4177–4192 di 74503 risultati

Couche-la dans le muguet

Quatrième de couverture :

Jusque-là, les affaires étaient plutôt calmes aux « Universal Services », organisation qui accepte n’importe quel boulot depuis le dressage de caniches nains jusqu’à la liquidation du maître chanteur qui force un peu trop la note. Mais les gens riches d’Hollywood, ils ont également leurs problèmes, allez ! Et pour découvrir la vérité, il faut parfois escalader des falaises escarpées. Et même de là-haut, tout ça n’est pas beau à voir !

Corbeau 1 – Aile De Corbeau

La cité de Colossaë fut longtemps un havre d’étude pour tous les sorciers. Mais, à repousser toujours plus loin les limites de leurs pouvoirs, ils libérèrent une entité maléfique qu’ils ne purent contenir qu’en sacrifiant leur propre ville. Des cendres de Colossaë naquit alors le peuple des Voyageurs, qui vont à travers le monde pour combattre l’Ombre et veiller à ce que le Traqueur demeure en sa prison. Or, craints de ceux qui redoutent la magie, les clans Voyageurs ont été décimés par les hommes qu’ils ont juré de protéger… Séraphe est l’une des dernières Voyageuses, un Corbeau-Mage, qu’un ancien soldat, Tiér, a sauvée in extremis. Ensemble, ils se sont construit une vie tranquille. Séraphe se sent enfin libérée du fardeau de sa mission. Jusqu’au jour où Tiér disparaît et Séraphe est rattrapée par ses anciens démons. Sa magie lui révèle que les sceaux apposés sur la prison du Traqueur s’affaiblissent de jour en jour. Et elle est désormais la seule qui puisse tenir la promesse faite par ses ancêtres…
### Biographie de l’auteur
Patricia Briggs menait une vie parfaitement ordinaire jusqu’à ce qu’elle apprenne à lire. A partir de là, ses après-midi se déroulèrent à dos de dragon ou à la recherche d’épées magiques, quand ce n’était pas à cheval dans les Rocheuses. Elle travaille actuellement à la suite des aventures de Mercy Thompson, son autre série à succès également disponible chez Milady.

Contes Fantastiques VI

Il est l’auteur de nombreux contes (Märchen en allemand) comme : L’Homme au sable, Les Mines de Falun ou Casse-noisette et le Roi des souris et de plusieurs romans, dont son œuvre principale Le Chat Murr. Il devient alors, dès les années 1820, l’une des illustres figures du romantisme allemand et il inspire de nombreux artistes, en Europe comme dans le reste du monde. Par exemple, Jacques Offenbach écrit l’opéra fantastique en cinq actes Les Contes d’Hoffmann en s’inspirant de l’univers du romantique allemand. Extrait : Comme la veille, un concert et un bal devaient clore les plaisirs de la journée. Le général Rixendorf était déjà au piano, le conseiller de brocard avait le théorbe sous le bras, et la conseillère intime Foerd sa partie de chant à la main. On n’attendait plus que la présence du conseiller Reutlinger, lorsqu’on entendit retentir des cris d’angoisse, et qu’on vit les domestiques courir au fond du jardin. Bientôt ils rapportèrent le conseiller aulique avec les traits bouleversés et pâle comme la mort. Le jardinier l’avait trouvé couché par terre profondément évanoui, non loin du pavillon du petit bois. — Rixendorf se leva précipitamment de devant le piano avec un cri d’effroi. On fit usage aussitôt de spiritueux, et l’on commença par frotter avec de l’eau de Cologne le front du conseiller qu’on avait étendu sur le canapé. Mais l’ambassadeur turc s’empressa d’écarter tout le monde en s’écriant coup sur coup : « Finissez ! finissez ! ô gens ignorants et maladroits ! vous ne faites là qu’affaiblir et irriter en pure perte notre robuste et vaillant conseiller ! » À ces mots, il lança son turban dans le jardin par-dessus toutes les têtes, et le kaftan après. Puis il commença à décrire avec la main autour du conseiller aulique des cercles étranges qu’il rétrécissait graduellement, de telle sorte qu’à la fin il lui touchait presque les tempes et le creux de l’estomac. Puis il souffla son haleine sur le conseiller, qui ouvrit aussitôt les yeux et dit d’une voix faible : « Exter ! tu as eu tort de m’éveiller ! — Une puissance ténébreuse m’a annoncé ma fin prochaine, et peut-être m’était-il accordé de passer à mon insu de cette léthargie au sommeil de la mort.
Ce livre numérique est parfaitement adapté et mis en page pour une lecture agréable sur une liseuse numérique, une tablette, ou un smartphone.
L’ouvrage est accompagné d’un sommaire intéractif vous permettant de circuler aisément à travers le texte.

Contes Fantastiques V

Il est l’auteur de nombreux contes (Märchen en allemand) comme : L’Homme au sable, Les Mines de Falun ou Casse-noisette et le Roi des souris et de plusieurs romans, dont son œuvre principale Le Chat Murr. Il devient alors, dès les années 1820, l’une des illustres figures du romantisme allemand et il inspire de nombreux artistes, en Europe comme dans le reste du monde. Par exemple, Jacques Offenbach écrit l’opéra fantastique en cinq actes Les Contes d’Hoffmann en s’inspirant de l’univers du romantique allemand. Extrait : Il y a dans cette ville un vieillard très extraordinaire, on prétend qu’il est très versé dans les sciences occultes ; pour ma part, je le regarde comme un antiquaire et un chimiste très habile. Je parle ici de l’archiviste Lindhorst. Il vit, comme vous le savez, très solitaire dans sa vieille maison, placée dans un quartier désert, et lorsqu’il n’est pas occupé de ses fonctions, il se tient d’ordinaire dans sa bibliothèque ou son laboratoire, où personne ne peut entrer. Il possède aussi des livres rares, arabes ou coptes en grande partie, et aussi des manuscrits étranges écrits dans une langue inconnue. Il voudrait les faire copier par une personne habile, et il a pour cela besoin d’un homme qui ait l’habitude de dessiner à la plume et puisse reproduire avec la plus grande fidélité tous les traits du parchemin, même les tâches. Il le fera travailler dans une chambre particulière de sa maison et sous sa surveillance, et il s’engage à payer, en outre de la table, un thaler par jour tout le temps que durera la copie. Il promet même un riche cadeau lorsque le tout sera heureusement terminé. Le temps du travail de chaque jour doit être de midi à six heures du soir. De trois à quatre heures on dîne et on se repose. Comme deux jeunes gens ont déjà essayé en vain de copier ces manuscrits, il s’est enfin adressé à moi pour lui trouver un habile dessinateur, et j’ai pensé à vous, mon cher monsieur Anselme, car je sais que vous écrivez très bien et que vous dessinez aussi très agréablement et très purement à la plume. Si vous voulez dans ces temps difficiles, et en attendant une place, gagner chaque jour le thaler et le cadeau à la fin, alors rendez-vous demain à midi précis chez M. l’archiviste, dont vous connaissez sans doute la demeure. Mais gardez-vous de faire la moindre tache d’encre : s’il en tombe une sur la copie, il vous faudra recommencer sans pitié à partir de la première page ; mais si vous tachez l’original, l’archiviste est dans le cas de vous jeter par la fenêtre : car c’est un homme très emporté.
Ce livre numérique est parfaitement adapté et mis en page pour une lecture agréable sur une liseuse numérique, une tablette, ou un smartphone.
L’ouvrage est accompagné d’un sommaire intéractif vous permettant de circuler aisément à travers le texte.

Contes Fantastiques IV

Il est l’auteur de nombreux contes (Märchen en allemand) comme : L’Homme au sable, Les Mines de Falun ou Casse-noisette et le Roi des souris et de plusieurs romans, dont son œuvre principale Le Chat Murr. Il devient alors, dès les années 1820, l’une des illustres figures du romantisme allemand et il inspire de nombreux artistes, en Europe comme dans le reste du monde. Par exemple, Jacques Offenbach écrit l’opéra fantastique en cinq actes Les Contes d’Hoffmann en s’inspirant de l’univers du romantique allemand. Extrait : Les regards qu’à cette époque il commença à lancer à Aurélie pénétrèrent celle-ci d’une horreur secrète dont elle ne pouvait s’expliquer la cause. Pourtant la baronne ne s’était jamais avisée d’entretenir Aurélie de ce qui était relatif à l’étranger. Ce ne fut qu’alors qu’elle lui en apprit le nom, en ajoutant que le baron était un parent éloigné et possesseur d’une fortune colossale. Elle vanta son extérieur, ses bonnes qualités, et finit par demander à Aurélie comment elle le trouvait. Celle-ci ne dissimula point l’aversion qu’elle ressentait pour l’étranger. Là-dessus la baronne la traita de sotte, et lui lança un regard qui la fit trembler. Mais bientôt la baronne eut pour elle plus de bonté que jamais. Aurélie reçut de belles robes, de riches parures de toute espèce, et on lui permit de prendre part aux amusements publics. L’étranger manifestait à Aurélie un désir de plaire et un empressement qui le rendaient de plus en plus insupportable à ses yeux.
Ce livre numérique est parfaitement adapté et mis en page pour une lecture agréable sur une liseuse numérique, une tablette, ou un smartphone.
L’ouvrage est accompagné d’un sommaire intéractif vous permettant de circuler aisément à travers le texte.

Contes fantastiques III

Il est l’auteur de nombreux contes (Märchen en allemand) comme : L’Homme au sable, Les Mines de Falun ou Casse-noisette et le Roi des souris et de plusieurs romans, dont son œuvre principale Le Chat Murr. Il devient alors, dès les années 1820, l’une des illustres figures du romantisme allemand et il inspire de nombreux artistes, en Europe comme dans le reste du monde. Par exemple, Jacques Offenbach écrit l’opéra fantastique en cinq actes Les Contes d’Hoffmann en s’inspirant de l’univers du romantique allemand. Extrait : Ces derniers mots, il les prononça avec cette voix qui exprime les plus effroyables douleurs de l’âme ; je me sentis frappé de la manière la plus singulière ; chacune de ses paroles, l’expression de son visage, le regard qu’il avait lancé au professeur, me mettaient devant les yeux toute l’existence déchirée d’un artiste malheureux. — L’homme pouvait avoir quarante ans au plus ; en dépit de son sale accoutrement de peintre, sa tournure avait quelque chose de fort noble ; et si le chagrin avait décoloré ses traits, il n’avait pas pu éteindre le feu qui brillait dans ses yeux noirs. Je demandai au professeur quel était ce peintre ? — C’est, me dit-il, un artiste étranger qui se trouvait ici justement au temps où la réparation de l’église fut résolue. Il entreprit avec joie le travail que nous lui offrîmes, et, en vérité, son arrivée fut un coup de fortune pour nous ; car nous n’eussions jamais trouvé, ni dans la ville, ni dans les environs, un peintre assez habile pour exécuter ce travail. Au reste, c’est le meilleur homme du monde ; nous l’aimons tous, et il a été accueilli avec plaisir dans le collège. Outre les honoraires que nous lui donnons pour son travail, nous le défrayons de ses dépenses ; mais cette générosité nous coûte fort peu, car il est presque trop sobre, ce qu’il faut attribuer à son état maladif. — Mais, dis-je, il me semble aujourd’hui si sombre, si irrité ! **
### Sinossi
Il est l’auteur de nombreux contes (Märchen en allemand) comme : L’Homme au sable, Les Mines de Falun ou Casse-noisette et le Roi des souris et de plusieurs romans, dont son œuvre principale Le Chat Murr. Il devient alors, dès les années 1820, l’une des illustres figures du romantisme allemand et il inspire de nombreux artistes, en Europe comme dans le reste du monde. Par exemple, Jacques Offenbach écrit l’opéra fantastique en cinq actes Les Contes d’Hoffmann en s’inspirant de l’univers du romantique allemand. Extrait : Ces derniers mots, il les prononça avec cette voix qui exprime les plus effroyables douleurs de l’âme ; je me sentis frappé de la manière la plus singulière ; chacune de ses paroles, l’expression de son visage, le regard qu’il avait lancé au professeur, me mettaient devant les yeux toute l’existence déchirée d’un artiste malheureux. — L’homme pouvait avoir quarante ans au plus ; en dépit de son sale accoutrement de peintre, sa tournure avait quelque chose de fort noble ; et si le chagrin avait décoloré ses traits, il n’avait pas pu éteindre le feu qui brillait dans ses yeux noirs. Je demandai au professeur quel était ce peintre ? — C’est, me dit-il, un artiste étranger qui se trouvait ici justement au temps où la réparation de l’église fut résolue. Il entreprit avec joie le travail que nous lui offrîmes, et, en vérité, son arrivée fut un coup de fortune pour nous ; car nous n’eussions jamais trouvé, ni dans la ville, ni dans les environs, un peintre assez habile pour exécuter ce travail. Au reste, c’est le meilleur homme du monde ; nous l’aimons tous, et il a été accueilli avec plaisir dans le collège. Outre les honoraires que nous lui donnons pour son travail, nous le défrayons de ses dépenses ; mais cette générosité nous coûte fort peu, car il est presque trop sobre, ce qu’il faut attribuer à son état maladif. — Mais, dis-je, il me semble aujourd’hui si sombre, si irrité !

Contes Fantastiques II

Il est l’auteur de nombreux contes (Märchen en allemand) comme : L’Homme au sable, Les Mines de Falun ou Casse-noisette et le Roi des souris et de plusieurs romans, dont son œuvre principale Le Chat Murr. Il devient alors, dès les années 1820, l’une des illustres figures du romantisme allemand et il inspire de nombreux artistes, en Europe comme dans le reste du monde. Par exemple, Jacques Offenbach écrit l’opéra fantastique en cinq actes Les Contes d’Hoffmann en s’inspirant de l’univers du romantique allemand. Extrait : Pendant ce temps, le peuple s’était rassemblé autour du jeune homme que l’on croyait mort, et il se passa une scène singulière. Au moment où on se disposait à l’emporter, une vieille femme couverte de haillons se fit jour à travers la foule, et s’écria : — Laissez-le, laissez-le ; il n’est pas mort ! Elle s’agenouilla alors auprès de lui, posa sa tête sur son sein, et lui frotta doucement le front, en le nommant des noms les plus doux. En contemplant l’affreuse figure ridée de la vieille, qui se penchait sur le charmant visage du jeune homme, dont les traits étaient pâles et immobiles ; en voyant les sales et hideux haillons de la mendiante, qui flottaient sur les riches habits du bel adolescent ; ces mains osseuses et décharnées, qui se promenaient sur ce front blanc et uni, il semblait que ce fût dans les bras de la mort même que reposait cet enfant. Un effroi involontaire s’empara des assistants ; un grand nombre d’entre eux s’éloigna en silence, et il n’en resta que quelques-uns qui le portèrent à une gondole que leur indiqua la vieille mendiante. La barque s’éloigna rapidement et les conduisit tous deux vers une modeste demeure. **
### Sinossi
Il est l’auteur de nombreux contes (Märchen en allemand) comme : L’Homme au sable, Les Mines de Falun ou Casse-noisette et le Roi des souris et de plusieurs romans, dont son œuvre principale Le Chat Murr. Il devient alors, dès les années 1820, l’une des illustres figures du romantisme allemand et il inspire de nombreux artistes, en Europe comme dans le reste du monde. Par exemple, Jacques Offenbach écrit l’opéra fantastique en cinq actes Les Contes d’Hoffmann en s’inspirant de l’univers du romantique allemand. Extrait : Pendant ce temps, le peuple s’était rassemblé autour du jeune homme que l’on croyait mort, et il se passa une scène singulière. Au moment où on se disposait à l’emporter, une vieille femme couverte de haillons se fit jour à travers la foule, et s’écria : — Laissez-le, laissez-le ; il n’est pas mort ! Elle s’agenouilla alors auprès de lui, posa sa tête sur son sein, et lui frotta doucement le front, en le nommant des noms les plus doux. En contemplant l’affreuse figure ridée de la vieille, qui se penchait sur le charmant visage du jeune homme, dont les traits étaient pâles et immobiles ; en voyant les sales et hideux haillons de la mendiante, qui flottaient sur les riches habits du bel adolescent ; ces mains osseuses et décharnées, qui se promenaient sur ce front blanc et uni, il semblait que ce fût dans les bras de la mort même que reposait cet enfant. Un effroi involontaire s’empara des assistants ; un grand nombre d’entre eux s’éloigna en silence, et il n’en resta que quelques-uns qui le portèrent à une gondole que leur indiqua la vieille mendiante. La barque s’éloigna rapidement et les conduisit tous deux vers une modeste demeure.

Contes Fantastiques I

Les poètes eux-mêmes ne passent pas pour être tous les jours braves, depuis qu’Horace a fait l’aveu d’avoir abandonné son bouclier ; mais il n’en était pas ainsi d’Hoffmann. Il était à Dresde à l’époque critique où cette ville, sur le point d’être prise par les Alliés, fut sauvée par le retour soudain de Bonaparte et de sa garde. Il vit alors la guerre de près, et s’aventura plusieurs fois à cinquante pas des tirailleurs français, qui échangeaient leurs balles, en vue de Dresde, avec celles des Alliés. Lors du bombardement de cette ville, une bombe éclata devant la maison où Hoffmann était avec le comédien Keller, le verre à la main, et regardant d’une fenêtre élevée les progrès de l’attaque. L’explosion tua trois personnes, Keller laissa tomber son verre ; mais Hoffmann, après avoir vidé le sien : « Qu’est-ce que la vie ? s’écria-t-il philosophiquement ; et combien est fragile la machine humaine, qui ne peut résister à un éclat de fer brûlant ! » Extrait : Ce violon, me dit Crespel, est un morceau merveilleux d’un artiste inconnu, qui vivait sans doute du temps de Tartini. Je suis convaincu qu’il y a dans sa construction intérieure quelque chose de particulier, et qu’un secret, que je poursuis depuis longtemps, se dévoilera à mes yeux, lorsque je démonterai cet instrument. Riez de ma faiblesse si vous voulez ; mais cet objet inanimé à qui je donne, quand je le veux, la vie et la parole, me parle souvent d’une façon merveilleuse, et lorsque j’en jouai pour la première fois, il me sembla que je n’étais que le magnétiseur qui excite le somnambule, et l’aide à révéler ses sensations cachées. Vous pensez bien que cette folie ne m’a jamais occupé sérieusement, mais il est à remarquer que je n’ai jamais pu me décider à détruire cette sotte machine. Je suis content aujourd’hui de ne pas l’avoir fait ; car, depuis qu’Antonie est ici, je joue quelquefois de ce violon devant elle. Antonie l’écoute, avec plaisir, avec trop de plaisir !
Ce livre numérique est parfaitement adapté et mis en page pour une lecture agréable sur une liseuse numérique, une tablette, ou un smartphone.
L’ouvrage est accompagné d’un sommaire intéractif vous permettant de circuler aisément à travers le texte.

Consolation pour un pécheur

« Caroline Roe, une Canadienne diplômée en études médiévales, entraîne le lecteur dans l’Espagne du XIVe siècle et plus précisément à Gérone où vit une importante communauté juive. Par le biais de son héros, le docteur Isaac, un aveugle très perspicace, la romancière raconte la vie de cette cité déchirée par un antisémitisme latent et théâtre de nombreuses luttes d’influence pour le pouvoir. » Le Courrier de l’Ouest

« Isaac de Gérone, un homme bon en ces périodes troubles, devrait réjouir les lecteurs de ce roman mêlant intrigues et tension religieuse dans l’Espagne médiévale – un livre dense, au goût de paella épicée. » Bruce Alexander

Coeur d’artiste

Depuis la mort de lord Denbigh, sa femme et sa fille vivent dans la gêne. Elles ne peuvent compter que sur le talent de  portraitiste de Viola, à qui lord Preston vient justement de  passer une commande alléchante. Mais, quand ce bellâtre  arrogant lui déclare sa flamme, la jeune fille prend peur et s’enfuit. C’est alors que Nicholas Stanborough, un jeune 
aristocrate fou d’automobiles, l’invite à séjourner à Bath pour y exercer son art. Dans un cadre idyllique, Viola se laisse peu à peu prendre au charme désinvolte de Nicholas. Jusqu’au jour où débarque l’odieux Preston, animé de bien mauvaises intentions…

Codex Angelicus

Ayant découvert les codes secrets de la Bible, Vincent McLeod arrivera-t-il à les utiliser pour venir en aide à ses collègues aux prises avec les forces du Mal ? Quelle est cette mystérieuse force qui empêche Océane Chevalier, chargée par l’ANGE de tuer Asgad Ben-Adnah, d’accomplir sa mission ? La construction de la nouvelle base de Montréal étant presque terminée, Cédric Orléans s’apprête à revenir au Québec où il dirigera les nouveaux agents qui remplaceront ceux qu’il a perdus. À sa grande surprise, c’est à lui que les Spartiates, ayant trouvé leur cible en Colombie-Britannique, demanderont conseil. D’autres sociétés secrètes s’intéressent à la montée de l’Antéchrist au Moyen-Orient. Ignorant les efforts de l’ANGE, l’une d’entre elles envoie son assassin le plus efficace pour débarrasser le monde de cette terrible menace.