1681–1696 di 72802 risultati

Les meilleurs récits de Astounding Stories 1934 / 1937

Il existe des périodes privilégiées dans la vie des revues. Celle qui va du début 1934 à la fin 1937 en est une pour Astounding qui, depuis trente-cinq ans, reste le premier magazine du genre aux Etats-Unis. Cette anthologie présente des récits d’auteurs aujourd’hui encore célèbres, tels C.L. Moore, Jack Williamson, John W. Campbell, ou qui ont été injustement oubliés : Stanley Weinbaum, Donald Wandrei, etc. C’est à partir de leurs récits, présentés ici pour la première fois, que s’édifia la période classique de la S-F américaine, celle des Van Vogt, Asimov, Sturgeon, etc. Ne les manquez pas, leurs qualités et leur actualité vous surprendront.1 – Jacques SADOUL, Introduction, pages 5 à 7, Introduction 2 – Raymond Z. GALLUN, Le Vieux fidèle (Old faithful), pages 11 à 55, trad. Bernard MYERS 3 – Catherine L. MOORE, Rendez-vous au fil du temps (Tryst in time), pages 57 à 88, trad. Bernard MYERS4 – Stanley WEINBAUM, Les Mangeurs de lotus (The Lotus Eaters), pages 89 à 127, trad. Bernard MYERS 5 – Harl VINCENT, Le Rôdeur des terres incultes (Prowler of the wastelands), pages 129 à 147, trad. Bernard MYERS 6 – Chan CORBETT, Au-delà de l’infini (Beyond infinity), pages 149 à 189, trad. France-Marie WATKINS 7 – Don A. STUART, La Nuit (Night), pages 191 à 219, trad. Bernard MYERS 8 – Wallace WEST, Le Dictateur fantôme (The phantom dictator), pages 221 à 237, trad. Bernard MYERS 9 – Jack WILLIAMSON, Le Cercle galactique (The galactic circle), pages 239 à 306, trad. Bernard MYERS

Les meilleurs récits de Astounding Science-Fiction 2 (1938-1945)

Le premier volume consacré à *Astounding Stories* couvrait la période 1934-1937. À cette date, John W. Campbell prend en main les destinées du magazine et modifie légèrement son titre. Voici donc la période 1938-1945 de *Astounding Science-Fiction*.
Campbell lui-même figure au sommaire sous le pseudonyme de Don A. Stuart, avec un récit étonnant, *Le manteau d’Aesir* , considéré comme un classique outre-Atlantique et qui n’avait jamais été traduit dans notre langue.
Ce volume présente également des textes de Theodore Sturgeon, Clifford D. Simak, Lester del Rey et Murray Leinster, au mieux de leur forme. L’anthologie se termine par un autre grand classique, *Tout smouales étaient les Borogoves* , de Lewis Padgett, que Boris Vian traduisit pour le Mercure de France en 1953.
SOMMAIRE :

1 – Jacques SADOUL, Introduction
2 – Don A. STUART, Le manteau d’Aesir (Cloak of Aesir)
3 – Theodore STURGEON, Le Dieu Microscopique (Microscopic God)
4 – Clifford D. SIMAK, La fosse aux pirates (Rim of the Deep)
5 – Lester del REY, Helen A’lliage (Helen A’lliage)
6 – Murray LEINSTER, Premier contact (First Contact)
7 – Lewis PADGETT, Tout smouales étaient les Borogoves (Mimsy were the Borogoves)

Les meilleurs récits de Amazing Stories Tome 1 (1926-1932)

*Amazing Stories* est la plus ancienne revue de science-fiction au monde. Elle a été publiée sans discontinuer depuis le mois d’avril 1926. C’est grâce à elle que la S.-F. a pu se constituer en genre littéraire séparé dans les années 30.
Cette anthologie vous propose des récits d’auteurs aujourd’hui encore célèbres, tel Abraham Merritt, ou injustement oubliés, tels Francis Flagg, Wallace West ou le Dr Keller. Elle présente aussi le long récit de Philip Francis Nowlan à partir duquel fut créée la célèbre bande dessinée de science-fiction : *Buck Rogers au XXV e siècle.*
Inconnue en France, cette première période de la S.-F. américaine sera une révélation pour beaucoup.
SOMMAIRE :

1 – Jacques SADOUL, Introduction
2 – Abraham MERRITT, Les êtres de l’abîme (The people of the pit)
3 – G. Peyton WERTENBAKER, L’arrivée des glaces (The coming of the ice)
4 – David H. KELLER M. D., La guerre du lierre (The ivy war)
5 – Wallace G. WEST, Le dernier homme (The last man)
6 – Francis FLAGG, Les cités d’Ardathia (The cities of Ardathia)
7 – R. F. STARZL, Le sous-univers (Out of the sub-universe)
8 – Neil R. JONES, La planète au double soleil (The planet of the double sun)
9 – Philip Francis NOWLAN, Armageddon 2419 après J.-C. (Armageddon 2419)

Les martiens

D’une mission d’entraînement en Antarctique aux terrifiantes tempêtes de sable qui balaient les canyons désolés de la planète rouge, Les Martiens met en scène toute une galerie de personnages ayant joué un rôle dans cette histoire de la colonisation de la planète soeur magistralement décrite par Kim Stanley Robinson dans sa trilogie martienne, d’ores et déjà saluée comme l’un des grands classiques de la science-fiction.

Depuis l’épopée des Cent — les premiers explorateurs — , ce sont des générations d’hommes et de femmes qui ont transformé en colonie durable ce qui n’était au départ qu’un avant-poste à l’existence bien ténue. Les expéditions internationales qui se sont succédé ont débouché sur la création d’un monde. Celui-ci a connu une évolution inéluctable, avec son cortège de luttes politiques, de révolutions et de conflits armés. A une époque où la longévité est de l’ordre d’un siècle et demi, Les Martiens raconte l’épopée de générations d’humains vivant aux limites de la frontière ultime, où les paysages façonnés par les hommes sont sans cesse en butte aux monstrueux caprices de la nature.
Les Martiens, c’est la chronique épique d’une planète qui représente l’un des recours les plus plausibles de l’humanité. A l’horizon 2050, autrement dit demain… 

Les martiens

D’une mission d’entraînement en Antarctique aux terrifiantes tempêtes de sable qui balaient les canyons désolés de la planète rouge, Les Martiens met en scène toute une galerie de personnages ayant joué un rôle dans cette histoire de la colonisation de la planète soeur magistralement décrite par Kim Stanley Robinson dans sa trilogie martienne, d’ores et déjà saluée comme l’un des grands classiques de la science-fiction.

Depuis l’épopée des Cent — les premiers explorateurs — , ce sont des générations d’hommes et de femmes qui ont transformé en colonie durable ce qui n’était au départ qu’un avant-poste à l’existence bien ténue. Les expéditions internationales qui se sont succédé ont débouché sur la création d’un monde. Celui-ci a connu une évolution inéluctable, avec son cortège de luttes politiques, de révolutions et de conflits armés. A une époque où la longévité est de l’ordre d’un siècle et demi, Les Martiens raconte l’épopée de générations d’humains vivant aux limites de la frontière ultime, où les paysages façonnés par les hommes sont sans cesse en butte aux monstrueux caprices de la nature.
Les Martiens, c’est la chronique épique d’une planète qui représente l’un des recours les plus plausibles de l’humanité. A l’horizon 2050, autrement dit demain… 

Les Marteaux de Vulcain

Après l’apocalypse, les nations se sont mis d’accord pour laisser les super-ordinateurs décider pour eux. Ainsi, Vulcain 3 a pouvoir absolu sur le gouvernement en ce qui concerne la politique générale. Cela donne une société stable, mais sclérosée et paranoïaque, dominée par les technocrates de l’Union.
Mais depuis quelques mois, le Mouvement des Guérisseurs, dirigé par le père Fields, qui veut redonner à l’homme la maîtrise de sa destinée, prend une ampleur inquiétante. Et Vulcain 3 ne réagit pas à son existence…
Pourquoi ? Faut-il laisser une machine être le maître de l’humanité ? Mais peut-on encore le considérer comme une machine ?

Les marionnettes de l’ombre

L’Hégémon Peter Wiggin a pris la décision de faire évader le redoutable Achille, psychopathe avéré, des geôles chinoises. Il croit pouvoir se servi de lui. Mais n’est-ce pas une grave erreur ? Ne risque-t-il pas de remettre en selle l’homme le plus dangereux de la planète ?
Bien sûr, il y a le génial Bean, ultime recours. Mais Bean a d’autres problèmes, d’autres angoisses à affronter. Enfant miracle d’une manipulation génétique, il sait que sa mort est proche. Et Pétra, son amie de toujours, sa promise aujourd’hui, veut porter ses enfants. Le risque est grand d’engendrer de pauvres êtres sans grande espérance de vie.
La clandestinité les attend tous à nouveau ; propagande, manoeuvres discrètes ou désespérées, tentatives d’assassinat, chantage, une nouvelle guerre de l’ombre s’engage qui va mener à la guerre ouverte.
Après  *La Stratégie de l’ombre*  et  *L’Ombre de l’Hégémon* ,  *Les Marionnettes de l’ombre*  poursuit le récit des aventures de Bean, l’ancien compagnon d’Ender.

Les marionnettes de l’ombre

L’Hégémon Peter Wiggin a pris la décision de faire évader le redoutable Achille, psychopathe avéré, des geôles chinoises. Il croit pouvoir se servi de lui. Mais n’est-ce pas une grave erreur ? Ne risque-t-il pas de remettre en selle l’homme le plus dangereux de la planète ?
Bien sûr, il y a le génial Bean, ultime recours. Mais Bean a d’autres problèmes, d’autres angoisses à affronter. Enfant miracle d’une manipulation génétique, il sait que sa mort est proche. Et Pétra, son amie de toujours, sa promise aujourd’hui, veut porter ses enfants. Le risque est grand d’engendrer de pauvres êtres sans grande espérance de vie.
La clandestinité les attend tous à nouveau ; propagande, manoeuvres discrètes ou désespérées, tentatives d’assassinat, chantage, une nouvelle guerre de l’ombre s’engage qui va mener à la guerre ouverte.
Après  *La Stratégie de l’ombre*  et  *L’Ombre de l’Hégémon* ,  *Les Marionnettes de l’ombre*  poursuit le récit des aventures de Bean, l’ancien compagnon d’Ender.

Les maîtres chanteurs

Mikal, le terrible conquérant devant qui tremblent les mondes, se présente un jour aux portes du palais du Chant pour supplier qu’on lui accorde la plus belle parure dont puisse rêver un monarque pour sa cour : un Oiseau-Chanteur, un de ces enfants prodiges dont la voix a le pouvoir de déchaîner ou assouvir toutes les passions. Mais quand on sait qu’un Oiseau-Chanteur doit être très précisément « accordé » à la musique spirituelle de son maître, on devine que celui qui conviendra à la personnalité guerrière de Mikal sera un être hors du commun. Et de fait, lorsque le jeune Ansset quittera les hauts murs du palais du Chant, ce sera pour répondre à l’appel d’un destin que nul, même Mikal, ne peut soupçonner, un destin glorieux et tragique, violent et cruel, qui le mènera jusqu’aux marches du trône impérial. Une saga d’une force exceptionnelle, au service d’une réflexion sur le pouvoir.

Les Lumineux

Sparta, Redfield et le Pr Forster sont à bord du vaisseau de Thowintha, l’une des créatures que les membres de la secte du Libre Esprit vénèrent depuis des millénaires. Leur destination ? Un lointain passé où des factions extraterrestres s’affrontent pour créer dans le système solaire un environnement propice à l’apparition et à l’évolution de l’humanité. Certains veulent faire de Vénus un monde identique au leur et réservé à leur espèce, tandis que Thowintha souhaite “terraformer” Mars et rendre cette planète habitable tant pour son peuple que pour les hommes.
Mais les voyages temporels sont à l’origine de bien des paradoxes… Le monde dans lequel Sparta a vécu jusque-là va-t-il disparaître pour donner naissance à une nouvelle réalité ?
Adieu, Base Vénus ?

Les lumières du Nord

Policier à Baltimore, Nate Burke a assisté, impuissant à la mort de son coéquipier, Jack, marié et père de famille.
Il a suffi de quelques secondes de trop, de quelques erreurs insignifiantes pour entraîner la mort d’un homme bon et courageux. Rongé par la culpabilité, il donne sa démission, coupe les ponts avec son passé, et s’envole pour l’Alaska, où il a accepté d’être le chef de la police de Lunacy. Cinq cents habitants, la nuit qui tombe à midi, le climat peu clément… L’endroit idéal pour oublier..: Mais même dans les endroits les plus reculés, le mal rôde.
Trois jeunes gens ont découvert enfoui dans les glaces le cadavre d’un homme poignardé seize ans plus tôt. Aidé de Meg, la fille du défunt, avec qui il entame une fougueuse liaison, Nate est bien décidé à tirer cette affaire au clair.