1–16 di 697 risultati

Tu dormiras quand tu seras mort

1960 : André Leguidel est un jeune officier promis, en raison de sa formation linguistique, à un travail peu excitant en Allemagne dans les bureaux du renseignement militaire. Contre toute attente, il se voit envoyé en Algérie en tant que simple soldat pour confirmer la fidélité à la France du chef de section de son commando de chasse, Mohamed Guellab. Ce dernier, d’origine musulmane, est en effet suspecté d’avoir tué l’officier français qui l’avait remplacé et d’être en passe de rejoindre les rebelles avec sa section et ses armes. C’est donc comme espion déguisé en radio qu’André Leguidel part au combat, sans trop savoir où il met les pieds. Il se retrouve sous les ordres d’un homme qui se révèle un guerrier infatigable, doué d’une autorité naturelle, admiré de ses hommes mais inspirant de la défiance à ses supérieurs. La traque engagée par l’armée française d’un détachement du FLN à travers le djebel se trouve ainsi doublée d’une enquête qui expose les enjeux politiques de la guerre. La guerre du Vietnam a inspiré des films comme Platoon, Apocalypse Now et Full Metal Jacket. François Muratet propose pour sa part un texte aussi haletant que bien documenté sur la guerre d’Algérie, en mettant l’accent sur ce qu’elle a réellement été : une guerre civile dans laquelle les concepts de défaite et de victoire finissent par perdre leur sens.
### Biographie de l’auteur
François Muratet est né en 1958 à Casablanca. Il vit en Seine-et-Marne où il enseigne l’histoire-géographie. Son premier roman, Le Pied-Rouge, a reçu le prix du Premier Polar SNCF 2000 et, la même année, le prix de la Truffe Noire de Cahors. François Muratet a aussi remporté le prix Rompol du polar pour Stoppez les machines, paru en 2001. 

La tresse

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

*Inde.* Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

*Sicile.* Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

*Canada*. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
  **
### Sinossi
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

*Inde.* Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

*Sicile.* Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

*Canada*. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
### Dalla seconda/terza di copertina
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Le suspendu de Conakry

Comment cet Aurel Timescu peut-il être Consul de France ?
Avec son accent roumain, sa dégaine des années trente et son passé de pianiste de bar, il n’a pourtant rien à faire au Quai d’Orsay. Il végète d’ailleurs dans des postes subalternes.
Cette fois, il est en Guinée, lui qui ne supporte pas la chaleur. Il prend son mal en patience, transpire, boit du tokay et compose des opéras… Quand, tout à coup, survient la seule chose au monde qui puisse encore le passionner : un crime inexpliqué.
Suspendu, ce plaisancier blanc ? À quoi ? Au mât de son voilier, d’accord. Mais avant ? Suspendu à des événements mystérieux. À une preuve d’amour qui n’arrive pas. À un rêve héroïque venu de très loin… En tout cas, il est mort.
Son assassinat resterait impuni si Aurel n’avait pas trouvé là l’occasion de livrer enfin son grand combat.
Contre l’injustice.
Avec tout son talent d’écrivain (Rouge Brésil, prix Goncourt 2001, Le Collier rouge, Immortelle randonnée…) et son expérience de diplomate (comme ambassadeur de France au Sénégal), Jean-Christophe Rufin donne vie à Aurel et nous le présente dans une première histoire. Ne nous y trompons pas : suivre cet anti-héros au charme désuet est un plaisir de lecture mais aussi un moyen de découvrir les secrets les mieux gardés de la vie internationale.

Un si beau diplôme !

Comment sauver son enfant d’une mort certaine ? Faut-il, comme le croit le père de l’auteur, faire confiance à l’école afin qu’elle obtienne un “beau diplôme” ? Ainsi elle ne serait plus ni hutu ni tutsi : elle atteindrait le statut inviolable des “évolués”. C’est justement pour obtenir ce certificat que l’auteur sera obligée de prendre le chemin de l’exil. Elle passera de pays en pays, au Burundi, à Djibouti puis en France. Tantôt les chances que lui promettait ce précieux papier apparaissent comme une certitude, tantôt elles se volatilisent tel un mirage. Comme le lui avait dit son père, ce ‘beau diplôme’ sera le talisman, toujours source d’énergie, qui lui permettra de surmonter désespérance, désillusions et déconvenues. L’auteur revient ici à la veine autobiographique, avec ce style fluide, plein d’humour et de fantaisie qui rend passionnant le récit de ses souvenirs, si douloureux soient-ils parfois.

La seule histoire

Un premier amour détermine une vie pour toujours : c’est ce que j’ai découvert au fil des ans. Il n’occupe pas forcément un rang supérieur à celui des amours ultérieures, mais elles seront toujours affectées par son existence. Il peut servir de modèle, ou de contre-exemple. Il peut éclipser les amours ultérieures ; d’un autre côté, il peut les rendre plus faciles, meilleures. Mais parfois aussi, un premier amour cautérise le cœur, et tout ce qu’on pourra trouver ensuite, c’est une large cicatrice.
Paul a dix-neuf ans et s’ennuie un peu cet été-là, le dernier avant son départ à l’université. Au club de tennis local, il rencontre Susan – quarante-huit ans, mariée, deux grandes filles – avec qui il va disputer des parties en double. Susan est belle, charmante, chaleureuse. Il n’en faut pas davantage pour les rapprocher… La passion ? Non, l’amour, le vrai, total et absolu, que les amants vivront d’abord en cachette.
Puis ils partent habiter à Londres : Susan a un peu d’argent, Paul doit continuer ses études de droit. Le bonheur ? Oui. Enfin presque car, peu à peu, Paul va découvrir que Susan a un problème, qu’elle a soigneusement dissimulé jusque-là : elle est alcoolique. Il l’aime, il ne veut pas la laisser seule avec ses démons. Il va tout tenter pour la sauver et combattre avec elle ce fléau. En vain… Mais lui, alors ? Sa jeunesse, les années qui passent et qui auraient dû être joyeuses, insouciantes ? Il a trente ans, puis trente et un, puis trente-deux. Vaut-il mieux avoir aimé et perdre ou ne jamais avoir aimé ?
©2018 ILA. Traduit de l’anglais par Jean-Pierre Aoustin (P)2018 Audible Studios

Persona: Les Visages De Victoria Bergman 1

Une psychothérapeute suit deux patients difficiles : Samuel Baï, un enfant soldat de Sierra Leone et Victoria Bergman, une femme visiblement traumatisée depuis l’enfance. Tous deux présentent les mêmes symptômes : des signes de personnalités multiples. Avec ce premier roman dark et rageur, Erik Axl Sund signe un polar post punk électrisant et remet l’urgence au cœur du genre.

Le passé ne meurt jamais

###
Belle, ambitieuse, troublante : Annabelle William, riche héritière d’une compagnie d’importation de thé, inspirait des sensations fortes. La passion certainement, mais aussi la haine et la jalousie. En tout cas, son indéniable charme lui aura coûté la vie. Lorsque Duncan Kincaid, le superintendant de Scotland Yard et sa fidèle assistante Gemma James découvrent son corps glacé dans un parc de l’East End de Londres, ils ne soupçonnent pas que l’enquête sur ce cadavre exquis va les mener si loin. La charmante lady entretenait en effet le mystère, surtout auprès de ceux qu’elle aimait : son fiancé upper-class ; un musicien de rue qui l’a vue pour la dernière fois ; la sœur de son ex-mari qui cherche à se venger ; et même son propre père : la liste des suspects est donc longue. Cette sombre affaire puise ses racines dans un lointain passé et les ressentiments que Duncan et Gemma croyaient enterrés depuis longtemps n’ont rien perdu de leur pouvoir. À commencer par celui de tuer.

Le Paradis – un peu plus loin

¿Dónde se encuentra el Paraíso? ¿En la construcción de una sociedad
igualitaria o en la vuelta al mundo primitivo?
Dos vidas: la de Flora Tristán, que pone todos sus esfuerzos en la lucha por
los derechos de la mujer y de los obreros, y la de Paul Gauguin, el hombre
que descubre su pasión por la pintura y abandona su existencia burguesa para
viajar a Tahití en busca de un mundo no contaminado por las convenciones.
Dos concepciones del sexo: la de Flora, que sólo ve en él un instrumento de
dominio masculino, y la de Gauguin, que lo considera una fuerza vital
imprescindible puesta al servicio de su creatividad.
¿Qué tienen en común esas dos vidas desligadas y opuestas, aparte del
vínculo familiar por ser Flora la abuela materna de Gauguin? Esto es lo que
Vargas Llosa pone de relieve en esta novela: el mundo de utopías que fue el
siglo XIX. Un nexo de unión entre dos personajes que optan por dos modelos
vitales opuestos que desvelan un deseo común: el de alcanzar un Paraíso
donde sea posible la felicidad para los seres humanos.
In 1844, Flora Tristán embarked on a tour of France to campaign for workers’ and women’s rights. In 1891, her grandson Paul Gauguin set sail for Tahiti, determined to escape civilization and paint primitive masterpieces. Flora died before her grandson was born, but their travels and obsessions unfold side by side in this deft, utterly absorbing novel.
Flora, the illegitimate child of a wealthy Peruvian father and French mother, grows up in poverty, and after fleeing a brutal husband, journeys to Peru to demand her inheritance. On her return, she makes her name as a popular writer and a champion of the downtrodden, setting herself the arduous task of touring the French countryside to recruit members for her Workers’ Union. Paul, struggling painter and stubborn visionary, abandons his wife and five children for life in the South Seas, where his dreams of paradise are poisoned by syphilis, the stifling forces of French colonialism, and a chronic lack of funds, though he has his pick of teenage Tahitian lovers and paints some of his greatest works.

Nous les menteurs

Bienvenue dans la famille Sinclair. Tous sont beaux, riches, sportifs, intelligents. Aucun n’a droit à l’échec. Ils passent leurs étés sur une île privée au large du cap Cod. Cadence est l’aînée des petits-enfants. Voici son histoire et celle des “Menteurs”, quatre adolescents à l’amitié indéfectible.

Ne jamais t’embrasser

Le royaume des fées est menacé par la Discorde, une entité terrifiante à l’affût des conflits et de la guerre. La Reine de l’Été, Aislinn, doit affronter ses nouvelles responsabilités dans ce climat angoissant, et apprendre à régner auprès de Keenan, toujours aussi imprévisible qu’attirant. Elle doit également renoncer à tout jamais à Seth, son amour humain. Mais lorsque Seth tombe dans les filets de la toute-puissante Sorcha, souveraine de tous les fés, Aislinn ne peut se résoudre à l’abandonner… **« Si vous avez aimé les deux premiers, vous adorerez *Ne jamais t’embrasser*. Les personnages sont incroyables, les péripéties à la fois subtiles et gigantesques. Rien ne se passe comme vous le souhaiteriez, et vous refermez le livre avec le sourire. Totalement, absolument brillant ! » *Yareads.com* « La sensibilité noire de Melissa Marr donne une ambiance étrange, séduisante et mystérieuse. » *Edible Seattle* « Ce livre (comme tous les livres de Melissa Marr) est, en un mot, addictif. » *Wordpress.com* Dès 13 ans.**

Nagori: La nostalgie de la saison qui vient de nous quitter

Nagori, littéralement “reste des vagues”, qui signifie en japonais la nostalgie de la séparation, et surtout la saison qui vient de nous quitter. Le goût de Nagori annonce déjà le départ imminent du fruit, jusqu’aux retrouvailles l’année suivante, si on est encore en vie. On accompagne ce départ, on sent que le fruit, son goût, se sont dispersés dans notre propre corps. On reste un instant immobile, comme pour vérifier qu’en se quittant, on s’est aussi unis. **

Un monde à portée de main

« Paula s’avance lentement vers les plaques de marbre, pose sa paume à plat sur la paroi, mais au lieu du froid glacial de la pierre, c’est le grain de la peinture qu’elle éprouve. Elle s’approche tout près, regarde : c’est bien une image. Étonnée, elle se tourne vers les boiseries et recommence, recule puis avance, touche, comme si elle jouait à faire disparaître puis à faire revenir l’illusion initiale, progresse le long du mur, de plus en plus troublée tandis qu’elle passe les colonnes de pierre, les arches sculptées, les chapiteaux et les moulures, les stucs, atteint la fenêtre, prête à se pencher au-dehors, certaine qu’un autre monde se tient là, juste derrière, à portée de main, et partout son tâtonnement lui renvoie de la peinture. Une fois parvenue devant la mésange arrêtée sur sa branche, elle s’immobilise, allonge le bras dans l’aube rose, glisse ses doigts entre les plumes de l’oiseau, et tend l’oreille dans le feuillage. »

La mère de tous les cochons

La famille Sabas, de confession chrétienne, vit dans la banlieue d’Amman, la capitale jordanienne. Ce roman raconte son histoire. Celle d’Hussein, le boucher. Et surtout celle de maman Fadhma, qui veille sur les siens. De Laila, qui lutte pour ne pas sombrer dans l’amertume malgré le renoncement à ses rêves. De Samira, militante auprès des réfugiées syriennes. De Muna, la cousine fraîchement débarquée d’Amérique. Ce roman raconte aussi l’histoire d’oum al-Khanaazeer, la truie par laquelle arrivera tant le succès que la folie des hommes. Il est enfin le récit d’un pays, d’une époque – la nôtre -, d’une culture. Sans nul doute, Malu Halasa a mille choses à nous dire… Magistral. **
### Présentation de l’éditeur
La famille Sabas, de confession chrétienne, vit dans la banlieue d’Amman, la capitale jordanienne. Ce roman raconte son histoire. Celle d’Hussein, le boucher. Et surtout celle de maman Fadhma, qui veille sur les siens. De Laila, qui lutte pour ne pas sombrer dans l’amertume malgré le renoncement à ses rêves. De Samira, militante auprès des réfugiées syriennes. De Muna, la cousine fraîchement débarquée d’Amérique. Ce roman raconte aussi l’histoire d’oum al-Khanaazeer, la truie par laquelle arrivera tant le succès que la folie des hommes. Il est enfin le récit d’un pays, d’une époque – la nôtre -, d’une culture. Sans nul doute, Malu Halasa a mille choses à nous dire… Magistral.
### Biographie de l’auteur
Malu Halasa vit à Londres. Elle est d’origine jordanienne, philippine et américaine. La mère de tous les cochons est son premier roman, également publié en anglais, en arabe et en italien.

Maudites 2 – La gardienne de la porte

Lia a désormais pris conscience du rôle qu’elle doit jouer dans la prophétie qui la lie à sa soeur. Contarirement à ce qu’elle croyait, elle n’est pas de la Gardienne de la Porte, mais bien la Porte vouée à s’ouvrir pour laisser les troupes de Satan déferler sur Terre. Mais elle refuse cette destinée et décide de partir à travers l’Europe pour trouver les clefs, d’autres jeunes filles, qui permettront d’empêcher que le Mal n’engloutisse l’univers. Mais ce voyage s’avère extrêmement dangereux et Lia doit faire face à des épreuves dont elle n’aurait pu soupçonner la difficulté…

Les Loyautés

«  J’ai pensé que le gamin était maltraité, j’y ai pensé très vite, peut-être pas les premiers jours mais pas longtemps après la rentrée, c’était quelque chose dans sa façon se tenir, de se soustraire au regard, je connais ça, je connais ça par cœur, une manière de se fondre dans le décor, de se laisser traverser par la lumière. Sauf qu’avec moi, ça ne marche pas.» Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux. Hélène, professeur de collège à l’enfance violentée, s’inquiète pour Théo  : serait-il en danger dans sa famille  ?
Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoin de soutien pour protéger son fils.
Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchaînent ces quatre personnages.   **
### Sinossi
«  J’ai pensé que le gamin était maltraité, j’y ai pensé très vite, peut-être pas les premiers jours mais pas longtemps après la rentrée, c’était quelque chose dans sa façon se tenir, de se soustraire au regard, je connais ça, je connais ça par cœur, une manière de se fondre dans le décor, de se laisser traverser par la lumière. Sauf qu’avec moi, ça ne marche pas.» Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux. Hélène, professeur de collège à l’enfance violentée, s’inquiète pour Théo  : serait-il en danger dans sa famille  ?
Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoin de soutien pour protéger son fils.
Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchaînent ces quatre personnages.  
### Dalla seconda/terza di copertina
« Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révelerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ?”

Le Livre des Merveilles

Le plus célèbre récit de voyage du Moyen Âge n’a pas perdu de son charme. Véritable source d’émerveillement, la vie de Marco Polo tout comme les mythes qui y sont liés nous transportent au cœur de l’Asie centrale, de la Chine, de l’Indochine et de l’océan Indien. Les manuscrits originaux étaient illustrés d’enluminures réalisées à partir des seules descriptions du voyageur ; les diverses illustrations de cet ouvrage renvoient le lecteur sur les traces de Marco Polo, à la découverte de ces contrées
lointaines telles que nous les connaissons aujourd’hui.