21489–21504 di 74503 risultati

La Chaîne de Flammes

Grièvement blessé lors d’un combat contre les soudards de l’Ordre Impérial, Richard serait sans doute mort sans l’intervention de Nicci. Un sauvetage miraculeux qui laisse le Sourcier très faible, désorienté… et peut-être victime d’une formidable hallucination. En effet, quand il s’enquiert du sort de Kahlan… il découvre que personne parmi ses compagnons, ne semble la connaître. Même Cara, sa fidèle garde du corps, ne se souvient pas qu’il ait un jour été marié à la Mère Inquisitrice. Alors que la guerre contre Jagang continue de faire rage, Richard part en quête de son passé et de sa mémoire. Il en est persuadé : cette disparition fait courir à l’univers un danger mortel !

[http://www.amazon.fr/LÉpée-Vérité-9-Chaîne-Flammes/dp/2352943000](http://www.amazon.fr/L%C3%89p%C3%A9e-V%C3%A9rit%C3%A9-9-Cha%C3%AEne-Flammes/dp/2352943000)

Chacun sa vérité

Chacun sa vérité est une pièce tirée de la nouvelle Mme Frola et M. Ponza son gendre. Un nouveau conseiller de la Préfecture, M. Ponza s’est installé en ville avec sa femme. Mais il manque à tous ses devoirs en ne rendant pas visite à Agazzi, secrétaire général, et à sa femme Amélie. A partir de là, les rumeurs vont bon train : il séquestrerait son épouse dans un appartement sombre. Sa belle-mère habite sur le palier des Agazzi. Le fait que Ponza passe énormément de temps avec celle-ci commence à en chagriner certains. Madame Cini et la famille Sirelli enveniment les choses. Lorsque le frère d’Amélie, Lambert Laudisi, l’apprend, il essaie de leur faire comprendre que la vérité n’est pas toujours celle que l’on croit. Mais quel secret cache donc ce Ponza ?

Ceux-qui-brillent

La main de Xanetia l’effleura ; il poussa un cri d’horreur, un hurlement atroce qui mourut dans un râle. Il regarda bouche bée, les yeux exorbités, la forme aveuglante qui venait de le toucher, mais ce fut bref.
Après cela, son expression fut impossible à distinguer. Sa chair se liquéfia, coula comme une bougie. Ses joues et ses lèvres dégoulinèrent sur son menton, sa mâchoire tomba. Il voulut crier encore, mais la putréfaction avait atteint sa gorge, et sa bouche dépourvue de lèvres n’émit qu’un gargouillis. La chair glissa le long de son bras, dénudant les os, et sa main de squelette laissa échapper sa dague.
Ses jambes le lâchèrent ; le résidu visqueux de ce qui avait été sa peau, ses nerfs et ses tendons ruissela sur ses vêtements.
Le cadavre pourrissant s’affaissa sur le sol tapissé de feuilles mortes où il continua de se désagréger. Inexorablement, la malédiction de Xanetia poursuivait son œuvre.
**

Ceux qui vont mourir te saluent

L’éditeur d’art parisien Henri Valhubert est contacté par un collectionneur pour expertiser un dessin de Michel-Ange jusqu’alors inconnu. Il reconnaît la patte du maître italien et estime qu’il s’agit d’une gravure volée. À l’odeur du papier, il pense qu’elle pourrait provenir d’un fonds d’archives inexploré de la Bibliothèque vaticane. Pour faire la lumière sur cette affaire, l’éditeur décide de se rendre à Rome où son fils Claude poursuit en dilettante ses études en compagnie de deux amis, Thibault dit Tibère et David dit Néron, tous deux amoureux de Laura, la belle-mère de Claude. Chaque mois, celle-ci se rend à Rome, et tout le monde se retrouve chez Gabriella, une jeune femme qui a été élevée par l’évêque Lorenzo Vitelli, correspondant des trois étudiants. À peine arrivé, Henri Valhubert se met en quête de son rejeton au cœur d’une grande fête devant le palais Farnèse. Mais bientôt, Tibère le retrouve mort, empoisonné par un cocktail contenant de la ciguë.
D’une tonalité classique, ce troisième roman de Fred Vargas contient déjà l’essentiel de ce qui a fait la réputation de la romancière : une intrigue bien construite, une écriture élégante, des personnages attachants et décalés (dont un trio qu’on retrouve sous d’autres formes dans les livres suivants) et une description de Rome et du Vatican qui sonne juste. *–Claude Mesplède*

Ceux de Barcelone

**Le livre**
“Il y a déjà plusieurs semaines que je suis à Barcelone. La ville m’est familière ; les miliciens dans leurs vêtements romantiques ne me font plus impression. Lorsque je vois une femme coiffée d’un chapeau, je suis étonné. Je trouve tout naturel d’être assis à la même table que des gens armés de fusils ou de revolvers comme dans un roman de pirates. Mais la Révolution donne toujours des impressions nouvelles. La vie est ici mille fois plus intense et cette suite rapide d’événements produit l’effet de piqûres de caféine. Comment pourrai-je vivre désormais dans des pays tranquilles, dans des temps tranquilles ?”
**L’auteur**
Auteur d’un pamphlet contre Céline paru en 1938 et d’une biographie de Bakounine, Kaminsky se trouvait à Barcelone, aux côtés des anarchistes, pendant les mois décisifs pour la révolution espagnole. Son témoignage à chaud sur ces événements est à bien des égards plus précieux que maintes études historiques : “Je ne crois pas que pour décrire les révolutions on doive attendre leur fin. Car une révolution se maintient et alors elle ne se termine jamais, ou bien elle ne trouve sa fin que par la victoire de la contre-révolution.”

Ceux d’en bas

Pas facile de transformer le théâtre d’un génocide en parc de loisirs ! C’est pourtant le défi que va devoir relever Mickie Katz pour l’Agence 13 dans un village perdu du Montana, au milieu d’une nature sauvage hantée par l’esprit-totem d’un grizzly en colère et les fantômes d’Indiens assassinés en des temps anciens. Folklore et légendes fantaisistes cachent néanmoins des secrets bien réels et Mickie va peu à peu découvrir une population tenaillée par une culpabilité que rien n’apaise, et prête à tout pour expier ses fautes. Qui est cet archer invisible qui, caché dans la forêt, prend pour cible les villageois avec la complicité des autorités locales ? Craignant de figurer bientôt au tableau de chasse du tireur fou, Mickie va plonger au cœur du mystère, jusqu’au fond de ce lac de montagne où, jadis, tout a commencé…

Cette chose étrange en moi

Comme tant d’autres, Mevlut a quitté son village d’Anatolie pour s’installer sur les collines qui bordent Istanbul. Il y vend de la boza, cette boisson fermentée traditionnelle prisée par les Turcs. Mais Istanbul s’étend, le raki détrône la boza, et pendant que ses amis agrandissent leurs maisons et se marient, Mevlut s’entête. Toute sa vie, il arpentera les rues comme marchand ambulant, point mobile et privilégié pour saisir un monde en transformation. Et même si ses projets de commerce n’aboutissent pas et que ses lettres d’amour ne semblent jamais parvenir à la bonne destinataire, il relèvera le défi de s’approprier cette existence qui est la sienne. En faisant résonner les voix de Mevlut et de ses amis, Orhan Pamuk décrit l’émergence, ces cinquante dernières années, de la fascinante mégapole qu’est Istanbul. Cette “chose étrange” , c’est à la fois la ville et l’amour, l’histoire poignante d’un homme déterminé à être heureux.
**

Cetaganda

L’impératrice douairière d’Eta Ceta vient de mourir. Miles et son cousin Ivan se rendent donc à Cetaganda, capitale de l’empire ennemi, pour assister aux somptueuses funérailles.
Jolie paire que ces deux-là : la tête et les jambes ! Miles le nabot surdoué, Ivan l’athlète à cervelle de moineau, le séducteur de ces dames — à eux deux ils sont censés représenter Barrayar. Mission strictement diplomatique : pas question de se lancer dans ces aventures insensées dont Miles est coutumier…
Facile à dire… Ils n’ont pas encore débarqué de leur capsule spatiale qu’ils sont attaqués par un étrange vieillard. Après une brève bagarre, l’individu s’enfuit, mais Miles et Ivan ont pu s’emparer d’un objet bizarre, une sorte de bâton. On dirait une clé électronique…
En fait de bâton, c’est de la dynamite qu’ils détiennent sans le savoir. Bientôt Miles découvre qu’un complot se trame contre Barrayar et décide d’enquêter. Mission « diplomatique » ? A d’autres !

Cet instant-là

À la fois drame psychologique, roman d’idées, roman d’espionnage mais surtout histoire d’amour aussi tragique que passionnée, une œuvre ambitieuse portée par le talent exceptionnel de Douglas Kennedy.

Écrivain new-yorkais, la cinquantaine, Thomas Nesbitt reçoit à quelques jours d’intervalle deux missives qui vont ébranler sa vie : les papiers de son divorce et un paquet posté d’Allemagne par un certain Johannes Dussmann. Les souvenirs remontent…

Parti à Berlin en pleine guerre froide afin d’écrire un récit de voyage, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour une radio de propagande américaine. C’est là qu’il rencontre Petra. Entre l’Américain sans attaches et l’Allemande réfugiée à l’Ouest, c’est le coup de foudre.

Et Petra raconte son histoire, une histoire douloureuse et ordinaire dans une ville soumise à l’horreur totalitaire. Thomas est bouleversé. Pour la première fois, il envisage la possibilité d’un amour vrai, absolu.

Mais bientôt se produit l’impensable et Thomas va devoir choisir. Un choix impossible qui fera basculer à jamais le destin des amants.

Aujourd’hui, vingt-cinq ans plus tard, Thomas est-il prêt à affronter toute la vérité ?

(source: Bol.com)

Ces très chers voisins

Pétronille Pignon vient de fêter ses 47 ans. Vieille fille, elle habite seule à Paris, dans un bel appartement du 16e arrondissement. Sa famille ? Des quémandeurs qui n’en veulent qu’à son argent. Ses connaissances ? Des râleurs. Ses voisins ? Des personnes infréquentables. Bref, le niveau de tolérance générale de Pétronille est proche du zéro. Le nouveau coup bas est venu d’en haut, des chambres de bonnes où se sont installés une jeune Américaine et un Mexicain. Imaginez ! Le pire, c’est que ces très chers voisins vont carrément changer la vie de Pétronille, pour son malheur. Ou son plus grand bonheur ?
**

Ces Mains Sont Faites Pour Aimer

« Trouver une religion.
Me mettre à la boxe.
Lui faire éclater le nez.
Le premier jour de mars était vierge. Intouché. Il n’y avait ni réunion, ni projet. Une journée blanche, sans horizon. La page est maculée maintenant. Je n’ai pas emprunté mon écriture appliquée. Celle des cartes de souhaits ou des rares mots intimes. Celle que j’ai désapprise. Les traits sont résolus. Le mois sera chargé. J’ai deux ou trois braises à étouffer. Des feux à éteindre. Et je ne suis plus une enfant. »
L’année sera belle. Julia en a fait la promesse.
Malgré sa peine.
Malgré la rage qu’elle porte.
Avec une écriture sensible et dépouillée, Pascale Wilhelmy trace la quête d’une femme qui veut faire la paix avec son passé.
À tout prix.
Par tous les moyens.

Cérémonie du crime

L’adolescente terrorisée tend à Eve Dallas une pierre noire et lisse accrochée à une chaîne en argent. ” Mettez ça, je vous en supplie, elle conjurera le mauvais sort ! ” Quelle mouche a donc piqué le lieutenant Eve Dallas d’accepter ce rendez-vous ? Elle si rationnelle, la voilà plongée dans le monde étrange de l’occulte et du surnaturel. Sortilèges, boules de cristal, médiums et vies antérieures, très peu pour elle ! Le pire, c’est que l’homme de sa vie semble s’y mouvoir avec un naturel déconcertant. Connors et son réalisme… Connors et son légendaire sens des affaires… Non, elle ne rêve pas, il a bien sursauté à la vue d’un chat noir ! Mais bientôt les meurtres rituels se succèdent, plus atroces les uns que les autres, œuvres de forces maléfiques. Et si tout cela était vrai ? Et si c’était elle la cible ?

Le Cercle Magique

Jérusalem, an IX du règne de Tibère. Condamné par Pilate, Jésus de Nazareth meurt sur la croix. En Italie, l’empereur est dévoré d’inquiétude : selon de mystérieux textes antiques, ce Messie, annonçant une ère nouvelle, pourrait précipiter le déclin de Rome…
Idaho, 1989. Arielle Behn hérite de sa grand-mère des manuscrits précieux. Rédigés en Orient il y a deux mille ans ils sont apparemment indéchiffrables. Déjà convoités par Hitler, ils détiendraient la clé pour agir sur le cours de l’histoire. Un secret jadis percé par Pilate qui, en décrétant la mort de Jésus, savait qu’il changerait à jamais la face du monde. Gardienne des écritures, Arielle Behn va devoir se méfier de tout le monde – d’abord de sa propre famille –, pour réussir à contrôler cette force et échapper à des poursuivants qui ne reculeront devant rien pour détenir cette incroyable source de pouvoir.

Le Cercle Du Phénix

Angleterre, 1860. Ancienne cambrioleuse de haut vol retirée des affaires, Cassandra Jamiston mène une existence monotone dans son manoir reculé du Surrey. L’assassinat d’une vieille connaissance la met sur la piste de mystérieux objets qui permettraient d’obtenir la pierre philosophale, véritable mythe que la légende prétend capable de transformer le plomb en or et de donner la vie éternelle. Cassandra est alors loin de se douter que cette quête va lui ouvrir les portes de son passé, faisant resurgir de sombres et terribles secrets qui ne laisseront personne indemne. La jeune femme et ses proches vont se retrouver plongés dans une périlleuse et fascinante aventure qui va les confronter aux ennemis les plus retors et les mener aux quatre coins de l’Europe. Une Europe trouble où conspirations politiques rejoignent quêtes mystiques, où le secret du Grand Œuvre pourrait bien faire chanceler le trône de la reine Victoria…
Le Cercle du Phénix est le premier volume de la trilogie Cassandra Jamiston. Il a été publié aux éditions Flammarion en 2008. La version numérique est une édition révisée.

Le cercle des poètes disparus

Il fut leur inspiration. Il a transformé leur vie à jamais. A Welton, un austère collège du Vermont, dans les années 60, la vie studieuse des pensionnaires est bouleversée par l’arrivée d’un nouveau professeur de lettres, M. Keating. Ce pédagogue peu orthodoxe va leur communiquer sa passion de la poésie, de la liberté, de l’anticonformisme, secouant la poussière des autorités parentales, académiques et sociales. Même si le drame – le suicide d’un adolescent déchire finalement cette expérience unique, même si Keating doit quitter le collège, il restera pour tous celui qui leur a fait découvrir le sens de la vie. Le roman du film-événement de Peter Weir, Oscar 1990 du meilleur scénario, qui a bouleversé des centaines de milliers de spectateurs.

Cercle Celtique

###
Un voilier vogue au large de l’Écosse. Bravant les rigueurs de la mer du Nord en plein hiver, ses deux passagers se dirigent vers des périls sans nom. Car plus effrayants que la nature déchaînée sont les dangers dont les hommes les menacent. Poursuivis sur les mers par des inconnus, volés, espionnés, ils n’en sont pas moins déterminés à découvrir la clef de la malédiction qui pèse sur MacDuff et Mary, amoureux en fuite. A découvrir surtout le secret du Cercle celtique, avec ses mystérieux rites meurtriers. De pays en pays, de tempête en bourrasque, de surprise en révélation, les deux aventuriers de la mer vont accomplir un étonnant voyage et mettre au jour quelques sinistres vérités…