7441–7456 di 62912 risultati

La vacation

Faiseur d’anges, avorteur, “ivégiste” ? Comment désigner le docteur Sachs, quand, chaque mardi, il quitte son cabinet de campagne, ses patients habituels et leur cohorte de petits maux, pour la ville, ses patientes qui défilent, et leur seul mal : une grossesse indésirable ? Lui-même ne sait pas comment dire, d’ailleurs il n’a personne à qui en parler. Or, il aurait bien besoin de quelqu’un qui l’écoute raconter la souffrance de son travail, celle des femmes en face de lui, mais la sienne aussi, la violence de cet acte qui n’est jamais anodin. Une oreille attentive, avec qui dépasser le langage clinique, rassurant, propre, qu’il sert à chaque patiente, mais tellement loin de ce qu’il ressent… Quelqu’un qui soit prêt à entendre ses vrais mots : un lecteur, peut-être ?
Un texte poignant, une écriture à vif, à lire comme le contrepoint sombre de *La Maladie de Sachs*, le roman qui fit connaître Martin Winckler au grand public et qui obtint le prix du Livre Inter en 1999. *–Karla Manuele*

Les vacances d’un serial killer

Comme chaque été, Alfonse Destrooper part en villégiature à la mer du Nord. Josette, sa femme, est bien décidée à se la couler douce, entre farniente à la plage et shopping dans la station balnéaire. Les enfants, Steven et Lourdes, emportent leur caméra pour immortaliser ces vacances tant attendues. Quant à la mémé, véritable Calamiry Jane, elle les accompagne dans sa vieille caravane. Mais le voyage commence mal ! Un motard pique le sac de Josette à un carrefour et s’enfuit. Furieux, Alfonse s’arrête dans un snack pour s’enfiler une bière pendant que les deux ados, avec leur manie de tout filmer. s’amusent à planquer leur caméra dans les toilettes, histoire de recueillir quelques images truculentes. La famille Destrooper reprend finalement la route. À l’arrière de la voiture, les ados visionnent tranquillement leur vidéo. Quand, soudain, ils découvrent à l’écran le cadavre du motard gisant sur le sol des toilettes du restoroute ! Et, pour couronner le tout, la magnifique pension dans laquelle les Destrooper ont prévu de séjourner est un rade pourri. Les vacances en enfer ne font que commencer… Une comédie décapante, teintée d’humour noir et d’un zeste de poésie, un hymne à la Belgique.

L’usurpatrice

*Dans la nuit du 8 octobre 1871, un terrible incendie ravage Chicago, semant la panique dans la ville. Et pourtant, du chaos, va naître le fragile miracle de l’amour…*
Femme de chambre d’une riche héritière, Kathleen assiste à un bal prestigieux où avec la complicité de sa maitresse, elle se fait passer pour unearistocrate. Soudain, son regard croise celui de Dylan Kennedy, un riche armateur et c’est le coup de foudre. Pourtant, cette nuit magique tourne au cauchemar lorsqu’éclate le terrible incendie de Chicago. Les amoureux s’enfuient dans la vile en flammes et persuades de vivre leurs derniers instants, se marient en fuite…

L’Univers vivant

Des galaxies en collision ; des milliards de mondes volatilisés ; un chaos à l’échelle cosmique progressant vers notre Voie Lactée… et l’escadre spatiale de Jerry Barclay lancée vers l’Infini pour tenter de juguler ces cataclysmes… et découvrir alors le fantastique secret de l’univers.

(source: Bol.com)

Univers parallèles

En pleine forêt californienne, un homme vêtu d’un uniforme étrange, brandissant un pistolet d’un modèle totalement inconnu, surgit comme sorti du néant…

 Au même endroit, Jean Kariven et ses amis contournent un rocher à 13 heures, et se retrouvent au coeur de New York à minuit !
Phénomène incompréhensible. Une brèche dans le temps ? Dans l’espace ? Un autre univers ? Peut-être…

L’Unité Alphabet

L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est.
Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais.
Le premier roman de Jussi Adler Olsen, l’auteur de la célèbre série du Département V, où éclatait déjà le talent de ce maître du thriller scandinave.

Une lueur d’espoir

Charlene Newcomb nous doit une ennéalogie de nouvelles, toutes parues dans le *Star Wars Adventure Journal.* Ces neuf nouvelles nous racontent l’histoire d’Alex Winger au fil des années.
*Une lueur d’espoir* est la troisième partie de cette série. Elle se déroule six ans après la bataille de Yavin. Elle est parue dans le *Star Wars Adventure Journal 1* en Février 1994.
Après la mort de ses parents, Alex Winger a été adoptée par le Gouverneur Impérial de la planète Garos IV. Son père adoptif n’est pas au courant qu’en secret, elle fait partie d’un groupe de rebelles.
Titre original : *A Glimmer of Hope*

Une forme de vie

Quotidiennement sollicitée par du courrier de ses lecteurs, Amélie va un jour tomber sur une lettre inattendue… Un G.I coincé en Irak l’appelle au secours pour tenter de survivre dans cette drôle de guerre. Pour se rebeller, ce white trash se goinfre de junk-food, arborant sa graisse comme une amoureuse enveloppante. Mue par son instinct de Saint-Bernard, l’écrivain lui répond en lui parlant de body-art. S’ensuit une relation épistolaire étrange…

Un serpent dans l’ombre

Londres, novembre 1978.
Quelque part dans la ville, une femme meurt dans un caniveau débordant de pluie. Elle était noire, elle s’appelait Annie, Annie la folle. Ses voisins la méprisaient et sa mort passerait donc totalement inaperçue si la jeune femme qui la découvre alors qu’elle agonise n’était persuadée, apparemment contre toute logique, qu’Annie a été assassinée. Et ne s’acharnait pendant les 20 années qui vont suivre à rechercher la vérité.                     

L’un ou l’autre – Trilogie Twain, t2

— L’Un ou l’Autre… Qu’est-ce que c’est ?
— Vous n’avez pas entendu parler de la Trilogie Twain ?
— Euh, non…
Les jolis yeux de la libraire pétillent.
— C’est une série policière à l’américaine. René et Renée Twain, des jumeaux un peu… spéciaux, vivent à Tourmens, une ville complètement fliquée par un maire mégalomane, Francis Esterhazy. Pendant la première saison, Un pour deux, ils déjouent un complot abominable. Au début de la deuxième, l’horrible Esterhazy leur demande d’enquêter pour lui. Et comme il connaît leur secret… Non, je ne vais pas vous le révéler, ça serait un crime… Il faut que vous regardiez !
— Dites-moi, j’ignorais que vous vendiez des séries télévisées…
— Seulement quand ce sont de bons romans, répond la libraire avec un sourire charmant.

Après Un pour deux¸ ce deuxième volet de la Trilogie Twain (qui se conclura avec Deux pour tous, à paraître dans quelques semaines) se joue des codes de la narration pour raconter les aventures d’un frère et d’une sœur hors du commun, en quête de leurs origines et du plus vieux rêve de l’humanité.

(source: Bol.com)

D’un monde à l’autre

La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre par accident dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là, des créatures menaçantes, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme décisive dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Epaulée par le maître d’armes de l’empereur et un vieil érudit, Camille parviendra-t-elle à maîtriser son pouvoir ?

Un amoureux pour Mia

Ce n’est déjà pas facile d’être à la fois lycéenne à New York et princesse héritière de la principauté de Genovia. Voilà qu’en plus, Mia est amoureuse du frère de sa meilleure amie, Michael, qui ne semble pas du tout s’intéresser à elle… Que faire ? Se désespérer, faire semblant de s’intéresser à Kenny pour rendre Michael jaloux ? Renoncer ? Mais une Princesse ne renonce jamais !

L’Ultime Prophétie

Zonama Sekot détient la clé de la fin de la sanglante guerre entre les envahisseurs Yuuzhan Vong et l’Alliance Galactique. Alors que Luke Skywalker négocie une alliance avec la planète vivante, les Vong, de leurs côtés, ont réussis à capturer un vaisseau organique construit sur cette dernière. La Modeleuse Nen Yim est chargée de l’étude de l’appareil afin de découvrir quels sont les mystères de ce monde. Mais se sont les secrets de ces ancêtres qu’est sur le point de déterrer sans le savoir la scientifique. Au même moment, le général Wedge Antilles mène une campagne pour reprendre le système de Bilbringi tandis que la jeune Jedi Tahiri Veila, dont la nouvelle personnalité inquiète encore, fais une promesse à un Vong, mourant, de la caste des Honteux. 

L’Ultime Auberge

Dans un ultime effort artistique, un écrivain gravement malade conçoit un texte dont la réalisation est constamment mise en difficulté, entravée. En livrant, avec une sincérité radicale et une lucidité sans faille, ses réflexions politiques, l’enfer de sa maladie, ses pensées intimes, sa vie recluse, les épreuves de son mariage et les fragments littéraires qu’il parvient malgré tout à extirper, cet artiste refuse d’exister dans ce qu’il appelle le “Jardin des trivialités”. Le style, l’ironie et la férocité de l’ensemble boule-versent toutes nos certitudes – sauf celle que l’art triomphe. Imre Kertész transforme ici le “duel” entre sa maladie de Parkinson et l’écriture d’un nouveau roman en une oeuvre autofictionnelle sublime et poignante. Le Prix Nobel de littérature témoigne ainsi jusqu’au bout du combat de l’individu pour sa dignité dans des circonstances extrêmes.
**
### Présentation de l’éditeur
Dans un ultime effort artistique, un écrivain gravement malade conçoit un texte dont la réalisation est constamment mise en difficulté, entravée. En livrant, avec une sincérité radicale et une lucidité sans faille, ses réflexions politiques, l’enfer de sa maladie, ses pensées intimes, sa vie recluse, les épreuves de son mariage et les fragments littéraires qu’il parvient malgré tout à extirper, cet artiste refuse d’exister dans ce qu’il appelle le “Jardin des trivialités”. Le style, l’ironie et la férocité de l’ensemble boule-versent toutes nos certitudes – sauf celle que l’art triomphe. Imre Kertész transforme ici le “duel” entre sa maladie de Parkinson et l’écriture d’un nouveau roman en une oeuvre autofictionnelle sublime et poignante. Le Prix Nobel de littérature témoigne ainsi jusqu’au bout du combat de l’individu pour sa dignité dans des circonstances extrêmes.
### Biographie de l’auteur
Prix Nobel de littérature en 2002, Imre Kertész est né le 9 novembre 1929 dans une famille juive modeste de Budapest. Déporté à l’âge de quinze ans à Auschwitz, il est ensuite transféré à Buchenwald puis au camp de travail de Zeitz. Son expérience des camps de concentration le marque profondément et imprègne toute son oeuvre, sans pour autant qu’elle ne s’y limite. Refusant tout nationalisme, Imre Kertész se décrit lui-même comme un juif européen et vit avec sa femme à Budapest sans pour autant sortir de son appartement. Gravement atteint de la maladie de Parkinson, il a dû en effet renoncer en 2013 à son choix de vivre à Berlin où il s’était établi en 2002. En perpétuel conflit avec les instances politiques de sa patrie, il a pourtant reçu, en 2014, la plus haute distinction hongroise. Son oeuvre a été récompensée par de très nombreux prix européens. En France, Imre Kertész est publié par Actes Sud.

Uglies

Qu’elle va être belle la vie quand Tally Youngblood aura seize ans. Après l’opération, elle ira chez les Pretties. Parce que la vie à Uglyville, ce n’est rien comparé à celle qui l’attend à New Pretty Town. Dans ce futur éloigné, les gens sont normaux jusqu’à seize ans. On les rend parfaits ensuite. Évidemment, ils ont alors tendance à tous se ressembler, parce qu’une fois qu’on a défini la perfection, on s’y tient. Et dans ce beau monde uniformisé, paradis high-tech, Tally se mariera et ira habiter en banlieue pour y perpétuer le cycle « vertueux». Mais cette société idyllique n’a-t-elle pas oublié quelque chose ? Et est-elle si parfaite ? Tally devra attendre pour s’en assurer : son amie, Shay, a pris la poudre d’escampette. Plus question d’opération tant qu’elle ne l’aura pas ramenée. Un récit plein d’intelligence et d’originalité.