8513–8528 di 62912 risultati

Les Mille et Une Vies de Billy Milligan

Quand la police de l’Ohio arrête l’auteur présumé de trois, voire quatre, viols de jeunes femmes, elle pense que l’affaire est entendue : les victimes reconnaissent formellement le coupable, et celui-ci possède chez lui la totalité de ce qui leur a été volé. Pourtant, ce dernier nie farouchement. Son étrange comportement amène ses avocats commis d’office à demander une expertise psychiatrique. Et c’est ainsi que tout commence… On découvre que William Stanley Milligan possède ce que l’on appelle une personnalité multiple, une affection psychologique très rare. Il est tour à tour Arthur, un Londonien raffiné, cultivé, plutôt méprisant, Ragen, un Yougoslave brutal d’une force prodigieuse, expert en armes à feu, et bien d’autres. En tout, vingt-quatre personnalités d’âge, de caractère, et même de sexe différents !
**

Miles Vorkosigan

Miles Vorkosigan, petit par la taille mais grand par l’intelligence, vient de sortir de l’école militaire de Barrayar pour prendre son premier poste en temps qu’officier. Espérant être affecté sur le navire spatial « Prince Serg », il se retrouve… sur l’île Kyril, un camp d’entrainement pour l’infanterie, gelé et perdu au milieu de nulle part, ceci afin de régler ses problèmes d’obéissance envers l’autorité. Il a juste à se tenir tranquille pendant 6 mois et accepter patiemment les ordres. Mais le responsable de cette station est le dur général Metzov, dont les pratiques disciplinaires sont loin d’être académiques. Miles saura t-il se faire oublier ?

Les Micro-humains

Les Micro-humains: Troisième humanité – tome 2 by Bernard Werber
Plus petits, plus féminins,
plus résistants, plus solidaires…
Les micro-humains sont-ils
l’avenir de l’Homme… ou sa fin ?

Michel Foucault

Dénoncer les relations de pouvoirs occultes, provoquer des résistances, permettre aux voix trop souvent étouffées de s’exprimer, produire des savoirs vrais qui puissent s’opposer aux gouvernementalités dominantes, défier nos libertés et nos possibilités d’action, faire surgir l’historicité de nos systèmes de savoir, de pouvoir et de subjectivation, montrer que rien en nous n’est fatalité, en définitive changer nos vies : telle est la tâche du philosophe selon Michel Foucault.
À partir de l’analyse de ses œuvres, cet ouvrage nous montre comment la philosophie de Foucault s’élabore dans des récits — histoires de la folie exclue, de l’accueil de la mort, des systèmes de pensée, des prisons, des guerres ou encore de l’aveu ou des plaisirs — qui, s’ils ne recherchent plus des significations ultimes, nous permettent de nous inventer à nouveau.
**À lire également en *Que sais-je ?*…**
*Georges Canguilhem*, Dominique Lecourt
*La folie*, Roland Jaccard

Meurtres pour rédemption

Marianne, vingt ans. Les miradors comme unique perspective, les barreaux pour seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière. Une vie entière à écouter les grilles s’ouvrir puis se refermer. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l’univers carcéral sans pitié ou elle affronte la haine, les coups, les humiliations. Aucun espoir de fuir cet enfer. Ou seulement dans ses rêves les plus fous. Elle qui s’évade parfois, grâce à la drogue, aux livres, au bruit des trains. Grâce à l’amitié et à la passion qui l’atteignent en plein coeur de l’enfermement. Pourtant, un jour, l’inimaginable se produit. Une porte s’ouvre. On lui propose une libération… conditionnelle. « La liberté Marianne, tu dois en rêver chaque jour, chaque minute, non ? » Oui. Mais le prix à payer est terrifiant. Pour elle qui n’aspire qu’à la rédemption…

Meurtres au Montana

Insensés, les termes de ce testament ! Les trois sueurs Mercy doivent vivre ensemble au ranch une année entière si elles veulent toucher leur part d’héritage. Vingt millions de dollars, au bas mot ! Un dernier pied de nez bien dans la manière de Jack Mercy, lui qui s’était toujours soucié comme d’une guigne de ses trois filles issues de trois mariages différents… Une cohabitation dont Tess, brillante scénariste à Hollywood, Lily, au regard de bête traquée, et Willa, l’ombrageuse cow-girl, se seraient bien passées. Mais pour ces trois étrangères condamnées à s’entendre pour obéir aux dernières volontés d’un vieux tyran, la mise à l’épreuve tourne bientôt au cauchemar. Dans l’ombre, un inconnu crie sa haine de la famille Mercy en massacrant du bétail. Avant de s’attaquer à des proies humaines.. 

Meurtres à la brasserie celtique

Fortune faite au Canada, Daniel Kerné rentre au pays pour fonder une brasserie qu’il installe dans le fort de Sainte Marine. Sa bière au beurre, la célèbre Amann Du, rafle tous les prix internationaux et, fier de cette réussite, il sollicite Gwenn Rosmadec, l’écrivain public, pour relater son épopée. Mais ce succès presque insolent n’est pas du goût de tout le monde… De plus, il semblerait que Daniel Kerné a enfoui un lourd secret dans la forêt canadienne…Comme à son habitude, il faudra à Gwenn de la patience, de la ténacité et de l’intuition pour dénouer, avec l’aide de sa délicieuse Soazic, l’écheveau embrouillé de cette mystérieuse affaire.Houblon, frissons, et rebondissements garantis !

Meurtre et obsession: roman

La culpabilité, ça vous poursuit jusqu’à la mort. Dans un dernier soupir, Patty avoue un crime à sa fille adoptive, Tanya. Etrange pour une femme si morale… Tanya demande de l’aide à son ancien psy, le docteur Alex Delaware, et à son acolyte, l’inspecteur Milo Sturgis. Mais Los Angeles compte plus de tordus que de psys et les fouineurs ne sont pas les bienvenus…

Le Meurtre Du Commandeur, Livre 1 : Une Idée Apparaît

Peut-être un jour serais-je capable de faire le portrait du rien. De la même façon qu’un peintre avait été capable de dessiner Le Meurtre du Commandeur . Mais il me faudrait du temps avant d’y parvenir. Je devais faire du temps mon allié.
Quand sa femme lui a annoncé qu’elle voulait divorcer, le narrateur, un jeune peintre en panne d’inspiration, a voyagé seul à travers le Japon. Et puis, il s’est installé dans la montagne dans une maison isolée, ancienne propriété d’un artiste de génie, Tomohiko Amada.
Un jour, le narrateur reçoit une proposition alléchante : faire le portrait de Wataru Menshiki, un riche homme d’affaires. Tandis que celui-ci pose comme modèle, le narrateur a du mal à se concentrer. Quelque chose chez Menshiki résiste à la représentation.
Une nuit, il découvre un tableau dans le grenier, une œuvre d’une grande violence, le meurtre d’un vieillard, comme tirée du Don Giovanni de Mozart. C’est Le Meurtre du Commandeur. Cette peinture obsède le narrateur. Et des choses étranges se produisent, comme si un autre monde s’était entrouvert. À qui se confier ? À Menshiki ? Mais peut-il vraiment lui faire confiance ?
Premier livre d’une œuvre exceptionnelle, dans la lignée du monumental 1Q84, un roman somme, ambitieux, profond. Deux tomes pour une odyssée initiatique étrange, inquiétante, envoûtante, où le maître Murakami dévoile ses obsessions les plus intimes.

(source: Bol.com)

La Methode Schopenhauer

Quand Julius Hertzfeld, un célèbre psychiatre de San Francisco, apprend qu’il n’a plus que quelques mois à vivre, que fait-il ? Il contacte l’un de ses anciens patients, l’arrogant Philip Slate, accro au sexe, rigide, asocial et manipulateur, le grand échec de sa carrière, devenu depuis psychothérapeute. Au centre de cette relation : Schopenhauer…
Né à Washington en 1956 de parents russes, Irvin D. Yalom est professeur à Stanford et psychiatre. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, romans et essais, dont Et Nietzsche a pleuré, La Malédiction du chat hongrois et de Mensonges sur le divan, disponible en Points.

Métaphysique des tubes

“Il existe des êtres qui ne subissent pas la loi de l’évolution. Ce sont les légumes cliniques”, ou des tubes par où circule seule la nourriture. Ces tubes ne sont pas pour autant sans cervelle puisqu’il arrive que celle-ci, suite à un “accident fatal”, se réveille soudain, et déclenche la vie. C’est exactement ce qu’a vécu la (très) jeune narratrice de Métaphysique des tubes durant les deux premières années de sa vie qui furent muettes, immobiles, végétatives, bref divines. Au sens propre, car ce singulier bébé n’ignore pas qu’il est Dieu lui-même, méditant sur ce monde qu’il hésite à rejoindre. Sous forme de monologues intérieurs, considérations philosophico-drolatiques, on déguste le récit de ces trois premières années d’une vie française au Japon, pays merveilleux où de la naissance à la maternelle, l’enfant est un dieu. 
[http://www.amazon.fr/Métaphysique-tubes-Amélie-Nothomb/dp/2226116680](http://www.amazon.fr/M%C3%A9taphysique-tubes-Am%C3%A9lie-Nothomb/dp/2226116680)

La métamorphose

EXTRAIT:

En se réveillant un matin après des rêves agités, Gregor Samsa se retrouva, dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte. Il était sur le dos, un dos aussi dur qu’une carapace, et, en relevant un peu la tête, il vit, bombé, brun, cloisonné par des arceaux plus rigides, son abdomen sur le haut duquel la couverture, prête à glisser tout à fait, ne tenait plus qu’à peine. Ses nombreuses pattes, lamentablement grêles par comparaison avec la corpulence qu’il avait par ailleurs, grouillaient désespérément sous ses yeux.

‘ Qu’est-ce qui m’est arrivé ? ‘ pensa-t-il. Ce n’était pas un rêve. Sa chambre, une vraie chambre humaine, juste un peu trop petite, était là tranquille entre les quatre murs qu’il connaissait bien. Au-dessus de la table où était déballée une collection d’échantillons de tissus – Samsa était représentant de commerce – on voyait accrochée l’image qu’il avait récemment découpée dans un magazine et mise dans un joli cadre doré. Elle représentait une dame munie d’une toque et d’un boa tous les deux en fourrure et qui, assise bien droite, tendait vers le spectateur un lourd manchon de fourrure où tout son avant-bras avait disparu.

Le regard de Gregor se tourna ensuite vers la fenêtre, et le temps maussade – on entendait les gouttes de pluie frapper le rebord en zinc – le rendit tout mélancolique. ‘ Et si je redormais un peu et oubliais toutes ces sottises ? ‘ se dit-il ; mais c’était absolument irréalisable, car il avait l’habitude de dormir sur le côté droit et, dans l’état où il était à présent, il était incapable de se mettre dans cette position.
(source: Bol.com)

Mes hommages a la donzelle: roman

Il y a une multitude de choses dont j’ai horreur. Les jeunes filles de plus de quatre-vingt-dix-sept ans, tout d’abord. Le poisson mal cuit, aussi. Puis les liaisons mal-t-à-propos ; les ouatères de wagons de seconde classe ; les bitures de Bérurier et les imparfaits du subjonctif de Pinaud. Mais s’il y a une chose qui m’énerve par-dessus tout, qui me file au bord du delirium très mince, c’est qu’on s’asseye sur mon chapeau… Surtout au cinéma… Surtout quand on l’a fait exprès… Surtout quand c’est le dargeot d’un truand qui est l’outrageur… Surtout quand tout ça cache le commencement d’une aventure insensée !

Merrick

De nos jours, David Talbot, ancien du Talasmasca transformé en vampire par les bons soins de Lestat, contacte Merrick, une sorcière de la célèbre famille Mayfair,
pour aider son ami Louis, celui-là même qui nous avait raconté sa vie dans le fameux Entretien avec un vampire. Il lui demande d’invoquer le fantôme de Claudia,
la “fille” de Louis, qui ne peut trouver le repos. Bien que travaillant maintenant pour le Talamasca, Merrick accepte d’aider en secret les deux hommes et
entre en communication avec Claudia qui clame son désespoir et demande à Louis de la rejoindre au royaume des morts. Louis part se suicider,
non sans avoir préalablement accordé le “don ténébreux” à Merrick. David et Lestat versent leur sang pour ressusciter Louis,
mais il leur faudra tous quitter La Nouvelle-Orléans car le Talamasca a eu vent de leurs agissements et les menace… 

Parente pauvre du clan des Mayfair, issue d’une branche afro-américaine de la famille, descendante de sorcières blanches qu’elle connaissait à peine,
octavonne d’une exceptionnelle beauté, enfant aux pieds nus, Merrick était venue voir, vingt ans plus tôt, le Talamasca, s’aventurant dans la maison mère
de Louisiane pour dire : « J’ai entendu parler de vous et j’ai besoin de votre aide. Je vois des choses. Je sais parler avec les morts. » Or justement,
aujourd’hui, quelqu’un a désespérément besoin de ce talent particulier : Louis de Pointe du Lac qui a appris que le fantôme de sa « fille », la petite Claudia,
ne parvient pas à trouver le repos. Louis, qui sombre peu à peu dans la folie et la détresse, voudrait absolument entrer en contact avec elle. Etrangement,
la rencontre entre le vampire et la sorcière prend l’allure d’un coup de foudre. Mais leur attirance mutuelle ne risque-t-elle pas de conduire à des
conséquences tragiques?

Voici le livre qu’attendaient avec impatience tous les lecteurs d’Anne Rice, le point jonction entre ses deux cycles majeurs : celui des Chroniques des vampires et
celui de la Saga des sorcières. Une fois de plus, la reine du fantastique nous entraîne dans un univers de sensualité et de démesure.
Et avec le personnage de Merrick, l’un des plus attachants et des plus troublants qu’elle ait créés, son tableau de La Nouvelle-Orléans gagne encore en
richesse et en profondeur.

Mermoz

Né dans l’Aisne à Aubenton le 9 décembre 1901 et disparu en 1936 à bord de l’hydravion Croix du Sud au large des côtes de Dakar, Mermoz a eu un destin unique : il fut le plus prestigieux et le plus aimé des pilotes à l’époque où l’aviation comptait encore des aventures qui tenaient de l’épopée et inspiraient au monde entier une admiration sans borne. Kessel, son ami et son biographe dit de lui : ” Archange glorieux, neurasthénique profond, mystique résigné, païen éblouissant, amoureux de la vie, incliné vers la mort, enfant et sage, tout cela était vrai chez Mermoz, mais tout cela était faux si l’on isolait chacun de ces éléments. Car ils étaient fondus dans une extraordinaire unité.
**

Mercure

Une île. Un vieil homme et une jeune fille y vivent à l’abri de tout reflet. Une infirmière survient pour soigner la jeune fille. Tandis que des relations de plus en plus confiantes se nouent entre elles, l’infirmière découvre les éléments d’un mystère et d’un drame qui tiennent à l’étrange loi que le vieil homme fait régner sur l’île.