Visualizzazione di 71389-71400 di 90860 risultati

La Petite marchande de prose

Transformé en objet d’adoration universelle par la reine Zabo, éditeur de génie, Benjamin Malaussène va payer au prix fort toutes les passions déchaînées par la parution d’un best-seller dont il est censé être l’auteur.
Vol de manuscrit, vengeance, passion de l’écriture, frénésie des lecteurs, ébullition éditoriale, délires publicitaires, *La Petite Marchande de prose* est un feu d’artifice tiré à la gloire du roman. De tous les romans.

La Part Manquante

‘C’est par incapacité de vivre que l’on écrit. C’est par nostalgie d’un Dieu que l’on aime. Un livre, c’est un échec. Un amour, c’est une fuite. Nous ne pouvons entreprendre que de biais, nous ne pouvons vivre que de profil. Nous ne sommes jamais où nous croyons être. Notre désir est voué à l’errance. Notre volonté est sans poids. Parfois quand même, on approche quelque chose. Parfois quand même on reçoit des nouvelles de l’éternel. Le battement des lumières sur un visage. La tombée de la foudre dans une encre.’

La Panthère des neiges

En 2018, Sylvain Tesson est invité par le photographe animalier Vincent Munier à observer aux confins du Tibet les derniers spécimens de la panthère des neiges. Ces animaux discrets et très craintifs vivent sur un gigantesque plateau culminant à 5 000 m d’altitude, le Changtang. Situé au Tibet septentrional et occidental, il s’étend sur environ 1 600 km, du Ladakh à la province du Qinghai, et il est habité par les nomades Changpas.
L’équipe atterrit à Pékin, puis prend la route à bord d’un 4X4 en direction du Tibet. Au fil des jours le convoi s’achemine vers des panoramas de plus en plus grandioses et déserts : là où la population recule, la faune avance et se déploie, protégée des effets nocifs de la civilisation.
Sylvain Tesson décrit une sorte de savane africaine qui serait perchée à 4 000 mètres d’altitude, où l’on croise des troupeaux d’antilopes, des chèvres bleues, des hordes de yacks qui traversent de vastes étendues herbeuses où s’élèvent des dunes.
L’équipe s’enfonce toujours plus loin, se hissant à des hauteurs qui dépassent largement ce que nous connaissons en Europe. À 5 000 m d’altitude s’ouvre le domaine de la panthère des neiges. Dans ce sanctuaire naturel totalement inhospitalier pour l’homme, le félin a trouvé les moyens de sa survie et de sa tranquillité. Les conditions d’observation deviennent très difficiles, il faut parfois rester immobile pendant trente heures consécutives par -30° C pour apercevoir quelques minutes le passage majestueux de l’animal…
Sylvain Tesson entrecroise habilement le récit d’une aventure exceptionnelle aux confins du Tibet avec des réflexions d’une pertinence remarquable sur les conséquences désastreuses de l’activité humaine envers le règne animal. À travers l’exemple de la panthère des neiges, l’auteur s’interroge sur la morphologie d’un monde où toutes les espèces viendraient à se raréfier puis à s’éteindre. Il nous entraîne dans cette aventure singulière où l’on s’intéresse autant à l’art de l’affût animalier qu’à la spiritualité asiatique.

La onzième plaie d’Égypte

Alors que l’intrépide Amelia Peabody, son séduisant Emerson d’époux, et Ramsès, leur fils si précoce à tous égards, s’en retournent vers l’Angleterre pour y prendre quelques vacances avant de revenir à leurs chères pyramides, voilà que la malédiction des pharaons semble les poursuivre
En effet, au British Museum, c’est près du sarcophage d’une momie de la XIXe dynastie que l?on découvre le corps sans vie d’un gardien de nuit.Amelia et Emerson – dont la réputation n’est plus à faire – vont devoir s’occuper de ce drame, lequel se révélera n’être qu’un prélude à une sinistre machination où nos vacanciers seront entraînés malgré eux.
Mais les fervents lecteurs de cette si originale série savent que le Maître des Imprécations et son intrépide épouse ont la vie dure. Au propre comme au figuré !

[http://www.amazon.fr/onzième-plaie-dEgypte-Peters/dp/2253147087](http://www.amazon.fr/onzi%C3%A8me-plaie-dEgypte-Peters/dp/2253147087)

La Nuit Rouge de Sobek

Au Caire, au début du XX° siècle, des morts mystérieuses éveillent l’intérêt d’Amelia peabodu et de son bouillant époux. 

La nécropole des singes

Décembre 1916. La guerre fait rage et la famille Emerson se trouve bloquée en Égypte pour une durée indéterminée, ce qui ne l’empêche pas d’entamer une nouvelle saison de fouilles archéologiques. Une rumeur persistante fait état d’une tombe inconnue, qui recèlerait des antiquités d’une grande valeur, dont certaines sont déjà mises en vente au Caire et à Louxor. Alors qu’Amelia et son mari se lancent à sa recherche, ils sont victimes d’agressions répétées. En outre, une incroyable nouvelle leur parvient : leur vieil ennemi Séthos aurait été vu à Constantinople et à Gaza en compagnie de dignitaires turcs. Serait-il passé à l’ennemi ? Les services de renseignement britanniques chargent Ramsès, le fils Emerson, de tirer au clair cette affaire. Mais quel secret dissimule donc la belle Nefret, son épouse ?

La Nausée

Après avoir fait de longs voyages, Antoine Roquentin s’est fixé à Bouville, au milieu des féroces gens de bien. Il habite près de la gare, dans un hôtel de commis voyageurs, et fait une thèse d’histoire sur un aventurier du XVIIIᵉ siècle, M. de Rollebon. Son travail le conduit souvent à la bibliothèque municipale, où son ami l’Autodidacte, un humaniste, s’instruit en lisant les livres par ordre alphabétique. Le soir, Roquentin va s’asseoir à une table du «Rendez-vous des Cheminots» pour entendre un disque – toujours le même : Some of these days. Et parfois, il monte avec la patronne du bistrot dans une chambre du premier étage. Depuis quatre ans, Anny, la femme qu’il aime, a disparu. Elle voulait toujours qu’il y eût des «moments parfaits» et s’épuisait, à chaque instant, en efforts minutieux et vains pour recomposer le monde autour d’elle. Ils se sont quittés ; à présent Roquentin perd son passé goutte à goutte, il s’enfonce tous les jours davantage dans un étrange et louche présent. Sa vie même n’a plus de sens : il croyait avoir eu de belles aventures ; mais il n’y a pas d’aventures, il n’y a que des «histoires». Il s’accroche à M. de Robellon : le mort doit justifier le vivant. Alors commence sa véritable aventure, une métamorphose insinuante et doucement horrible de toutes ses sensations ; c’est la Nausée, ça vous saisit par-derrière et puis on flotte dans une tiède mare de temps. Est-ce Roquentin qui a changé ? est-ce le monde ? Des murs, des jardins, des cafés sont brusquement pris de nausée ; une autre fois il se réveille dans une journée maléfique : quelque chose a pourri dans l’air, dans la lumière, dans les gestes des gens. M. de Rollebon meurt pour la seconde fois ; un mort ne peut jamais justifier un vivant. Roquentin se traîne au hasard des rues, volumineux et injustifiable. Et puis, le premier jour du printemps, il comprend le sens de son aventure : la Nausée, c’est l’Existence qui se dévoile. **

La mort du Roi Arthur

Depuis que la quête du Saint Graal a été menée à son terme, les survivants de la Table Ronde, désabusés, errent sans but à la cour du Roi Arthur. Les amours illégitimes deviennent le sujet principal, Lancelot et Guenièvre, Tristan et Yseult sont voué à l’opprobre. Le roi est obligé de se séparer du fidèle Lancelot, son meilleur chevalier. Pis encore, il confie son pouvoir au plus indigne d’entre eux, Mordet, son fils incestueux qui causera sa perte. Dernier volume du cycle.

La métamorphose des Shaftes

En posant leur Translateur sur ABR-Sigma, les Voyageurs du Cosmos, éternels errants de l’Univers, ont la certitude absolue qu’ils viennent de découvrir un monde vierge. Une planète sur laquelle il n’xiste aucune trace de vie pensante. Shan Loor r^ve déjà de ce monde, si différent de ce qu’il a connu jusqu’alors. Il ressent l’appel irrésistible qui touche parfois certains Voyageurs, et leur donne le désir de se fixer enfin, d’oublier qu’ils n’ont pas de passé, et qu’ils peuvent envisager un avenir différent de l’interminable errance cosmique… Mais les Groupes d’Etude découvrent de curieux champignons géants sur ABR-Sigma. Des champignons qui ne sont peut-être pas seulement de simples végétaux. Et Shan Loor va faire un rêve étrange, sans savoir encore qu’au-delà d’une mystérieuse porte dimensionnelle existe la menace terrfiante que fait peser sur ABR-Sigma la civilisation matriarcale de Din-Mu…