16577–16592 di 72034 risultati

L’Ultime Auberge

Dans un ultime effort artistique, un écrivain gravement malade conçoit un texte dont la réalisation est constamment mise en difficulté, entravée. En livrant, avec une sincérité radicale et une lucidité sans faille, ses réflexions politiques, l’enfer de sa maladie, ses pensées intimes, sa vie recluse, les épreuves de son mariage et les fragments littéraires qu’il parvient malgré tout à extirper, cet artiste refuse d’exister dans ce qu’il appelle le “Jardin des trivialités”. Le style, l’ironie et la férocité de l’ensemble boule-versent toutes nos certitudes – sauf celle que l’art triomphe. Imre Kertész transforme ici le “duel” entre sa maladie de Parkinson et l’écriture d’un nouveau roman en une oeuvre autofictionnelle sublime et poignante. Le Prix Nobel de littérature témoigne ainsi jusqu’au bout du combat de l’individu pour sa dignité dans des circonstances extrêmes.
**
### Présentation de l’éditeur
Dans un ultime effort artistique, un écrivain gravement malade conçoit un texte dont la réalisation est constamment mise en difficulté, entravée. En livrant, avec une sincérité radicale et une lucidité sans faille, ses réflexions politiques, l’enfer de sa maladie, ses pensées intimes, sa vie recluse, les épreuves de son mariage et les fragments littéraires qu’il parvient malgré tout à extirper, cet artiste refuse d’exister dans ce qu’il appelle le “Jardin des trivialités”. Le style, l’ironie et la férocité de l’ensemble boule-versent toutes nos certitudes – sauf celle que l’art triomphe. Imre Kertész transforme ici le “duel” entre sa maladie de Parkinson et l’écriture d’un nouveau roman en une oeuvre autofictionnelle sublime et poignante. Le Prix Nobel de littérature témoigne ainsi jusqu’au bout du combat de l’individu pour sa dignité dans des circonstances extrêmes.
### Biographie de l’auteur
Prix Nobel de littérature en 2002, Imre Kertész est né le 9 novembre 1929 dans une famille juive modeste de Budapest. Déporté à l’âge de quinze ans à Auschwitz, il est ensuite transféré à Buchenwald puis au camp de travail de Zeitz. Son expérience des camps de concentration le marque profondément et imprègne toute son oeuvre, sans pour autant qu’elle ne s’y limite. Refusant tout nationalisme, Imre Kertész se décrit lui-même comme un juif européen et vit avec sa femme à Budapest sans pour autant sortir de son appartement. Gravement atteint de la maladie de Parkinson, il a dû en effet renoncer en 2013 à son choix de vivre à Berlin où il s’était établi en 2002. En perpétuel conflit avec les instances politiques de sa patrie, il a pourtant reçu, en 2014, la plus haute distinction hongroise. Son oeuvre a été récompensée par de très nombreux prix européens. En France, Imre Kertész est publié par Actes Sud.

Uglies

Qu’elle va être belle la vie quand Tally Youngblood aura seize ans. Après l’opération, elle ira chez les Pretties. Parce que la vie à Uglyville, ce n’est rien comparé à celle qui l’attend à New Pretty Town. Dans ce futur éloigné, les gens sont normaux jusqu’à seize ans. On les rend parfaits ensuite. Évidemment, ils ont alors tendance à tous se ressembler, parce qu’une fois qu’on a défini la perfection, on s’y tient. Et dans ce beau monde uniformisé, paradis high-tech, Tally se mariera et ira habiter en banlieue pour y perpétuer le cycle « vertueux». Mais cette société idyllique n’a-t-elle pas oublié quelque chose ? Et est-elle si parfaite ? Tally devra attendre pour s’en assurer : son amie, Shay, a pris la poudre d’escampette. Plus question d’opération tant qu’elle ne l’aura pas ramenée. Un récit plein d’intelligence et d’originalité.

Ubu Roi

Le seul nom d’Ubu a fait davantage pour rendre célèbre Alfred Jarry que tout l’ensemble de son oeuvre. C’est une pièce mythique. Ubu est l’officier de confiance de Venceslas, roi de Pologne. Pleine d’ambition, la mère Ubu lui suggère de tuer le roi et de prendre le pouvoir. Ubu reçoit des invités à dîner et leur donne de la «merdre» à manger…

La Tyrannie du plaisir

Poser clairement et sans faux-fuyants la question de la morale sexuelle – c’est-à-dire de la place de l’interdit – dans une société moderne, telle est l’ambition de ce livre. Depuis près d’une génération, nous vivions dans l’illusion que cette question ne se posait plus. Aujourd’hui, l’illusion se dissipe, mais un étrange et tumultueux désarroi la remplace. Ne sachant plus très bien où elles en sont, nos sociétés cherchent douloureusement leurs repères. Nos débats, à ce sujet, s’enferment immanquablement dans une alternative que je refuse : permissivité claironnante ou moralisme nostalgique. Nous n’aurions d’autres choix que celui-ci. Je voudrais, pour ma part, tenter de regarder cette question en face, d’en mettre à plat – pacifiquement – les principales données, tout en rectifiant les mille contrevérités qui sont le plus souvent répandues dès qu’il est question de sexe. Quantité de disciplines aussi différentes que l’histoire, la psychanalyse, l’anthropologie, la théologie, la philosophie politique, la démographie, l’économie, la criminologie – pour ne citer que les principales – s’intéressent à la sexualité, mais sans guère communiquer les unes avec les autres. J’ai donc pris le parti – risqué – de revisiter patiemment ces différents savoirs, avec le maximum d’attention et avec le souci constant de ” produire mes preuves “. Quant au titre du livre, c’est à Platon que je l’ai emprunté. Dans Les Lois, Platon fait l’éloge du plaisir, mais considère néanmoins comme faible et critiquable l’homme qui laisse le ” tyran Éros ” s’introniser dans son âme pour en gouverner, quotidiennement, tous les mouvements… J.-C. G.

Tuez-les tous mais pas ici

Julie Loubriac a disparu. Âgée de 17 ans, ce n’est pas la première fois qu’elle se volatilise. Ses parents sont pourtant persuadés qu’il ne s’agit pas d’une simple fugue. Divorcés, ils vont unir leurs forces pour découvrir ce qui a pu arriver à leur fille. Une enquête qui va les mener de Quimper à Istanbul, en passant par la Syrie. Entre drame familial et manipulation des services de renseignements, ils vont se retrouver au coeur d’un secret d’Etat, sur fond de guerre contre le terrorisme…
Julie Loubriac a disparu. Âgée de 17 ans, ce n’est pas la première fois qu’elle se volatilise. Ses parents sont pourtant persuadés qu’il ne s’agit pas d’une simple fugue. Divorcés, ils vont unir leurs forces pour découvrir ce qui a pu arriver à leur fille, qui préparait le bac.
Face à l’immobilisme de la police, Martine et Louis Loubriac vont se lancer à sa recherche. Elle tient un magasin de vêtements plutôt haut de gamme. Quant à Louis, il a presque près tout râté dans sa vie. Ex-flic, ex-journaliste, ex-époux… Parfois, il parvient à être père de famille. Il lui reste cependant une chose, sa guitare pour jouer du blues dans le bar de sa nouvelle compagne, Jeniifer.
Même s’il n’a pas été un grand flic, il garde quelques réflexes de l’époque.Et il va tout faire pour découvrir ce qui est arrivé à sa fille. L’affaire se corse quand il est approché par un agent de la DGSI, qui le met sur une piste surprenante…
Une enquête qui va mener le couple Loubriac de Quimper à Istanbul, en passant par la Syrie. Entre drame familial et manipulation des services de renseignements, il va se retrouver au coeur d’un secret d’Etat, sur fond de guerre contre le terrorisme…

(source: Bol.com)

Le tueur

Traduit de l’anglais par Marie Ploux Un dangereux maniaque sexuel, l’Eventreur, sévit à Grantley, dans la banlieue Est de Londres. Kate Burrows, l’inspectrice chargée de l’enquête, piétine. Le tueur est malin et les victimes s’enchaînent. Le lecteur, lui, connaît bien l’Eventreur: c’est George, un homme plutôt terne, qui calme ses frustrations d’enfance et conjugales en tailladant des magazines pornos. Depuis qu’il a découvert les snuff movies, il tue, dépèce, viole en toute impunité, avant de retourner à sa petite vie tranquille… Kate est une femme forte au boulot, fragile au privé, qui a tout sacrifié pour sa carrière. Elle vit avec sa fille, Lizzy, une adolescente paumée, et sa mère, une petite veuve irlandaise qui ne quitte jamais sa bouteille de Bushmill’s. Le jour où elle rencontre Patrick Kelly, le père de la première victime, elle franchit une ligne jaune : Patrick est beau, sombre, intelligent… mais c’est un truand notoire ! Ensemble, ils vont traverser une crise terrible: leur passion bouleverse leurs valeurs, Lizzy fait une tentative de suicide, et leur tueur reste introuvable… Martina Cole nous entraîne, une fois n’est pas coutume, dans les méandres d’une enquête policière. Avec ce nouveau thriller sociologique, premier volet des aventures de Kate Burrows, elle brosse avec finesse le portrait psychologique d’un tueur forcené, fleur vénéneuse poussée sur un terreau miné par le mal. Sans aucune complaisance, elle creuse au plus profond de l’horreur à la recherche des dernirèes lueurs d’humanité, et tient son lecteur en haleine du début à la fin.

(source: Bol.com)

Un tueur si proche

Ann Rule was a writer working on the biggest story of her life, tracking down a brutal mass-murderer. Little did she know that Ted Bundy, her close friend, was the savage slayer she was hunting.

Le tueur du vendredi 13

Scotland Yard reçoit un étrange message signé du « tueur du vendredi 13 ».
Plaisanterie ? Non, car l’auteur revendique douze meurtres ‐ des trafiquants de drogue, des proxénètes,
et la directrice d’une agence de communication ‐ qui ont bel et bien été commis, les vendredis 13 janvier et 13 avril. Et il annonce un treizième meurtre pour le vendredi 13 juillet. Un crime qui couronnera sa croisade criminelle et pourrait concerner… la reine d’Angleterre !
Le club du vendredi13, une spécialiste des rêves, la grande prêtresse de la mode vintage, un exorciste,
un professeur voulant décapiter la monarchie britannique… Les suspects ne manquent pas !
Mais Higgins devra se méfier d’un chat noir à deux pattes, manipulateur‐né, qui tente de l’abuser afin
de mener à bien une surprenante entreprise criminelle.

Tueur de Monstres

De sombres nuages s’amoncellent autour des tours enneigées de la cité de Praag alors que les immondes hordes du Chaos assiègent les terres nordiques du Kislev. Seul Gotrek Gurnisson, un tueur nain, et son compagnon humain, Felix Jaeger, se dressent entre la cité en péril et les forces des ténèbres. Découvrez les nouvelles aventures de vos deux héros préférés, Gotrek et Felix!

Le Tueur De Daims

Les événements produisent les mêmes effets que le temps sur l’imagination des hommes. Ainsi celui qui a fait de longs voyages et qui a vu 
beaucoup de choses est porté à se figurer qu’il a vécu longtemps, et l’histoire qui offre le plus grand nombre d’incidents importants est 
celle qui prend le plus vite l’aspect de l’antiquité. On ne peut expliquer d’une autre manière l’air vénérable que prennent déjà les annales 
de l’Amérique. Quand l’esprit se reporte aux premiers jours des colonies en ce pays, l’époque en semble éloignée et obscure ; les mille 
changements qui se rencontrent dans les anneaux qui forment la chaîne des souvenirs rejettent l’origine de la nation à un jour si éloigné, 
qu’il semble se perdre dans les brouillards du temps ; et cependant quatre vies d’une durée ordinaire suffiraient pour transmettre de bouche 
en bouche, sous la forme de tradition, tout ce que l’homme civilisé a fait dans les limites de la république. Quoique l’état de New-York seul 
possède une population excédant celle de l’un ou de l’autre des quatre plus petits royaumes de l’Europe, ou de toute la Confédération suisse, 
il n’y a guère plus de deux siècles que les Hollandais, ont commencé à s’y établir et à tirer le pays de l’état sauvage. Ainsi ce qui paraît 
vénérable par une accumulation de changements devient familier à l’esprit quand on vient à le considérer sérieusement sous le seul rapport du 
temps.

Tuer le pere

« Ce roman ferait un très bon scénario. Moins bizarre mais plus prenante, Amélie ne fait pas du Nothomb, mais juste un bon roman. » –Elle

« Amélie Nothomb sait ménager les rebondissements, façonner le suspense, jouer sur les mots et les situations. Elle excelle même dans ce registre.
Le résultat est un petit livre cruel et dur,non dénoué de cet humour purement nothombien Attention, ça crépite ! » –L Express

« Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur ».
Le sujet du livre est « le bluff parfait ». Amélie Nothomb nous en donne sa définition

« le bluff parfait c’est créer un très grand tour de magie. J’emmène le lecteur avec moi, on crée quelque chose, une émotion s’installe et puis, tout à fait à la fin, on se rend compte qu’on était parti exactement dans la fausse direction parce que ça n’était pas du tout ça qui était en train de se raconter ; et pourtant tout s’est passé sous nos yeux, rien n’a été caché, c’était là, simplement on l’a pas vu.  »

[http://www.amazon.fr/Tuer-père-Amélie-Nothomb/dp/2226229752](http://www.amazon.fr/Tuer-p%C3%A8re-Am%C3%A9lie-Nothomb/dp/2226229752)

Tu tueras le père

Petit garçon, Dante Torre a survécu à l’enfer de la séquestration. Il enquête désormais sur une vertigineuse affaire d’enlèvements d’enfants. Car son ravisseur sévit toujours…
« Meilleur thriller de l’année 2014 » selon Il Corriere della Sera, Tu tueras le Père est un véritable best-seller en Italie, vendu dans plus de dix pays et bientôt adapté en série TV.
Sous un soleil de plomb, un homme court, désorienté, le long d’une route qui mène à Rome. Luca, son jeune fils, a disparu lors d’un pique-nique familial dans le Pratoni del Vivaro, un parc naturel à quelques kilomètres de là. Les enquêteurs dépêchés sur place découvrent bientôt la mère dans une clairière, décapitée. Ils pensent que c’est lui, le mari, qui dans les affres d’une dispute conjugale, a tué son fils, puis caché le corps. Mais où ? Aucune trace de l’enfant, nulle part. Quand Colomba Caselli arrive sur les lieux de la reconstitution, elle comprend immédiatement que quelque chose ne tourne pas rond… Colomba a trente-deux ans et des yeux d’un vert changeant. Elle est belle, instinctive, physique, mais elle n’est plus en service. Elle a pris un congé à durée indéterminée après avoir assisté, impuissante, à un événement tragique qu’elle nomme avec pudeur « Le Désastre » ; et qui l’a laissée très fragile. Cependant, même retirée de la vie policière, elle ne peut cesser d’être un flic et l’un des meilleurs. Le commissaire Rovere, son ex-patron, le sait : il lui demande comme une faveur de mener l’enquête pour lui, en toute discrétion, et d’aller consulter un expert du rapt et de la maltraitance infantile, Dante Torre, surnommé « l’enfant du silo ». Avec son allure de Bowie punk, maigre et toujours vêtu de noir, complètement phobique, dépendant, obsessionnel et paranoïaque, Dante a une approche très personnelle de son travail. Et pour cause : il a été enlevé lorsqu’il était un tout jeune garçon. Pendant onze ans, il a grandi dans l’exiguïté d’un silo à grains avec pour seul contact avec le monde extérieur un mystérieux individu qu’il appelle « Le Père ». À présent, l’enquête de Colomba le confronte à son pire cauchemar. Car, derrière la disparition du petit Luca, Dante reconnaît très vite la signature de ce « Père » jamais identifié, jamais arrêté. Mais si tel est le cas, pourquoi son geôlier aurait-il décidé de frapper à nouveau ? Et pourquoi tant d’années plus tard ? Colomba s’interroge : peut-elle vraiment se fier à son partenaire ? Ou bien Dante l’entraine-t-il, malgré elle, dans l’enfer d’une chasse aux fantômes ? Entre flashback, machinations et course contre la montre, Sandrone Dazieri construit un magnifique thriller qui plonge le lecteur dans un crescendo constant d’adrénaline.
**

Trumpitudes et turpitudes

A la stupéfaction du monde entier, Donald Trump a été investi à la présidence des Etats-Unis il y a un an, le 20 janvier 2017. Et, depuis un an, cette stupéfaction se renouvelle chaque jour, sous forme de tweets, d’interviews et de déclarations intempestives, absurdes, parfois violentes et vulgaires, souvent cocasses, que Philippe Corbé résume en un mot  : «  trumperies  ».
En voici la chronique quasi-quotidienne. Les meilleures déclarations du président ou de ceux qui répandent sa bonne parole sont présentées et expliquées par Philippe Corbé, qui suit la politique américaine sur place, et quelle place  ! Celle des mots qui mentent, blessent et nuisent. Les mots sont des actes. Voici les sinistres trumperies qui nous menacent. 
**
### Sinossi
A la stupéfaction du monde entier, Donald Trump a été investi à la présidence des Etats-Unis il y a un an, le 20 janvier 2017. Et, depuis un an, cette stupéfaction se renouvelle chaque jour, sous forme de tweets, d’interviews et de déclarations intempestives, absurdes, parfois violentes et vulgaires, souvent cocasses, que Philippe Corbé résume en un mot  : «  trumperies  ».
En voici la chronique quasi-quotidienne. Les meilleures déclarations du président ou de ceux qui répandent sa bonne parole sont présentées et expliquées par Philippe Corbé, qui suit la politique américaine sur place, et quelle place  ! Celle des mots qui mentent, blessent et nuisent. Les mots sont des actes. Voici les sinistres trumperies qui nous menacent.

Truite à la slave

Dans les cuisines du restaurant Casanova, le grand chef Dimytch Nikodimov officie sous le regard de Véra, sa jeune et délicate maîtresse. Un beau matin, le cuisinier disparaît et Vania Soleïlov, ancien flic et détective privé débutant, est chargé de l’enquête. La solution se trouvera dans l’assiette bien sûr…Ce court récit assaisonné à la sauce Kourkov – trois louches de suspense et un zeste d’absurde – est un véritable petit bijou.
(source: Bol.com)

Troublante tentation

Rêve merveilleux pour Foxy qui, des années durant, a été secrètement amoureuse de Lance Mattews, le meilleur ami de son frère. Et voilà qu’aujourd’hui, enfin, Lance la demande en mariage. Mais Foxy ne se doute pas que son rêve risque d’être brisé par la famille de Lance, aussi intolérante que riche, et qui considère leur union comme une mésalliance. ( Paru sous les titres : Toi Foxy en 86 et Troublante tentation en 2007 )