Visualizzazione di 71317-71328 di 90860 risultati

Le fils de la lumière

Ramsès. Son nom incarne l’éclat et la puissance de la civilisation pharaonique. Fils du Soleil et du dieu vivant, il a régné pendant plus de soixante ans et porté l’Egypte à un degré de grandeur jamais atteint dans l’histoire.
Pour l’heure, l’enfant-dieu n’a que quatorze ans.Comment succédera-t-il au pharaon Séthi, son père? Quelles seront les étapes surprenantes de son initiation secrète? Saura-t-il choisir entre Iset la Belle et la mystérieuse Néfertari? Dans sa marche vers le trône, Ramsès ne peut compter que sur ses rares amis : Améni, le scribe, Sétaou, le charmeur de serpents, et Moïse, son consisciple hébreu.

Le Feu de Klo-Ora

S’il est une chose à laquelle Marcus Olsen croit tenir, c’est bien à sa liberté ! Liberté d’aller où bon lui semble dans l’immensité du cosmos. Liberté de choisir les chemins de sa vie.
Mais quand les légendes les plus invraisemblables peuvent devenir réalité, même le plus indépendant hésite…
Klo-Ora, la planète-paradis, celle dont parlent tous les aventuriers de l’espace et qui n’existe que dans leurs rêves… Klo-Ora serait à la portée de Marcus, grâce à Sem-Lo’or le banni…
Mais à quel prix ?…

Le Duc De L’Omelette

Le Duc de l’Omelette est une nouvelle d’Edgar Allan Poe publiée pour la première fois en mars 1832.
Sa première traduction en français est de Félix Rabbe et est publiée chez Albert Savine en 1887 dans un volume intitulé *Derniers Contes*.

Le Dragon Des Arcanes

Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume. Surgis de la nuit des temps, ils sont décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire dans les plus grandes cours royales d’Europe. Pour déjouer leurs complots, Richelieu dispose d’une compagnie d’aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d’élégance et d’astuce. Des hommes et une femme aux talents exceptionnels, prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal. Mais alors qu’ils approchent du Mont-Saint-Michel à la faveur de la nuit, ils savent que le prochain défi pourrait être le dernier. Car, outre les plans de leurs ennemis, il va leur falloir percer les secrets de l’ordre des Soeurs châtelaines qui réside en ces lieux sacrés. Cette fois le courage et la loyauté ne suffiront pas. Rapière au poing, les Lames devront se résoudre à tout sacrifier s’ils veulent sauver Paris de la destruction.

Le Dossier 113

Avec les **Editions MARQUES** , venez découvrir ou redécouvrir les grands classiques optimisés pour vos liseuses et applications électroniques. Une publication de qualité par des professionnels de l’édition.
Les éditions MARQUES présentent **”Le dossier 113″** , d’Émile Gaboriau, édité en **texte intégral**.
*Présentation de l’éditeur*
On lisait dans tous les journaux du soir du mardi 28 février 186.. le fait divers suivant : Un vol très considérable, commis au préjudice d’un honorable banquier de la capitale, M. André Fauvel, a mis ce matin en émoi tout le quartier de la rue de Provence. Des malfaiteurs d’une audace et d’une habileté extraordinaires ont réussi à pénétrer dans les bureaux, et là, forçant une caisse qu’on avait tout lieu de croire inattaquable, ils se sont emparés de la somme énorme de trois cent cinquante mille francs en billets de banque.
*Biographie de l’auteur*
Émile Gaboriau, né le 9 novembre 1832 à Saujon (Charente-Inférieure) et mort le 28 septembre 1873 à Paris (Seine), est un écrivain français, considéré comme le père du roman policier. Son personnage, l’enquêteur Lecoq, a influencé Conan Doyle pour la création de Sherlock Holmes. Il a lui-même été très influencé par Edgar Allan Poe. Gaboriau exerça divers métiers : clerc d’avoué, hussard en Afrique, chef d’écurie. Il s’engagea dans la cavalerie pour sept ans, mais résilia son contrat rapidement pour gagner Paris, où il rédigea des chroniques pour gagner sa vie. Il devint le secrétaire de Paul Féval, qui lui fit découvrir le journalisme.C’est d’ailleurs grâce à l’auteur des Mystères de Paris qu’il sera reçu en 1866 au sein de la Société des gens de lettres. Son premier roman, L’Affaire Lerouge, d’abord publié sans succès sous forme de feuilleton en 1863 dans Le Pays, devint très populaire en 1866 lorsqu’il est repris dans le journal Le Soleil puis par Le Petit Journal.

Le domaine d’Arnheim

Le Domaine d’Arnheim (mars 1847) est une nouvelle écrite par Edgar Allan Poe puis traduite par Charles Baudelaire en 1864. Extrait : Depuis son berceau jusqu’à son tombeau, mon ami Ellison fut toujours poussé par une brise de prospérité. Et je ne me sers pas ici du mot prospérité dans son sens purement mondain. Je l’emploie comme synonyme de bonheur. La personne dont je parle semblait avoir été créée pour symboliser les doctrines de Turgot, de Price, de Priestley et de Condorcet, – pour fournir un exemple individuel de ce que l’on a appelé la chimère des perfectionnistes. Dans la brève existence d’Ellison, il me semble que je vois une réfutation du dogme qui prétend que dans la nature même de l’homme gît un principe mystérieux, ennemi du bonheur. Un examen minutieux de sa carrière m’a fait comprendre que la misère de l’espèce humaine naît, en général, de la violation de quelques simples lois d’humanité ; – que nous avons en notre possession, en tant qu’espèce, des éléments de contentement non encore mis en œuvre, – et que même maintenant, dans les présentes ténèbres et l’état délirant de la pensée humaine sur la grande question des conditions sociales, il ne serait pas impossible que l’homme, en tant qu’individu, pût être heureux dans de certaines circonstances insolites et remarquablement fortuites.

Le Diable, tout le temps

Dans la lignée des oeuvres de Truman Capote, Flannery O’Connor ou Jim Thompson, un roman sombre, violent et inoubliable sur la condition humaine. De la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 60, les destins de plusieurs personnages se mêlent et s’entrechoquent. Willard Russell, qui a combattu dans le Pacifique, est toujours tourmenté par ce qu’il a vécu là-bas. Il est prêt à tout pour sauver sa femme Charlotte, gravement malade, même s’il doit pour cela ne rien épargner à son fils Arvin… Carl et Sandy Henderson forment un couple étrange qui écume les routes et prend de jeunes auto-stoppeurs qui connaîtront un sort funeste…. Roy, un prédicateur convaincu qu’il a le pouvoir de réveiller les morts, et son acolyte Theodore, un musicien en fauteuil roulant, vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé. Donald Ray Pollock s’interroge sur la part d’ombre qui est en chaque individu, sur la nature du Mal. Son écriture est d’une beauté inouïe mais sans concessions. Avec maestria, il entraîne le lecteur dans une odyssée sauvage qui marque durablement les esprits.

Le Diable Dans Le Beffroi

Le Diable dans le beffroi (The Devil in the Belfry, Philadelphie), est une nouvelle d’Edgar Allan Poe publiée dans le Saturday Chronicle and Mirror of the Times, le 18 mai 1839. Extrait : Chacun sait d’une manière vague que le plus bel endroit du monde est – ou était, hélas ! – le bourg hollandais de Vondervotteimittiss. Cependant, comme il est à quelque distance de toutes les grandes routes, dans une situation pour ainsi dire extraordinaire, il n’y a peut-être qu’un petit nombre de mes lecteurs qui lui aient rendu visite. Pour l’agrément de ceux qui n’ont pu le faire, je juge donc à propos d’entrer dans quelques détails à son sujet. Et c’est en vérité d’autant plus nécessaire que, si je me propose de donner un récit des événements calamiteux qui ont fondu tout récemment sur son territoire, c’est avec l’espoir de conquérir à ses habitants la sympathie publique. Aucun de ceux qui me connaissent ne doutera que le devoir que je m’impose ne soit exécuté avec tout ce que j’y peux mettre d’habileté, avec cette impartialité rigoureuse, cette scrupuleuse vérification des faits et cette laborieuse collaboration des autorités qui doivent toujours distinguer celui qui aspire au titre d’historien.
Ce livre numérique est parfaitement adapté et mis en page pour une lecture agréable sur une liseuse numérique, une tablette, ou un smartphone.
L’ouvrage est accompagné d’un sommaire intéractif vous permettant de circuler aisément à travers le texte.

Le dernier parrain

Vingt-six ans après Le Parrain, une nouvelle grande histoire de famille, d’honneur et de vengeance par Mario Puzo, au sommet de son art. Don Domenico Clericuzio, le patriarche du plus puissant clan mafieux américain, l’a compris : le crime organisé est devenu trop dangereux ; l’avenir des siens, de ses petits-enfants surtout, réside désormais à Wall Street, dans les casinos du Nevada, à La Mecque du cinéma où l’argent facile et les fortunes rapides s’apparentent à la légalité. Il suffira cependant que les anciennes rivalités de pouvoir resurgissent pour que le plan minutieusement préparé par Don Domenico soit menacé. Pourra-t-il empêcher le bain de sang alors qu’une guerre fratricide oppose ses descendants ? Car tuer est encore ce que savent faire le mieux les Clericuzio… De l’enclave du Bronx aux folies d’Hollywood, en passant par les palaces de Las Vegas, Mario Puzo dresse avec force et humour un portrait sans égal de l’Amérique, de ses mythes, de ses tentations, mais aussi de ses valeurs. Une grande légende familiale comme on n’en avait plus lu depuis celle des Corleone. **

Le Dernier Mot De Rocambole, Tome IV: Les Trésors Du Rajah

Extrait chapitre I Que s’etait-il donc passe? Moussami, qui n’avait plus de langue, me l’expliquait par signes. Vers minuit, croyant entendre du bruit, il etait venu dans ma chambre, ou je dormais profondement. Il avait vainement essaye de m’eveiller, et comme le bruit continuait, il s’etait dirige vers la porte pour appeler au secours les gens de l’hotel. Mais en ce moment cette porte s’ouvrit et quelque chose d’opaque fut jete sur la tete de l’Indien par deux hommes qui entrerent dans la chambre. C’etait une couverture de laine dans laquelle on lui enveloppa la tete pour l’empecher de crier. Moussami lutta energiquement; mais il fut terrasse. En meme temps qu’elle l’aveuglait, la couverture etouffait ses cris. Quand il fut a terre, un des deux hommes lui lia les pieds et les mains avec cette adresse et cette dexterite qui tiennent du prodige chez les Indiens. En meme temps aussi, on lui mit un baillon dans la bouche et on retira la couverture. Alors Moussami put voir et entendre. Les deux hommes etaient des Indiens de la race rouge, et a leur costume on reconnaissait tout de suite des sectaires de la deesse Kali, c’est-a-dire des Etrangleurs. L’un etait jeune et paraissait obeir, l’autre etait vieux et commandait. Ils s’approcherent de mon lit et me secouerent. Mais je ne m’eveillai pas. Le jeune eut un sourire de haine. -Est-ce donc la, dit-il, l’homme qui a vaincu Ali-Remjeh? -Oui, dit le vieux. -Si nous l’etranglions? -Tu sais bien que celui qui nous envoie nous a dit que notre tete repondait de la sienne. -C’est vrai, soupira le jeune homme, mais c’est dommage. Le vieux prit ma main dans la sienne et fit glisser l’anneau que j’avais au doigt. Puis il examina attentivement ce bijou: -Oui, dit-il, c’est bien cela. Alors ils me laisserent dormir et revinrent a Moussami.”