Visualizzazione di 71101-71112 di 90860 risultati

Retour à Birkenau

“Moi-même je le raconte, je le vois, et je me dis c’est pas possible d’avoir survécu…”
Arrêtée par la Gestapo en mars 1944 à Avignon avec son père, son petit-frère de douze ans et son neveu, Ginette Kolinka est déportée à Auschwitz-Birkenau : elle sera seule à en revenir, après avoir été transférée à Bergen-Belsen, Raguhn et Theresienstadt. Dans ce convoi du printemps 1944 se trouvaient deux jeunes filles  dont elle devint amie, plus tard : Simone Veil et Marceline Rosenberg, pas encore Loridan – Ivens.
Aujourd’hui, à son tour, Ginette Kolinka raconte ce qu’elle a vu et connu dans les camps d’extermination. Ce à quoi elle a survécu. Les coups, la faim, le froid. La haine. Les mots. Le corps et la nudité. Les toilettes de ciment et de terre battue. La cruauté. Parfois, la fraternité. La robe que lui offrit Simone et qui la sauva. Que tous, nous sachions, non pas tout de ce qui fut à Birkenau, mais assez pour ne jamais oublier ; pour ne pas cesser d’y croire,  même si Ginette Kolinka, à presque 94 ans, raconte en fermant les yeux et se demande encore et encore comment elle a pu survivre à “ça”… **
### About the Author
née à Paris en 1925, a longtemps travaillé au marché d’Aubervilliers, vendant caleçons, chaussettes et dessous. Elle et sa famille ont fait l’objet d’un récit, signé Philippe Dana : *Ginette Kolinka, une famille française dans l’histoire* (Kero, 2016). Marion Ruggieri l’a accompagnée avec talent et affection dans l’écriture de ce récit hors du commun.
est journaliste à ELLE et sur France 5, dans « C à vous » . Elle est l’auteur chez Grasset de  *Pas ce soir, je dîne avec mon père* et de  *Donne-moi la main pour traverser*  (2018).

Respire !

Malo, 30 ans, virtuose de la stratégie, est appelé à Bangkok pour redresser une entreprise en diffi culté. Quelques semaines après son arrivée, il surprend une conversation qui l’anéantit : il ne lui resterait que peu de temps à vivre… Au moment où il perd tout espoir, une vieille dame lui propose un pacte étrange : en échange de 30 jours de la vie du jeune homme, elle le met au défi . Sera-t-il prêt à tenter une série d’expériences susceptibles de modifi er le cours de son destin ? Malo accepte et le voilà embarqué dans un incroyable périple aux saveurs et aux parfums de la Thaïlande, au terme duquel il pourrait découvrir l’ultime vérité.
**« Pour la plupart des hommes, le bonheur ne devient concret que lorsqu’il est perdu. »**
**FRÉDÉRIC LENOIR**
Après son best-seller Kilomètre Zéro, Maud Ankaoua signe un second roman empreint de sagesse, d’humanité et
d’optimisme. Plus qu’un roman, Respire ! se lit comme un véritable livre d’accompagnement, convie à un voyage vers soi, vers le sens profond de notre existence. Il nous invite à transformer notre passé en force pour dépasser nos peurs et vivre la vie qui nous inspire. Et s’il existait un Plan ? Si tout ce que nous vivions avait été placé sur notre chemin pour nous permettre de nous accomplir ?

Rendez-vous d’amour dans un pays de guerre

La vie semble faite d’une accumulation de failles imperceptibles qui transforment souvent les désirs, les amours, les amitiés, les rêves, les projets politiques, tout ce qui compte dans une vie, en détours inexorables du destin. Ces histoires racontent des situations marquées par ces brisures, ces glissements, ces rendez-vous manqués que les protagonistes n’ont pas su ou pas voulu éviter. Ces histoires font rire et réfléchir, lorsqu’elles nous tendent un miroir, et nous conduisent dans des pays lointains, dans des intrigues mystérieuses, dans des endroits peuplés de gens simples ou extraordinaires. Emouvantes ou cocasses, elles portent toutes la marque de l’incomparable puissance de Luis Sepelveda dans sa transformation de la réalité en littérature.

Rendez-vous à la grande porte

Robin Broadhead est anxieux, tourmenté… Et pourtant n’est-il pas riche, estimé, aimé des femmes ? Et surtout ne fût-il pas le héros de l’expédition galactique de la Grande Porte ? Là, sur cet astéroïde abandonné depuis des siècles par les Heechees, extraterrestres prodigieusement évolués, il s’est emparé d’un astronef capable d’explorer l’univers entier. L’appareil, devenu le S. Ya. Broadhead, est à l’origine de sa fortune et des bienfaits que Broadhead a apportés aux hommes. Alors, oui, pourquoi cette angoisse ? Broadhead ne peut croire que les Heechees aient à jamais disparu. N’est-ce pas eux qui, pour se venger, fomentent le terrorisme qui flambe aux quatre coins de la Terre ? Broadhead devra-t-il retourner à la Grande Porte pour découvrir la vérité ?

Rencontre sous X

248pages. poche. Poche. Traduit de Sénès Florence -Illustrations de Jankovics györgy.

Récits De Feu Ivan Pétrovitch Bielkine

Avec les **Editions MARQUES** , venez découvrir ou redécouvrir les grands classiques optimisés pour vos liseuses et applications électroniques. Une publication de qualité par des professionnels de l’édition.
Les éditions MARQUES présentent **” Récits de feu Ivan Pétrovitch Bielkine “** , d’Alexandre Pouchkine, édité en **texte intégral**.
*Présentation de l’éditeur*
Nous avions nos quartiers dans la localité de X***. Ce qu’est la vie de garnison d’un officier, on le sait de reste. Le matin, exercice, manège, repas chez le commandant du régiment ou dans une auberge juive ; le soir, punch et cartes. – À X*** aucune maison ne nous était ouverte ; point de jeunes filles à marier ; nous nous réunissions les uns chez les autres, où nous ne voyions rien que nos uniformes.
*Biographie de l’auteur*
Alexandre Sergueïevitch Pouchkine est un poète, dramaturge et romancier russe né à Moscou le 6 juin (26 mai) 1799 et mort à Saint-Pétersbourg le 10 février (29 janvier) 1837. Alexandre Pouchkine est né à Moscou dans une famille de la noblesse russe, relativement aisée, férue d’art et de littérature.

Recherche coloc : emmerdeurs, râleurs, lovers… s’abstenir

Il y a Brody, l’architecte sexy ; Dermot, le prof de philo en slip ; Charlotte, l’amie des bêtes mais pas des gens ; Callum, le rugbyman malentendant ; Elif, la boulimique de romances ; et Maeve, qui préfère collectionner les mecs plutôt que les livres. Au milieu de ces colocataires fantasques et parfois invivables, Ada la solitaire va devoir répondre à trois questions existentielles et plutôt urgentes : Comment survivre dans cette maison de fous ? Comment reconstruire sa vie à Dublin, quinze ans après son départ forcé ? Et comment ne pas tomber amoureuse de Brody Gallagher, le bel Irlandais qu’elle a embauché pour rénover l’appartement de son enfance ? Mais à part ça, tout va bien.

Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive

Qui se souvient de cette folle ambition : le cinéma va changer le monde ?
Démiurges au centre de l’intrigue, un trio de meilleurs amis qui vont devenir les beaux-frères ennemis : Jean-Pierre Rassam, Claude Berri, Maurice Pialat. La sœur du premier, Anne-Marie, épouse le deuxième, dont la sœur, Arlette, vit avec le troisième. Ils ne vieilliront pas ensemble.
Autour d’eux, Christophe Donner fait tourner la ronde non autorisée des *seventies* : Raoul Lévy, Brigitte Bardot, Jean Yanne, Macha Méril, Jean-Louis Trintignant, Éric Rohmer, Sami Frey…
La grande histoire crève le grand écran : Mai 68 terrorisant le festival de Cannes ; Rassam et Berri à bord de la Mercedes de Truffaut allant sauver les enfants de Milos Forman dans une Prague envahie par les chars soviétiques ; l’improbable épopée de Godard dans les camps d’entraînement palestiniens.
Et puis, gueule de bois : après la grande bouffe des utopies, tous y en ont vouloir des sous !
Cinéastes grandioses, producteurs têtes brûlées, alcool à haute dose, parties de poker, de sexe et de drogue : des vies qui sont des films, des films qui mettent la vie en danger. Car on se tue beaucoup en ce temps-là, quand on joue encore vraiment sa peau avec l’art… Orson Welles peut lâcher sa malédiction ironique : « Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive. »

Que la vie est douce à l’ombre des palmes

Saviez-vous qu’aux dernières nouvelles d’Egypte, Ramsès serait toujours vivant et qu’on peut même l’apercevoir à l’heure du déjeuner à Louxor? Que, du côté de Lycopolis, une alchimiste du nom de Cléopâtre détiendrait le secret de la haute science ? Drôles, merveilleuses, poétiques ou mystérieuses, les vingt-trois nouvelles que Christian Jacq présente ici pour la première fois sous forme de recueil ne cessent de nous surprendre. Situées au temps des pharaons ou de nos jours, écho de textes égyptiens anciens ou souvenirs d’aventures vécues, toutes invitent à une séduisante rêverie entre étrange et réalité. Et qu’ils soient bergers ou puissants, artistes ou aventuriers, guerriers ou divinités, les héros de ces récits nous entraînent, par-delà le temps et l’espace, à réfléchir au sens de nos vies… 

Quatre Bêtes en Une

Quatre bêtes en une (Four Beasts in One – The Homo-Cameleopard, Richmond, Southern Literary Messenger), est une nouvelle d’Edgar Allan Poe publiée en mars 1836. Extrait : Supposons, gracieux lecteur, que nous sommes en l’an du monde trois mil huit cent trente, et, pour quelques minutes, transportés dans le plus fantastique des habitacles humains, dans la remarquable cité d’Antioche. Il est certain qu’il y avait en Syrie et dans d’autres contrées seize villes de ce nom, sans compter celle dont nous avons spécialement à nous occuper. Mais la nôtre est celle qu’on appelait Antiochia Epidaphné, à cause qu’elle était tout proche du petit village de Daphné, où s’élevait un temple consacré à cette divinité. Elle fut bâtie (bien que la chose soit controversée) par Séleucus Nicator, le premier roi du pays après Alexandre le Grand, en mémoire de son père Antiochus, et devint immédiatement la capitale de la monarchie syrienne. Dans les temps prospères de l’empire romain, elle était la résidence ordinaire du préfet des provinces orientales ; et plusieurs empereurs de la cité-reine (parmi lesquels peuvent être mentionnés spécialement Vérus et Valens), y passèrent la plus grande partie de leur vie. Mais je m’aperçois que nous sommes arrivés à la ville. Montons sur cette plate-forme, et jetons nos yeux sur la ville et le pays circonvoisin.
Ce livre numérique est parfaitement adapté et mis en page pour une lecture agréable sur une liseuse numérique, une tablette, ou un smartphone.
L’ouvrage est accompagné d’un sommaire intéractif vous permettant de circuler aisément à travers le texte.

Puissance de la parole

“The Power of Words” is a short story by American author Edgar Allan Poe. Edgar Allan Poe (born Edgar Poe; January 19, 1809 – October 7, 1849) was an American author, poet, editor, and literary critic, considered part of the American Romantic Movement. Best known for his tales of mystery and the macabre, Poe was one of the earliest American practitioners of the short story, and is generally considered the inventor of the detective fiction genre. He is further credited with contributing to the emerging genre of science fiction. He was the first well-known American writer to try to earn a living through writing alone, resulting in a financially difficult life and career. Born in Boston, he was the second child of two actors. His father abandoned the family in 1810, and his mother died the following year. Thus orphaned, the child was taken in by John and Frances Allan, of Richmond, Virginia. Although they never formally adopted him, Poe was with them well into young adulthood. Tension developed later as John Allan and Edgar repeatedly clashed over debts, including those incurred by gambling, and the cost of secondary education for the young man. Poe attended the University of Virginia for one semester but left due to lack of money. Poe quarreled with Allan over the funds for his education and enlisted in the Army in 1827 under an assumed name. It was at this time his publishing career began, albeit humbly, with an anonymous collection of poems, Tamerlane and Other Poems (1827), credited only to “a Bostonian.” With the death of Frances Allan in 1829, Poe and Allan reached a temporary rapprochement. Later failing as an officer’s cadet at West Point and declaring a firm wish to be a poet and writer, Poe parted ways with John Allan. Poe switched his focus to prose and spent the next several years working for literary journals and periodicals, becoming known for his own style of literary criticism. His work forced him to move among several cities, including Baltimore, Philadelphia, and New York City. In Baltimore in 1835, he married Virginia Clemm, his 13-year-old cousin. In January 1845 Poe published his poem, “The Raven,” to instant success. His wife died of tuberculosis two years after its publication. For years, he had been planning to produce his own journal, The Penn (later renamed The Stylus), though he died before it could be produced. On October 7, 1849, at age 40, Poe died in Baltimore; the cause of his death is unknown and has been variously attributed to alcohol, brain congestion, cholera, drugs, heart disease, rabies, suicide, tuberculosis, and other agents. Poe and his works influenced literature in the United States and around the world, as well as in specialized fields, such as cosmology and cryptography. Poe and his work appear throughout popular culture in literature, music, films, and television. A number of his homes are dedicated museums today. The Mystery Writers of America present an annual award known as the Edgar Award for distinguished work in the mystery genre.

Psyche Industry

**Un thriller envoutant au rythme effréné…**
Sa femme est morte dans des conditions tragiques.
Et pourtant… il la croise en plein Chicago…
Le coéquipier de Nathanaël lui dit qu’il perd la raison.
Flic à la dérive depuis le décès d’Emily, l’alcool est effectivement devenu son unique refuge.
Emily est elle réellement en vie ?
Ou n’est-ce que le résultat de ses délires éthyliques ?
Tandis que les doutes l’assaillent, les preuves s’accumulent… mais son enquête gêne visiblement en haut lieu…
**Accusé d’enlèvement et de meurtre par le Président d’une multinationale sans scrupule, Nathanaël n’a plus le choix : il doit prendre la fuite avec elle et découvrir la vérité.
La science aurait-elle trouvé le moyen de défier la mort ?**
*” L’avis de La Chronique de Yaguelle :
Le rythme est appuyé. La phraséologie est concise, simple, incisive.
Je me suis délectée en lisant ce thriller.
En dire plus est difficile. Je vous le recommande vivement.
Cet Auteur mérite d’être lu et connu.
Alors, voici son nom : Christophe Berthy “*