malfaisants. Gregor n’a qu’un désir : retourner chez lui. Mais rares sont ceux qui ‘remontent’ de Souterre sans l’accord de Luxa, la future reine, guerrière impassible qui défie Gregor après une tentative de fuite.

(source: Bol.com)

Grand-père

###
This is a memoir of living in the shadow of the man whose family members were forced to call him “The Sun” — the twentieth century’s most famous painter who, in becoming so, dominated the lives of his wives, his children and his grandchildren — as told by Marina Picasso, the granddaughter of Pablo Picasso and his first wife, Olga Khokhlova, a former Russian ballerina who remained married to him until her death.
While writers, artists and film stars were allowed into Picasso’s orbit, he kept his family outside of it, not only in impoverished conditions but in terror of provoking his displeasure — unable to carve lives and identities of their own. After years of being disdained by Picasso, first Marina’s brother committed suicide and then Marina’s father drank himself to death. Marina’s own estrangement and subsequent breakdown followed, until at last, through grief and awakening, she came to terms with the blessings and curses of the Picasso legacy — the result of which is in part this disturbing account of Pablo Picasso’s private family life.

Le gouverneur des dés

Dorsival réalisait qu’un des trois grains avait été escamoté. Il lui fallait trouver le dé lesté de plomb et l’échanger. Vite! Mais tous, maintenant, surveillaient ses manches, ses bras, ses mains. Car tous savaient que les commandeurs des dés étaient de prodigieux tricheurs. Il n’y avait dans leurs yeux aucune once d’amicalité. Ceux-là mêmes qui à l’instant raillaient Rosalien se rappelaient, maintenant que le vent avait tourné, que Chérubin n’était pas un nègre d’ici. À force de palper les dés du bout des doigts, il découvrit le grain pesant. – Tonnerre de sort! pensa-t-il. Dans la Martinique des années cinquante, Rosalien est un major, respecté de tous. Il a bâti sa fortune dans les tripots et en pariant sur les combats de coqs. Mais rien n’est immuable et Rosalien l’apprend à ses dépens. Raphaël Confiant nous offre la chronique picaresque d’une société que vient ébranler la modernité.

(source: Bol.com)