Le Jour des fous

###
Rappelez-vous l’été 1971. Un temps magnifique, une chaleur idyllique. Presque le paradis, n’étaient-ce ces nouvelles taches solaires apparues sur l’astre du jour, alors même que le taux de suicide augmentait de manière inquiétante un peu partout. Et le merveilleux été s’est poursuivi une décennie entière, durant laquelle le Suicide Radieux a atteint des proportions gigantesques de par le monde, menaçant jusqu’à la survie de la race humaine. Seuls les fous, les artistes, les excentriques et autres psychopathes ont échappé à l’épidémie ; au point, bientôt de constituer une nouvelle – la seule – normalité. Une normalité à laquelle Matthew Greville, survivant malgré lui dans ce monde devenu fou, espère encore prétendre…
**
### Présentation de l’éditeur
Rappelez-vous l’été 1971. Un temps magnifique, une chaleur idyllique. Presque le paradis, n’étaient-ce ces nouvelles taches solaires apparues sur l’astre du jour, alors même que le taux de suicide augmentait de manière inquiétante un peu partout. Et le merveilleux été s’est poursuivi une décennie entière, durant laquelle le Suicide Radieux a atteint des proportions gigantesques de par le monde, menaçant jusqu’à la survie de la race humaine. Seuls les fous, les artistes, les excentriques et autres psychopathes ont échappé à l’épidémie ; au point, bientôt de constituer une nouvelle – la seule – normalité. Une normalité à laquelle Matthew Greville, survivant malgré lui dans ce monde devenu fou, espère encore prétendre…
### Biographie de l’auteur
Edmund Cooper (1926-1982) a abandonné l’école à l’âge de quinze ans pour devenir cultivateur avant d’entrer dans marine marchande britannique durant la Seconde Guerre mondiale. Dès 1946, alors qu’il vient d’embrasser la carrière d’enseignant, il commence à écrire, et voit bientôt paraître ses premières nouvelles. Il publiera par la suite presque un livre par an jusqu’à sa mort.

Only registered users can download this free product.

Recensioni

Ancora non ci sono recensioni.

Recensisci per primo “Le Jour des fous”