19025–19040 di 74503 risultati

Les veilleurs de Poseidon

La brune Lagyna-N’Shtago avait vu le jour sur la planète Koranka. Elle et ses compatriotes étaient devenus les amis de Gilles Novak, de Régine et de Floutard. Or, cette humanoïde jetait soudain le masque : reniant les siens, elle pactisait avec les Rold-Nhours, leur livrant sans regret Gilles Novak et ses compagnons ! Bafoués, le secret de leurs bases sous-marines trahi par la transfuge, les Veilleurs de Poséidon allaient-ils pouvoir échapper à l’anéantissement et sauver en même temps la Terre de l’esclavage ? Parallèlement, la ruse de Gilles Novak réussirait-elle pour tromper les inquiétants Rold-Nhours dont lui et ses amis étaient les prisonniers ?

Le Veau suivi de Le Coureur de fond

PRIX NOBEL DE LITTERATURE 2012 Mêlant souvenirs et imagination débordante, ces deux nouvelles que relient l’attachement de Mo Yan à l’enfance, à sa province natale et au monde animal, décrivent une Chine rurale où la débrouillardise permet d’affronter la dure réalité. Mo Yan lui-même s’y dévoile comme jamais, en adolescent turbulent et bavard aux prises avec la souffrance du veau, la misère, et la ruse infinie des hommes, ou en observateur de dix ans, candide et curieux, de la course de fond organisée par l’école. À chaque tour de piste, c’est la surprise, le suspense grandit tandis que l’enfant dresse un tableau truculent de la vie de son canton dans les années soixante. Mo Yan laisse exploser avec délices la malice et l’énergie de l’enfance, la bonhommie, le courage et l’humour vache du monde paysan soumis aux lois absurdes de l’époque maoïste. Mo Yan, né dans le Shangdong en 1955, est désormais un écrivain universellement reconnu. Une quinzaine de ses romans et nouvelles sont traduits en français et publiés au Seuil dont Beaux seins, belles fesses (2004), Le Maître a de plus en plus d’humour (2005), Le Supplice du santal (2006), Quarante et un coups de canon (2008), La Dure Loi du karma (2009) et Grenouilles (2011). traduit du chinois par François Sastourné

La Valse du diable

Imaginez un jeu des Sept Familles : dans la famille Jones… demandez le père, brillant universitaire. Puis la mère, aimante, parfaite. Bien. Demandez maintenant le fils. Décédé à l’âge de un an. La grand-mère… suicidée. La fille, Cassie, un adorable bébé de vingt et un mois souffrant déjà d’étranges troubles du comportement. C’est pour cette raison que le médecin traitant fait appel à notre psychologue et fin limier préféré, Alex Delaware. Très vite, Alex a le sentiment que Cassie ne souffre pas de maladies psychosomatiques mais plutôt qu’on essaie d’attenter à sa vie. Son intuition se confirme lorsqu’il découvre que tous ceux qui se sont ” intéressés ” à la famille Jones ont été assassinés…

La Vallee Des Spectres

La vallee des spectres by Edgar Wallace
* La bibliographie de l’auteur
* Enumération de ses principales œuvres
* La vallée des spectres : À la poursuite de Scottie aux Quatre-z-yeux, le voleur de diamants, Andrew Macleod découvre la vallée de Beverley-Green, ses villas cossues et ses habitants aisés …et Stella Nelson, la fille d’un peintre célèbre, qui le frappe par son air coupable. Arrêté, Scottie lui fait part de son intuition, cette vallée, heureuse en apparence, lui semble plutôt une vallée où rôdent des spectres et où couvent des drames. Quelques jours plus tard, Merrivan, le riche retraité trop bavard est assassiné ainsi que son ancien employé, Sweeny. Chargé de l’enquête, Andrew s’efforce de protéger Stella que tout accuse. Mais qui est l’assassin ? Stella et ses mystères ? Son père, peintre alcoolique et violent ? Arthur Wilmot, le neveu aux affaires discrètes qui fait chanter Stella ? Le criminel Abraham Selim, l’élusif usurier aux origines inconnues et que personne n’a vu ? Andrew n’aura pas trop de l’aide officieuse de Scottie, que son alibi a fait libérer, des lumières du juge Salter et du soutien de Stella pour résoudre cette affaire.

La vallée des rubis

Plus secrète que La Mecque, plus difficile d’accès que Lhassa, il existe au cœur de la jungle birmane une petite cité inconnue des hommes et qui règne pourtant sur eux par ses fabuleuses richesses depuis des siècles: c’est Mogok, citadelle du rubis, la pierre précieuse la plus rare, la plus chère, la plus ensorcelante. Mogok, perdue dans un dédale de collines sauvages par-delà Mandalay. Mogok autour de laquelle rôdent les tigres. La légende assure qu’aux temps immémoriaux un aigle géant, survolant le monde, trouva dans les environs de Mogok une pierre énorme, qu’il prit d’abord pour un quartier de chair vive tant elle avait la couleur du sang le plus généreux, le plus pur. C’était une sorte de soleil empourpré. L’aigle emporta le premier rubis de l’univers sur la cime la plus aiguë de la vallée. Ainsi naquit Mogok…
(source: Bol.com)

Les Valeureux

Les Valeureux, ce sont les cinq cousins Solal de Céphalonie : le charmant et naïf oncle Saltiel, le délicieux petit Salomon, Michaël le séducteur, Mattathias l’avare et surtout Mangeclous, le bey des menteurs, le “capitaine des vents”, perpétuellement affamé, aussi fertile qu’Ulysse en tours ingénieux, telle l’Université Supérieure et Philosophique de Céphalonie, où il donne de savoureux cours de séduction, ou cette épître à la Reine d’Angleterre, riche en conseils culinaires.

La vacation

Faiseur d’anges, avorteur, “ivégiste” ? Comment désigner le docteur Sachs, quand, chaque mardi, il quitte son cabinet de campagne, ses patients habituels et leur cohorte de petits maux, pour la ville, ses patientes qui défilent, et leur seul mal : une grossesse indésirable ? Lui-même ne sait pas comment dire, d’ailleurs il n’a personne à qui en parler. Or, il aurait bien besoin de quelqu’un qui l’écoute raconter la souffrance de son travail, celle des femmes en face de lui, mais la sienne aussi, la violence de cet acte qui n’est jamais anodin. Une oreille attentive, avec qui dépasser le langage clinique, rassurant, propre, qu’il sert à chaque patiente, mais tellement loin de ce qu’il ressent… Quelqu’un qui soit prêt à entendre ses vrais mots : un lecteur, peut-être ?
Un texte poignant, une écriture à vif, à lire comme le contrepoint sombre de *La Maladie de Sachs*, le roman qui fit connaître Martin Winckler au grand public et qui obtint le prix du Livre Inter en 1999. *–Karla Manuele*

Les vacances d’un serial killer

Comme chaque été, Alfonse Destrooper part en villégiature à la mer du Nord. Josette, sa femme, est bien décidée à se la couler douce, entre farniente à la plage et shopping dans la station balnéaire. Les enfants, Steven et Lourdes, emportent leur caméra pour immortaliser ces vacances tant attendues. Quant à la mémé, véritable Calamiry Jane, elle les accompagne dans sa vieille caravane. Mais le voyage commence mal ! Un motard pique le sac de Josette à un carrefour et s’enfuit. Furieux, Alfonse s’arrête dans un snack pour s’enfiler une bière pendant que les deux ados, avec leur manie de tout filmer. s’amusent à planquer leur caméra dans les toilettes, histoire de recueillir quelques images truculentes. La famille Destrooper reprend finalement la route. À l’arrière de la voiture, les ados visionnent tranquillement leur vidéo. Quand, soudain, ils découvrent à l’écran le cadavre du motard gisant sur le sol des toilettes du restoroute ! Et, pour couronner le tout, la magnifique pension dans laquelle les Destrooper ont prévu de séjourner est un rade pourri. Les vacances en enfer ne font que commencer… Une comédie décapante, teintée d’humour noir et d’un zeste de poésie, un hymne à la Belgique.

L’usurpatrice

*Dans la nuit du 8 octobre 1871, un terrible incendie ravage Chicago, semant la panique dans la ville. Et pourtant, du chaos, va naître le fragile miracle de l’amour…*
Femme de chambre d’une riche héritière, Kathleen assiste à un bal prestigieux où avec la complicité de sa maitresse, elle se fait passer pour unearistocrate. Soudain, son regard croise celui de Dylan Kennedy, un riche armateur et c’est le coup de foudre. Pourtant, cette nuit magique tourne au cauchemar lorsqu’éclate le terrible incendie de Chicago. Les amoureux s’enfuient dans la vile en flammes et persuades de vivre leurs derniers instants, se marient en fuite…

L’Univers vivant

Des galaxies en collision ; des milliards de mondes volatilisés ; un chaos à l’échelle cosmique progressant vers notre Voie Lactée… et l’escadre spatiale de Jerry Barclay lancée vers l’Infini pour tenter de juguler ces cataclysmes… et découvrir alors le fantastique secret de l’univers.

(source: Bol.com)

Univers parallèles

En pleine forêt californienne, un homme vêtu d’un uniforme étrange, brandissant un pistolet d’un modèle totalement inconnu, surgit comme sorti du néant…

 Au même endroit, Jean Kariven et ses amis contournent un rocher à 13 heures, et se retrouvent au coeur de New York à minuit !
Phénomène incompréhensible. Une brèche dans le temps ? Dans l’espace ? Un autre univers ? Peut-être…

L’Unité Alphabet

L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est.
Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais.
Le premier roman de Jussi Adler Olsen, l’auteur de la célèbre série du Département V, où éclatait déjà le talent de ce maître du thriller scandinave.

Une lueur d’espoir

Charlene Newcomb nous doit une ennéalogie de nouvelles, toutes parues dans le *Star Wars Adventure Journal.* Ces neuf nouvelles nous racontent l’histoire d’Alex Winger au fil des années.
*Une lueur d’espoir* est la troisième partie de cette série. Elle se déroule six ans après la bataille de Yavin. Elle est parue dans le *Star Wars Adventure Journal 1* en Février 1994.
Après la mort de ses parents, Alex Winger a été adoptée par le Gouverneur Impérial de la planète Garos IV. Son père adoptif n’est pas au courant qu’en secret, elle fait partie d’un groupe de rebelles.
Titre original : *A Glimmer of Hope*

Une forme de vie

Quotidiennement sollicitée par du courrier de ses lecteurs, Amélie va un jour tomber sur une lettre inattendue… Un G.I coincé en Irak l’appelle au secours pour tenter de survivre dans cette drôle de guerre. Pour se rebeller, ce white trash se goinfre de junk-food, arborant sa graisse comme une amoureuse enveloppante. Mue par son instinct de Saint-Bernard, l’écrivain lui répond en lui parlant de body-art. S’ensuit une relation épistolaire étrange…