6225–6240 di 58888 risultati

À vol d’oiseau

Le shérif Walt Longmire doit mener à bien une affaire des plus importantes : marier sa fille unique, Cady. Mais pendant les préparatifs de la cérémonie Walt et son ami Henry Standing Bear sont les témoins d’un étrange suicide. Audrey Plain Feather s’est jetée de la falaise avec son fils dans les bras. Si l’enfant est miraculeusement sain et sauf, il apparaît rapidement que cette mort est un meurtre déguisé. Walt se retrouve aux prises avec la nouvelle chef de la police tribale, la très belle et très zélée Lolo Long, et pour compliquer encore leurs relations, le FBI débarque en force pour suivre l’affaire. Une chasse à l’homme s’engage, qui mènera le shérif au plus profond de la réserve indienne avec pour guides un mystérieux corbeau et la sagesse des anciens.
Dans ce nouvel opus trépidant des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson nous entraîne au cœur du monde cheyenne. Entre mariage et course-poursuite, il n’y a pas de repos pour les braves.

À travers champs

Avec les **Editions MARQUES**, venez découvrir ou redécouvrir les grands classiques optimisés pour vos liseuses et applications électroniques. Une publication de qualité par des professionnels de l’édition.
Les éditions MARQUES présentent **”À travers champs”**, d’Henry Gréville édité en **texte intégral**.
*Présentation de l’éditeur*
Henry Gréville, pseudonyme de Alice Marie Céleste Durand née Fleury (1842-1902), a publié de nombreux romans, des nouvelles, des pièces, de la poésie ; elle a été à son époque un écrivain à succès.
*Extrait :*
Maxime Orianof, au contraire, était plein de verdeur et de sève, actif, résolu, enthousiaste même, non pour la poésie pure, mais pour la poésie de la science et du labeur. Intolérant d’ailleurs, comme on l’est à vingt-quatre ans, il s’indignait que les hommes ne fussent pas devenus parfaits tout de suite, puisqu’on leur en avait enseigné le moyen. Par une inconséquence toute naturelle, il était loin d’être parfait lui-même, Dieu merci ! — rien d’insupportable comme les gens parfaits ; — et quand Souratine lui prouvait jusqu’à l’évidence qu’il faisait vingt fois par jour ce qu’il avait blâmé dans les autres, il répondait : « Fais ce que je dis et non ce que je fais. »

À toute épreuve

Beau, intelligent, sensible : Jared avait tout du prince charmant.
Pourtant, il ne se présente pas au rendez-vous qu’Ema – qui a fait sa connaissance par Internet – lui a fixé. Face au mystère de cet amour qui, aussitôt rencontré, se volatilise, Ema peut compter sur un ami de poids : Mickey Bolitar.
D’abord sceptique, Mickey va se laisser convaincre par Ema de mener l’enquête.
Et les faits vont leur donner raison : deux nouvelles disparitions de jeunes, stars de l’équipe de basket dont fait partie Mickey, viennent ébranler le lycée.
Secoué par la mort de son père qui demeure irrésolue, forcé d’emménager chez son oncle Myron Bolitar, Mickey, isolé, laisse parler son instinct : ces événements sont liés.
S’il ne découvre pas rapidement qui en est responsable, cette affaire risque fort d’être la dernière de sa jeune existence.

(source: Bol.com)

A Rude école

Fin 1772. Bolitho à seize ans à l’heure de son deuxième embarquement. C’est sur le Gorgone, imposant vaisseau de soixante-quatorze canons qui appareille pour une destination inconnue, que le « petit » Richard fera son rude apprentissage : promiscuité des entreponts, brutalité des maîtres d’équipage, peur au ventre à l’heure des manœuvres dans les voilures quand le gros temps malmène le navire… Tout cela ne serait rien sans les coups tordus qui gangrènent le quotidien et aguerrissent les plus tendres. Le « petit » deviendra grand et ceux qui le cherchent ne tarderont pas à le comprendre…

A quoi rêvent les loups

###
À quoi rêvent les loups raconte un itinéraire insensé, et pourtant presque banal, aujourd’hui, en AlgérieNous sommes à la fin des années 80. Nafa Walid est un jeune Algérois d’origine très modeste qui rêve d’une très improbable carrière d’acteur international. En attendant la gloire, il devient chauffeur de l’une des plus prestigieuses familles d’Alger. Il découvre du même coup l’univers totalement corrompu de la nomenklatura algérienne. Pour ces gens riches au-delà de l’imaginable, les lois communes ne s’appliquent pas. Naja va en faire la très cruelle expérience.Une nuit, on lui donne l’ordre de faire disparaître le cadavre d’une adolescente morte d’une overdose dans le lit du fils de la maison. S’il refuse, c’est lui qui sera accusé de meurtre et il sera condamné car jamais la police ni la justice n’oseront s’attaquer à une famille aussi influente. Terrorisé, Nafa obéit mais cette nuit d’horreur le fait tomber dans un mécanisme qui va le broyer et le conduire, quelques années de cauchemar plus tard, à égorger un bébé.Parce que des hommes totalement corrompus l’ont humilié et lui ont fait perdre le respect de lui-même.Parce que les Islamistes qui recrutaient à tour de bras dans cet énorme réservoir de jeunes gens vulnérables ont su l’accueillir et lui donner le sentiment que sa vie pouvait avoir un sens.Parce que les fanatiques musulmans qui prêchaient la guerre totale contre le pouvoir ont su jouer sur tous les ressorts de sa virilité et l’ont convaincu de céder à la tentation de la violence.Parce que la confusion mentale dans laquelle il était plongé l’a conduit à s’opposer à ses parents, à sa famille, à ses amis et à perdre tous ses repères.Parce que la guerre civile qui a opposé les militaires algériens et les bandes armées islamistes a été d’une violence et d’une sauvagerie incroyables, l’abominable est devenu concevable et il l’a commis.Les Agneaux du seigneur (Julliard, 1998) ont révélé en Khadra un écrivain visionnaire. Un souffle épique donne à son œuvre une dimension universelle.
**
### Sinossi
À quoi rêvent les loups raconte un itinéraire insensé, et pourtant presque banal, aujourd’hui, en AlgérieNous sommes à la fin des années 80. Nafa Walid est un jeune Algérois d’origine très modeste qui rêve d’une très improbable carrière d’acteur international. En attendant la gloire, il devient chauffeur de l’une des plus prestigieuses familles d’Alger. Il découvre du même coup l’univers totalement corrompu de la nomenklatura algérienne. Pour ces gens riches au-delà de l’imaginable, les lois communes ne s’appliquent pas. Naja va en faire la très cruelle expérience.Une nuit, on lui donne l’ordre de faire disparaître le cadavre d’une adolescente morte d’une overdose dans le lit du fils de la maison. S’il refuse, c’est lui qui sera accusé de meurtre et il sera condamné car jamais la police ni la justice n’oseront s’attaquer à une famille aussi influente. Terrorisé, Nafa obéit mais cette nuit d’horreur le fait tomber dans un mécanisme qui va le broyer et le conduire, quelques années de cauchemar plus tard, à égorger un bébé.Parce que des hommes totalement corrompus l’ont humilié et lui ont fait perdre le respect de lui-même.Parce que les Islamistes qui recrutaient à tour de bras dans cet énorme réservoir de jeunes gens vulnérables ont su l’accueillir et lui donner le sentiment que sa vie pouvait avoir un sens.Parce que les fanatiques musulmans qui prêchaient la guerre totale contre le pouvoir ont su jouer sur tous les ressorts de sa virilité et l’ont convaincu de céder à la tentation de la violence.Parce que la confusion mentale dans laquelle il était plongé l’a conduit à s’opposer à ses parents, à sa famille, à ses amis et à perdre tous ses repères.Parce que la guerre civile qui a opposé les militaires algériens et les bandes armées islamistes a été d’une violence et d’une sauvagerie incroyables, l’abominable est devenu concevable et il l’a commis.Les Agneaux du seigneur (Julliard, 1998) ont révélé en Khadra un écrivain visionnaire. Un souffle épique donne à son œuvre une dimension universelle.
### L’autore
Contraint de garder l’anonymat pour sa sécurité, caché “quelque part en Algérie”, Yasmina Khadra a écrit trois romans policiers, ce qui lui vaut d’être aujourd’hui “le pseudonyme le plus recherché” par les islamistes de son pays.

A propos de Dieu

Face au mystère de la vie et de la mort, face à l’angoisse existentielle, l’homme choisit généralement son camp ou bien il écarte toute notion de Dieu, considérant la vie comme une mécanique régie par les lois naturelles communes à toutes les espèces vivantes, ou bien il se tourne vers la foi et une tradition religieuse. Il arrive que ces deux attitudes alternent au gré des aléas de la vie. Dans A propos de Dieu, Krishnamurti analyse très finement les racines de la croyance, expose les déviances des traditions religieuses, démontre la vanité de toute quête d’une connaissance de ” l’inconnaissable “. Sans se résigner pour autant ni au matérialisme desséchant ni au désespoir, il ouvre une troisième voie, originale, rigoureuse sans être austère : il existe, dit-il, un autre type d'” esprit religieux “, qui n’est asservi à aucune tradition, à aucun gourou ; il faut cesser de passer par l’intellect ou la foi aveugle pour être enfin ” radicalement libre ” de faire l’expérience de la réalité, de la vérité, de la félicité suprêmes. L’esprit religieux tel que le conçoit Krishnamurti est la perception directe du sacré sans adhésion à aucun dogme religieux.

A même la peau

Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d’intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l’assassin a déposé une rose.

L’inspectrice D.D. Warren, chargée de l’enquête, décèle vite une similitude entre ces mises en scène macabres et une longue série de meurtres ayant défrayé la chronique à Boston quarante ans plus tôt et dont l’auteur, Harry Day, s’est suicidé depuis.

Seul recours pour D.D. Warren : se rapprocher des deux filles de Harry Day. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les récents crimes et Shana et Adeline ? Pour le savoir, D.D. Warren va devoir se confronter à cette interrogation : peut-on échapper à son destin lorsqu’il est marqué du sceau de la mort ?

Une plongée stupéfiante au coeur d’un enfer familial : Lisa Gardner s’impose définitivement comme une virtuose du thriller psychologique.

(source: Bol.com)

A La Recherche De La Cité Perdue

Kurt Austin, le chef des opérations spéciales de la NUMA, en mission de routine dans un glacier alpin, retrouve l’épave d’un avion de la Première Guerre mondiale et un casque couvert d’inscriptions mystérieuses… Bientôt, des événements inquiétants se succèdent : en Grèce, un scientifique, Angus MacLean, est kidnappé alors qu’il cherchait à s’enfuir après la mort suspecte de tous les chercheurs de son équipe ; sur les îles Orcades, au large de l’Ecosse, des concurrents d’un jeu télévisé sont victimes de créatures mutantes ; dans les profondeurs de l’océan Arctique, des biologistes découvrent une nouvelle algue qui pourrait prolonger l’espérance de vie de l’humanité… ou assécher les océans du monde entier. Une fois encore, l’équipe de la NUMA nous entraîne dans une aventure palpitante, aux enjeux décisifs pour notre planète.

A la lumière du petit matin

**Peut-on être heureux quand on se ment à soi-même ?**
À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter jusqu’au jour où le destin la fait trébucher. Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?
**
### Sinossi
**Peut-on être heureux quand on se ment à soi-même ?**
À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter jusqu’au jour où le destin la fait trébucher. Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?
### Dalla seconda/terza di copertina
Peut-on être heureux quand on se ment à soi-même ?
À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter. Jusqu’au jour où le destin la fait trébucher… Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?

a la conquete d’amanda T2

Je m’appelle Amanda Calhoun et j’ai 27 ans. On me dit énergique, gaie, volontaire et pleine d’humour. D’aucuns me reprochent mon côté sophistiqué, hyper professionnel, mais il est vrai que mon métier m’oblige à cultiver une apparence impeccable : je travaille dans un hôtel de Bay Harbor, le Bay Watch. Mon ambition secrète est de diriger l’établissement très select que Trenton, le fiancé de ma soeur Catherine, va aménager dans une aile des Tours. On me reproche aussi ma manie de faire des listes en toute occasion et de vouloir mettre le monde en fiches. Que voulez-vous ? J’aime l’efficacité… Et l’amour ? Comme ma soeur Catherine, je n’y ai guère songé. A la vérité, le mariage, et tout ce qui va avec, figure en bas de la liste – oh, pardon ! – de mes priorités… Le fait que tante Coco ait vu dans le marc de café que Sloan O’Riley était l’homme de ma vie a de quoi faire sourire. Pourquoi irais-je m’embarrasser de ce faux cow-boy, architecte de son état ?

A l’orée du verger

En 1838, dans l’Ohio, les fièvres ne font pas de cadeau. À chaque début d’hiver, James Goodenough creuse de petites tombes en prévision des mauvais jours. Et à chaque fin d’hiver, une nouvelle croix vient orner le bout de verger qui fait péniblement vivre cette famille de cultivateurs de pommes originaires du Connecticut. Mais la fièvre n’est pas le seul fléau qui menace les Goodenough : l’alcool a fait sombrer Sadie, la mère, qui parle à ses enfants disparus quand elle ne tape pas sur ceux qui restent ; les caprices du temps condamnent régulièrement les récoltes de James, et les rumeurs dont bruisse le village de Black Swamp pointent du doigt cette famille d’étrangers.
Heureusement, la visite de John Chapman, figure majeure de l’introduction des pommiers dans l’Ohio, la saveur d’une pomme mûre à point et la solidarité qui peut unir deux enfants partageant le même sort éclairent parfois l’existence de Martha et Robert Goodenough.
Des années et un drame plus tard, frère et sœur sont séparés. Robert a quitté l’Ohio pour tenter sa chance dans l’Ouest. Il sera garçon de ferme, mineur, orpailleur, puis il renouera avec l’amour des arbres que son père lui a donné en héritage. Au fin fond de la Californie, auprès d’un exportateur anglais fantasque, Robert participe à une activité commerciale qui prendra bientôt son essor : il prélève des pousses de séquoias géants pour les envoyer aux amateurs du Vieux Monde. Auprès de Molly, cuisinière le jour, fille de joie la nuit, il réapprend le langage de la tendresse. De son côté, pendant toutes ces années, Martha n’a eu qu’un rêve : quitter sa prison mentale de Black Swamp et traverser les États-Unis à la recherche de son frère.
Avec la précision et le sens du romanesque qui ont fait sa marque de fabrique,Tracy Chevalier plonge les mains dans l’histoire des pionniers et dans celle, méconnue, des arbres : de la culture des pommiers au commerce des arbres millénaires de la Californie. Mêlant personnages historiques et fictionnels, À l’orée du verger rend hommage à ces hommes et ces femmes qui ont construit les États-Unis.

À l’honneur ce jour-là

Nous sommes à l’automne de 1805 et Nelson s’apprête à tendre aux Français le piège que l’on sait au large du cap Trafalgar… Bolitho à Trafalgar ? Pas tout à fait, mais pas loin. On signale en Méditerranée la présence d’une escadre espagnole toute prête à secourir les Français coincés à Cadix. Bolitho n’assistera pas à la grande bataille ourdie par Nelson… mais contribuera de loin à la victoire en affrontant avec ses pauvres forces un ennemi qu’on n’attendait pas – et y perdra son vieil et fidèle Hyperion, coulé sous lui. Absent ” ce jour-là “- mais à l’honneur quand même.