5121–5136 di 75864 risultati

La nuit est mon royaume

Soirée de gala et de retrouvailles à Cornwall, dans le comté de New York : les anciens élèves de la Stonecroft Academy fêtent le vingtième anniversaire de la création de leur club. Parmi les invités d’honneur, l’éminente historienne Jean Sheridan, qui retrouve sa ville natale. Mais le sourire de Jean ne parvient pas à cacher sa tension : elle vient de recevoir des menaces à l’encontre de sa fille. Et lorsqu’elle apprend qu’une des anciennes étudiantes de Stonecroft vient d’être retrouvée noyée dans sa piscine – c’est la cinquième élève à succomber à un décès brutal et mystérieux -, sa peur redouble. D’autant que, autour du buffet, les langues se délient et le passé refait sur-face. Le spectre d’une jeune femme assassinée des années auparavant dans d’étranges circonstances rôde. Et si l’assassin était parmi les invités ? Mary Higgins Clark défie la logique d’un tueur en série. Et nous fait frémir, plus que jamais.

La novice

Tous les novices de la Guilde des magiciens viennent de familles puissantes… sauf Sonea. Mais elle sait bien qu’elle peut se tourner vers ses maîtres Dannyl et Rothen pour leur demander de l’aide. En tout cas, jusqu’à ce que d’infâmes rumeurs commencent à courir sur elle – et qu’Akkarin, le haut seigneur, intervienne. Nommé ambassadeur de la Guilde, le seigneur Dannyl part pour la cour d’Elyne où il entreprend une mission secrète : reprendre la quête que le haut seigneur lui-même entama puis abandonna il y a longtemps, à la recherche d’anciens savoirs magiques. Cependant, ignorant les motivations réelles de sa mission, Dannyl fait bientôt face à des dangers inattendus… Sonea, quant à elle, a presque oublié le sombre secret d’Akkarin ; mais cacher la vérité est peut-être une grave erreur…

La nef du crépuscule

King Shrewd is dead at the hands of his son Regal. As is Fitz—or so his enemies and friends believe. But with the help of his allies and his beast magic, he emerges from the grave, deeply scarred in body and soul. The kingdom also teeters toward ruin: Regal has plundered and abandoned the capital, while the rightful heir, Prince Verity, is lost to his mad quest—perhaps to death. Only Verity’s return—or the heir his princess carries—can save the Six Duchies.

But Fitz will not wait. Driven by loss and bitter memories, he undertakes a quest: to kill Regal. The journey casts him into deep waters, as he discovers wild currents of magic within him—currents that will either drown him or make him something more than he was.
* * *
**Praise for Robin Hobb and *Assassin’s Quest ** *

“Fantasy as it ought to be written . . . Robin Hobb’s books are diamonds in a sea of zircons.” * *—George R. R. Martin**

“An enthralling conclusion to this superb trilogy, displaying an exceptional combination of originality, magic, adventure, character, and drama.” **— *Kirkus Reviews* (starred review) **

“Superbly written, wholly satisfying, unforgettable: better than any fantasy trilogy in print—including mine!” ** —Melanie Rawn**

La naissance des dieux (Version de 1976)

Publié en 1954 aux éditions METAL (sous la seule signature de son mari, dont l’aide lui avait été précieuse, notamment pour la paléontologie), ce premier roman de science-fiction de Nathalie Henneberg présente déjà les caractéristiques de toute l’œuvre : une prodigieuse érudition (notamment pour les noms de fleurs… et de démons) ; un style qui, selon les scènes, a tantôt la préciosité parnassienne, tantôt la vigueur hugolienne, jusque dans la beauté de l’horreur et le mariage du sublime et du grotesque ; enfin cette conviction, partagée avec Catherine Moore, que « chaque mythe a son fond de vérité ». Exilés d’une société décadente, une poignée d’hommes et de femmes très typés fait face au « Chaos de la Genèse », et en fait surgir des êtres humains ou monstrueux au gré de leurs fantasmes, de leurs luttes, de leurs amours, qui prennent dès lors une dimension olympienne et une portée éternelle. Unissant la mythologie antique aux prévisions d’avenir, ce poème épique en prose est animé d’un grand souffle romantique qui tranche avec les halètements sifflants plus communs aujourd’hui. Texte pris sur “www.noosfere.org” en mai 2017

La Naissance des Dieux

« Ainsi, prononça Goetz, avec une solennité étrange, nous serions venus… au cinquième jour de la création ! Nous verrons naître les apparences et les formes… Nous ne procréerons pas : quoi qu’en dise notre camarade, – il est impossible de faire un enfant au brouillard… » Et pourtant… À l’aube de toute religion et de toute histoire, il y a les héros et les dieux. Une théorie moderne veut que les planètes subissent des cycles géologiques : tout chaos est suivi d’une Genèse. Nietzsche a parlé de l’Éternel Retour : Ea-Ohannès des Summeriens qui débarqua « d’un poisson d’argent », les bâtisseurs du Sphynx de Guizeh, les Olympiens d’Homère et les Niebelungen furent des hommes comme nous. Les trois Terriens échappés à une des fins de leur globe : le Savant, l’Astronaute et le Poète créeront donc, dans le sang, les larmes et le rire aussi – car les dieux rient ! – une vie sur GÉA, la mystérieuse planète où palpite une brume-mère. Ils peupleront la forêt de félins et les gouffres de monstres, donneront les lois aux para-hominiens et livreront le combat des Anges. Ils aimeront aussi, car Géa révérera la Vierge-Chasseresse et l’antique Vénus. Et un dernier survivant de l’Ère Atomique leur révélera le secret du monde nouveau. Une rigoureuse hypothèse philosophique sert de base à une épopée. Un souffle wagnérien passe sur les hauteurs où chevauche la Chasse des Morts. Les mythes de l’Hellade revivent sous le soleil rose de Géa, dans sa couronne d’astéroïdes. Telle est « LA NAISSANCE DES DIEUX ».

La mystérieuse affaire de Styles

Tous ceux qui l’entouraient pouvaient tirer profit de la mort de Mrs Ingelthorp, riche maîtresse de la propriété de Styles : son second mari, Alfred Ingelthorp ; ses beaux-enfants, maintenus dans sa dépendance financière ; Cynthia, sa jeune protégée… Et tous auraient pu se procurer la strychnine qui l’a tuée.
Mais pourquoi Hercule Poirot protège-t-il si obstinément Alfred Ingelthorp, alors que celui-ci se défend à peine contre les soupçons grandissants qui pèsent sur lui ? Patience ! Nous ne comprendrons qu’aux dernières pages le subtil jeu de stratégie qui s’est noué entre ces deux hommes, aussi redoutablement intelligents l’un que l’autre.
Dès ce premier roman, publié en 1920 Agatha Christie démontre son extraordinaire habileté à nous tenir en haleine jusqu’au bout, alors même que les circonstances, les personnages, les indices nous sont parfaitement connus. Et surtout, elle campe le duo qui devait faire sa gloire : celui du petit détective belge et son fidèle Hastings.

La mystérieuse affaire de Styles

Tous ceux qui l’entouraient pouvaient tirer profit de la mort de Mrs Ingelthorp, riche maîtresse de la propriété de Styles : son second mari, Alfred Ingelthorp ; ses beaux-enfants, maintenus dans sa dépendance financière ; Cynthia, sa jeune protégée… Et tous auraient pu se procurer la strychnine qui l’a tuée.
Mais pourquoi Hercule Poirot protège-t-il si obstinément Alfred Ingelthorp, alors que celui-ci se défend à peine contre les soupçons grandissants qui pèsent sur lui ? Patience ! Nous ne comprendrons qu’aux dernières pages le subtil jeu de stratégie qui s’est noué entre ces deux hommes, aussi redoutablement intelligents l’un que l’autre.
Dès ce premier roman, publié en 1920 Agatha Christie démontre son extraordinaire habileté à nous tenir en haleine jusqu’au bout, alors même que les circonstances, les personnages, les indices nous sont parfaitement connus. Et surtout, elle campe le duo qui devait faire sa gloire : celui du petit détective belge et son fidèle Hastings.

La Musique française Tome III – Après Debussy

(1943-1944) Ce troisième tome nous offre un panorama de la musique française après Debussy, avec les diverses tendances de la période moderne, jusqu’en 1942 (le présent document est paru en 1943-44).

La Musique française Tome I – De la Marseillaise à la mort de Berlioz

1943-1944 Cette trilogie, promenade musicale et historique, nous montre avec précision l’évolution de la musique au fil des âges, soulignant pour chaque artiste la plus remarquable de ses oeuvres et l’influence qu’a pu avoir son époque et son entourage. Ce premier opus est consacré à la période qui s’étend de la Révolution à Berlioz. Outre des anecdotes sur les musiciens, plusieurs analyses d’oeuvres importantes – en particulier des opéras – nous sont proposées.

La mort n’est pas une fin

Sur les bords du Nil, en Égypte, près de Thèbes, 2 000 ans avant Jésus-Christ. Prêtre de la maison des morts, Imhotep doit veiller à l’entretien du tombeau d’un riche notable. En échange, il a reçu de nombreuses terres et des troupeaux. Ce propriétaire avisé n’a pas confiance dans l’esprit d’initiative de sa progéniture à qui il impose ses décisions. Devenue veuve, sa fille Renisenb revient vivre au domaine familial, et perçoit vite les tensions générées par cette dictature patriarcale. Les choses s’aggravent lorsque Imhotep rentre de Memphis accompagné de Nofret, une beauté de 18 ans présentée comme sa concubine. Le ton monte entre le père et ses fils à qui il reproche de n’avoir pas respecté ses consignes. Lorsqu’il repart régler quelques affaires, Nofret préfère rester seule au sein d’une famille hostile. Elle est jeune, belle et sait fort bien s’y prendre pour devenir riche. Pourtant, cet esprit machiavélique ignore que son attitude va déclencher une série de meurtres.

La mort n’est pas une fin

Sur les bords du Nil, en Égypte, près de Thèbes, 2 000 ans avant Jésus-Christ. Prêtre de la maison des morts, Imhotep doit veiller à l’entretien du tombeau d’un riche notable. En échange, il a reçu de nombreuses terres et des troupeaux. Ce propriétaire avisé n’a pas confiance dans l’esprit d’initiative de sa progéniture à qui il impose ses décisions. Devenue veuve, sa fille Renisenb revient vivre au domaine familial, et perçoit vite les tensions générées par cette dictature patriarcale. Les choses s’aggravent lorsque Imhotep rentre de Memphis accompagné de Nofret, une beauté de 18 ans présentée comme sa concubine. Le ton monte entre le père et ses fils à qui il reproche de n’avoir pas respecté ses consignes. Lorsqu’il repart régler quelques affaires, Nofret préfère rester seule au sein d’une famille hostile. Elle est jeune, belle et sait fort bien s’y prendre pour devenir riche. Pourtant, cet esprit machiavélique ignore que son attitude va déclencher une série de meurtres.

La mort en pantalon rouge

Mesure et bienséance, voilà ce qui compte pour les sujets de sa Gracieuse Majesté la reine Victoria. Et à High Chimneys, on cultive les convenances avec plus de zèle que partout ailleurs. Pourtant Celia et Kate, les deux filles de la maison, semblent oublier depuis peu la réserve qui sied à leur position. Peut-être à raison. Car enfin, vont-elles se contenter de baisser pudiquement les yeux et sortir leur flacon de sels quand un fantôme sème la terreur au domaine? D’autant que l’ectoplasme n’a rien d’une aimable apparition. Foin des chaînes et des plaintes lugubres, ce fantôme-là tue. Et avec l’une des dernières merveilles de la technique: un revolver à cartouches métalliques… Un chef-d’œuvre inédit datant de 1959 par un maître du genre.

La mort de Mécanica

Haletant, Rhodan s’appuya contre le mur du fond, le regard tourné vers le couloir par où il était venu.

La mort entrerait par là. Tout d’abord sous. forme d’air de plus en plus brûlant et asphyxiant, puis de magma liquide…

La mort dans les nuages

Comment lancer un dard empoisonné ? Avec une sarbacane, évidemment, comme le font les Indiens d’Amérique du Sud. Mais, si l’on n’a pas de sarbacane sous la main, n’importe quel tube fera l’affaire. Une flûte, par exemple. Ou un fume-cigarette, s’il est assez long. Et même une pipe kurde en terre cuite… pourquoi pas ? Oui, un quelconque tuyau conviendrait… Voilà qui est bien ennuyeux… Parce que, dans ce cas, tous les passagers sont suspects. N’importe qui dans l’avion peut s’être débarrassé de Mme Giselle de cette façon si particulière. Quelle drôle d’idée, tout de même ! Il y a tant d’autres moyens plus discrets de tuer quelqu’un !