5457–5472 di 74503 risultati

101 Textures in Colored Pencil

**Get a feel for your art–literally! *101 Textures in Colored Pencil*  teaches you every technique you’ll need to give your colored-pencil drawings realistic, palpable texture.**
There has never been a better time to master textures! Knowing how to make your surfaces and textures look real is one of the **most challenging aspects of creating art** in colored pencil, even for experienced artists.  *101 Textures in Colored Pencil* provides artists with **step-by-step instructions** for drawing a wide variety of the most common textures and surfaces, including sand, water, metals, foliage, wood, fabrics, stone, grass, hair, and many more. **
Each page is a comprehensive resource on **how to create a specific texture** , complete with two to three easy-to-follow steps and a final, detailed image of the finished artwork. Plus, the book is organized into sections based on subject matter, making finding what exactly you need a breeze. Don’t put your artistic endeavors on hold! **
### Sinossi
**Get a feel for your art–literally! *101 Textures in Colored Pencil*  teaches you every technique you’ll need to give your colored-pencil drawings realistic, palpable texture.**
There has never been a better time to master textures! Knowing how to make your surfaces and textures look real is one of the **most challenging aspects of creating art** in colored pencil, even for experienced artists.  *101 Textures in Colored Pencil* provides artists with **step-by-step instructions** for drawing a wide variety of the most common textures and surfaces, including sand, water, metals, foliage, wood, fabrics, stone, grass, hair, and many more. **
Each page is a comprehensive resource on **how to create a specific texture** , complete with two to three easy-to-follow steps and a final, detailed image of the finished artwork. Plus, the book is organized into sections based on subject matter, making finding what exactly you need a breeze. Don’t put your artistic endeavors on hold!
### L’autore
**Denise Howard** has earned regional, national, and international awards for her colored pencil drawings. She has been featured in *Colored Pencil Magazine* and *Ann Kullberg’s COLOR Magazine* , has work published in several books, and is a signature member of the Colored Pencil Society of America, the UK Colored Pencil Society, and the Pencil Art Society.

White

**Own it, snowflakes: you’ve *lost* everything you claim to hold dear.**
*White* is Bret Easton Ellis’s first work of nonfiction. Already the bad boy of American literature, from *Less Than Zero*  to  *American Psycho* , Ellis has also earned the wrath of right-thinking people everywhere with his provocations on social media, and here he escalates his admonishment of received truths as expressed by today’s version of “the left.” Eschewing convention, he embraces views that will make many in literary and media communities cringe, as he takes aim at the relentless anti-Trump fixation, coastal elites, corporate censorship, Hollywood, identity politics, Generation Wuss, “woke” cultural watchdogs, the obfuscation of ideals once both cherished and clear, and the fugue state of American democracy. In a young century marked by hysterical correctness and obsessive fervency on both sides of an aisle that’s taken on the scale of the Grand Canyon,  *White*  is a clarion call for freedom of speech and artistic freedom.
**
“The central tension in Ellis’s art—or his life, for that matter—is that while [his] aesthetic is the cool reserve of his native California, detachment over ideology, he can’t stop generating heat…. He’s hard-wired to break furniture.”—Karen Heller, *The Washington Post*
**
“Sweating with rage . . . humming with paranoia.”—Anna Leszkiewicz,  *The Guardian*
**
“Snowflakes on both coasts in withdrawal from Rachel Maddow’s nightly Kremlinology lesson can purchase a whole book to inspire paroxysms of rage . . . a veritable thirst trap for the easily microaggressed. It’s all here. Rants about Trump derangement syndrome; MSNBC; #MeToo; safe spaces.”—Bari Weiss *, The New York Times*
** **
### Sinossi
**Own it, snowflakes: you’ve *lost* everything you claim to hold dear.**
*White* is Bret Easton Ellis’s first work of nonfiction. Already the bad boy of American literature, from *Less Than Zero*  to  *American Psycho* , Ellis has also earned the wrath of right-thinking people everywhere with his provocations on social media, and here he escalates his admonishment of received truths as expressed by today’s version of “the left.” Eschewing convention, he embraces views that will make many in literary and media communities cringe, as he takes aim at the relentless anti-Trump fixation, coastal elites, corporate censorship, Hollywood, identity politics, Generation Wuss, “woke” cultural watchdogs, the obfuscation of ideals once both cherished and clear, and the fugue state of American democracy. In a young century marked by hysterical correctness and obsessive fervency on both sides of an aisle that’s taken on the scale of the Grand Canyon,  *White*  is a clarion call for freedom of speech and artistic freedom.
**
“The central tension in Ellis’s art—or his life, for that matter—is that while [his] aesthetic is the cool reserve of his native California, detachment over ideology, he can’t stop generating heat…. He’s hard-wired to break furniture.”—Karen Heller, *The Washington Post*
**
“Sweating with rage . . . humming with paranoia.”—Anna Leszkiewicz,  *The Guardian*
**
“Snowflakes on both coasts in withdrawal from Rachel Maddow’s nightly Kremlinology lesson can purchase a whole book to inspire paroxysms of rage . . . a veritable thirst trap for the easily microaggressed. It’s all here. Rants about Trump derangement syndrome; MSNBC; #MeToo; safe spaces.”—Bari Weiss *, The New York Times*
**
### Dalla seconda/terza di copertina
Combining personal reflection and social observation, Bret Easton Ellis’s first work of nonfiction is an incendiary polemic about this young century’s failings, e-driven and otherwise, and at once an example, definition, and defense of what “freedom of speech” truly means. Bret Easton Ellis has wrestled with the double-edged sword of fame and notoriety for more than thirty years now, since Less Than Zero catapulted him into the limelight in 1985, earning him devoted fans and, perhaps, even fiercer enemies. An enigmatic figure who has always gone against the grain and refused categorization, he captured the depravity of the eighties with one of contemporary literature’s most polarizing characters, American Psycho’s iconic, terrifying Patrick Bateman, and received plentiful death threats in the bargain. In recent years, his candor and gallows humor on both Twitter and his podcast have continued his legacy as someone determined to speak the truth, however painful it might be, and whom people accordingly either love or love to hate. He encounters various positions and voices controversial opinions, more often than not fighting the status quo. Now, in White, with the same originality displayed in his fiction, Ellis pours himself out onto the page and, in doing so, eviscerates the perceived good that the social-media age has wrought, starting with the dangerous cult of likeability. White is both a denunciation of censorship, particularly the self-inflicted sort committed in hopes of being “accepted,” and a bracing view of a life devoted to authenticity. Provocative, incisive, funny, and surprisingly poignant, White reveals not only what is visible on the glittering, pristine surface but also the riotous truths that are hidden underneath.

Vie Est Belle

Et, direz-vous, pourquoi faire rire d’une chose aussi tragique, de la plus grande horreur du siècle ? Mais parce que c’est une histoire dédramatisée, un film dédramatisé. Parce que la vie est belle, et que le germe de l’espoir se niche jusque dans l’horreur; il y a quelque chose qui résiste à tout, à quelque destruction que ce soit. Le rire nous sauve; voir l’autre côté des choses, le côté surréel, amusant, ou parvenir à l’imaginer, nous empêche de nous briser, d’être emportés comme des fétus, nous aide à résister pour réussir à passer la nuit, même lorsqu’elle paraît longue. Et l’on peut, après tout, faire rire sans blesser personne : il existe toute une tradition d’humour juif particulièrement téméraire à cet égard.

Une présence idéale

Ils sont médecin, interne, infirmier, brancardier, mais aussi esthéticienne, musicienne, lectrice bénévole. À l’hôpital, un à un, ils prennent la parole pour raconter les patients et les familles qui les ont marqués, les liens subtils qu’ils ont noués, les dilemmes auxquels ils ont été confrontés. Par petites touches, ils décrivent la vie au jour le jour quand il s’agit d’apporter des soins au corps, mais aussi à l’âme de ceux qui leur sont confiés au sein de cette unité différente des autres – celle des soins palliatifs. Les malades, ici, ne guériront pas, et les soignants s’efforcent de trouver non la distance idéale, mais la présence idéale auprès d’eux. Car ils ont cette vocation singulière : apaiser ceux qui partent, réconforter ceux qui restent. En côtoyant la mort au plus près, Eduardo Berti parvient, avec une sobriété et une simplicité exemplaires, à dire ce qu’est la vie. Et livre, avec ce vibrant hommage aux soignants, un magnifique portrait de la condition humaine.

Une mort qui en vaut la peine

Après *Le Diable, tout le temps* , couronné par de nombreux prix, Donald Ray Pollock revient avec une fresque grinçante à l’humour très noir.
1917\. Quelque part entre la Géorgie et l’Alabama. Le vieux Jewett, veuf et récemment exproprié de sa ferme, mène une existence de misère avec ses fils Cane, Cob et Chimney, à qui il promet le paradis en échange de leur labeur. À sa mort, inspirés par le héros d’un roman à quatre sous, les trois frères enfourchent leurs chevaux, décidés à troquer leur condition d’ouvriers agricoles contre celle de braqueurs de banque. Mais rien ne se passe comme prévu et ils se retrouvent avec toute la région lancée à leurs trousses. Et si la belle vie à laquelle ils aspiraient tant se révélait pire que l’enfer auquel ils viennent d’échapper ?
Fidèle au sens du grotesque sudiste de Flannery O’Connor, avec une bonne dose de violence à la Sam Peckinpah mâtiné de Tarantino, cette odyssée sauvage confirme le talent hors norme de Donald Ray Pollock.
*« Pollock : un croisement entre Faulkner et les frères Coen. »* Le Figaro Littéraire **
### Sinossi
Après *Le Diable, tout le temps* , couronné par de nombreux prix, Donald Ray Pollock revient avec une fresque grinçante à l’humour très noir.
1917\. Quelque part entre la Géorgie et l’Alabama. Le vieux Jewett, veuf et récemment exproprié de sa ferme, mène une existence de misère avec ses fils Cane, Cob et Chimney, à qui il promet le paradis en échange de leur labeur. À sa mort, inspirés par le héros d’un roman à quatre sous, les trois frères enfourchent leurs chevaux, décidés à troquer leur condition d’ouvriers agricoles contre celle de braqueurs de banque. Mais rien ne se passe comme prévu et ils se retrouvent avec toute la région lancée à leurs trousses. Et si la belle vie à laquelle ils aspiraient tant se révélait pire que l’enfer auquel ils viennent d’échapper ?
Fidèle au sens du grotesque sudiste de Flannery O’Connor, avec une bonne dose de violence à la Sam Peckinpah mâtiné de Tarantino, cette odyssée sauvage confirme le talent hors norme de Donald Ray Pollock.
*« Pollock : un croisement entre Faulkner et les frères Coen. »* Le Figaro Littéraire
### L’autore
Originaire de l Ohio, Donald Ray Pollock est l auteur de Knockemstiff, un recueil de nouvelles, et du roman Le Diable, tout le temps (Albin Michel, 2012), élu Meilleur livre de l année 2012 par la rédaction de LIRE, et récompensé par le Grand Prix de Littérature policière et le Prix Mystère de la critique.

Une mort obsédante

320pages. in12. broché. Dans ce roman de l’obsession sexuelle, l’angoisse est nourrie par l’incompréhension destructive, le doute, la frayeur et la haine qui s’installent entre des êtres que l’amour avait commencé par rapprocher. Quels fantômes hantent donc Tim Cornish ? A vingt-six ans, quelle faute inexpiable a-t-il bien pu commettre ? C’est dans une grande maison délabrée de la côte du Suffolk, face à la mer, que Tim tente vainement d’exorciser son passé par l’écriture d’un journal intime. Moins de trois années plus tôt, il était encore une jeune homme bien sage qui se croyait peu porté sur le sexe et que tout prédestinait à briller comme un astre au ciel des lettres anglaises. Propulsé brutalement dans les affres d’une passion éphémère pour un paléontologue d’âge mûr du nom d’Ivo Steadman, il s’est mis à haïr son amant au point de profiter d’un naufrage accidentel, lors d’un voyage en Alaska, pour commettre l’irréparable. La conscience de Tim en est à jamais torturée. Qui lui expédie toutes ces lettres anonymes relatant l’histoire de naufragés échoués sur une île déserte ? Qui est véritablement Isabel Winwood, disparue de sa vie après une trop brève liaison qui lui avait fait entrevoir le véritable amour ? Avec cette habileté qu’on lui connaît, Ruth Rendell donne à la normalité un visage étrange, montrant que l’horreur peut jaillir à tout instant autour de nous. Elle orchestre magistralement la succession de ses coups de théâtre pour mieux ménager un dénouement original et parfaitement inattendu.

Une joie féroce

Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l’aime, Jeanne.
Libraire, on l’apprécie parce qu’elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d’eux. A l’image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans qu’il ne se soit jamais préoccupé du sien.
Jeanne bien élevée, polie par l’épreuve, qui demande pardon à tous et salue jusqu’aux réverbères. Jeanne, qui a passé ses jours à s’excuser est brusquement frappée par le mal. « Il y a quelque chose », lui a dit le médecin en découvrant ses examens médicaux. Quelque chose. Pauvre mot. Stupéfaction. Et autour d’elle, tout se fane. Son mari, les autres, sa vie d’avant. En guerre contre ce qui la ronge, elle va prendre les armes. Jamais elle ne s’en serait crue capable. Elle était résignée, la voilà résistante. Jeanne ne murmure plus, ne sourit plus en écoutant les autres. Elle se dresse, gueule, griffe, se bat comme une furie. Elle s’éprend de liberté. Elle découvre l’urgence de vivre, l’insoumission, l’illégalité, le bonheur interdit, une ivresse qu’elle ne soupçonnait pas.
Avec Brigitte la flamboyante, Assia l’écorchée et l’étrange Mélody, trois amies d’affliction, Jeanne la rebelle va détruire le pavillon des cancéreux et élever une joyeuse citadelle.

Une Antigone à Kandahar

Une base américaine de la province de Kandahar en Afghanistan. Au loin, on distingue la silhouette d’une femme enveloppée dans sa burqa. Elle est descendue de la montagne en fauteuil roulant, puisque ses jambes ont été arrachées. Elle vient réclamer le corps de son frère, un chef tribal pachtoun abattu lors d’une offensive lancée contre les Américains.
L’état-major reste méfiant : s’agit-il d’une sœur endeuillée, d’une kamikaze, d’une envoyée des talibans, d’un terroriste travesti en femme ou d’une tentative de diversion ?
Sans jamais prendre parti, l’auteur donne la parole aux différents protagonistes – la jeune femme, l’interprète, le médecin, et plusieurs officiers ou soldats. Il nous permet ainsi de faire l’expérience d’un conflit cruel et absurde, en en révélant toute la complexité. Chaque personnage, quel que soit son camp, est non seulement doté d’une voix, mais également d’un visage, d’une personnalité qui lui est propre.
*Une Antigone à Kandahar* revisite certains grands thèmes de la tragédie grecque tout en s’interrogeant sur les dommages collatéraux de la guerre, l’idéalisme, les valeurs occidentales. Magnifique et magistral.

Underground

**” On roule dans des tunnels de frisson ! “** *Le Parisien*
Le livre:
Le monde du rail est l’obsession de Jarvis. Dans l’ecole londonienne desaffectee ou il vit, pres du metro, il ecrit un livre consacre aux trains. Il en consigne l’histoire, il y sejourne, il en connait les detours, les dangers et l’excitation. Pour assouvir sa passion devorante, Jarvis loue des chambres a des personnages atypiques: une femme qui a abandonne mari et enfant pour tenter sa chance au conservatoire, un violoniste prometteur reduit a jouer dans les stations du metro, et Axel, qui nourrit un noir dessein. Au rythme de drames, de faits divers insolites ou atroces, les vies des personnages qui gravitent autour de Jarvis vont se devoiler et s’entrecroisent dans cet univers qui recele bien des zones d’ombre.
L’auteur:
Ruth Rendell a recu de nombreux prix, notamment un Diamond Dagger pour sa contribution exceptionnelle a la litterature policiere. Quatre prix Golden Dagger lui ont aussi ete remis par l’Association britannique des auteurs de romans policiers, dont un pour Underground, precedemment publie en France sous le titre Le Tapis du roi Salomon. L’association des Mystery Writers of America lui a attribue a trois reprises l’Edgar Award et elle s’est vu decerner l’Ultimate Grand Master Award pour l’ensemble de son oeuvre. Elle est reconnue pour sa perception aigue de la societe anglaise contemporaine. Ruth Rendell vit a Londres, ou elle consacre ses matinees a l’ecriture, et assiste tous les apres-midi aux seances de la Chambre des lords. Elle est particulierement engagee dans la lutte contre l’illettrisme et defend activement les droits des femmes et des enfants.

Under Control

**Il contrôle tout, sauf elle.**
Tyler Cole est respecté, secret et froid.
Rien ni personne ne lui résiste, il impose ses décisions dans chaque aspect de son existence.
Quand Samantha fait irruption dans sa vie, il croit pouvoir la soumettre aux mêmes règles que les autres, l’utiliser et la garder à distance avant de la jeter.
Il n’avait pas prévu qu’elle se révèle être une adversaire à sa mesure… Elle le bouleverse, le trouble et lui donne envie de croire à ses sentiments interdits…
Est-il prêt à baisser les armes pour elle ?
* * *
*Il se place dans mon dos, se collant bien à mes fesses et sort alors mon écharpe fine de sa poche arrière. Il me caresse les bras très délicatement et continue à embrasser mon cou, provoquant une impatience chez moi et une envie pressante de passer aux choses sérieuses, même si je souhaite que tout cela dure encore et encore. Il m’installe le bandeau sur les yeux, me privant ainsi de la possibilité de le voir et m’obligeant ainsi à lui offrir une confiance absolue. C’est à la fois terrifiant et très excitant de se sentir à la merci de quelqu’un.
Comme s’il lisait dans mes pensées, il me dit de sa voix veloutée :
– N’aie pas peur. Je veux que tu lâches prise, Sam. L’expérience d’être privée de la vue te permettra de prendre conscience de tous tes autres sens.
Je le laisse donc me guider jusqu’au lit, où il me fait asseoir sur un haut matelas ferme. Il me laisse quelques secondes ainsi, sans me toucher et alors que je m’apprête à parler, il me met la main sur ma bouche et me glisse à l’oreille :
– Ne te pose pas de questions. Je veux juste que tu te laisses porter par l’instant et fais-moi confiance, tu ne seras pas déçue.*
***Under Control* , de Marie Hayle, histoire intégrale.**

Tu accoucheras dans la douleur

Au lever du jour, George Marshalson est inquiet: sa fille n’est pas rentrée. Il part à sa recherche et découvre son corps à deux pas de la maison familiale.

Peu après, une deuxième jeune fille est assassinée. Ces meurtres sont-ils liés ?

L’inspecteur Wexford, chargé de l’enquête, imagine combien ce serait terrible s’il apprenait que l’une de ses filles a été assassinée. Sylvia, en particulier, a toujours été une source d’inquiétude ! Mère de deux enfants, qu’elle élève seule, elle en attend un troisième, ce qui n’est pas sans provoquer de vives tensions entre Wexford et sa femme.

Il entreprend l’enquête la plus perturbante de sa carrière pour s’assurer que personne d’autre n’accouchera dans la douleur.

Trois filles à lisbonne

Comment notre destin peut-il influencer le parcours de nos vies ? Trois filles partent en voyage à Lisbonne dans l’espoir d’y passer un séjour de rêve.  Elles nous feront visiter cette magnifique ville à travers leurs périples. Mais tout ne va pas se passer (du tout) comme prévu. Grâce à ses amies Magali et Mireille, Julia réalise qu’elle vit depuis des années avec un mythomane. Aura-t-elle le courage de s’ouvrir à un nouvel amour, aussi passionné qu’interdit ?Quant à Clémence, elle subit en silence les attaques sournoises de son mari, un pervers narcissique, en se demandant si elle connaîtra un jour le bonheur. Mais heureusement, la vie leur réservera bien des surprises. « Mieux vaut rater sa chance que de ne pas l’avoir tentée » proverbe chinois. -UNE HISTOIRE FEEL GOOD-

Tout va basculer !

En 2019 deux courbes vont se croiser : celle de la montée des populismes et celle de la crise financière et boursière. La situation est explosive ! Nous basculons dans un autre monde. François Lenglet examine les raisons de cette mutation pour montrer l’émergence d’un nouveau cycle économique et politique : la fin du libéralisme et le retour de l’autoritarisme. Un autoritarisme cousin de celui de l’entre-deux-guerres, entre les traités de 1919, la crise de 1929 puis du début de la Seconde Guerre mondiale en 1939. Partant de ces leçons, François Lenglet nous dessine le monde tel qu’il sera en 2029, et nous permet de nous préparer à tous les dangers.
Une fresque étonnante qui éclaire notre avenir !
François Lenglet est le spécialiste économique du journal de 20h de TF1 et de la matinale de RTL.

The Wicked Deep: La malédiction des Swan Sisters

C’est une histoire de vengeance… Il y a près de deux siècles, Marguerite, Aurora et Hazel Swan, trois jeunes femmes belles, libres et indépendantes, furent accusées de sorcellerie par les habitants de la ville de Sparrow. Des pierres accrochées aux chevilles, les trois sœurs furent noyées. Exécutées. Depuis ce jour, chaque année au mois de juin, les sœurs Swan sortent des eaux de la baie pour choisir trois jeunes filles, trois hôtes. Dans le corps de ces adolescentes, Marguerite, Aurora et Hazel reviennent se venger. Et cette année encore, Penny le sait, alors que les touristes afflueront, on retrouvera des cadavres de jeunes hommes sur la plage… Car cette malédiction, rien ne semble pouvoir l’arrêter.
**Une fiction d’une force envoûtante aux frontières de la sorcellerie et de la magie. Êtes-vous prêts à rencontrer les Swan Sisters.** **
### Présentation de l’éditeur
C’est une histoire de vengeance… Il y a près de deux siècles, Marguerite, Aurora et Hazel Swan, trois jeunes femmes belles, libres et indépendantes, furent accusées de sorcellerie par les habitants de la ville de Sparrow. Des pierres accrochées aux chevilles, les trois sœurs furent noyées. Exécutées. Depuis ce jour, chaque année au mois de juin, les sœurs Swan sortent des eaux de la baie pour choisir trois jeunes filles, trois hôtes. Dans le corps de ces adolescentes, Marguerite, Aurora et Hazel reviennent se venger. Et cette année encore, Penny le sait, alors que les touristes afflueront, on retrouvera des cadavres de jeunes hommes sur la plage… Car cette malédiction, rien ne semble pouvoir l’arrêter.
**Une fiction d’une force envoûtante aux frontières de la sorcellerie et de la magie. Êtes-vous prêts à rencontrer les Swan Sisters.**
### Biographie de l’auteur
Shea Ernshaw vit dans une petite ville de montagne de l’Oregon. Elle partage sa maison avec son époux, un petit chien répondant au nom de Diesel et deux chats
très poilus. Rien ne la rend plus heureuse que de se perdre dans un bon livre ou dans la forêt… ou d’écrire. *The Wicked Deep* est son premier roman.
On peut la retrouver sur sheaernshaw.com.

The Rest of the Story

Un lac mystérieux, une famille oubliée, un été magique…
Emma Saylor regarde son père danser sur la piste, un peu désabusée : elle assiste à son mariage avec une femme adorable, qui leur permet d’échapper enfin aux difficultés qui les poursuivent depuis la mort de sa mère, cinq ans plus tôt, d’une overdose. La jeune fille ne sait pas grand-chose de ce qui est vraiment arrivé. Et, pour pouvoir aller de l’avant, elle aussi, elle aimerait bien connaître… la fin de l’histoire. Or elle n’a plus revu sa grand-mère maternelle ou ses cousins depuis un séjour chez eux quand elle était toute petite. Mais le destin va lui donner un coup de pouce : pendant la lune de miel de son père, elle doit justement passer un mois au bord du lac où vit cette énigmatique famille.
Car si, pour son père, elle est Emma, aux yeux de sa mère, de ses cousins et des amis d’autrefois, en revanche, elle était quelqu’un d’autre – elle était la petite Saylor, même si ce ne fut que le temps d’un été. Et c’est ce passé enfoui qu’elle va redécouvrir comme un trésor. Un parquet qui grince sous ses pas, une odeur familière… Elle qui ne se rappelle pas même le visage de sa grand-mère se rend compte qu’elle connaît cet endroit. Elle retrouve sa cousine, qui joue avec le feu comme la mère d’Emma avant elle, et Roo, le garçon dont elle était inséparable enfant. Tel un détective, elle va remonter le temps en arrière, pour découvrir non seulement qui elle est, mais aussi quelle adolescente a été sa mère. Car avant de tomber amoureuse d’un fils de famille privilégié, celle-ci a perdu son meilleur ami dans un étrange accident de bateau à moteur…
Un roman de Sarah Dessen n’est jamais, jamais une déception. La reine de la fiction young adult observe les mouvements du cœur d’un adolescente dans la tourmente avec une justesse stupéfiante – ce qui fait dire à tout le milieu littéraire aux États-Unis qu’elle est, ni plus ni moins, une rock star. Émotion à fleur de peau et regard acéré sur les choses : venez savourer en sa compagnie une gourmandise à nulle autre pareille…

Terreur au 3e degré

Dans un quartier de San Francisco, la demeure d’un millionnaire explose, laissant trois morts et un message : ” Que la voix du peuple se fasse entendre. ” Quelques jours plus tard, un homme d’affaires est assassiné en d’étranges circonstances. Près de son corps, un nouveau message déclarant la guerre aux agents de la corruption et du profit. Lindsay Boxer, inspectrice de la brigade criminelle, va demander à ses trois amies -Jill, substitut du procureur, Claire, médecin légiste et Cindy, journaliste au Chronicle -de l’aider à démêler l’écheveau des crimes qui se succèdent tous les trois jours, toujours accompagnés de messages, jusqu’au sommet du G8 qui doit se tenir à San Francisco. La terreur s’accroît lorsque l’une des trois amies est à son tour la victime du tueur mystérieux. Un des chefs du FBI, le séduisant Josef Molinari, viendra épauler Lindsay. Elle ne sera pas insensible à son charme ! Dans ce troisième volet de la nouvelle série policière qui met en scène le Women Murder Club, James Patterson, écrivant à quatre mains avec Andrex Gross, mène l’intrigue à son rythme endiablé habituel en multipliant les péripéties et coups de théâtre.