3729–3744 di 65579 risultati

Le Brasier

Quand le général Lavallée engage Noah Wallace pour retrouver les assassins de sa fille Sophie, le profileur refuse de croire à sa mort. Persuadé que la jeune journaliste est en danger, mais toujours vivante, il accepte la mission et entraîne Clémence Leduc, sa troublante partenaire, pour mener l’enquête. Mais tous deux vont très vite se rendre compte que cette affaire est plus vaste qu’il n’y paraît et pourrait être liée à la récente vague de meurtres et de suicides inexpliqués qui frappent l’ensemble du territoire américain. Hanté par les visions d’un petit garçon sans visage et d’un brasier d’où s’échappent des cris d’effroi, Noah va se retrouver au coeur d’une investigation qui le mènera aux portes de la folie. Après Le Tricycle rouge, l’enquêteur Noah Wallace et sa coéquipière Clémence Leduc sont de retour dans un thriller brûlant. Une intrigue parfaitement maîtrisée. **

Brasier noir

Dans cette trilogie événement, Penn Cage revient dans un thriller mêlant crimes, mensonges et secrets. L’ancien procureur, aujourd’hui maire de Natchez, a appris tout ce qu’il sait de l’honneur et du devoir de son père, le Dr Tom Cage. Mais aujourd’hui, le médecin de famille respecté de tous et pilier de sa communauté est accusé du meurtre de Viola Turner, l’infirmière afro-américaine avec laquelle il travaillait dans les années 1960. Penn est déterminé à sauver son père, mais Tom, invoquant obstinément le secret professionnel, refuse de se défendre. Penn va devoir se plonger dans le passé de son père. Comprenant que son père a eu affaire à une organisation proche du KKK, contrôlée par quelques uns des hommes les plus riches et les plus puissants de l’état, Penn est confronté au plus grand dilemme sa vie : choisir entre son père et la vérité. Imprégné de l’atmosphère poisseuse du sud, *Brasier noir* marque le brillant retour d’un maître américain du suspense. Tendu, inquiétant et rempli de rebondissements électrisants, ce roman ouvre la saga la plus ambitieuse de l’auteur.

Le Bouddha Bigouden

Tout commence un soir d’automne, lorsque Lenaïg de Kerdonkuff, fille du vicomte Goulven, franchit le seuil du penty de Gwenn Rosmadec et lui demande d’écrire les mémoires de son père à l’époque où celui-ci gérait d’une main de fer le palais d’un maharadjah en Inde. Évidemment, Gwenn s’empresse d’accepter le travail ! Mais la demande de Lenaïg n’est pas sans arrière-pensées. . . il semble y avoir beaucoup d’argent en jeu derrière ce simulacre d’album-souvenir, et Gwenn ne sera pas longtemps dupe. Au coeur de l’énigme, trône en effet une statuette en jade d’une valeur inestimable. . . Quel mystère cache donc cette statuette de Bouddha qui met le pays bigouden sens dessus dessous ? Qui est ce bandit, ce malfaisant dacoït indien qui utilise les moyens les plus perfides pour se l’approprier ? Une fois n’est pas coutume, Gwenn et sa jolie Soazic vont en voir de toutes les couleurs !
**

Ballade pour Leroy

La première chose que voit Leroy lorsqu’il sort du coma, c’est la photo d’une pin-up en bikini aux couleurs du drapeau américain. Une vision aussi nette que les sept années qui séparent son départ pour l’Irak de cet instant précis où il se réveille dans un établissement spécialisé. Lui qui avait oublié jusqu’à son nom pourra-t-il redevenir un jour celui qu’il a été ? Alors qu’il prend une terrible décision, son destin va bouleverser la vie de ceux qui gravitent autour de lui : Freddie, un gardien de nuit, Pauline, une infirmière, sa petite amie Jeanette et sa mère Darla, qui continue à lui lire à haute voix des romans de science-fiction. Pendant que Leroy lutte dans un inquiétant monde parallèle pour sauver sa peau… Après *Motel Life* et *Plein nord* , Willy Vlautin signe un roman très fort sur les oubliés du rêve américain. Un livre magnifique sur ceux qui s’accrochent à la vie envers et contre tout, où courage et bienveillance font contrepoids à la noirceur du quotidien. *« Profondément émouvant, le roman de Willy Vlautin touche en plein coeur et rappelle le meilleur de Steinbeck. »* Library Journal

Avec toutes mes sympathies

Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de
se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
« Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »
O. L.

Avec Intention De Nuire

###
Nous sommes tous à la merci d’une erreur médicale, et il ne manque pas de faits divers retentissants pour nous le rappeler… Mais dans le cas de Patty Owen, morte en mettant au monde son premier enfant, y a-t-il vraiment eu négligence du médecin anesthésiste, Jeffrey Rhodes ? L’enquête conclut par l’affirmative. Lui seul se croit, se tait innocent. Condamné pour meurtre, libéré sous caution, sa vie et sa carrière brisées, il va devoir mener un combat désespéré avant de découvrir, derrière les circonstances qui ont entraîné le drame, d’effrayantes intentions de nuire… C’est en professionnel -il a été chirurgien – que l’auteur de Virus et de Sphinx nous entraîne dans les terrifiants arcanes du monde hospitalier.

Autisme : J’accuse !

Hugo Horiot est devenu, en quelques années, le porteparole de ses pairs autistes. La rage au cœur, il l’affirme : non, les personnes autistes ne sont pas déficientes. Elles ne doivent plus être exclues par une société normative qui se refuse à les entendre. Sait-on que, dans la Silicon Valley, les start-up comptent nombre d’ingénieurs autistes ? Que des entreprises comme Microsoft recherchent leurs compétences hors normes ? Que l’armée israélienne soumet à leur puissance de décryptage des photos aériennes ? Qu’en Suède, leur scolarisation est un droit civique ? Qu’avec leur atypisme, les personnes autistes sauront manier, mieux que quiconque, l’intelligence artificielle ? Ce vibrant manifeste, traversé d’un vent d’orage, nous dévoile une autre intelligence, méconnue, un autre langage. Il bouleverse notre regard et nous convainc qu’un autre monde est possible.

Au Petit Bonheur La Chance !

Jean 6 ans , se retrouve confié à sa grand-mère, lors de la séparation de ses parents, en 1968. Sa mère part à Paris pour trouver un emploi et reviendra le chercher. Il se retrouve chez mémé Lucette, et une formidable histoire d’amour va se dérouler entre ces deux êtres qui vont apprendre à se connaître, à cohabiter et à s’aimer.

Au coeur du pamplemousse

Avec l’avènement des nouvelles techniques de communication, la littérature culinaire et la cuisine littéraire se sont considérablement rapprochées.
Internet, ses blogs et ses forums, offrent au sociologue moderne un terrain d’études dynamique, innovant et particulièrement accessible.
Fruit d’une enquête minutieuse et impartiale, cet ouvrage se veut le témoignage objectif d’une discussion passionnée entre les membres d’un forum de cuisine.
Augmentation du prix du raisin, raréfaction des amateurs de langue de veau, compatibilité de la graisse de marmotte et de la moutarde mongole, innocuité du pissenlit rémoulade… Autant de questions essentielles dont débattent sans tabous les internautes, et auxquelles Pierre Colombin prend bien garde de ne pas répondre.

Un astronaute en bohême

**”  La Terre était maintenant un point brillant
dans les profondeurs des cieux,
un foyer réduit à une unité de ponctuation.”** Jakub est un astrophysicien missionné par la République tchèque
pour partir dans l’espace analyser un inquiétant nuage qui recouvre
Vénus. À la veille de son départ et alors que des hordes de caméras
le suivent partout, Jakub n’a qu’une hâte, se retrouver enfin seul.
Cependant, au bout de treize semaines de voyage, il apprend par écran
interposé que sa femme Lenka le quitte. Esseulé au milieu des étoiles,
Jakub est aussitôt pris d’une terrible crise d’identité, qui le conduit
à revisiter son passé : son père lié au Parti communiste et jugé bourreau
suite à la révolution de Velours, le décès accidentel de ses parents,
son départ de Prague pour être élevé par ses grands-parents,
puis plus tard, son coup de foudre pour Lenka. Jakub remet soudain
tout le sens de sa vie, et de l’humanité entière, en question.
Plus Vénus approche, moins il s’en soucie car sa vraie mission devient
la reconquête de son épouse, à des années-lumière de lui.   Une odyssée époustouflante qui interroge tout autant
l’Univers que l’intime.
**« Un premier roman à l’imagination frénétique qui bouillonne
de vitalité et d’originalité. Le style de Kalfar est si unique
qu’il laissera son empreinte. »
*  The New York Times** *

Les Assassins

####
**Le serial killer le plus dangereux de tous les temps est parmi vous mais seule une personne le sait…** Sur dix-huit mille assassinats par an aux États-Unis, seulement deux cents sont le fait de tueurs en série. Aussi les forces de police ne privilégient-elles que rarement la piste du serial killer. Lorsque quatre homicides sont commis en quinze jours à New York, selon des modes opératoires complètement différents, personne ne songe à faire un lien entre eux. Personne, sauf John Costello. Documentaliste au City Herald, et obsédé par les serial killers, celui-ci découvre en effet que ces meurtres ont été commis à la date anniversaire d’un meurtre ancien, œuvre à chaque fois d’un tueur en série célèbre, selon des procédures rigoureusement identiques jusque dans les moindres détails. Y aurait-il dans la ville un serial killer qui s’inspire de ses prédécesseurs et leur rend ainsi un funèbre hommage ? En compagnie de Karen Langley, une journaliste du City Herald, et de Ray Irving, détective du NYPD, John va se livrer à la traque de cet assassin très particulier, à l’intelligence aussi fulgurante que morbide et à la virtuosité impressionnante.
Bouleversant tous les clichés de rigueur, R. J. Ellory transfigure ici totalement le genre du roman de serial killer, dont on pensait pourtant avoir fait le tour, en lui insufflant un souffle complètement nouveau, comme seuls les très grands écrivains savent le faire. Avec le formidable sens de l’intrigue, des personnages, du suspense et le pouvoir d’émotion qu’on lui connaît, il nous donne ainsi le roman définitif sur le sujet.

Artifices

**LA NOUVELLE ENQUÊTE DU COMMANDANT LE GUENN.
**
Avril 2013 Hôpital psychiatrique de Cadillac.
Après trois années d’internement, un tueur en série est autorisé à quitter sa cellule, sous haute surveillance, pour des sorties régulières dans le parc…
Deux ans plus tard…
Forêt de Rambouillet. Un corps est retrouvé ligoté à un arbre, sauvagement mutilé par des feux d’artifices. La violence du crime est sans précédent. L’enquête est confiée à Boris Le Guenn, commandant au 36 quai des Orfèvres. Une experte en explosifs vient l’épauler dans cette affaire. Tandis que d’autres meurtres se succèdent sur le même mode opératoire, un inconnu s’introduit au domicile du commandant Le Guenn et se met à le harceler par téléphone. Il semble en savoir long sur lui… Qui peut bien lui en vouloir ?
Et si le passé de chacun était un premier indice…? **
### Sinossi
**LA NOUVELLE ENQUÊTE DU COMMANDANT LE GUENN.
**
Avril 2013 Hôpital psychiatrique de Cadillac.
Après trois années d’internement, un tueur en série est autorisé à quitter sa cellule, sous haute surveillance, pour des sorties régulières dans le parc…
Deux ans plus tard…
Forêt de Rambouillet. Un corps est retrouvé ligoté à un arbre, sauvagement mutilé par des feux d’artifices. La violence du crime est sans précédent. L’enquête est confiée à Boris Le Guenn, commandant au 36 quai des Orfèvres. Une experte en explosifs vient l’épauler dans cette affaire. Tandis que d’autres meurtres se succèdent sur le même mode opératoire, un inconnu s’introduit au domicile du commandant Le Guenn et se met à le harceler par téléphone. Il semble en savoir long sur lui… Qui peut bien lui en vouloir ?
Et si le passé de chacun était un premier indice…?

Argent et noblesse

— Oui, mon enfant.
— Non, non, cela n’est certes pas la raison, répliqua la jeune fille à
demi fâchée.
— Et quelle serait donc la raison, Lina ?
— Grand-père devient de plus en plus économe. Pour gagner quelques
sous au-dessus de sa journée, il travaillerait même toute la nuit, si c’était
possible. Le dimanche après-midi, il ne va plus jamais boire une pinte avec
ses amis, et il n’allume plus que rarement une pipe, lui qui auparavant
avait l’habitude de fumer presque constamment à la maison. Le tabac est
trop cher, dit-il. Vraiment, mère, cela me fait peine quand je le vois le
soir regarder autour de lui d’un air si préoccupé. Je sais bien ce que ses
yeux cherchent ; mais il résiste à la tentation, pour épargner une couple
de cents ; souvent mon coeur se gonfle de pitié et il me prend des envies
de pleurer ; mais, Dieu merci, cela ne durera plus longtemps.
— Non, cela ne durera plus longtemps, répéta la veuve avec un accent
de tristesse, encore quelques mois. Ma grave maladie, qui m’a tenue alitée
tout l’hiver, nous a mis en arrière. C’est un crève-coeur pour notre bon
père. Jamais il n’a pu supporter l’idée d’avoir des de?es si petites qu’elles
soient. Maintenant il travaille et il peine pour soulager nos épaules de ce
fardeau. Laisse-le faire, Lina ; tu sais que toutes les observations sur ce
point restent inutiles.
— Non, je ne le laisserai pas faire, murmura la jeune fille d’un ton
résolu. A?endez un peu, je saurai bien le forcer à fumer sa pipe comme
devant.
— Le forcer ? Comment t’y prendras-tu ?
— Vous verrez, ma mère, quand il sera temps.
En achevant ces paroles, elle se dirigea vers un coin de la pièce, prit
son carreau de dentellière et vint s’asseoir près de la table. Elle découvrit
une large dentelle déjà en partie achevée et se mit à entremêler vivement
ses fuseaux en répétant joyeusement :

L’Archipel du Chien

« Le dimanche qui suivit, différents signes annoncèrent que  quelque chose allait se produire.
Ce fut déjà et cela dès l’aube une chaleur oppressante, sans  brise aucune. L’air semblait s’être solidifié autour de l’île,  dans une transparence compacte et gélatineuse qui déformait  ça et là l’horizon quand il ne l’effaçait pas : l’île flottait au milieu de nulle part. Le Brau luisait de reflets de  meringue. Les laves noires à nu en haut des vignes et des  vergers frémissaient comme si soudain elles redevenaient  liquides. Les maisons très vite se trouvèrent gorgées d’une haleine éreintante qui épuisa les corps comme les esprits.
On ne pouvait y jouir d’aucune fraîcheur.
Puis il y eut une odeur, presque imperceptible au début, à  propos de laquelle on aurait pu se dire qu’on l’avait rêvée,  ou qu’elle émanait des êtres, de leur peau, de leur bouche,  de leurs vêtements ou de leurs intérieurs. Mais d’heure en  heure l’odeur s’affirma. Elle s’installa d’une façon discrète,  pour tout dire clandestine. »

L’Appel du mal

”Lana Granger est étudiante en psychologie à l’université des Hollows, une petite ville tranquille de l’état de New York. Pour financer ses études mais aussi pour mettre ses connaissances en pratique, elle prend un emploi de baby-sitter auprès de Luke, un jeune garçon à l’esprit perturbé et au comportement étrange. Déjà expulsé de plusieurs écoles, le jeune adolescent se révèle manipulateur et pervers, prêt à tout pour contrôler ses semblables. Il fait d’ailleurs vite comprendre à Lana qu’il connait presque tout de sa vie, même ce qu’elle tente de cacher depuis si longtemps. Est-ce une manœuvre de sa part ? du bluff ? Et ces secrets en sont-ils vraiment ? Car, en matière de mensonges et de faux-semblants, il a peut-être rencontré plus fort que lui avec Lana… Un soir, la meilleure amie de Lana disparaît brutalement du foyer universitaire. Les policiers entendent tous les étudiants et en concluent que l’alibi de Lana ne tient pas. Ils savent que Lana ment. Et ils savent aussi que quelqu’un d’autre connaît ses mensonges. .. ”.

(source: Bol.com)

Apparition

Chargé de restaurer une vieille demeure victorienne, David Williams y est confronté à d’étranges phénomènes : bruits mystérieux, lueurs inexplicables et surtout la présence de Brown Jenkin, un rat d’une taille monstrueuse qui rôde dans le grenier. Il apprend bientôt que la maison était au siècle dernier un orphelinat, et que tous les enfants y sont morts en l’espace de deux semaines. Epidémie ? Ou bien les petits pensionnaires ont-ils été enlevés et tués au cours d’un rituel abominable ? Explorant le grenier, il découvre que celui-ci est en fait une porte sur le temps, qui permet de revenir en 1886, date à laquelle les Grands Anciens firent une première tentative pour reprendre le contrôle de notre planète. Une seconde offensive se prépare…