3105–3120 di 72034 risultati

La forêt des murmures

**HELP WANTED: WIZARD’S ASSISTANT**
**Must be willing to relocate in space and time…**
Gull should have known better than to take the job. But with his village destroyed and a half-wit sister to look after, what choice did he have? At least the pay was good.
But this wizard was even worse than the ones he’d heard about. Between the tavern brawls, the magical battles, and taking care of that strange artifact that turned up, a guy could barely find time to catch his breath.
And now, with his sister beginning to gather her wits, Gull really has his hands full.

La Folie du Dieu noir

The celebrated “New York Times” bestselling master of fantasy returns with the thrilling conclusion to his enthralling, explosive Darkwar Saga . . .
“Wrath of a Mad God”
Book three of The Darkwar Saga
“”At this very moment, a dome of black energy is being expanded in a vale in the far north. This is not merely an invasion, but the beginning of a colonization, a process that will end with the complete annihilation of every life-form on this world.””
The Darkwar rages upon Midkemia and Kelewan, bringing bleak days of destruction and despair. To save the future of both worlds, the powerful sorcerer Pug and select members of the secretive Conclave of Shadows must journey deep into the dangerous realm of the bloodthirsty Dasati, there to carry out an audacious mission that has little, if any, chance of succeeding.
In Midkemia, young warriors Tad and Zane, and their fellow soldiers, protect the Kingdom from raiders. And Pug’s beloved wife, Miranda, finds herself a prisoner of the Dasati and, even more ominously, of Pug’s nemesis, the evil sorcerer Leso Varen.
Salvation may come from a friend thought long dead, an unlikely ally whose remarkable powers will be sorely needed in the momentous battle to come . . . a final, fevered onslaught against the most malevolent agents of evil ever known.

La Firme

Son attaché-case à la main, un jeune homme court à perdre haleine dans les rues de Memphis. Il s’appelle Mitch McDeere : troisième de sa promotion en droit à Harvard, il a surpris tout le monde en choisissant la firme Bendini, Lambert & Locke. Ce très confidentiel cabinet de Memphis a su, par des arguments irrésistibles, s’assurer sa collaboration.
Alors vers quel contrat mirifique notre brillant juriste est-il en train de se ruer, au point d’en oublier la gravité nécessaire à la profession ?
Mitch a une excellente raison pour courir ainsi : sauver sa vie.

La fille qui venait de loin

Sir Manuel Camargue a été le plus grand flûtiste de son temps. Il s’est maintenant retiré, bien que son renom reste universel, et il vient d’annoncer son intention de se remarier avec une jeune femme qui a cinquante de moins que lui. Or, le jour de la publication des bans à l’église paroissiale de Kingsmarkham, il meurt noyé dans le lac de sa propriété, victime d’un tragique accident. L’inspecteur-chef Wexford commence à trouver cette mort suspecte lorsqu’apparaît la fille de Camargue, devenue une riche héritière, mais que son père n’avait pas revu depuis dix-neuf ans… Cette femme séduisante est-elle ce qu’elle paraît être ? Est-elle même celle qu’elle prétend être ? Une enquête de l’inspecteur Wexford qui se déroule en partie aux Etats-Unis, écrite en 1980.

La Fièvre, Et Autres Nouvelles

Entre chroniques de presse et fiction, des nouvelles écrites par un correspondant de guerre qui a couvert la plupart des conflits et révolutions en Afrique et au Moyen-Orient. Les instantanés d’un monde rongé par la guerre et les conflits religieux, où l’homme est chaque jour confronté à la violence, et où le diable règne en maître. Ici, des villages organisent une grande battue contre une bête sanguinaire qui semble indestructible. Là, le médecin canadien d’une ONG « encadrant » une série d’excisions se contraint à l’impuissance… Du Caire à la bande de Gaza, du Darfour au Yémen, Jászberényi livre un récit audacieux, d’un réalisme déstabilisant, empreint d’humanité, de poussière ocre et de l’odeur du sang chaud. Flannery O’Connor, Hemingway et Cormac Mc Carthy ne sont pas loin. Sándor Jászberényi, né en 1980, a étudié la littérature, la philosophie et l’arabe à l’Université de Budapest. Il a travaillé comme correspondant de guerre au Moyen-Orient et en Afrique pour les journaux hongrois, et contribué au New York Times et à l’Egypt Independent. Il a notamment couvert les Printemps arabes, la crise du Darfour et la révolution houthie au Yémen. Son premier recueil de nouvelles, “La Fièvre”, a été traduit aux Etats-Unis, en Angleterre, en Inde et en Italie.

La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique

” Par nombre de traits de caractère, de choix et de positions, je me place hors du cours normal des choses. Ce qui s’est produit lors de la semaine suivante procède donc d’une certaine logique. ” Mathias, l'” homme de l’ombre ” qui rédige depuis douze ans les discours du maire de Paris, doit rencontrer Fata Okoumi, une femme d’affaires africaine grièvement blessée par un policier auquel elle refusait de présenter ses papiers d’identité. Il s’est vu confié par le maire le soin d’apaiser la colère de la victime et d’imaginer le moyen de réparer l’offense. Mais est-ce vraiment le hasard ou une certaine logique qui conduit Mathias à s’attacher déraisonnablement à sa mission ? Et à vouloir ardemment exaucer le dernier souhait de Fata Okoumi – quand ce souhait est de faire disparaître Paris ? Martin Page est passé maître dans l’art d’inventer des histoires insensées et de les raconter avec le plus grand réalisme. Cette alliance des contraires est au coeur de l’écriture de ce roman sombre et vivant, mélancolique et idéaliste, porté par sa promesse inaugurale : accompagner chaque disparition d’une renaissance

La Danse De Salomé

Patrick Selby serait mort d’un arrêt cardiaque. Rien d’étonnant à cela, un essaim de guêpes l’a criblé de piqûres et son cœur n’y a pas résisté. Mais dans cette chic banlieue anglaise où tout le monde se mêle de tout, les langues vont bon train… N’était-il pas sur le point de quitter sa femme, la belle et jalouse Tamsin ? Sa maîtresse Freda n’entretenait-elle pas des relations à la limite de l’inceste avec son frère jumeau ? Enfin Olivier, l’amant de Tamsin, n’avait-il pas mille bonnes raisons de vouloir se débarrasser de ce mari envahissant ? Le Dr Greenleaf qui a signé, sans se poser de questions, le permis d’inhumer, commence à douter sérieusement…

La campagne n’est pas un jardin

Dorlange est un village du centre de la France. Il est aussi le dernier bastion d’un âge révolu, celui d’avant la voiture et la télévision et où les travaux de la belle saison se font collectivement. Mais tout change depuis quelques années, avec le retour à la terre de nombreux citadins. La coexistence de ces néo-ruraux avec les agriculteurs d’origine n’est pas toujours facile. Un évènement met le feu aux poudres : l’obligation d’accueillir des réfugiés syriens dans le village.
Antoine, reporter pour L’Écho du Temps, se fait le chroniqueur des luttes entre les deux partis. D’un côté, le maire et ses guerriers en charentaises et pulls tricotés maison, qui crient à la colonisation de leur territoire. De l’autre, les anciens urbains, bobobéats parfois, qui brandissent leur idéal de solidarité.
**Stéphane Fière** nous offre un roman hilarant et corrosif sur une France divisée jusque dans ses campagnes. **
### Présentation de l’éditeur
Dorlange est un village du centre de la France. Il est aussi le dernier bastion d’un âge révolu, celui d’avant la voiture et la télévision et où les travaux de la belle saison se font collectivement. Mais tout change depuis quelques années, avec le retour à la terre de nombreux citadins. La coexistence de ces néo-ruraux avec les agriculteurs d’origine n’est pas toujours facile. Un évènement met le feu aux poudres : l’obligation d’accueillir des réfugiés syriens dans le village.
Antoine, reporter pour L’Écho du Temps, se fait le chroniqueur des luttes entre les deux partis. D’un côté, le maire et ses guerriers en charentaises et pulls tricotés maison, qui crient à la colonisation de leur territoire. De l’autre, les anciens urbains, bobobéats parfois, qui brandissent leur idéal de solidarité.
**Stéphane Fière** nous offre un roman hilarant et corrosif sur une France divisée jusque dans ses campagnes.

L’Écornifleur

1892 Voici l’histoire d’Henri, un parasite, qui parvient à se rendre indispensable à une famille de bourgeois crédules, les Vernet, en vacances au bord de la Manche. Texte délicieux, drôle et impertinent.

L’Outsider

**PARFOIS, LE MAL PREND LE VISAGE DU BIEN.** Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses ADN ne laissent aucune place au doute. Pourtant, malgré l’évidence, Terry Maitland affirme qu’il est innocent. Et si c’était vrai ? **« Un récit foisonnant. *L’Outsider* rappellera aux lecteurs un des premiers romans de King : *Ça*. »** **Kirkus Reviews**

L’Ombre dans l’eau

Justine Dalvik croyait avoir réglé ses comptes avec le passé, pouvoir vivre en paix dans sa maison au bord du lac. Avec Hans Peter, le seul homme qui ait su apaiser ses démons. Mais pour combien de temps ? Tortures, trahisons, meurtres, les drames qui hantent Justine menacent de remonter à la surface. Comme le corps de son ancienne camarade de classe. Berit, qu’elle voit émerger des profondeurs dans ses cauchemars. Et quand les proches de disparus viennent rôder près de chez elle, Justine sent que l’étau se resserre. Jusqu’à quand pourra-t-elle faire taire les fantômes du passé qui crient vengeance ? Comment sauver l’amour et la sérénité qu’elle a mis toute une vie à trouver ? Une véritable plongée en eaux troubles. Une atmosphère aussi envoûtante qu’angoissante, par la reine du suspense psychologique suédois.
### Extrait
Le signe annonciateur fut un fin jet scintillant comme de la glace à l’horizon. Jill le vit au même moment qu’elle entendit le cri :
– À bâbord, ouiiiiii… on l’a ! On l’a !
Elle était prête. Elle était restée assise sur le pont pendant les quatre dernières heures du voyage, enveloppée dans une couverture, les yeux brûlant à force de scruter l’eau. Elle se leva avec raideur, se débarrassa de la couverture et rampa sur les genoux jusqu’au bastingage. Le vent avait forci et soufflait par bourrasques. Des vagues battaient la coque et projetaient le bateau tantôt vers le haut tantôt vers le bas. Des paquets d’eau salée s’abattaient sur le pont et trempaient ses baskets. Le plancher était glissant. Elle s’agrippait fermement au garde-corps, les doigts engourdis par le froid.
Un homme de l’équipage était déjà sur place. C’était peut-être lui qui avait crié. Il avait un visage rond et tanné ; sa frange mouillée collait à son front. Il l’attrapa par le coude et lui désigna un point.
– Là-bas ! Vous voyez ? Là-bas !
En se penchant en avant, elle aperçut un gros corps gris et brillant qui bondit au-dessus de la surface de l’eau, à une vingtaine de mètres à peine du navire. Il était si proche qu’elle en eut le souffle coupé. Il scintillait sous l’effet du sel et de l’eau, et quand le soleil perça entre les nuages à cet instant précis, elle discerna sa longue tête.
– Oui ! hurla l’homme d’une voix rauque. C’est un cachalot ! Jill en avait les larmes aux yeux.
– Oui, chuchota-t-elle. Mon Dieu, oui, je le vois !
Elle se retourna pour appeler Tor, mais ne l’aperçut pas. Lorsqu’elle reporta son regard sur l’eau, le cachalot se jeta sur le côté, agita son énorme nageoire caudale et plongea. Les vagues le recouvrirent et effacèrent sa trace ; la mer l’avait englouti.
L’homme de l’équipage fixait l’horizon.
– Il a tiré sa révérence pour le moment, mais il reviendra, je vous le promets.
Il parlait à présent un norvégien qui se voulait pan-scandinave, il avait dû se rappeler qui elle était : la seule femme suédoise à bord arrivée en compagnie de ce type maigre qui semblait malade avant même d’embarquer. *–Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.*
### Biographie de l’auteur
Née à Stockholm en 1944, Inger Frimansson est romancière et journaliste. Comparée à des auteurs comme Minette Walters, elle est la seule femme à avoir reçu à deux reprises le prix du meilleur roman policier suédois pour *Bonne nuit, mon amour* et *L’Ombre dans l’eau*.

L’insouciance

“L’amour n’est rien d’autre qu’une des compensations que la vie offre parfois en dédommagement de sa brutalité.” De retour d’Afghanistan où il a perdu plusieurs hommes, le lieutenant Romain Roller est dévasté. Au cours d’un séjour de décompression à Chypre, il tombe sous le charme de Marion Decker, mais découvre dès le lendemain que cette jeune journaliste est mariée à François Vély, un entrepreneur franco-américain très influent. Au même moment, Romain renoue avec son ami d’enfance Osman Diboula, fils d’immigrés ivoiriens devenu une personnalité politique montante. Tentant désespérément de reprendre le contrôle de leur vie, tous ces protagonistes sont entraînés dans un engrenage qui révèle la violence du monde.

L’Incroyable alchimie entre un pouce et une anguille

*Ce roman participe au prix Amazon 2019 “Les Plumes francophones”*
**Et si, un jour comme les autres, vous vous retrouviez à vous dédoubler sur le quai d’une station de métro ? Si votre double se mettait à vivre à votre place, dormir avec votre conjoint et prendre des décisions sans vous consulter ? Que feriez-vous ?**
Il est 8h34, une jeune femme s’engouffre dans le métro. À 8h34 et 40 secondes, sa vie bascule définitivement. Un accident ? Oui, en quelque sorte. Désormais, il existe une autre version d’elle-même…
Au même moment, un généalogiste successoral s’arrête à un feu rouge. Il n’aurait peut-être pas dû. Un inconnu s’apprête à monter dans sa voiture et, bientôt, il ne maîtrisera plus grand-chose. Mais est-ce vraiment un problème ?
En Écosse, le jour se lève à peine. Ils ne le savent pas encore, mais nos deux héros sont attendus.
lIs en parlent :
“Iris Madge se faufile telle une anguille ! Il en ressort un roman plein de surprises et d’originalité. Une vraie découverte !”
“Entre conte moderne et aventure initiatique, *L’Incroyable alchimie entre un pouce et une anguille* offre une délicieuse plongée dans l’impossible.”
“Iris Madge décrit avec talent les turpitudes de trentenaires qui ne savent pas encore qui ils sont.” **
### Présentation de l’éditeur
*Ce roman participe au prix Amazon 2019 “Les Plumes francophones”*
**Et si, un jour comme les autres, vous vous retrouviez à vous dédoubler sur le quai d’une station de métro ? Si votre double se mettait à vivre à votre place, dormir avec votre conjoint et prendre des décisions sans vous consulter ? Que feriez-vous ?**
Il est 8h34, une jeune femme s’engouffre dans le métro. À 8h34 et 40 secondes, sa vie bascule définitivement. Un accident ? Oui, en quelque sorte. Désormais, il existe une autre version d’elle-même…
Au même moment, un généalogiste successoral s’arrête à un feu rouge. Il n’aurait peut-être pas dû. Un inconnu s’apprête à monter dans sa voiture et, bientôt, il ne maîtrisera plus grand-chose. Mais est-ce vraiment un problème ?
En Écosse, le jour se lève à peine. Ils ne le savent pas encore, mais nos deux héros sont attendus.
lIs en parlent :
“Iris Madge se faufile telle une anguille ! Il en ressort un roman plein de surprises et d’originalité. Une vraie découverte !”
“Entre conte moderne et aventure initiatique, *L’Incroyable alchimie entre un pouce et une anguille* offre une délicieuse plongée dans l’impossible.”
“Iris Madge décrit avec talent les turpitudes de trentenaires qui ne savent pas encore qui ils sont.”

L’impétueux

“- A toi, je peux le dire, c’était le jour le plus triste de ma vie.”
Cet aveu, lâché un soir de septembre 2007, devant une amie très chère, dans un moment d’abandon, Nicolas Sarkozy ne le confessera plus jamais à personne.
Il disait vrai pourtant, mais qui aurait pu le croire ? Ce triste jour étant le 6 mai 2007. Celui même de son élection à la Présidence de la République. Le couronnement de son ambition depuis ses vingt ans.
Ce n’est pas le poids des responsabilités à venir qui assaille et inquiète le nouveau Président : c’est le désastre de sa vie privée. Le vainqueur du 6 mai est un vaincu de l’amour.
C’est à partir de cette douleur originelle que Catherine Nay recompose toute l’histoire du quinquennat sarkozyste : de ses audaces à ses échecs, du blin-bling à la crise financière, de l’homme-orchestre des sommets européens au chef de guerre.
Anecdotes, coulisses, secrets d’Etat alternent ici avec l’analyse — parfois empathique, parfois sévère — de ce que furent les grandes ambitions d’un règne perturbé par le désordre du monde.
Et si c’était à refaire ?
Dans ce roman d’un Président, Catherine Nay enquête, révèle, éclaire. Son *”Impétueux”* est, sans doute, le portrait le plus fidèle de l’homme qui, redevenu candidat, souhaite désormais reconduire son idylle avec la France.

L’impératrice lève le masque

“Würden Sie mir verraten, worum es geht?”…. “Um einen Anschlag auf das Leben der Kaiserin.” Elisabeth, Sissi, hält sich in Venedig auf, man schreibt das Jahr 1862, eine brisante Zeit. Auf einem von Triest kommenden Luxusdampfer werden die Leichen eines hochgestellten kaiserlichen Beamten und einer jungen Frau gefunden. Der Mann erschossen, das Mädchen nackt, erwürgt, mißhandelt. Ein Verbrechen mit politischem Hintergrund? Die meiste Zeit seines Lebens habe er mit Lesen verbracht, sagt Autor Nicolas Remin, und es kann nur eine Frage der Zeit sein, bis sein erster eigener Roman auch verfilmt zu einem Hochgenuß wird. Dieses Buch ist eine einzige Verführung: abenteuerlich die historische Kulisse, beschrieben und angereichert mit vielen Details. Eine ausgesprochen spannende Geschichte aus dem Venedig vergangener Zeiten, wobei das Handlungsskelett rund und ansehnlich, in jeder Weise passend umhüllt und getragen wird von stimmungsvollen Schilderungen, atmosphärischen Darstellungen aus der verschneiten Lagunenstadt und kleinen Exkursen in die italienisch- österreichische Geschichte Mitte des 19. Jahrhunderts. Ein Roman mit einer blenden Figur also. Die italienische Commissario-Szene wird mit diesem Roman um einen sympathischen Ermittler reicher. Commissario Tron, einer der letzten aus einer alt eingesessenen Venezianischen Adelsfamilie, der mit seiner Mutter in einem Pallazzo wohnt, an dem die Zeiten nicht spurlos vorbei gegangen sind, er ermittelt auch noch, als die Militärpolizei ihm den Fall entzieht. “Eine Stunde nachdem ich die Ermittlungen aufgenommen hatte, ist die Militärpolizei an Bord aufgetaucht.” Unerwartete Hilfe erhält Tron von der Principessa di Montalcino, die zurückgezogen lebt, aber über nicht unwichtige Kontakte verfügt. Übrigens eine Begegnung, die dem Commissario nicht unangenehm ist… Sie und Kaiserin Elisabeth unterstützen Tron, jeder hat dabei seine eigenen Motive. Kurze Kapitel, ein sehr lebendiger Schreibstil, eine überschaubare und gut gestrickte Handlung, weit entfernt von einem trockenen Krimi, der nur auf Spurensuche geht. Sehr sinnlich und bildhaft schreibt Remin, in wechselnden Szenenbildern, eine gelungene Mischung aus Spannung und Ausstrahlung, in der man sich einfach wohl fühlt. *\–Barbara Wegmann*