19009–19024 di 72034 risultati

Le chant de l’épée

Un royaume viking au nord, un royaume saxon au sud : voilà à quoi ressemble l’Angleterre en cette année 885. Mais des mercenaires s’emparent de Londres afin de contrôler la Tamise, menaçant ainsi l’équilibre fragile de la paix. Le roi Alfred convoque aussitôt son plus valeureux seigneur, le comte Uthred, et le charge de reconquérir la ville. Uthred, qui a grandi parmi les Vikings, parle leur langue et adore leurs dieux, mettra-t-il son épée légendaire au service de son souverain, alors qu’un homme revenu de parmi les morts lui a prédit que lui aussi deviendrait roi ?

Le Chant de l’épée

Un royaume viking au nord, un royaume saxon au sud : voilà à quoi ressemble l’Angleterre en cette année 885 quand des mercenaires s’emparent de Londres afin de contrôler la Tamise, menaçant ainsi l’équilibre fragile de la paix. Alfred, le roi des Saxons, convoque aussitôt son plus valeureux seigneur, le comte Uthred, et le charge de reconquérir la ville. Car Uthred a grandi parmi les Vikings, parle leur langue et adore leurs dieux. Mais mettra-t-il son épée légendaire au service de son souverain, alors qu’un homme revenu de parmi les morts lui a prédit ‘il monterait à son tour sur le trône ?

La chance du diable: le récit de l’opération Walkyrie

Le 20 juillet 1944, une bombe éclate au quartier général de Hitler, la ” Tanière du loup “. L’instigateur de l’attentat, Claus von Stauffenberg, rentre à Berlin, pour mettre en oeuvre le coup d’État qu’il a préparé avec les autres conjurés ; mais la nouvelle que le Führer a survécu fait tout échouer. La ” chance du diable a encore frappé et la vengeance de Hitler sera terrible… ” L’opération Walkyrie ” a été un coup de tonnerre dans l’histoire du Ille Reich. Il faut se représenter le courage de ces hommes d’honneur, dont le dilemme était terrible : tuer Hitler, c’était décapiter l’Allemagne alors que le pays se trouvait dans une situation critique, menacé de perdre la guerre ; cela signifiait, en cas d’échec, l’accusation de haute trahison, l’ignominie. Adapté de la biographie que Ian Kershaw spécialiste mondial du nazisme, a consacrée à Hitler, ce livre propose le récit, quasiment heure par heure, de l’attentat et de ses suites. Il éclaire la personnalité des conjurés et détaille le châtiment qui s’est ensuivi à l’aide de documents très peu connus du grand public (rapports de la SS, récit des exécutions, dernières lettres des conjurés avant de mourir…).

Le champion des mondes

Un but ? Survivre.
Un moyen ? Devenir le champion des mondes. Une condition ? Gagner.
Gagner !
Gagner !

Le champion de Garathorm

Hawkmoon dépérit. Une messagère vient requérir son aide : des guerriers mystérieux ont pris la ville de Garathorm. Sont-ils envoyés par les Seigneurs du Chaos qui cherchent à manipuler l’histoire parce que leur propre monde est à l’agonie ? C’est assez pour Hawkmoon. Ils ont dû surgir d’un passage entre les dimensions. Il affronte l’armée inconnue, prêt à tout pour trouver un chemin vers Yisselda, son amour perdu. Pour la rejoindre, une seule solution : guérir la blessure du multivers. Une tâche à la mesure du Soldat du Destin. 

Chambre froide

Mal mariée à David Muybridge qui la battait, Phoebe vit désormais sous le regard haineux des habitants de son village : ils la soupçonnent d’avoir assassiné son mari mystérieusement disparu il y a dix ans. Entourée par Diana et Anne, qui partagent sa solitude, elle devra démentir les ragots qui se déchaînent lorsque sont découverts, dans le parc qui entoure son manoir, les restes méconnaissables d’un cadavre. La police semble toute disposée à croire qu’il s’agit du mari introuvable, si disposée d’ailleurs à adhérer à cette thèse que les indices qui pourraient innocenter Phoebe sont systématiquement négligés.
Minette Walters excelle dans la description de la lourde atmosphère d’un village anglais prompt à frapper d’ostracisme ceux de ses membres qui feignent d’être indifférents à son jugement. Elle entraîne le lecteur dans une intrigue où les ressorts psychologiques implacables de la rancoeur sont décrits avec Le charme des jardins anglais tient au savant désordre qui y règne et à la fréquence des meurtres qui s’y commettent. Indifférentes aux ragots du village qui les accusent de sorcellerie et de moeurs bizarres, Diana, Anne et Phoebe, amies intimes en apparence, vivent à l’écart dans un manoir dont le parc abrite une antique chambre froide du XVIIe siècle où l’on découvre les restes congelés et méconnaissables d’un homme aux doigts et aux dents arrachés. Le cadavre serait-il celui de ce salaud de David Muybridge, le mari de Phoebe inexplicablement disparu dix ans plus tôt ? Deux flics aux méthodes opposées, les unes subtiles les autres discutables, tentent de percer l’énigme. Ils auront du mal à faire perdre leur flegme aux trois vipères de Streech Grange.

La Chambre Éclairée

Recueil de textes variés écrits pour la plupart dans les années 1917-1918, La Chambre éclairée offre un échantillon des multiples talents de Colette. Des scènes de moeurs traitées avec humour voisinent avec des textes intimistes, des chroniques d’une ironie vengeresse avec des témoi­gnages sur la vie quotidienne pendant la Grande Guerre, des parodies avec des poèmes en prose.

Ces textes libres sont à déguster un à un.

(source: Bol.com)

La Chambre de Jacob

La Chambre de Jacob by Virginia Woolf
De son enfance sur les falaises de Cornouailles à ses études à l’Université de Cambridge, la vie de Jacob Flanders est révélée au gré de sensations et d’impressions : lettres de sa mère, conversations amicales, pensées de la femme qui l’aime… Jusqu’à ce qu’il apparaisse dans la lumière d’un lampadaire londonien : nous sommes en 1914, il a trente-six ans, et l’Europe est aux portes de la guerre.La Chambre de Jacob invite à un voyage à l’orée de nos sens, où le flot des souvenirs et des affects dessinent le portrait d’un homme en prise avec son monde. L’occasion pour la romancière britannique d’aborder, déjà, la condition féminine et le poids de la morale victorienne – autant de thèmes qui hanteront son oeuvre.

Chaleur du sang

Dans un hameau du centre de la France, au début des années 1930, un vieil homme, Silvio, se souvient, observant la comédie humaine des campagnes, le cours tranquille des vies paysannes brusquement secoué par la mort et les passions amoureuses. Devant lui, François et Hélène Érard racontent leur première et fugitive rencontre, le mariage d’Hélène avec un vieux et riche propriétaire, son veuvage, leurs retrouvailles. Lorsque leur fille Colette épouse Jean Dorin, la voie d’un bonheur tranquille semble tracée. Mais quelques mois plus tard, la noyade de Jean vient détruire la fausse quiétude de ce milieu provincial. L’un après l’autre, les lourds secrets qui unissent malgré eux les protagonistes de cette intrigue vont resurgir dans le récit de Silvio, jusqu’à une ultime et troublante révélation… Ce drame familial, entrepris dès 1937, conduit comme une enquête policière, raconte la tempête des pulsions dans le vase clos d’une société trop lisse. Ce roman d’Irène Némirovsky refait surface près de soixante-dix ans après sa composition.

Chair et sang

Lauren Teague est au bord de la délinquance lorsque sa mère l’amène chez le célèbre psychologue Alex Delaware. Malgré tous les efforts de celui-ci, la jeune fille refuse de se faire soigner et c’est l’échec. Mortifié, Alex Delaware le sera encore plus en retrouvant quelques années plus tard son ex-patiente, devenue une splendide jeune femme, lors d’une soirée arrosée où elle se donne en un bien étrange spectacle. Peu de temps après, Lauren Teague est retrouvée morte dans une benne à ordure. Malgré les conseils de son ami inspecteur de police, Milo Sturgis, chargé de l’enquête, Alex Delaware décide d’épauler ce dernier. Et découvre un univers étrange aux frontières de la psychologie expérimentale et de l’industrie du sexe.

La chair disparue

1996… Pour avoir démantelé Body Store, une organisation internationale de trafic d’organes,
John Paul Hurtubise a subi de terribles représailles : ses enfants ont été « vidés »
de tous leurs organes et ses proches, menacés de mort.
1998… Souffrant du syndrome de « personnalités multiples », Hurtubise, devenu Paul Hurt grâce à l’Institut, se terre dans la région de Québec où il tente d’oublier le passé. Mais voilà : un journaliste offre son coeur – dans une glacière ! – à l’une de ses amies, un artiste fou se met à sculpter dans l’humain, un réseau d’extracteurs sillonne les rues de la ville… Body Store renaîtrait-il de ses cendres ?
F, la directrice de l’Institut, croit plutôt que ces récents événements confirment ce qu’elle redoute depuis deux ans : les mafias s’unissent à l’échelle mondiale, et si personne n’intervient, elles risquent de prendre le contrôle de la planète entière !

La Chaîne de Flammes

Grièvement blessé lors d’un combat contre les soudards de l’Ordre Impérial, Richard serait sans doute mort sans l’intervention de Nicci. Un sauvetage miraculeux qui laisse le Sourcier très faible, désorienté… et peut-être victime d’une formidable hallucination. En effet, quand il s’enquiert du sort de Kahlan… il découvre que personne parmi ses compagnons, ne semble la connaître. Même Cara, sa fidèle garde du corps, ne se souvient pas qu’il ait un jour été marié à la Mère Inquisitrice. Alors que la guerre contre Jagang continue de faire rage, Richard part en quête de son passé et de sa mémoire. Il en est persuadé : cette disparition fait courir à l’univers un danger mortel !

[http://www.amazon.fr/LÉpée-Vérité-9-Chaîne-Flammes/dp/2352943000](http://www.amazon.fr/L%C3%89p%C3%A9e-V%C3%A9rit%C3%A9-9-Cha%C3%AEne-Flammes/dp/2352943000)

Chacun sa vérité

Chacun sa vérité est une pièce tirée de la nouvelle Mme Frola et M. Ponza son gendre. Un nouveau conseiller de la Préfecture, M. Ponza s’est installé en ville avec sa femme. Mais il manque à tous ses devoirs en ne rendant pas visite à Agazzi, secrétaire général, et à sa femme Amélie. A partir de là, les rumeurs vont bon train : il séquestrerait son épouse dans un appartement sombre. Sa belle-mère habite sur le palier des Agazzi. Le fait que Ponza passe énormément de temps avec celle-ci commence à en chagriner certains. Madame Cini et la famille Sirelli enveniment les choses. Lorsque le frère d’Amélie, Lambert Laudisi, l’apprend, il essaie de leur faire comprendre que la vérité n’est pas toujours celle que l’on croit. Mais quel secret cache donc ce Ponza ?

Ceux-qui-brillent

La main de Xanetia l’effleura ; il poussa un cri d’horreur, un hurlement atroce qui mourut dans un râle. Il regarda bouche bée, les yeux exorbités, la forme aveuglante qui venait de le toucher, mais ce fut bref.
Après cela, son expression fut impossible à distinguer. Sa chair se liquéfia, coula comme une bougie. Ses joues et ses lèvres dégoulinèrent sur son menton, sa mâchoire tomba. Il voulut crier encore, mais la putréfaction avait atteint sa gorge, et sa bouche dépourvue de lèvres n’émit qu’un gargouillis. La chair glissa le long de son bras, dénudant les os, et sa main de squelette laissa échapper sa dague.
Ses jambes le lâchèrent ; le résidu visqueux de ce qui avait été sa peau, ses nerfs et ses tendons ruissela sur ses vêtements.
Le cadavre pourrissant s’affaissa sur le sol tapissé de feuilles mortes où il continua de se désagréger. Inexorablement, la malédiction de Xanetia poursuivait son œuvre.
**

Ceux qui vont mourir te saluent

L’éditeur d’art parisien Henri Valhubert est contacté par un collectionneur pour expertiser un dessin de Michel-Ange jusqu’alors inconnu. Il reconnaît la patte du maître italien et estime qu’il s’agit d’une gravure volée. À l’odeur du papier, il pense qu’elle pourrait provenir d’un fonds d’archives inexploré de la Bibliothèque vaticane. Pour faire la lumière sur cette affaire, l’éditeur décide de se rendre à Rome où son fils Claude poursuit en dilettante ses études en compagnie de deux amis, Thibault dit Tibère et David dit Néron, tous deux amoureux de Laura, la belle-mère de Claude. Chaque mois, celle-ci se rend à Rome, et tout le monde se retrouve chez Gabriella, une jeune femme qui a été élevée par l’évêque Lorenzo Vitelli, correspondant des trois étudiants. À peine arrivé, Henri Valhubert se met en quête de son rejeton au cœur d’une grande fête devant le palais Farnèse. Mais bientôt, Tibère le retrouve mort, empoisonné par un cocktail contenant de la ciguë.
D’une tonalité classique, ce troisième roman de Fred Vargas contient déjà l’essentiel de ce qui a fait la réputation de la romancière : une intrigue bien construite, une écriture élégante, des personnages attachants et décalés (dont un trio qu’on retrouve sous d’autres formes dans les livres suivants) et une description de Rome et du Vatican qui sonne juste. *–Claude Mesplède*

Ceux de Barcelone

**Le livre**
“Il y a déjà plusieurs semaines que je suis à Barcelone. La ville m’est familière ; les miliciens dans leurs vêtements romantiques ne me font plus impression. Lorsque je vois une femme coiffée d’un chapeau, je suis étonné. Je trouve tout naturel d’être assis à la même table que des gens armés de fusils ou de revolvers comme dans un roman de pirates. Mais la Révolution donne toujours des impressions nouvelles. La vie est ici mille fois plus intense et cette suite rapide d’événements produit l’effet de piqûres de caféine. Comment pourrai-je vivre désormais dans des pays tranquilles, dans des temps tranquilles ?”
**L’auteur**
Auteur d’un pamphlet contre Céline paru en 1938 et d’une biographie de Bakounine, Kaminsky se trouvait à Barcelone, aux côtés des anarchistes, pendant les mois décisifs pour la révolution espagnole. Son témoignage à chaud sur ces événements est à bien des égards plus précieux que maintes études historiques : “Je ne crois pas que pour décrire les révolutions on doive attendre leur fin. Car une révolution se maintient et alors elle ne se termine jamais, ou bien elle ne trouve sa fin que par la victoire de la contre-révolution.”