La Seconde Mère

La pluie avait cessé ; il restait cependant tant d’humidité dans l’air,
que les gou?ele?es s’amassaient comme un réseau serré de fines perles
sur le nickel des harnais. Une sorte d’oppression délicieuse coupait légèrement
la respiration ; il était à la fois très doux et un peu difficile de
vivre dans ce?e atmosphère saturée d’eau. Le ciel était gris, sans horizon,
et cependant, sous l’herbe vigoureuse, dans les pousses audacieuses des
peupliers et des ormes, courait une ardeur de vie communicative ; la sève
d’août montait de toutes parts.
La pente s’était accentuée ; les chevaux ne songeaient point à ralentir
leur allure pourtant ; mais, tout distrait qu’il fut, Richard Brice y pensa
pour eux ; après les avoir mis au pas, il se pencha un peu en arrière.
— Jaffé, dit-il, comment va ma mère ?
Jaffé s’inclina légèrement, de façon à se trouver presque face à face
avec son maître.
— Madame va bien, répondit-il d’un ton à la fois familier et respectueux,
comme un ancien serviteur sûr de sa situation ; seulement, ce matin,
quand elle a reçu la le?re de monsieur, elle était un peu…
— Un peu quoi ? fit Brice avec une nuance de brusquerie.
— Un peu… je ne sais pas comment m’exprimer en conservant le respect
que je dois à monsieur et à madame…
— Parle donc ! tu chercheras tes mots une autre fois !
— Madame était, puisque monsieur l’exige, un peu pas comme à l’ordinaire.
Monsieur a donc écrit quelque chose qui n’a pas convenu à madame
?
L’honnête figure de Jaffé exprimait une anxiété si comique, que Brice
ne put s’empêcher de sourire.
— Oui, Jaffé, répondit-il avec un demi-sourire, ce que je lui écrivais
n’était pas de nature à lui plaire… quoique vraiment…
La route redescendait ; Brice serra le frein, reprit son fouet et regarda
les oreilles de ses chevaux. Après avoir a?endu encore deux ou trois secondes
dans la même a?itude respectueuse, Jaffé se remit en position, les
bras croisés.

Only registered users can download this free product.
Genere: SKU: 1287 Tags:

Recensioni

Ancora non ci sono recensioni.

Recensisci per primo “La Seconde Mère”