La Croisière du Snark

Réédition de l’odyssée de Jack qui parcourt le Pacifique sur un navire construit il y a tout juste cent ans et qu’il apprendra à gouverner « sur le tas », en cours de route, après la désertion du capitaine. Ce voyage ne fut pas seulement pour lui l’occasion d’envoyer les articles qui constituent ce livre et dans lesquels il décrit avec l’humour et la ferveur qu’on lui connaît un monde dont la beauté sauvage semble être un hymne à sa liberté chérie – hymne d’autant plus déchirant qu’il commence à être assourdi par cette drôle d’invention qu’est le progrès. Il fut aussi l’occasion pour lui d’écrire parmi ses plus grands livres – dont Martin Eden –, de se découvrir un don pour le surf – son texte en lance la mode aux Etats-Unis – et de voir, mélancolique, son corps épuisé poser des limites à sa nietzschéenne volonté.le public Celui de Jack London, celui de Melville, celui de Stevenson, celui des très grands en somme.
**
### Présentation de l’éditeur
Réédition de l’odyssée de Jack qui parcourt le Pacifique sur un navire construit il y a tout juste cent ans et qu’il apprendra à gouverner « sur le tas », en cours de route, après la désertion du capitaine. Ce voyage ne fut pas seulement pour lui l’occasion d’envoyer les articles qui constituent ce livre et dans lesquels il décrit avec l’humour et la ferveur qu’on lui connaît un monde dont la beauté sauvage semble être un hymne à sa liberté chérie – hymne d’autant plus déchirant qu’il commence à être assourdi par cette drôle d’invention qu’est le progrès. Il fut aussi l’occasion pour lui d’écrire parmi ses plus grands livres – dont Martin Eden –, de se découvrir un don pour le surf – son texte en lance la mode aux Etats-Unis – et de voir, mélancolique, son corps épuisé poser des limites à sa nietzschéenne volonté.le public Celui de Jack London, celui de Melville, celui de Stevenson, celui des très grands en somme.

Only registered users can download this free product.

Recensioni

Ancora non ci sono recensioni.

Recensisci per primo “La Croisière du Snark”